Accueil | Connexion
Philippe - 1241248 
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes   Tous ses textes


Poèmes

Corps à corps


T'étendre prés de moi
T'étreindre de mes bras
Les bougies caressant les reflets de ta peau
Te parcourir du regard sans un mot

Lentement, me pencher vers toi
Effleurer doucement tes lèvres
Me laisser gagner par l'émoi
De ton souffle palpitant

Caressant ta peau veloutée
Ton corps, généreux de volupté
Va et vient vers moi
Sous la chaleur de mes doigts

Ma langue brûle doucement les chemins
Me menant à tes seins
Ces deux collines merveilleuses
Pointues et généreuses

Ton corps est cette plage
Que des vagues viennent lécher
Un superbe paysage
Que j'aime contempler...

J'explore cette île inconnue
Survolant une foret vierge et touffue
M'attardant sur les plaines, les monts, les vallées
Te parcourant de caresses et de baisers

Bientôt envahie de secousses séismiques
D'un volcan aux grondements frénétiques
La terre s'ouvre peu à peu au passage
D'une source chaude et suave

J'étanche ma soif et ton envie
Dans une grotte chaude et pleine de vie
La source semble ne pouvoir se tarir
Coulant au rythme de ton désir

Je me fonds en toi avec volupté
Jusqu'à ton cri de satiété
Et je m'allonge sur cette île mystérieuse
Source de plaisirs... Merveilleuse...

Thursday, July 30, 2009
11:37 AM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

21 Commentaires

Poèmes

Anonyme inconnue


Quand l'anonyme et l'inconnue se confondent dans des mots...
Moi je trouve ça beau
C'est déroutant
Un peu comme des mots d'enfants
Un peu comme un jeu troublant
C'est comme ça que tu m'as eu
C'est comme ça que je t'ai crue
Quand l'anonyme laisse devant l'abîme
Quand l'inconnue
Laisse à nue
Comme une course ininterrompue
Apres tes mots...rien qu'un mot
Je lis, tu lis...il lit
Elle relit...
Et c'est la mélodie de tes mots à mes mots
De mes paroles qui volent
Vers ton coeur
Sans plus d'heures;.
J'ai la nausée de cette course folle
Où je ne peux pas t'attraper
Et l'anonyme et l'inconnue
Se sont croisés dans cette rue
Sans même s'apercevoir...
Comme tout l'histoire est dérisoire...
Les mots sauvent de l'oubli
Mais pas de la folie
Mes mots anonymes voudraient
Recueillir ton corps inconnu

Saturday, June 13, 2009
5:39 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

29 Commentaires

Poèmes

Le ciel bleu


Je regardais le ciel,
Qui était bleu,
Bleu comme l'océan.

Au-dessus de moi,
Volait un oiseau,
Qui chantait.

Je m'endormis.

Je vis un papillon,
Qui faisait autour de moi,
Un joli rayon.

Ce joli rayon,
M'emmena dans le ciel,
Au-dessus de l’arc-en-ciel,

Où je vis,
Une flèche,
Qui me dirigea,
Auprès d'un Ange.

Et cet Ange,
Qui me rend,
Parfois étrange.

Au-dessus de moi,
Brillait mille étoiles,
étincelantes.

Et je me réveillais

Ce n'était qu'un rêve.

Thursday, June 11, 2009
8:22 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

34 Commentaires

Poèmes

Mon amour


Je voudrais te montrer combien je t'aime.
Tu es si importante pour moi
Te dire autrement que par des mots ce que je ressens
Te faire comprendre qu'au fond rien n'est plus important que toi

Mon amour, dans tes yeux j'ai aperçu les vrais éclats du ciel
Dans ton dos j'ai vu de grandes ailes
Ton âme a ravivée la mienne
Tu es ce qui manque à mon coeur pour battre

Je désire t’écrire toutes les nuits
Pour te mettre mon amour en mots
Mais l'éternité n'est pas assez longue
Et les paroles me manque pour tout dire

Si seulement je pouvais te donné autant de bonheur
Que tu as pu m'en offrir depuis le début des temps
Je t'en donne à n'en plus finir
Mais pour l'instant tout ce que j'ai à t'offrir
C'est un peu de chaleur et une place dans mon coeur!

Monday, March 30, 2009
11:10 PM

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

30 Commentaires

Poèmes

Dans mes rêves diurnes


Dans mes rêves, je l'imagine tout près de moi;
Blottis dans notre nid douillet en cet automne
Nous serions enivrés d'amour dans un logis sus les toits,
Amoureux comme deux mômes.

Elle serait blonde, ou brune, qu’importe,
J’aurais gardé le frisson de ses caresses sur ma peau,
La sensation de n'avoir jamais été aimé de la sorte,
Et nos baisers remplaceraient nos mots....

Dans ses yeux, des tonnes de douceur,
Dans ses mains, des ondes de chaleur,
Ma lumière en cette saison grise,
Ma belle inconnue dont je me suis épris

Et nous resterons enlacés, par ce dimanche pluvieux,
Inséparables, repus d'un amour mutuel,
Unis pour toujours, toujours, la tendresse dans les yeux,
Ce n'est qu'un rêve, peut être deviendra t'il réel.....

Friday, March 27, 2009
10:01 PM

Oeuvre originale

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

27 Commentaires

<< Précédant  Page 2   Suivant >>

Blog mis à jour le 20/06/2019 à 13:11:04



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit