Accueil | Connexion
Paganel, antisémantique - 980920
Skip Navigation Links.
Liens \ Textes

Poèmes PHIL - 391201

Hercule devant la mort ou la prière du clochard


Deux mots pour une meilleure lecture du texte. Lorsqu'un homme est marié, bien marié, il pense être invicible, tel Hercule. Et quand le divorce intervient, il se trouve terrassé, à la porte de ses sentiments: Un clochard de l'amour, rongé par la mort de son couple.

T v'là partie, ma pauvre môme!
Nous étions heureux autrefois...
Te v'la partie ? Tout seul en somme,
Moi j'reste seul sans feu ni toit.
Tout seul ? Mais non, ce n'est qu'un rêve,
un rêve mauvais qui demain,
car tout d'suite j'ai la fièvre,
je le sens bien rien qu'à ma main,
ma main qu'est chaude et mon front brûle..
Oui, j'sens bien que j'vas pleurer !
C'est stupide que ton Hercule
ne sache plus comment te parler.
J'disais bien que c'n'est qu'un songe
qui va se dissiper bientôt.
Ecoute, réponds moi, j'me ronge
à te r'garder comme un idiot.
T'es toute glacée, toute raide,
t'as même pas bien fermé tes yeux
mais j'te vois belle et t'étais laide
et tu m'fais peur, peur, peur, mon Dieu !
Ah là là, comme t'as pas bonne mine !
ferme donc tes yeux que je ne vois plus
ce regard éteint qui me mine,
tu le vois bien, j'suis tout ému !
Et puis merde ! Aprés tout j'suis bête
de pleurnicher comme un marmot,
pourtant c'est vrai que j'te r'grette,
que j'te pleure, Ah, c'que j'suis sot !
Hier encore, tu m'appelais "mon homme",
tu me disais "va je t'aime bien".
T'étais bien fidèle pauvre môme,
fidèle comme un petit chien.
Jamais pourtant un sou en poche,
toujours la vermine, la faim.
Ah, que la vie a pu être moche,
c'était dur pour gagner son pain !
Mais on cassait quand même la croute,
bien plutôt mal que plutôt bien.
les gueux, les clochard, on s'en doute
ils mangent de peu, de presque rien.
juste de quoi remplir le ventre,
juste un petit rien du tout,
il fallait bien s'démmerder diantre,
un sac qu'est vide, y tient pas d'bout !
Mais maintenant, que faut-il faire ?
J'suis planté là, tout hébété.
J'vas t'réciter une prière
si j'men rappelle ! Ah, c'est pitié
Bonne Mère que j'sache
plus c'que tout enfant
je récitais comme un potache
lorsque j'étais p'tit communiant !
Ah, v'la ma môme, j'me rappelle.
Notre père qui êtes aux cieux
Rappelez moi donc. Tout comme elle
j'commence à m'faire bien vieux,
et puis tout seul, j'saurais rien faire,
j'pourrais plus chercher mes poux.
Je perds la vue, elle n'est plus claire,
d'mourir tout d'suite me s'rait si doux.
Notre Père, recueillez mon âme,
je vous la rends, j'suis bon chrétien.
Je n'peux plus vivre sans ma femme,
sans elle sur terre je n'ai plus rien.
Alors mon Dieu, je me supprime.
Soyez bon pour moi, bon Jésus.
Je sais que j'vas commettre un crime
mais j'peux plus vivre, je n'veux plus.

Wednesday, September 30, 2009
4:05 AM

Oeuvre originale
Auteur : Ecrit par Phil

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

18 Commentaires
Impression : Excellente


Poèmes Paganel, antisémantique - 980920

Si ton coeur est trop lourd...


Si ton cœur est trop lourd à l’approche du soir,
Si ton esprit coulé en de sombres abîmes
T’a jeté dans le désespoir,

Si le monde effrayant, sa folie et ses crimes
T’ont fait douter de ta raison,

Ne demeure pas seul en face de ta peine
Et viens chercher refuge en ma douce maison
Nous ne parlerons pas, mais la paix souveraine
Engourdira ton mal en ce calme décor

Et quand tu repartiras, seul, à travers la ville
Tu seras tout surpris de la trouver tranquille
Comme un enfant qui dort.


(Publié avec autorisation personnelle de l'auteur)

Wednesday, June 27, 2007
10:38 AM

Auteur : Marie-Thérèse Sainrat

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

10 Commentaires
Impression : Extraordinaire

Dans sa version remaniée, le texte dit "Nous parlerons ou pas". L'ancienne version, ici présente, garde ma préférence.

Poèmes magnolia - 781221

et la passion?


La femme attend.
Le verre de vin rouge a la main.
Pas d*appel.
Le téléphone muet.
Des messages non plus
Òù sont les paroles,
les grandes et belles paroles
qu*il prononcait jadis?

Seulement la nuit,
avec son manteau noir
Sans étoiles
reste immobile.
.
Comme la femme.
ET LA PASSION?

MAGNOLIA

Thursday, December 02, 2004
11:07 PM

Oeuvre originale
Auteur : Magnolia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires
Impression : Très bonne

mais je ne sais pas si les majuscules étaient une si bonne idée que ça...

    

Blog mis à jour le 29/11/2020 à 23:46:44



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit