Accueil | Connexion
Trazi - 826035
Skip Navigation Links.
Liens \ Forums \ Plaisir d'écrire

jovaly - 1761455

Merci Franck Delaire


Merci Franck Delaire
Attention, il est INTERDIT de descendre par cette échelle
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Quoi? Vous ne m’écoutez pas? J'ai dit... Ne descendez pas !
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Sérieusement, j’ai dit NON !
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Arrêtez-vous, maintenant ! Pas plus loin
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
C'est interdit et surtout... c'est impossible, arrêtez-vous là !
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Vous ne pourrez pas dire que l'on ne vous avait pas prévenu...
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Ne descendez plus...Stop... Ca ne sert à rien
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Stop !
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Arreeeeeeetez!!!!
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Dernier avertissement, vous allez y laisser des plumes !
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
J’ai dit «Arrêtez!!!» «Stop!!!»
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Danger!!!
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
Dernière chance
Arrêtez-vous, maintenant !!!
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬
╬═╬✨✨✨🤗 Bien joué !
J’espère que vous faites de même avec vos rêves, vos espoirs et vos objectifs.
N’abandonnez jamais.
Ne laissez jamais personne vous arrêter ou vous empêcher d'obtenir ce que vous voulez vraiment... ce que vous voulez vraiment faire.
Vous êtes seul responsable et le seul maître de votre vie !
Alors faites-le

Dernière participation le
Saturday, December 25, 2021
3:25 PM

2 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

alex - 2915478 

dernier livre d'ALEX (presque gratuit)


Chapitre un gratos , et ne venez pas me dire
que çà ne vaut pas une thune

Chapitre 1
(un doute m’habite)

On pense quelquefois que j’ai des griefs vis-à-vis des enseignants, j’en ai. Pour constater ce qu’ils sont devenus, et ce uniquement par nostalgie de mes anciens instituteurs.

Dans ce temps-là tout le monde travaillait, juste pour manger. Seul le notaire, le médecin, et le maire avaient une voiture, nos instits avaient des vélos. Ils portaient des bérets « sambre et meuse » et régnaient en despotes sur un monde étrange fait de fautes d’orthographe sévèrement réprimées et de récitations mal apprises ânonnées par des loupiots aux genoux écorchés par leur vie aventureuse de la récré.
La classe sentait la craie, et l’encre « Waterman » dans laquelle on plongeait avec délectation des mouches embrochées sur nos plumes sergent major.
Ils passaient a la maison de temps en temps pour boire un coup et discuter avec les parents, ils repartaient avec une bouteille d’huile d’olive, ou quelques haricots quand c’était la saison. Les parents avaient pour eux un respect immense et une confiance aveugle, ils détenaient le « savoir. »

Ainsi, ils pouvaient rêver pour leur progéniture d’un emploi a la poste ou elle pourrait s’épanouir dans l’odeur de la colle des timbres et le bruit sourd des tampons. Pour échapper au labeur de la terre si ingrat et incertain.

D’autres plus ambitieux imaginaient un fils garde champêtre, vu qu’il connaissait déjà a 15 ans toutes les astuces du braconnage.
Et le certificat d’étude, dignité suprême, figurerait encadré dans le salon entre le portrait de l’oncle Antoine mort a Verdun et la photo de mariage de la mère qu’on ne reconnaissait pas tant elle était jeune.

Ah a l’époque on avait des joies simples, ainsi les valeurs républicaines et la morale laïque enseignées en classe, fournissaient la chair a canon garantie patriotique, dont les militaires avaient besoin pour les guerres coloniales.
La discipline en classe ? c’était la base de l’enseignement. C’était la même qu’a la maison, on ne parlait qu’après y avoir été autorisé. Et on n’était jamais très loin de la baffe.

Que reste-t-il de tout ça aujourd’hui... rien. Je comprends mal que tout le monde pleurniche sur son triste sort alors qu’on mange sans rien foutre, et que c’est la télé qui dit la bonne parole… que l’autorité c’est du nazisme, et que mémé, qui s’est mariée quatre fois, ne connait que le micro-onde et part en vacances à Ibiza pour fumer des pétards avec des « keublas« .

Mais voilà qu’‘on nous bassine avec les valeurs de la République, mais quelles sont-elles? La liberté ? Confisquée par les compagnies d’assurance qui font fabriquer des interdictions a la chaîne au prétexte de protéger la santé ? ou leurs profits ?

L’égalité ? Ou les castes se disputent avantages et protections au détriment des précaires qui vivent dans l‘incertitude du lendemain ?

La fraternité qui dépends des deux premières et qui se voit donc amputée largement !
.
Non les valeurs « républicaines » ne valent plus un pet de lapin, dans une société ou l’effort n’est pas nécessaire, ou l’opiniâtreté n’est plus reconnue comme une qualité mais comme une tare « d ‘opportuniste », ou le talent s’efface derrière la télé réalité, ou les références vivent a « koh lanta » ou on apprend a pêcher un poisson en 8 semaines ..

Vous vous dites,
» houlà il a l’air aigri le pépère, il a dû avoir une vie de merde a courir derrière le pognon et il ne comprend pas que nous on en a rien a foutre, du travail. Le pognon suffira bien » Mais pas du tout j’ai mené une existence parfaitement agréable, dans le sens où je n’ai manqué que du superficiel et que j’étais capable de m’en apercevoir.

C’est vrai que quand on y réfléchit, que celui qui sait exactement identifier ses besoins réels et est capable de les combler, lui ce n’est pas un radin, c’est un homme riche, riche de tous les besoins qu’il n’a pas, donc libre.

Échappant a la folie consommatrice, il peut vaquer a ses occupations favorites, loin des chefs de bureaux shootés au « management by objectives », du fisc, et autres balivernes permettant une surveillance étroite des « travailleurs » qu’on fait semblant de payer et qui sont tentés de faire semblant de travailler, pour la plus grande joie des déconneurs de la machine à café.
J’en étais là de mes digressions habituelles quand soudain….

Et c’est là que vous étés sensés glisser une pièce dans le schmilblick pour savoir la suite !!

(Mais non restez concentrés, je plaisante, quoi que. Mon éditeur, un infâme requin de la finance, qui sent le parchemin usagé et la choucroute de la veille payée a crédit, verrait çà d’un bon œil, vu que son costard date de la samaritaine, qu’il a plein de papiers bleus d’huissiers dans sa poche. Et une R16 comme bagnole qui ne peut plus rouler dans Paris;)


LE TELEPHONE SONNE, je décroche et j’apprends que je suis l’heureux bénéficiaire d’une loterie de l’amicale des boulistes de Yaoundé et qu’il me faut rappeler un numéro a 13 chiffres pour discuter avec le notaire et lui donner mes coordonnées bancaires pour toucher mes 20 millions d’euros ..Là je raccroche sans dire un mot ,et me lève pour aller pisser..

Ce qui est symptomatique de cette époque c’est que le niveau général baisse, et ce a une vitesse vertigineuse, c’est quand on voit la qualité de ces arnaques qu’on s’en aperçoit. Pour marcher dans ce genre de combine faut être en dessous de la surface des choses non ? Quand même ..
Je ne parlerai pas des sollicitations permanentes de ces « dames » qui cherchent l’Ame sœur a 50 ans ce qui prouve quand même que si elles étaient des chiens de chasse elles n’auraient pas mangé tous les jours, bon ben voilà , faudra s’y faire.. La roue tourne

J’en était là de mes réflexions lorsque la porte s’ouvre et « Carlita » apparaît et me dit

_ il faudra rappeler Pharmacorp ils ont un projet d’audit, et elle referme
Oui je l’appelle « carlita » pace qu’elle a un filet de voix tellement ténu que je me demande si acheter un sonotone ne serait pas un investissement justifié ; en fait elle s’appelle jeannette, il y a vraiment des parents qui déconnent.

Oui, je suis un expert, un expert en « systèmes d’information et de communication » ça en jette un max sur mes cartes de visite, mais basta je ne le crie pas sur les toits depuis que j’ai appris que « l’informaticien » (qui a détrôné l’agent d’assurance dans l’enquête « avec qui redoutez-vous de vous retrouver coincé dans l’ascenseur «) a la première place? L’informaticien !! avant c’était l’agent des assurances … je sais que vous avez en tête la « tronche de l’informaticien, lunettes, Langage bizarre, explications incompréhensibles, pour qui les photos de mamie sont un conglomérat de pixels ordonnés, et le film de votre mariage se pèse en Mēga octet. He bien non , ça se sont des ‘tecos‘(techniciens si vous voulez), On présente toujours ces gens comme des génies demeurés avec7 ans d’Age mental , comme dans la série « Chaos théory » ou on sent bien que « sheldon« , le personnage principal, a une base de connaissance très étendue , une base de règle impressionnante , un moteur d’inférence de haut niveau , mais des difficultés cognitives pour les choses simple de la vie , en fait on le fait raisonner comme un système d‘intelligence artificielle, c‘est ça le secret du personnage..
Ben non nous ne sommes pas tous comme çà ; na !
Moi j’enquête, sur les gens vous voyez ? Ceux qui définissent l’organisation du flux d’information etc. etc. parce que derrière chaque écran c’est un humain qu’il y a, mais bref, excusez-moi mais j’ai un coup de fil à passer, faut bien payer le loyer


Je prends connaissance de l’appel d’offres auquel je dois répondre.



Dernière participation le
Wednesday, March 17, 2021
9:14 AM

74 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

djenie à l'idée - 3130878

En ce temps là


En ce temps là...il y avait les hommes et les femmes . C'était l'époque barbare où existait un phénomène social qui fait sourire aujourd'hui. On appelait cela la famille.
Des heures qu'il voyait défiler ces infos...Il soupira, un peu fatigué. Préparant une étude sur le second siècle avant l'unicité libératrice, qu'il allait proposer au contrôle andragogique de l'eurasie.
Se frottant les yeux, il se dit qu'il avait assez consulté sa mémoire intégrée : ouf! le fait d'interagir entre le cerveau archaîque et la puce bioélectronique dans sa boite crânienne lui causait des maux de tête lors d'échanges un peu longs.
Allons...un instant de repos déclaré me fera le plus grand bien. Il ordonna mentalement à la cabine de reconditionnement de l'entourer, et il s'allongea sur ses capteurs dorsaux . Quelle sécurité ! au moindre dysfonctionnement biomorphophysiologique, une intervention robohumaine lui serait attribuée.
Il sourit...tout à sa détente programmée . Les hommes les femmes, quelle époque! Combien de conflits, de haines, de colères de frustrations engendrées par ces classifications heureusement obsolètes...L'humain était alors bestial, injuste, luttant sans cesse pour être dans le groupe dominant.
Il dormit sereinement, sans rêves consommateurs d'énergie, compensés par la régulation synapsienne. à suivre.

Dernière participation le
Monday, April 27, 2020
8:28 AM

39 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

djenie à l'idée - 3130878

Avec un ciel si bas, la terre aussi d'ailleurs.


j'étais fourbu, las, é-pui-sé…
on avait bossé jusqu'au soir. je haissais cette plaine interminable, cette sensation de n'être rien, au milieu de nulle part.
malgré les paroles de Brel le ciel n'est pas toujours bas là haut...surtout l'été.
on avait transpiré comme des fiévreux emmitouflés. j'ai failli attraper ma première insolation, ou coup de chaleur je ne sais pas trop. C'était le premier jour. Après j'ai appris à me protéger, et à hydraboire (tout ça pour ne pas écrire le mot à la mode)
une insolation dans le chnord, ça sent presque le bobard pour touriste, et pourtant...je l'ai pleuré mon crachin breton. D'ailleurs lui aussi est condamné par le réchauffement climatique…
Sans avoir besoin de coach sportif, nous procédions à des étirements pour lutter contre les contractures, le mal de dos en fin de journée.
Les jeunes en tout cas, mais les vieux venus du désert ou de ses confins, semblaient taillés dans du marbre.
leurs yeux brillants et leur raideur trahissaient pourtant leur fatigue. Ils nous observaient nous étirer et souffler de soulagement . Allez, encore une journée de torture de tirée!
Bercés par le ron ron du camion qui nous ramenait vers le repas et le coucher, nous fermions les yeux, pour voler quelques secondes de demi sommeil, et aussi pour ne pas être déprimés par le paysage d'une platitude et d'un monotone qui font la
renommée du pays.
Des tas de betteraves, comme uniques montagnes, la poussières des engins agricoles comme uniques embruns.
Mais un peu, si peu d'argent de poche pour certains, de la monnaie au cours nettement plus élevé pour d'autres.
nous formions une sacrée équipe. Disparate, assez silencieuse, ce qui est logique vu la diversité des langues….


Dernière participation le
Saturday, April 11, 2020
9:40 AM

6 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

domi - 417343

REGAIN (xiane va aimer!) j''espère!


REGAIN

Il gisait, immobile et sans vie, depuis peut être une éternité, lorsqu’en lui même il senti la douce chaleur du bain de réveil… Le moment était arrivé ! Il allait pouvoir revivre enfin ! Marc essayait de se souvenir, mais c’est une nausée affreuse qui pourtant le submergea.

Il ne comprenait pas trop, que faisaient les infirmières chargées du réveil? Où étaient-elles? Pourquoi n’était-il pas déjà perfusé? Le liquide amniotique se refroidissait et s’écoulait lentement alors qu’il ouvrait péniblement les yeux. Il senti son sarcophage se vider ! Pourtant on lui avait bien expliqué qu’il serait pris en charge et n’aurait aucun désagrément lors de son réveil et déjà contrarié, il essaya d’inspirer car il étouffait littéralement! Ces efforts furent vains, le liquide s’échappait toujours il ne semblait d’ailleurs plus très chaud et Marc avait l’impression de se retrouver dehors, en plein hiver, nu et par moins 15° au moins et toujours cette angoisse, cette nausée qui l’oppressait. Marc inspira de toutes ses forces, une violente déchirure lui traversa la poitrine lui arrachant un cri rauque et bestial.

Mais que foutaient les infirmiers ! La douleur restait très vive et un goût de sang lui arriva dans la bouche. Inquiet, Marc essaya de s’asseoir au moins pour appeler à l’aide. Un clavier était d’ailleurs à sa disposition à droite de sa main, il pressa le bouton d’appel et un voyant situé à côté du bouton se mis à clignoter. Marc tremblait à présent, et ce liquide qui se vidait toujours , bientôt, il ne resta plus rien que Marc transi et tremblant de froid . Dans un effort surhumain, il essaya de se lever non sans hurler afin qu’on lui vienne à l’aide… Mais pas un bruit ne répondait à ces appels seuls le ronronnement des compresseurs lui parvenaient aux oreilles …Marc commençait à s’inquiéter et sorti du sarcophage.

Il tendit la main pour prendre la robe de chambre pliée et rangée sur le dessus du sarcophage mais ses mains disparurent dans une poussière blanche et grise qui le glaça d’effroi !
Vite il tendit la main vers le couvercle du sarcophage pour tenter de le refermer : Sur le dessus la date indiquait bien 2028 gravé dans une plaque d’ailleurs fissurée comme usée par le soleil et juste en dessous était indiqué en chiffres électroniques 2328 ! Ce n’était pas possible ! il n’avait pu hiberner 300 ans! Les docteurs lui avaient dit que les antibiotiques du germe mutant qu’il avait contracté au contact d’une femme soldat en permission serait probablement au point dans 2 ans tout au plus! Or si le calendrier électronique était bon, c’était il y a 300 ans ! Que c’était-il passé ? Marc tremblait de froid et d’angoisse et c’est avec difficulté qu’il se dirigea vers ce qui lui semblait une sortie. Il pénétra dans la pièce plutôt spacieuse et se dirigea vers ce qu’il pensait être l’infirmière de garde, mais il ne vit horrifié qu’un squelette momifié grimaçant ! Il regarda l’éphéméride et lu 2032 il était indiqué les mesures prises et la mise en service autonome du système grâce au générateur nucléaire situé au 8ème sous-sol. Mais sacré nom d’une pipe! Pourquoi s’étaient-ils branché sur ce générateur de secours si coûteux ?

Il fouillait fébrilement les armoires à la recherche d’un vêtement chaud mais ne trouva que des choses qui tombaient en charpie au moindre contact .
Il se dirigea vers un sas ou il trouva des combinaisons de protection anti-virales et les enfila fébrilement ses dents s’entre choquant violemment.
Il fouilla tout le bureau et trouva enfin ce qu’il cherchait: Le protocole de réveil ! Il ouvrait les placards, tendu, fébrile et inquiet puis trouva les produits dans des ampoules scellées. Mais était-ce raisonnable? N’allaient-elles pas le tuer ? Il allait de plus en plus mal et se résolu à s’injecter le produit de réveil. Il perdit alors connaissance…

La suite, si ça vous plaît. Tout est dans la tête …J'leur raconte des pitites histoires comme ça avant de les câliner, pas vous? Ca change de: Il était une fois!
Pis ca permet de recharger la batterie (hihi)

Dernière participation le
Monday, September 03, 2018
4:44 PM

162 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 26/01/2022 à 16:37:08



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit