Accueil | Connexion
^-^zaz - 227027
Skip Navigation Links.
Blog \ Textes \ Poèmes \ Copies   Tous ses textes


Je commence lundi


A partir de lundi, je vis de carottes et de bouillon
A partir de lundi, je dis adieu au mille-feuilles
Je vire au languide, à l'éthérée
Et les gens me demanderont si c'est bien moi cette femme
Je compte toute calorie, du yaourth
A la pastille de menthe, de la branche de céleri, à la rondelle de poivron
A partir de lundi

A partir de lundi, je joggerais tous les matins
Après mes flexions, mes pompes et mes abdos
Mes récompenses que je comptais en lasagnes
Je les trouverais le jour où je m'habillerais en 38
Je me détournerais des plaisirs infantiles, comme les carambars
Pour savourer le chant des oiseaux et le parfum d'une rose
A partir de lundi

A partir de lundi, je tiendrais tête aux confiseries
et tout, hors un oeuf dur, me paraîtra indigeste
Je verrais disparaître le gras de mes cuisses... et le flasque de mes bras
Mes joues se creuseront, mes côtes pointeront
Et l'os de mon pubis émergera pour la première fois
En hommage à ma totale abstinence
A partir de lundi

Mais mardi, une amie est venue prendre le thé, en apportant un cake maison
Et mercredi, j'ai du stopper le jogging... à cause de mon dos
Jeudi j'ai lu dans un journal que le jaune d'oeuf m'encrassait les artères, et me menait à l'infarctus
Vendredi on dînait chez les Toumoux... elle met de la crème partout... et fait la tête si on n'en reprend pas
Samedi soir, on amenait les enfants à la fête, j'ai demandé un Vittel mais il n'y avait que du coca
Dimanche mon estomac rampait sur ma ceinture
Et pleine haine pour moi-même... j'ai pleuré à pleines chips
Mais je refuserais de croquer ne serait ce qu'une seule frite...
A partir de lundi


Thursday, February 07, 2008
8:32 PM

Auteur : Un gros doute... je l'ai exhumé au milieu de textes que j'avais écrit... jadis...

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

14 Commentaires

La femme sans enfant


Si j'avais su !
Si j'avais su, je serais morte aussitôt née !
Qui le dira à tout venant ?
Qui le dira aux jeunes filles de mon âge ?

Si j'avais su !
Qu'on le dise à mon frère...
Qu'on le dise à ma mère...
Que bonne pour être maman,
j'ai manqué de collier,
Que bonne pour être maman
je suis un morceau de bois sec.

Si j'avais su !
Mère d'un unique enfant,
Ne te moque pas de la stérilité !...
Que peut-on posséder
Qui mettre à l'abri du souci ?...

Si j'avais su !
A quoi bon envier ce que jamais je ne possèderai !
Les mains lavées, j'ai raté le taro.
Mon champ labouré était apte à l'igname,
Mais j'ai manqué d'ignames-mères.
Les ignames ont pourri laissant vides les billons.
Heureuse en apparence
Je suis malheureuse au fond !

Si j'avais su !


Sunday, September 10, 2006
11:08 PM

Auteur : J.-Claude Barbier. (Femmes du Cameroun)

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

10 Commentaires

Femme noire, femme africaine


Femme noire, femme africaine
Ô toi ma mère, je pense à toi...

Ô Dâman, ô ma mère, toi qui me portas sur le dos
Toi qui m'allaitas, toi qui favorisas mes premiers pas
Toi qui la première m'ouvris les yeux aux prodiges de la terre
Je pense à toi...

Femme des champs, femme des rivières
Femme du grand fleuve, ô toi ma mère

Ô Dâman, ô ma mère
Toi qui essuyais mes larmes, toi qui me réjouissais le coeur
Toi qui patiemment supportais mes caprices
Comme j'aimerais encore être près de toi,
Etre enfant près de toi !

Femme simple, femme de la résignation
Ô toi ma mère, je pense à toi !

Femme noire, femme africaine
Ô toi ma mère, merci ;
Merci pour tout ce que tu fis pour moi,
Ton fils, si loin si près de toi !


Sunday, September 10, 2006
11:05 PM

Auteur : Camara Laye (L'enfant noir)

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

9 Commentaires

Je suis le riz, vous êtes l'eau


je suis le riz, vous êtes l'eau
Dans les champs, ils ne se quittent pas
Dans le village, ils restent ensemble,
Chaque fois qu'ils se rencontrent
C'est entre eux un amour nouveau.

Sunday, September 10, 2006
10:53 PM

Auteur : Jean Paulhan

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

5 Commentaires

La Folie du désir


Je voudrais être très malade sans mourir,
Plutôt que désirer ainsi et être folle.

Un seul de mes cheveux se fatigue à vous désirer...


Sunday, September 10, 2006
10:51 PM

Auteur : Jean Paulhan

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

3 Commentaires

    

Blog mis à jour le 17/04/2021 à 06:52:02



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit