Accueil | Connexion
Candy - 981564
Skip Navigation Links.
Liens \ Textes \ Poèmes \ Oeuvres originales

^-^zaz - 227027

"Les plus beaux bouts de moi"



Quel émoi !!!
Qu'elles et moi
Puissions partager des années, des mois
De vous à moi
Elles sont les plus beaux bouts de moi


Thursday, November 22, 2007
5:10 PM

Auteur : ^-^zaz

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

44 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Gimel - 986228

Femmes je vous aime………





Beaucoup de femmes m’aiment et certaines le disent
Dois-je voir chez elles pêché de gourmandise
Non, elles ne m’aiment pas, mais au cœur de mes vers,
Elles vivent mieux leurs rêves divers, même pervers.

J’écris mille vers sages ou bien mille vers verts
Vous seule choisissez ceux de votre univers.

Venez donc me rejoindre là bas sous le couvert
Que j’ouvre votre corsage pour un sein découvert
Ma main caressera votre ventre satin
Vous deviendrez féline et même un peu catin.

Mais je pourrais aussi versifier romantique
Vous réciter des vers et vous rendre amnésique.

Je vous attends ma mie là-bas sous la charmille
Pour voir votre regard caché sous la mantille
Ce soleil fin d’été dans vos yeux amoureux
Serait-il précurseur d’un cadeau merveilleux.

Madame laquelle des deux de mes invitations
Aimeriez-vous suivre sans poser de questions.
Aucune ou bien les deux mais sachez le pourtant
Ce n’est pas moi là-bas celui qui vous attend.

Je ne suis qu’un poète et si je suis un homme
Ce n’est pas avec vous que je croque la pomme
Je dois bien vous l’avouer j’ai tout au fond du cœur
Une femme une seule qui fait tout mon bonheur.





Saturday, August 26, 2006
11:40 AM

Auteur : Gimel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

11 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Gimel - 986228

Apprend moi a lire papy.





Papy, papy, écoute moi comme je lis.
Moi, je n’aimais pas lire, un papy m’a appris,
Veux tu que je t’apprenne un peu à toi aussi.
Ce n’est pas difficile, regarde, tu fais ainsi.

Mais papy, tu sais lire, alors pourquoi dis moi
Je ne te vois jamais dans mon école à moi.
Tu vois, si tu voulais toi et même mamy,
Vous pourriez remplacer notre papy qui lit.

Oh papy dis moi oui, tu vois moi je voudrais
Que plein d’papys lecteurs aillent dans les écoles.
On apprendrait à lire de belles histoires drôles
Comme celle d’Harry Potter assis sur son balai.

Oh merci mon papy, de dire que tu viendras
Bientôt dans les écoles faire lire tous mes copains.
Et quand nous saurons lire, c’est promis tu verras,
Nous serons de vrais hommes pour la vie de demain.



Texte écrit pour l'association créèe par Alexandre Jardin « Lire et faire lire »



Monday, August 14, 2006
3:25 PM

Auteur : Gimel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

26 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Gimel - 986228

A la table du pauvre.




Si un pauvre t’invite, surtout ne dis pas non
Même s’il a presque rien, il te donnera tout.
A la table des pauvres, le pain est toujours bon,
Et si viande il y a, elle sera de bon goût.

Je viens d’aller cueillir les légumes au jardin.
Un peu de basilic, un brin de romarin,
Une blonde paresseuse* au cœur bien craquant
Et des tomates rouges qui ont ce goût d’antan.

J’ai au garde-manger l’huile de l’olivier,
Un vinaigre de noix qui est une splendeur.
Nous avons de quoi faire chanter le saladier.

Et pour clore en beauté ce refrain des saveurs,
Goutte moi ce fromage survivant des burons*
On va lui associer ce vieux Saint Emilion.




*Pardonnez moi mesdames mais je ne parle pas de vous mais d'une variètè de salades

*Les burons étaient (ils sont hélas presque tous disparus)
de petites maisons qui servaient à loger les vachers s'occupant des troupeaux
et à la fabrication du fromage (le Salers) lors de l’estive (mi-mai à mi-octobre).








Thursday, August 10, 2006
7:42 PM

Auteur : Gimel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

24 Commentaires
Impression : Extraordinaire


Gimel - 986228

Les mots comme salaire.





Bonjour ami poète, dis moi, c’est bien payé ?
La poésie n’est autre qu’un travail méningé
Qui n’a, côté profit nulle efficacité.
Ça ne peut pas payer mes travaux ménagers.

Si tu voyais chez moi, seul les moutons prospèrent
Mes amies muses s’enfuient tant elles désespèrent.
Mon asile est tout comme les demeures anciennes
Qui affichent pour décor des œuvres arachnéennes.

Les rimes n’ont jamais bien rempli le frigo
Des poètes en herbe qui ne sont pas Hugo.
Les vers ne font jamais de fastueux dividendes,
Même lorsqu’ils sont l’objet d’honorables amendes.

Mais le but est tout autre, le poète s’en moque.
Il n’obéit qu’à son cerveau qui le convoque
Pour profiter des mots tout au long de ses vers
Dans une belle jouissance qui n’a rien de pervers.

Les métaphores sublimes comme unique salaire
Valent bien les deniers du monde des affaires.






Thursday, August 10, 2006
10:58 AM

Auteur : Gimel

Ajouter à vos coups de coeur

Exprimez votre opinion
Impression

24 Commentaires
Impression : Extraordinaire

<< Précédant  Page 2   Suivant >>

Blog mis à jour le 24/09/2020 à 13:03:35



Traitement en cours...

Créé et hébergé par Capit