Accueil | Connexion
BODY - 2401257
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes   Tous ses textes


Poèmes

J'ai longtemps marché.


J’ai longtemps marché, trop longtemps, je suis fatigué,
J’ai longtemps couru, trop longtemps je n’en peu plus,

Quand la fleur de crystal, s’est brisée pour toujours,
Les éclats de ton rire, par millier m’on fait mal.

J’ai rêvé de vivre, en brouillard et en pluie,
J’ai rêvé de vivre, dans les brumes de la nuit,

J’ai rêvé de vivre, une vie d’ennuis,
J’ai rêvé de vivre, comme un homme détruit.

J’ai longtemps marché, trop longtemps, je suis fatigué,
Et un jour je t’ai vu, venant d'un pays ignoré,

D’un pays presque inconnu,
Et depuis on ne se quitte plus.


Friday, December 12, 2008
5:37 PM

Oeuvre originale
Auteur : BODY

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

8 Commentaires

Déclarations d'amour

REVE.


J'entends encore ses pas feutrés lorsqu’elle quitte l’ordi après avoir « parlé » avec sa famille lointaine,
Et vient me rejoindre dans le lit,
Elle commence à se frotter contre moi, elle a les pieds glacés mais je n’en ai cure, je la réchaufferai,
Je ne dors pas, elle me regarde avec ses beaux yeux noirs qui veulent me dire : merci.

Merci de quoi ?
Merci à toi, de partager ce peut de temps qu’il me reste,
Merci de me donner cet amour auquel je ne croyais plus,
Merci simplement d’être là.

Il me tardait parfois de finir mon boulot pour pouvoir serrer ce petit bout de femme contre moi,
Et voir dans ses yeux tout cet amour qu'elle me donnait sans compter,
C'était comme une récompense, que je ne méritais pas,
Car sa présence à elle seule remplissait mon cœur de bonheur.

Ce soir, après dîner, devant le feu ouvert, alors que les flammes léchaient les bûches,
Elle est venue poser sa tête sur mes genoux, comme pour me demander des câlins,
Je lui ai caressé les cheveux, j’avais du mal à m’arrêter là, mais plus à ce moment aurait été de trop,
Il n’y avait rien à dire, le silence et le crépitement du feu remplaçait largement nos paroles.

Je pense que nous étions heureux.

Après une dernière rupture douloureuse, au bout de neuf ans,
J’avais choisi de rester seul, avec pour toute compagnie mon chien,
Mes amis du petit village que j’habite et nos deux bistros,
Pour toute distraction ; moi qui aimait les spectacles et les sorties.

Certes, je voyage souvent pour compenser un peu,
Mais les aventures et les amours de passages en ces occasions,
Ne remplace pas une présence souhaitée et aimante,
Dans un foyer où manque une présence féminine.

Je me réveille et m’étire, je suis bien;
Je regarde, je suis seul dans ma chambre, seul et abandonné,
Elle n’est pas là, elle ne sera jamais là,
Et seules mes larmes maintenant me tiendront compagnies.

J’ai tellement de mal à me retrouver abandonné de toi,
Que je lève le poing vers le ciel et maudit ce Dieu qui ne m’a pas donné ce bonheur de t’avoir ici,
Je maudis ce fonctionnaire tatillon qui t’a refusé le visa,
Je me maudis aussi, je ne sais pourquoi, mais je dois y être pour quelque chose.

J'ai mal de me retrouver sans de toi maintenant, parce que le destin en a décidé autrement.
Les souvenirs me restent comme une bouée de sauvetage,
Une bouée que je trouve douloureuse, et qui ne me sauvera pas,
Une bouée que j’ai envie de lâcher, s’il ne restait un minime espoir.

Quelques photos de toi.
Et moi.
Qui ne suis déjà plus là.











Wednesday, December 03, 2008
5:29 AM

Oeuvre originale
Auteur : BODY

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires

Chansons

Je pense encore à toi.


Je suis entré dans l'église
Et je n'y ai vu personne
Que le regard éteint du plâtre des statues
Je connais un endroit où il n'y a rien au-dessus
Je pense encore à toi.

J'aurais dû me méfier des vents qui tourbillonnent
De ces pierres qui taillent cachées sous l'eau qui dort
De ces bouts de ruisseaux qui deviennent des ports
Je pense encore à toi.

On m'avait dit que tout s'efface
Heureusement que le temps passe
J'aurai appris qu'il faut longtemps
Mais le temps passe, heureusement, heureusement.

J'ai croisé le mendiant qui a perdu sa route
Dans mon manteau de pluie je lui ressemble un peu
Et puis j'ai ton image plantée dans les yeux
Je pense encore à toi.

Je pense encore à toi.

Wednesday, December 03, 2008
3:32 AM

Auteur : F. Cabrel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

1 Commentaires

Poèmes

A toi belle inconnue.


Je déclame en ta faveur, belle inconnue, ce poème,
Ce poème où tes honneurs se liront chaque jours,
J’ai gravé en moi ton nom et ton amour,
Qui croiront à l’envie de notre bohême.

Hier, ton visage était triste et beau,
Aujourd’hui, il est rayonnant,
On eu dit qu’un prince charmant,
T’eut lavé de son visage éblouissant.

Disant, chantant mes vers en t’émerveillant,
Reste ici, près de moi,
Reste ici, contre moi,
Reste, j’ai besoin de toi.

Car si tu me fuyais, je n’aurais plus une vie,
Je verserais larmes et pleurs sans cesse,
Croyant noyer mes tourments,
Mon cœur brouillerait de ces écroulements, et s’affaiblirait sans cesse.



Wednesday, December 03, 2008
3:08 AM

Oeuvre originale
Auteur : BODY

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

7 Commentaires

Déclarations d'amour

IL A FAILLIT.


IL A FAILLIT DE PEU

Pour que je ne vienne jamais sur ce site ; mes copains voulant absolument me trouver une compagne m’y ont inscrit à mon insu puis me l’on signalé.

IL A FAILLIT DE PEU

Pour ne pas que je comprenne que quelque chose n’allait pas. 200 mails en 15 jours, pour Moi, il y avait un truc qui ne tournait pas rond.

IL A FAILLIT DE PEU

Pour que la belle métisse dont je m’amourachais doucement, ne devienne une simple photo derrière laquelle se cachait une vilaine femme de couleur.

IL A FAILLIT DE PEU

Pour ne pas que je comprenne rapidement que les sites de rencontre, même sérieux comme celui si, ne deviennent des pièges à cons remplis d’arnaqueuses(eurs) de toutes sortes.

IL A FAILLIT DE PEU

Pour que je ne tombe pas amoureux d’une petite perle noire, que j'ai appelé "p'tit bout la marmotte" par rapport à sa taille et à son envie de dormir longtemps, puisqu'à notre première rencontre sur le net nous nous sommes déjà disputés.

IL A FAILLI DE PEU

Seulement de trois documents manquant, pour que le visa ne soit pas refusé et pour qu’à ce moment même, je ne sois plus sur un site de rencontre mais assis amoureusement dans un fauteuil avec mon aimée dans mes bras.

IL A FAILLIT DE PEU

Pour que cette décision ne nous crève pas de déception et nous entraine mutuellement à nous rejeter la faute de cet échec.

IL A FAILLIT DE PEU

Pour que nous nous lancions, en toute et pleine connaissance, dans une nouvelle procédure de demande de visa, cette fois orchestré par mes avocats.

IL A FAILLIT DE PEU

Pour que cette épreuve nous rende plus fort plutôt que de nous anéantir et nous faire nous déchirer comme des fauves.

IL A FALLIT DE PEU

Pour que je puisse l’oublier à tout jamais et pour que l’amour se transforme en haine, puis en indifférence.

IL A FAILLIT DE PEU

Pour que je puisse me lever un matin en me disant que c’est du passé, qu’il y a plein de jolies femmes sur ce site, qui ensemble m’ont envoyée plus de 1.100 mails en 6 semaines ; et que "une de perdue dix de retrouvées".

NON ! IL A FALLUT

Que malgré son caractère de cochon, je reste toujours amoureux d’elle et que c’est sans doute la dernière, l’âge étant là, que j’aimerai si fort ; en vain.




Friday, November 21, 2008
11:11 PM

Oeuvre originale
Auteur : BODY

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

4 Commentaires

<< Précédant  Page 2   Suivant >>

Blog mis à jour le 12/12/2019 à 02:24:19



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit