«,petite,province,rebiffe,»
Vos Poèmes Poèmes Poètes Concours
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

Non! - ou « La petite province se rebiffe »

Impression :

(Détail)
Poème trouvé - sous forme manuscrite - dans les archives de ma maman, et pas de son écriture; donc probablement écrit par une de ses amies du côté des années 1920.

Placé ici en souvenir d'une époque où les femmes étaient des femmes et où poètesses et poétes, même amateurs, savaient encore ce que poésie veut dire



Qu’importe si pour vous la Muse ne m’inspire,
Je suis très en colère et je brûle d’écrire.
Au risque je le crains de rimer de travers,
Je ne saurais ce soir vous répondre qu’en vers

N’est-ce pas là d’ailleurs la manière parfaite
De dire élégamment ce qu’on a dans la tête ?
Et je veux, cher ami, aimant la vérité
Prouver par A plus B votre stupidité.

Oui, je veux vous montrer en un style impeccable,
Pour vous faire enrager, ce dont on est capable,
Je veux vous gronder fort, vous faire les gros yeux,
Vous déclarer tout net que ce n’est pas sérieux.

Dans vos lettres surtout, ces « Denise Chérie »
Lorsque je les reçois me laissent ahurie,
Vraiment, mon cher Robert, vous perdez votre temps
De vous éprendre ainsi de mes dix-neuf printemps.

Quoi que vous en pensiez, ce n’est pas réciproque,
Ne le sera jamais et de vous je me moque
Vous ne me croyez pas car, hélas, je le sais
Vous n’avez jusqu’ici connu que des succès.

Vous avez jusqu’ici fait votre petit maître;
Vous y prenez plaisir et vous croyez peut-être
Qu’il suffit d’être tendre et de dire : « Rompez ! »
Pour être irrésistible. Et bien vous vous trompez !

Vous avez longuement éprouvé le système
Et, qu’on le veuille ou non, il faut que l’on vous aime ;
C’est montrer, croyez-moi, beaucoup de prétention :
Si c’est la règle, ami, moi j’en suis l’exception.

Jouez les Roméo, les Don Juan en herbe,
Faites dans le métier un numéro superbe;
Allez, beau papillon, butiner sur les fleurs,
Achevez dans Paris votre moisson de cœurs!

Oui, dans le monde entier poursuivez vos conquêtes,
Faites par un regard tourner toutes les têtes,
Mais laissez, je vous prie, sous peine de courroux
Une petite fleur bleue qui ne veut pas de vous.


Enregistré le 30 Mars 2004 à 09:01
par Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog
(tous ses textes)

Auteur :
Inconnu

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
2 connectés au chat
15 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Non! - ou « La petite province se rebiffe »