Accueil | Connexion
Candy - 981564
Skip Navigation Links.
Favoris \ Textes

Poèmes Gimel - 986228 

La saga des dieux et des déesses.




Si vous voulez savoir, je vous raconte l’histoire.
Ce n’est pas compliqué, juste un peu embrouillé
Les histoires de famille, c’est pas facile à croire
Alors pour celle des dieux, il faut être concentré

Au début il y avait celui qu’on appelait
Chaos, le bien nommé qui enfanta Gaïa.
Gaïa, c’était la terre on en reparlera
Elle féconda un œuf, Eros y grandissait.

Chaos content de lui créa Nyx et Erebe,
Ils s’accouplèrent si bien que naquit deux bébés
Aither et puis Hemare, l’Ether et la lumière
Entre eux et leurs parents, mésentente sévère.

Car Nyx était la nuit et Erebe les ténèbres,
Opposition totale entre nuit et lumière
Ainsi qu’entre l’espace céleste et les ténèbres
Chaos en voyant ça ne devait pas être fier.

Si vous suivez toujours, revenons à Gaïa
Elle n’était pas stérile, aussi elle enfanta
Ouranos, Ouréa, Pontos et puis Tartare
Ciel, mer, montagne, caverne, belle brochette de stars.

Gaïa était déesse et planète parfaite.
Elle enfanta encore, pas vraiment satisfaite,
Trois hécatonchires, trois cyclopes, douze titans,
Mais c’était Ouranos, son fils père des enfants.

Ouranos prit conscience qu’il n’était qu’un jouet
Dans les bras de sa mère et jeta les rej’tons.
Chez Tartare il alla pour les mettre en prison.
Mais que fit donc Gaïa devant ce camouflet.

Elle forgea une serpette qu’elle tendit aux enfants
En leur intimant l’ordre de tuer leur géniteur,
Mais, ils hésitaient tous car ils avaient trop peur,
Seul Chronos accepta d’émasculer l’géant.

Après tant de naissances causes de violences,
Ouranos et Gaïa se quittèrent aussitôt.
Et commença le règne du « péniscide » Chronos
Le monde du dieu du temps sera-t-il plus clément.

Juste une petite question, à vous qui êtes patients.
Que sont donc devenus les attributs virils
D’Ouranos qui subit la serpette et son fil
Ça, c’est une autre histoire pleine de rebondissements.

Promis je vous cont’rai la suite un autre jour
Je parlerai de tout et surtout de l’amour.
Vous n’voulez pas attendre, vous aimeriez savoir
Bon alors reprenons le fil de cette histoire.

Chronos ayant tranché le sexe de son père
Le jeta à la mer. Ouranos le maudit
Lui disant, tu seras par ton enfant puni.
L’organe paternel ensemença la mer.

Le mélange du sang, de l’eau et puis du sperme,
Devint une blanche écume qui portée par le vent,
Aborda l’île de Chypre non pas sous forme de germe
Mais sous la forme d’une femme très belle évidement.

Mais qui était cette femme que les dieux trouvaient belle ?
Zeus l’adopta pour fille, les déesses l’aimaient pas,
Elle s’ap’lait Aphrodite, la gentille demoiselle
Mais allez donc comprendre, pourquoi elle épousa

Héphaïstos, sûrement un des plus laid des dieux,
C’était un forgeron difforme et même boiteux,
Et elle eut trois enfants de son premier amant
Il y en eu tant d’autres, je parle des amants.

Arès fut le premier et puis, ce fut Hermès
Dionysos remplaça le beau Poséidon,
Cinyras, Pygmalion même l’enfant Phaéton
Et encore Adonis qui finit éventré.

Mais la belle Aphrodite ceinte de myrte et de roses,
De pommes et de grenades, ces fruits si fécondants,
Fut déesse de l’amour compta tant d’ prétendants
Qu’ell

Wednesday, November 24, 2004
11:14 PM

Oeuvre originale
Auteur : Gimel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

21 Commentaires
Impression : Extraordinaire

    

Blog mis à jour le 20/10/2019 à 14:18:44



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit