Accueil | Connexion
lanserlia - 993217
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Nouvelles   Tous ses textes


le refuge de la Femma (5 et dernier)


Ce jeudi, nous avons eu le soleil, le bleu des vitraux sur nos têtes, les murailles de pierre autour de nous, la féerie du soir pour nos yeux, la magie de la pleine lune pour nos âmes, le bol de thé chaud pour nos mains et notre soif.

Nous avons eu tout le bonheur du monde ce jour-là. Nous nous sommes endormis heureux : la lune et les Dieux nous avaient souri.

Epilogue :

Quelques jours plus tard, j’ai fait le compte rendu à mon docteur : 20 kms de marche dans la neige, dont « quelques uns » dans le froid de la nuit.
Pour une reprise « tranquille » de la marche, c’était raté ! mais Achille le tendon a tenu le coup…

Et qu’a dit le docteur de ces excès ?
Rien ! et il a même souri. Il avait compris : il aime la montagne, lui aussi !


Tuesday, January 11, 2005
9:32 PM

Oeuvre originale
Auteur : lanserlia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

19 Commentaires

le refuge de la Femma (2)


Au bout d’une bonne demi-heure, nous passons devant le refuge du Plan du Lac, à 2364 m d’altitude, très animé l’été mais fermé et plongé dans son sommeil hivernal maintenant, comme les marmottes !

La route continue en piste, descend. Voilà la chapelle Saint Barthélémy (2284 m) ; carrefour de grandes randonnées : en face, le GR5 qui s’en va vers le refuge d’Entre-Deux-Eaux et Tignes, ou le refuge Félix-Faure et Pralognan, entre 2 massifs de « caillasse » avec, au fond, la Grande Casse.

Nous, nous irons à droite, dans le vallon de la Rocheure. Une pancarte indique : « refuge de la Femma : 2 heures ». Cela fait 1 h ½ qu’on marche, nous ne sommes pas encore arrivés….

Le spectacle est grandiose. Les montagnes nous entourent et nous dominent de toute leur majesté, de tout leur orgueil, de toute leur énorme splendeur.
Le silence nous enveloppe. Nul besoin de parler, juste écouter le silence, s’en imprégner, alléger nos esprits fatigués par le bruit « d’en bas ». Ici, on respire le silence, on s’approche des Dieux.
L’immensité du paysage, le bleu du ciel, le souffle libre du vent rappellent l’humilité et la modestie à l’être humain. Il doit être plus facile de prier ici, dans ces chapelles isolées au détour d’un chemin, refuge du voyageur , du berger… chapelles aujourd’hui fermées ou en ruine, repères ô combien précieux à nos âmes tourmentées !

Nous voilà repartis, à l’ombre, sur la piste encombrée de neige et de congères, marche pas toujours facile mais ça descend ! Nous cheminons ainsi longtemps, jusqu’aux chalets de la Rocheure où la piste s’arrête et se transforme en chemin, après avoir traversé le ruisseau.

Des groupes de chamois dévalent les pentes, s’arrêtant pour brouter et regarder ces 2 humains maladroits sur leurs 2 sabots. Ils doivent bien rire de nous voir progresser l’échine courbée et les mains agrippées aux bâtons de ski, en équilibre sur les cailloux du chemin !

« sont-ils donc empotés, ces humains ! » me semble-t-il lire dans leur regard moqueur…

D’ailleurs, il ne se sauvent même pas à notre approche et nous toisent même d’un certain mépris goguenard !

Nous avons retrouvé le soleil en traversant le ruisseau. Il y a moins de neige mais par contre les ruisselets se sont transformés en de grandes coulées de glace vive qui nous obligent à quelques petits détours.
Le chemin remonte à travers les maigres herbages d’altitude.

Après 3 h ½ de cheminement, nous voilà au refuge : 2 chalets de bois, à 2323 m d’altitude, nichés contre la paroi, à l’abri du rocher de la Femma. Le refuge d’hiver est ouvert : nous nous installons sur la terrasse, devant un bol de thé bien chaud…

Ah ! le thé bien chaud sur la terrasse du refuge de la Femma !
Est-il possible de vous décrire l’indescriptible ?
Cette sensation de bonheur, de paix… le silence, troublé par le bruit assourdi du torrent en contrebas ! et le thé chaud qui chauffe les mains, qui réchauffe l’âme, le cœur et l’estomac…

Pas de bruit, pas de mots, pas de gestes. Juste les mains serrées sur le bol de thé chaud et le regard posé sur les montagnes inondées de soleil.

Et le casse-croûte ! Ah ! le casse-croûte,

Tuesday, January 11, 2005
9:31 PM

Oeuvre originale
Auteur : lanserlia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

18 Commentaires

le refuge de la Femma (3)


L’heure tourne, la nuit tombe vite en cette saison. Il nous faut bien revenir « sur terre » et penser au retour. Déjà le soleil se cache derrière la barrière rocheuse, en face de nous, donnant le signal du départ.
15 heures : il est temps. A l’aller, nous sommes descendus la plupart du temps et maintenant, logique oblige, il va falloir monter le chemin du retour…

Un dernier regard au refuge qui retrouve sa solitude hivernale et nous reprenons nos traces en sens inverse.
Revoilà nos chamois, à peu près aux mêmes endroits, ou se détachant sur la ligne de crête, toujours aussi peu affolés par notre présence…
L’ombre monte vite dans le vallon de la Rocheure : eux restent au soleil sur le versant sud.

La progression est aussi lente qu’à l’aller : les mêmes plaques de glace puis, une fois la piste retrouvée, les mêmes congères de neige poudreuse, en montée cette fois…

L’ombre remonte le long du versant, le crépuscule s’installe et, avec lui, la magie du soleil couchant.
Tout est dans l’ombre, dans le vallon. Par contre, les rochers étincellent, puis, petit à petit, deviennent rouges. Dans le ciel d’un bleu de vitrail, quelques traînées nuageuses flamboient vers l’ouest.

La grande fête du soir a commencé pour nous, rien que pour nous !

Plus l’ombre remonte le long des prés et des murailles, plus les rochers brûlent, le bleu du ciel se fonce, devient pur comme le diamant, les nuées flambent de mille nuances de rouge.
Un chamois se dessine sur la ligne de crête en face de nous ; où va-t-il ? communion de la nature et de l’animal aux sabots agiles…

La nuit nous rattrape et nous enveloppe. Le retour est pénible : la neige poudreuse, la montée, la fatigue… ne pas regarder trop loin devant, le chemin qu’il reste à faire, ne pas regarder la montre, le temps qu’il reste à marcher… Un pas devant l’autre, dans les traces, régulièrement, sans à-coups.

Revoilà la chapelle St Barthélémy : d’ici, il reste 1h½ de marche… Un pas devant l’autre…

Et le tendon ? s’il lâchait ici ? loin de tout, dans la nuit ? Ne pas y penser… Allez ! on continue, un pas, un autre…

Maintenant la nuit est tombée, le vent souffle faiblement mais il est glacé. Les montagnes se sont éteintes, les nuages aussi, les chamois ont disparu dans l’ombre.
Nous voilà vraiment seuls, la lampe frontale éclaire nos traces.

Soudain….

Tuesday, January 11, 2005
9:31 PM

Oeuvre originale
Auteur : lanserlia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

18 Commentaires

Le refuge de La Femma (1)


Le refuge de la Femma

C’était un mardi au bureau. Un mardi, encore une fois !
Il est entré, avec son sourire en coin et son regard pétillant que je connais si bien !
« Jeudi, la météo annonce grand beau temps… »

Nul besoin d’en dire plus : j’avais « capté » le message… J’ai demandé mon jour de congé et nous nous sommes retrouvés, jeudi matin, au début d’une belle journée prometteuse…

Nous avons remonté la vallée de la Maurienne, puis une partie de la Haute Maurienne, jusqu’à Termignon. Là, nous abandonnons la route nationale qui continue vers les stations de ski et l’Italie pour nous enfoncer dans le vallon de Bellecombe.

La route serpente à flan de montagne, à l’ombre. Des plaques de neige apparaissent et l’inquiétude avec : nous avons au moins 10 kilomètres à faire encore ; pourrons-nous atteindre le parking si la neige recouvre la route ?

Chacun de nous reste silencieux sur ses pensées et attentif à la route : quelques glissades, quelques dérapages, même un patinage qui nous oblige à reculer et reprendre de l’élan sur une portion de goudron pour passer en force une petite congère… Et puis la route contourne un vallon, quitte l’ubac pour continuer sur le versant au soleil : presque plus de neige, on respire !

Voilà le parking, immense, plein de vide, de soleil, de solitude, de promesse de belle journée ! Le parc de la Vanoise dans toute sa grandiose splendeur nous attend. Nous sommes seuls au monde : personne, pas un oiseau, pas un bruit, pas un humain. Nous sommes presque toujours seuls, dans nos virées…

Le parking se situe à 2307 m d’altitude. A gauche, une grande barrière rocheuse ; à droite, un vallon dominé par le grand Roc Noir et un col cher à mon cœur : le col de Lanserlia ; en face de nous, la petite route qui s’enfonce dans la vallée, en direction du vallon de la Rocheure et du refuge de la Femma, but de notre promenade. Tout autour de nous, la neige recouvre à peine l’herbe rase et les cailloux. Nous avons bien fait de ne pas prendre les skis de randonnée…

Il fait beau mais l’air est vif à cette altitude.
10 heures : les chaussures de montagne aux pieds, les gants aux mains, le sac sur le dos, départ vers la Femma.
Le médecin m’avait dit de refaire une promenade en montagne, histoire de voir comment allait se comporter mon fichu tendon ! mais quelque chose de « tranquille », pour ne pas trop solliciter le rebelle Achille !
Donc, Il avait choisi cette destination car peu de dénivelée, itinéraire en grande partie sur une route, donc pas de risques. Cette route dessert les chalets d’alpage ; interdite à la circulation, elle est goudronnée au début, se transforme en piste forestière ensuite et s’enfonce loin dans le vallon de la Rocheure.

En été, c’est un itinéraire agréable, peu accidenté et accessible aux personnes n’ayant pas un niveau sportif élevé.
Mais nous ne sommes pas en été ! nous sommes fin novembre, la neige recouvre en grande partie cette route et il fait frisquet ! !
Elle forme des dunes, la neige, au hasard des tourbillons du vent ; elle est poudreuse car il fait froid ici, la nuit surtout, et marcher dedans n’est pas aisé. Imaginez que vous marchez sur la dune du Pilat ou sur le sable meuble d’une plage et vous aurez une idée de ce que cela donne…
s

Tuesday, January 11, 2005
9:30 PM

Oeuvre originale
Auteur : lanserlia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

20 Commentaires

Un jeudi "d'enfer" à Valmeinier




C'était un mardi de février, au bureau. Il neigeait sur les montagnes.
Il est venu me voir :
- "La météo annonce une belle journée, jeudi. Avec ce qui tombe, on va se régaler, au ski ! qu'en penses-tu ?"

Ce que j'en pensais ?
J'en avais des fourmis sous les pieds, à l'idée de glisser dans la "pof" (neige poudreuse...) !
Le temps de demander un jour de congé, de mettre le matériel dans la voiture, d'enfiler l'anorak et nous voila à pied d'oeuvre sur les pistes, jeudi matin à 9h.

La "pof" était au rendez-vous ! un tapis crissant de douceur et de blancheur. Un manteau blanc immaculé sur lequel les skis glissaient en soulevant des arc-en-ciel.

Le soleil riait de notre bonheur et nous on riait de gratitude pour son rayonnement divin !
Les montagnes étincelaient sur un ciel de cristal et nous allions d'une pente douce à une combe abrupte, d'un adret ensoleillé à un ubac ombragé où la neige bleutée scintillait de mille feux dans l'air froid de l'hiver.
Il y eut bien un passage un peu scabreux dans les noisetiers, la traversée imprévue et délicate d'un ruisseau... mais toujours ce plaisir intense et ce sentiment profond de liberté.

En fin de journée, les muscles étaient noués par l'effort, les genoux douloureux, le corps épuisé, mais nous avions vécu une journée de vrai bonheur, de vraie vie...

Saturday, November 06, 2004
10:07 PM

Oeuvre originale
Auteur : Lanserlia

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

17 Commentaires

<< Précédant  Page 2  

Blog mis à jour le 25/02/2021 à 05:40:28



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit