delires,masculins
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

délires masculins.

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
djenie à l'idée - 3130878lui écrire blog Publié le 05/08/2020 à 22:09 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Je l'avais remarquée depuis longtemps. Elle bosse dans un autre bureau, mais on se croise parfois devant la machine à café, où au restau d'entreprises.
Elle est très populaire; la classe naturelle avec de l'humour et de la bonne humeur.
Toujours bien accompagnée ce qui me navre un peu.
Ce qui me fascine c'est son harmonie générale et l'équilibre de féminité entre son visage et son corps . J'ai tenté d'accrocher son regard mais peine perdue...je peux comprendre; parfois mon oeil en dit bien trop long.
Je ne veux pas me griller définitivement...on ne sait jamais.
Elle s'habillerait avec un sac de jute, les collègues trouveraient qu'elle est bien habillée.
C'est ainsi, il est des êtres beaux sans qu'ils l'aient choisi ni mérité plus que d'autres, et d'autres moins chanceux qui ne l'ont pas choisi non plus...ni mérité cela va de soi.
Ai-je moi même de la chance innée ?, je ne sais...mais l'expérience m'a enseigné que je sais à l'occasion apprivoiser, surprendre et parfois convaincre.
Et surtout je repère les moments favorables, la fêlure affective, j'observe énormément.
Je "prends des râteaux" comme tout le monde, mais c'est quand la personne n'est qu'un caprice, un désir relatif et que je ne dispose que de peu de temps.
Une proie qui va s'avérer longue et compliquée à séduire va, si elle me "prend aux tripes" , me donner une patience et une excitation qui va durer dans le temps...
djenie à l'idée - 3130878lui écrire blog Publié le 08/08/2020 à 16:42 supprimer cette contribution
...donc premier enseignement adopter une attitude amicale, un bref sourire quand il faut, en gommant mon "sacré regard qui tue" et qui souvent m'a fermé de jolies portes pourtant à ma portée . Ah impatience il y a-t-il pire mal que toi en matière de séduction?

Ensuite le plus difficile...réussir à me faire inviter dans son environnement amical, pour un café, un repas à la table de ces "étrangers de bureau".
Comme toute personne ayant subi une formation de com, j'ai quelques souvenirs de PNL.
Autant y puiser quelques enseignements utiles.
Je chasse la poussière de cette doc oubliée au fond d'un tiroir et sans entrer dans les détails qui égarent je surligne mentalement les chapitres intéressants
Les fringues d'abord; je sais qu'il ne faut pas forcer sa nature, mais le style "un peu new look " n'est pas très éloigné de mes habitudes, ni choquant, et les remarques au bureau ont été plutôt favorables, hommes et femmes confondus.
C'est déjà ça...
En fait il a suffi que dans les quelques jours suivants, je renverse par inadvertance
mon café d'une manière assez spectaculaire.
Ce pauvre gobelet a littéralement explosé.
Mon air abasourdi a fait le reste...on a ri franchement , on m'a donné des conseils anti tache, et enfin la phrase clé pour ouvrir une première porte. "venez donc vous assoir pour vous remettre de vos émotions"
A partir de maintenant, gare aux bourdes, aux maladresses, à l'attention univoque qui pourrait me trahir...La partie a commencé.
djenie à l'idée - 3130878lui écrire blog Publié le 09/08/2020 à 08:07 supprimer cette contribution
... Je participe depuis quelques semaines à de très courts débats, lors des pauses repas, activité professionnelle oblige.
Je m'applique à sourire aux tentatives de séduction, pour ne pas me dévoiler.
Comment en vouloir à ces hommes qui sont sensibles aux mêmes attraits que moi ?
L'avantage de ma préparation fait merveille dans mes esquives .
Je possède une flopée de phrases courtes qui éconduisent avec gentillesse, avec humour, avec finesse. Surtout ne jamais vexer , humilier un homme qui joue son rôle naturel.
On peut aussi faire des compliments qui font rire mais qui expriment une fin de non recevoir.
Comme tout le monde je dis manquer de temps pour la bagatelle, mais je ne précise pas ce que je fais de ma vie. Pas grand chose en fait: sans enfant et sans devoir conjugal j'en suis réduite à remplir au hasard ma vie de "plein de choses intéressantes"
Le mystère et l'ambiguïté éveillent assez souvent l'intérêt. Cultivons donc ce jardin familier.
D'ailleurs c'est dommage pour eux, mais conter fleurette avec délicatesse, ils ne savent plus faire. Pour la plupart en tout cas.
On l'appelle Babette, je vis une frustration pénible les fois où elle ne se joint pas au petit groupe. A la dérobée je l'observe, la détaille. Un beau spécimen de vraie femme !
Je hoche la tête quand elle parle, je souris quand elle fait rire...
Elle ne se débrouille pas mal pour couper court aux lourdeurs et sans doute "pré raideurs masculines" générés par son charisme sensuel.
J'apprends qu'elle a deux enfants, je dis non c'est vrai? ajoute qu'elle a de la chance d'avoir gardé une rare sveltesse (en fait de sveltesse elle est appétissante sans excès, et j'essaie d'éteindre la convoitise au fond de mes yeux) Elle me dit merci, mais
le regard rêveur elle avoue "faire attention", car c'est une bonne vivante. Un bon point les chichiteuses ne sont pas ma tasse de thé.
Je remarque assez vite que nous sommes deux concurrents sur la piste.
Zut, il est pas con, pas trop lourd, et surtout pas mal fichu.
Il va falloir isoler la cible de ce missile imprévu.
Elle a beau dire qu'elle est mariée, on me la fait pas à moi.
Une femme qui a enfanté, qui a vécu une vie classique n'a plus rien à prouver et c'est une parenthèse de vie où l'on est sensible à "l'aventure"
je suis bien placée pour le savoir; j'en ai profité moi aussi avec ces délices du "détournement sensuel"
....
^-^zaz - 227027lui écrire blog Publié le 09/08/2020 à 08:36 supprimer cette contribution



djenie à l'idée - 3130878lui écrire blog Publié le 12/08/2020 à 22:03 supprimer cette contribution
...pour écarter "gentiment" mon concurrent, j'ai recours à un petit truc qui en général met les mecs mal à l'aise.
Au moindre doute de soupçon de relation privilégiée entre deux femmes pas forcément sexuelle d'ailleurs, ils restent sympas, prudents et surtout curieux .
Un dragueur qui veut se la jouer discrétion, craint forcément des confidences à d'autres femmes et surtout à la hiérarchie.
Moi pas du tout...je peux jouer l'innocence facilement.
voilà l'astuce...je feins de voir un cheveu ou une poussière au niveau de son corsage . je lui dis "ne bouge pas tu as un truc sur toi".
j'avance la main comme si j'allais lui toucher un sein, mais au dernier moment évidemment je dévie et attrape avec légèreté le fétu imaginaire ou pas.
Un bref instant de surprise, vite effacé par
Un bon sourire de la copine qui veille à la tenue impeccable de sa collègue.
L'important c'est de le faire devant plusieurs collègues masculins. C'est rassurant et parait anodin. Pourtant je suis entrée dans son environnement intime, et elle l'a senti...
Et voilà..il n'y a plus qu'à terminer par un compliment plus ou moins masqué.
"là c'est bon tu es parfaite".

Et ça marche ! le gars s'imagine ce qu'il veut mais il se cantonne dans la plaisanterie de bon aloi, et dans le doute, tient ses distances.
Je réfléchis au stade suivant; Ce qui serait super ce serait du shopping à deux avec échange de conseils vestimentaires.
Propice aux compliments et aux regards sans témoins directs, c'est encore un peu tôt, j'ai du mal à ne pas "allumer mes yeux" quand je la croise pour ne pas l'effaroucher.
Patience, patience...
Mais le premier palier est franchi. nous déjeunons sur le pouce toujours à la même table. Je plaisante avec nos voisins voisines il est important que je paraisse la bonne fille aux yeux de tous les bureaux.
J'ai la chance de ne pas être une garçonne ni dans ma démarche ni dans mon vocabulaire.
Nous échangeons toute deux les noms de nos parfums, c'est une idée de cadeau pour plus tard si tout se passe bien.
mais cette perspective est très, trop lointaine encore.....
djenie à l'idée - 3130878lui écrire blog Publié le 15/08/2020 à 13:06 supprimer cette contribution
...Babette va bien, et rayonne... les semaines passent sans nouveau palier.
Je repense à la formule inventée par un écrivain et qui est vraie en grande partie.
"Les hommes s'attrapent avec les yeux et les femmes avec les oreilles"
Il y a deux volets à cette assertion: il y a le contenu de la parole prononcée et surtout le ton employé pour le dire ou mieux le susurrer.
J'ai expérimenté de nombreuses fois et tout n'est pas si différencié, même si il y a une grosse différence pour séduire un homme ou une femme.
Par exemple des femmes m'ayant assuré être 100% hétéro , ont bien laissé trainer leurs yeux sur mon décolleté "wonderbra".
Elles vont jusqu'à dire; je ne suis pas homo mais ça m'attire l'oeil, je trouve ça joli"
L'une d'entre elles a même avoué à un ami masculin que "cela lui faisait quelque chose".
Donc les femmes sont principalement auditives, mais ...pas que.
D'ailleurs quand elles repèrent une cible masculine elles mentent effrontément: "ce n'est pas le physique d'un homme qui m'attire en premier"
OK ça peut être la ferrari du gars, mais quand elles ont un quota de séduction optimum, j'ai des yeux pour deviner à l'avance leur choix, même si je suis une femme qui disons...ne sera pas leur rivale.

En tout cas, le peu de temps passé avec babette et surtout l'absence d'intimité entre nous, relègue les possibilités de "l'attraper par les oreilles" aux calendes grecques.
Etant très jeune alors que je chantais avec des amis, j'avais remarqué par hasard qu'en forçant ma voix, pour rigoler, vers les sons graves je captais facilement l'attention, et mieux....l'intérêt.
J'ai perfectionné la chose, et j'imite pas mal les chanteurs du style negro spiritual, les chanteuses de jazz .
Quand je chante avec ma voix "normale" on sourit gentiment, on me dit avec politesse que je chante bien...ouais.
Mais quand je fais vibrer mes cordes vocales en poussant ma gorge vers le bas, j'étonne, je fascine, et oui, quelque part et parfois, je séduis.
Quand je susurre avec ce genre de voix, au creux d'une oreille convoitée, en ponctuant d'un rire étouffé pour rester "dans la rigolade"...l'effet est presque garanti: ça passe souvent ou ça casse si je n'ai pas respecté le rythme d'imprégnation psychologique nécessaire.
Dans ma vie affective de "chercheuse active" je rejoins presque les hommes dans la collection de râteaux. Sans me glorifier, c'est plus facile pour moi d'approcher sans éveiller la méfiance, surtout en groupe....




djenie à l'idée - 3130878lui écrire blog Publié le 17/08/2020 à 07:05 supprimer cette contribution
...j'ai péniblement mais patiemment appris que babette ignore la contraception...la veinarde à réussi à convaincre son mari de fermer chirurgicalement "son robinet à concurrents flagellés"...
c'est peut-être ce cycle redevenu naturel qui lui confère ce teint de pêche...
Jouer chimiquement avec ce qui fait l'essence même de la féminité ne peut être totalement anodin.
Moi aussi, parfois je triche, je trompe cette chimie naturelle . Le désir de l'abandon lascif, est au plus haut lors de la période de fécondité.
Nous sommes des animaux supérieurs et il est facile de transformer ce désir nécessaire au prolongement des générations, à la survie de l'humanité...en simples orgasmes gratuits.
La nature n'avait pas le choix...sans envie ni plaisir minimum pas de reproduction...
Donc il peut être intéressant dans le cas de Babette de connaitre son cycle menstruel.
Ce n'est pas si machiavélique qu'il y parait...C'est donner toutes les chances à un lâcher prise et une intensité puissante au train de son plaisir.
Donner du plaisir c'est se donner du pouvoir sur autrui, certes sur un contrat court, mais...renouvelable à loisir.
Notre propre plaisir est lié au plaisir de l'autre...une femme complètement "aréactive" (si cela pût exister au monde) même d'une beauté extraordinaire ne réjouira que les yeux .
C'est du partage que peut naitre l'accord parfait.
Un partage improbable pour l'instant qui me fait ronger mon frein...
Elle m'interroge sur ma vie...je feinte, j'esquive, mais au bout du bout il faut bien qu'à défaut de mentir j'enjolive un peu ma réalité...Je la joue exigeante : je suis trop difficile, mes choix ne sont pas en rapport avec mon petit capital beauté.
Elle sourit, me dit que beaucoup de femmes aimeraient avoir ce "petit" capital.
Bien entendu, je retourne à l'envoyeuse que c'est plus facile pour elle , mais avant d'en faire trop, je lui dit de remercier ses géniteurs artistes qui ont modelé une jolie sculpture...
Le temps passe, s'étire jusqu'au jour où...
djenie à l'idée - 3130878lui écrire blog Publié le 02/09/2020 à 13:47 supprimer cette contribution
...ça commence par le stage professionnel de son mari . Une semaine à l'autre bout du pays.
lorsque babette me confie la chose, je lui propose évidemment de prendre un pot après le travail.
Sa baby sitter fera un peu de rabe avec les enfants, c'est l'occasion de trainer un peu et de sortir de l'"ambiance bureau".
L'important, c'est de passer un bon moment... Entre rires complices sur les détails et attitudes des clients, et évocations de nos passés respectifs, les minutes filent comme le vent..
Elle s'enfuit trop vite vers sa vie de mère.
et moi je reste songeuse...en prenant mon tram pour retrouver mon chat et mes plantes vertes.
Apprenant que babette dispose encore du prochain samedi avant l'arrivée de son mâle, je tente de la convaincre ainsi qu'une autre "collègue prétexte" célibataire d'aller danser quelque part, et passer une soirée entre filles.
Je lui promets de garder ses enfants gracieusement une prochaine fois pour compenser la baby sitter de ce samedi soir.

C'est tout bon ! notre petite équipée nocturne est acceptée.
l'autre collègue (jenny) nous propose un genre de boite où la clientèle n'est pas trop jeune..
Va pour la "casa del noite" qui est en fait l'endroit de choix pour couples illégitimes et personnes cherchant une "soirée contact"
Toute la journée de vendredi, je sens l'impatience qui me gagne, et à la pause café, nous pouffons étouffant nos rires.
babette pépie comme une gamine devant les grandes vacances. Visiblement elle n'a pas coutume de sortir en "célibataire".
La redécouverte de la liberté est un test intéressant pour toutes sortes de couples. On apprend à faire confiance....ou pas.
Personnellement hormis avec celles qui n'aimaient pas sortir seules, j'ai découvert à mes dépends que la liberté est surtout un danger pour les relations récentes, et une chance pour une relation à bout de souffle.
J'espère bien que la découverte que je rêve de lui faire partager fera partie de son jardin secret, et que je n'aurai pas à regretter cette petite prise de risque...
Page 1

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | délires masculins.| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
connectés au chat
connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris délires masculins.