Accueil | Connexion
lanserlia - 993217
Skip Navigation Links.
Liens \ Forums \ Plaisir d'écrire

Gimel - 986228

En hommage au Vrac.





Que seront devenu dans une trentaine d’années des sites comme le notre ? J’ai mis le pied ici en Janvier 2004. J’ai commencé à boire le biberon sur « en Vrac » un forum ou le plaisir d’écrire n’est pas un vain mot, j’y suis depuis resté fidèle, surtout, en m’essayant à l’écriture de la poésie, quelques textes pour tout dire, d’autres pour ne rien dire en ayant cependant toujours présent à l’esprit le respect et le plaisir.

J’ai laissé libre cour à mon cerveau afin qu’il puisse fantasmer sur ce que pourrait être un site de rencontres et de partage dans les années 2030, permettez moi de vous le présenter :

Dernière participation le
Monday, September 06, 2021
7:21 PM

221 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

alex - 2915478 

recueil de nouvelles anciennes et récentes


Aldemar marchait depuis deux jours maintenant depuis le village du guelgred dans les montagnes du zagroz. La neige tombait molle et collante. La mule avait la marche pesante et la tète basse. il devait réussir a passer le "Gash el Mastan" ce qui le conduirait vers Ispahan.
Sa jeune femme étendue sur la litière derrière l’animal était recouverte de peaux et de fourrure, elle ne se plaignait pas. Il avait les membres un peu engourdis et murmurait les poèmes de "Hafiz de Shâmlou"
« Allons ! Faisons jaillir des fleurs, versons du vin délicieux,
Crevons le plafond de l’Univers, entamons de nouveaux desseins.
Si la tristesse rassemble ses troupes pour verser le sang des amoureux,
Moi et l'échanson, nous nous allierons et éradiquerons ses essaims ! »

Les femmes de guelgred avaient bien senti que cet accouchement se passerait mal, le pronostic était critique, l’enfant se présentait par le siège. L’hiver avait isolé les vallées, et Aldemar avait décidé de tenter le passage par la montagne.
Le troisième jour de marche sa femme ne se plaignait plus, il était inquiet.
Aldemar Bakthyaris , s’était marié l’année dernière ,il avait travaillé dix ans pour ça au Liban , et il avait beaucoup demandé un fils a dieu..
« Que signifie donc la miséricorde du pardonneur ?
Le chaste choisit le vin du paradis, et Hafiz coupe les fleurs,
Dans cette affaire, laquelle est la volonté de Créateur ? »..la nuit tombait..

Le sergent des forces spéciales Gutierrez, était en mission « under cover » , depuis huit semaines dans la région, avec 4 hommes .. quand il a été prévenu par « l’observer » que quelque chose montait sur le chemin en lacet..Ce n’était pas un véhicule, et on entendait une voix.
D’un geste il plaça ses hommes de part et d’autre du chemin et fit faire le silence.
L’homme déboucha recouvert d’une houppelande suivi d’une mule avec un attelage.. un rapide scan infra rouge lui indiqua 2 personnes .Parfait pour un interrogatoire. il commanda le stand bye.
Aldemar crut voir surgir le diable habillé de blanc des bas cotés. On l’immobilisa. En lui intimant l’ordre de se taire.
Le sergent découvrit une toute jeune femme enceinte inanimée avec du sang séché sur les cuisses. Le diagnostic n’était pas compliqué a faire.
Personne ne parlait seul les arbres chuchotaient dans la nuit noire..par geste le sergent demanda au caporal Corby, infirmier de 2eme classe dans le corps des marines d’agir sur la femme..ils se dirigèrent vers une petite clairière qui leur avait déjà servi d’abri..
Quinze minutes plus tard , on entendit le cri déchirant du nouveau né, extrait par une césarienne improvisée, la jeune femme sedatée fut placée sous perfusion de campagne, replacée avec le nourrisson dans l’attelage.. l’homme libéré, et le doigt sur la bouche le sergent fit comprendre a l’homme qu’il devrait se taire..
Aucun mot n’avait été prononcé
Aldemar acquiesça de la tète la main posée sur son cœur..et repris la descente vers guelgred, des larmes dans les yeux.
« Voici l’aube, dégustons un instant de ce vin, plein de rougeur.
Faisons voler en éclats ce verre de l'honneur-déshonneur.
Laissons tomber nos longues ambitions.
Effleurons la harpe et la longue toison. »


Le 25 décembre 2009 une petite fille était née dans les montagnes du zagroz… ce fut une belle nuit de noël pour le commando du sergent Gutierrez. Rien ne figurerait sur son rapport journalier





Dernière participation le
Monday, September 06, 2021
7:18 PM

6 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

djenie à l'idée - 3130878 

Avec un ciel si bas, la terre aussi d'ailleurs.


j'étais fourbu, las, é-pui-sé…
on avait bossé jusqu'au soir. je haissais cette plaine interminable, cette sensation de n'être rien, au milieu de nulle part.
malgré les paroles de Brel le ciel n'est pas toujours bas là haut...surtout l'été.
on avait transpiré comme des fiévreux emmitouflés. j'ai failli attraper ma première insolation, ou coup de chaleur je ne sais pas trop. C'était le premier jour. Après j'ai appris à me protéger, et à hydraboire (tout ça pour ne pas écrire le mot à la mode)
une insolation dans le chnord, ça sent presque le bobard pour touriste, et pourtant...je l'ai pleuré mon crachin breton. D'ailleurs lui aussi est condamné par le réchauffement climatique…
Sans avoir besoin de coach sportif, nous procédions à des étirements pour lutter contre les contractures, le mal de dos en fin de journée.
Les jeunes en tout cas, mais les vieux venus du désert ou de ses confins, semblaient taillés dans du marbre.
leurs yeux brillants et leur raideur trahissaient pourtant leur fatigue. Ils nous observaient nous étirer et souffler de soulagement . Allez, encore une journée de torture de tirée!
Bercés par le ron ron du camion qui nous ramenait vers le repas et le coucher, nous fermions les yeux, pour voler quelques secondes de demi sommeil, et aussi pour ne pas être déprimés par le paysage d'une platitude et d'un monotone qui font la
renommée du pays.
Des tas de betteraves, comme uniques montagnes, la poussières des engins agricoles comme uniques embruns.
Mais un peu, si peu d'argent de poche pour certains, de la monnaie au cours nettement plus élevé pour d'autres.
nous formions une sacrée équipe. Disparate, assez silencieuse, ce qui est logique vu la diversité des langues….


Dernière participation le
Saturday, April 11, 2020
9:40 AM

6 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

djenie à l'idée - 3130878 

cauchemar ?


Quel silence! c'est sa profondeur qui m'a oppressé, et une odeur de vieux journal, de vieille bibliothèque. Enfin vint l'éveil...la conscience.

Je m'étire en grognant, tentant de me remémorer les pages de ces rêves qui me sont revenus à plusieurs reprises, ce qui m'inquiète un peu.

Bon je n'en suis pas encore à entendre des voix, mais...je crois sentir un parfum désagréable: je n'irais pas à le comparer aux couloirs de certains mouroirs en sous-effectif, mais comment dire? Une odeur d'abandon, de solitude, de tristesse, oui de tristesse…

Le fond de l'air des cimetières d'autrefois, avec des effluves de terre sablonneuse, parfois l'envol des fragrances de chrysanthèmes ou de fleurs moins classiques c'était tout de même plus cool.

Passons sur les dames noyées de parfums puissants, survivant (c'est amusant ça) à leur éloignement. Tout est bizarre dans ce...je ne sais quoi, qui me fait penser à un cimetière, un mausolée, un musée: et puis ce goût de brûlé couplé à cette tristesse rémanente. c'est comme un signe, un message qui vient de loin. D'abord, un cimetière digne de ce nom devrait garantir le silence de ses locataires.
Et là...non : ça papote gentiment...un petit bonjour le matin, un petit coucou le soir!
Non, ne croyez pas que je passe mes jours et mes nuits avec mes chers disparus.
Ni à fortiori avec les autres, morts trop tard à mon goût (sans compter les salauds vivants)après les misères qu'ils ou qu'elles m'ont fait subir.
Je suis presque normal...à mon sens et celui d'une paire de bons amis. Et puis les cimetières d'avant c'était plus sérieux; des tumulus des préchrétiens aux jolies tombes bien lisses, en passant par les boites de granit des francs et mérovingiens.
Perso, j'apprécie les colombariums, les jardins du souvenir où justement j'ignorais cet étrange sentiment de malaise, de vide quasiment sidéral. Tout cela sans savoir ni son origine ni son statut physique.

Donc, pour tenter de comprendre, il faut chercher d'abord s'il y a tombe ou pas. Mais dans un cauchemar, on ne maitrise pas une enquête de ce genre. Enfin suis-je bien sûr d'être dans un cauchemar ? Les rêves éveillés ça existe, non ?.....Une image furtive me vient...lointaine: oui il y avait de la vie ici.
J'ai la sensation d'avoir déjà vécu dans cet endroit, et pourtant ailleurs.
Je me concentre intensément...un nom me vient: "pinson"/ mais oui! les bonjours/ bonsoirs c'était lui! Des flashes me sautent aux yeux: "une "coupe-anne" (une sévère?) un "immortel"(qui renait de ses cendres?) une "jeune chanteuse"(ahhh) tiens plus rigolo: un "1 et 3 de la gamme"(un musicien?)
enfin un "omnipotens"(un religieux ?) Une brume soudain s'abat ...Je me demande si ce truc étrange n'échappe pas un peu au réel...sans pour autant...ma respiration s'apaise, je crois bien que pour cette nuit le cauchemar va me laisser me rendormir paisiblement...

Dernière participation le
Wednesday, January 09, 2019
10:07 AM

20 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

719349

♫ ♥ VOLEUSE ♥ ♫




Comme une voleuse,je m'approprie cet espace. Pour y déposer mes écrits...

On dit que l'écriture est la meilleure thérapie, lollll hé bien moi je suis mon meilleur thérapeute...

Bon le but est de ne pas encombrer les espaces de poèmes car je ne cherche ni notation, ni approbation ni désapprobation. Les critiques sont la bienvenue, car à mon sens la seule façon de s'améliorer est de se regarder par les yeux des autres...

Donc, pour fêter mon emménagement, je dépose mon premier carton...


Dernière participation le
Sunday, September 11, 2016
5:41 PM

4760 Contributions

Ajouter à vos favoris

Répondre

  Page 1   Suivant >>

Blog mis à jour le 23/05/2022 à 17:49:48



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit