Accueil | Connexion
djenie à l'idée - 3130878
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes   Tous ses textes


Poèmes

SILLAGES


Telles des étraves vous m'avez traversé,
Parées de voilures hauturières et racées,
Libérant les bulles de mes eaux voraces,
Qui jaillissaient au soleil de la surface.

Qu'il faisait beau à chacun de vos passages!
Et l'écume parfumée de vos sillage,
Avaient le goût salé de nos aventures,
Que le gros temps a changé en écritures.

Votre houle a débordé mon rivage,
Point d'ouragans, mais de si doux orages.
Certes, éperonné par quelque marine
D'eau douce, une couleuvre vipérine,

J'ai plongé sous la glace de sa banquise…
J'étais bon nageur, je sauvai ma valise.
Suivit le point sur ma dérive, sans délai.
Je tempérai mes désirs d'horizons parfaits.

Tempêtes et alizés sur la rose des vents,
Font grandir les petits mousses, évidemment.
Adieu donc, tracez vos routes au petit bonheur
Et moi sur mon petit canot je demeure,

Bercé en doux roulis de vos ondes heureuses,
La fuite de vos coques miraculeuses.
Trouverez vous port d'attache confortable ?
A défaut une jolie crique abordable?

Serez vous par malheur, naufragées corps et biens ?
Sans une lettre, sans que je n'en sache rien ?
Vous vous êtes délestées de vos babioles,
Lettres, photos, mélodies, tous ces symboles

Souvent choisis à deux. c'est mon livre de bord:
J'ai le mal de mer, face à ces petits trésors,
Le doux mal de vous qui coule sur mes lèvres.
Larmes salées au souvenir de nos fièvres.

J'aime à penser que l'océan de mon visage,
A gardé les empreintes de vos sillages…
Un jour, plein ouest dans mon canot je ramerai
Vers Gwennva, vers mon dernier voyage j'irai,

En laissant mon sillage dans les souvenirs
De ma descendance, et je pourrai dormir…
En rêvant de vous retrouver...







Sunday, January 20, 2019
10:07 AM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

Poèmes

saudade


la voix de césaria evora s'égrène,
au fil d'un matinée où je me traine,
perclus de douleur et de pensée vaines.
tu me manques...

tout est pénible et passer l'aspirateur,
ranger, mettre de l'ordre dans mon intérieur,
je ne puis, recroquevillé sur mes douleurs.
tu me manques…

j'atterris...en mauvais pilote c'est le crash
avant je gommais mon mal, tout à mes tâches..
mais jamais tu ne reviendras... fin du match
tu me manques…

on ne revient pas de cet obscur, tout là bas.
c'est fini pour cette vie, en croyant ou pas,
sauf cet attachement mystérieux à toi…
tu me manques...

Wednesday, January 16, 2019
2:39 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

Poèmes

le coeur ne vieillit pas


Pour quelques emplettes, chez une vieille tante,
nous t'avions confié, tu étais encore petit,
et ne marchais guère: elle était contente,
malgré sa jeunesse sans enfant ni mari.

Un jour, nous étions tout deux, seuls en son logis.
Voulant me retenir, elle m'aimait bien tu sais.
"à vingt ans j'ai renoncé à prendre mari"
Elle voulait sans doute crever un vieil abcès…

Hélas, le temps m'était compté, le sien aussi
mais j'ignorais encore, si proche son silence.
Tu sais fiston, je regrette toujours aujourd'hui
d'avoir fermé ma porte à sa confiance.

Nous montions l'escalier de son appartement,
elle s'échappait vers l'étage supérieur,
te serrant dans ses bras, comme un enlèvement
J'ai croisé ses yeux et ça m'a fait mal au cœur.

Ce vide immense et la flamme de détresse
de son œil rajeuni, sur son corps enraidi.
Je t'ai glissé dans les bras pleins de jeunesse
de ta mère. Je me suis approché, interdit,

de cette femme aux yeux verts pleins de larmes.
Aujourd'hui, j'oserai la serrer dans mes bras
Mais vois-tu notre jeunesse nous désarme:
j'ai dit "je sais mamie, le cœur ne vieillit pas"

Elle hochait la tête, tamponnant ses larmes,
et j'en témoigne, à l'automne de mes pas:
nos vieux cœurs, de leurs chagrins font beau vacarme,
et nos belles amours passées sont toujours là...

Wednesday, October 03, 2018
9:02 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

Poèmes

coucou dame tristesse


Il a suffit que tu entres,
Mon dieu cette silhouette!
Et pan! au creux de mon ventre,
Ma si chère ex-conquête


Ta démarche, que j'aimais tant
Et tes frou frous de danseuse
Levant ta jupe, ravissants,
En farandole joyeuse

Cette fois j'ai osé la bise
Rapide et désincarnée
Tout de même quelle couardise!
Les risques sont bien limités

Et ton sourire de lumière,
Devrait me faire grand plaisir,
Tu vas bien, à nouveau fière
J'ai peur d' inutiles désirs

Pourquoi ce sourire malicieux
Qui perce la multitude ,
Et pourquoi croisé-je tes yeux:
Complicité d'habitude ?

Tu ne joues pas avec les gens,
Je te connais. Que signifie
Dans mon dos ce pincement ?
Pourquoi pas un dernier selfie?

Hein ? tant qu'on y est, pour rire.
Moi je n'oserais en douce,
Te toucher ainsi sans rougir
C'est bien toi qui avait dit: pouce?

Je ne peux être naturel
Face au passé d'allégresse
Ce matin est tombé du ciel
Une averse de tristesse

Monday, October 01, 2018
8:44 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

Poèmes

où êtes vous ?


Mais oui je songe encore à vous.
Mon épaule et vos bourrades,
Nos rires partagés de fous,
Nos tristesses et nos bravades

Et dans les chansons fredonnées
Tout bas dans nos solitudes
On se foutait bien du passé,
Nos lendemains sans certitudes

Nos ivresses faussaient nos chants,
Hurlés à s'en péter la voix,
Nos courbatures d'adolescents
Fuyaient par magie, chaque fois.

Nos amours, nous n'en parlions pas,
Ou si peu; elles sonnaient la cloche
De la fin de ces récrés là,
Et l'éveil de nos anicroches.

Nos vieilles amours, mes frères,
Nos premiers émois où sont-ils ?
Nos hésitantes bergères,
Et nous engoncés de puéril,

Nimbés de nos maladresses,
Qui sont tellement touchantes
Devant l'usure des caresses
Des jeunesses finissantes.

Hou hou! douces et fiers amis!
Oui la rime est masculine,
Je le sais, ce n'est plus admis…
Pardonnez moi, je m'incline.

Je n'ose dire: vieilles amies,
J'entends encore leurs colères.
Quoi? on n'est pas encore pourries!
Elles avaient un fin caractère…

Voilà que de nous je sourie,
Les bon gars, les jolies filles
Qui ont ma jeunesse réjoui,
Bien avant que je m'habille

De sécurité matérielle,
D'amours vaines à déchirer.
Et l'insouciance vénielle?
Dans la poussière du grenier.

J'ai longtemps hésité à dire
Des je t'aime, c'était trop fort…
Ce soir je le dis d'un sourire:
Je crois bien vous aimer encore.



Wednesday, August 29, 2018
12:16 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 22/01/2019 à 14:20:24



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit