fantasy
<< Précédent | Liste| Suivant >>
 

Fantasy

Impression :

(Détail)


Il sortit en claquant la porte: "Shit, maudit boutiquier"; le vendeur ainsi désigné avait mis dix minutes pour revenir les mains vides, aussi reprit-il sa route d'un pas rageur; le soir tombait sur Anacostia et il se dit qu'après avoir visité une dizaine de magasins, ce quartier n'était certainement pas le meilleur endroit pour dénicher ce genre d'articles... mais il était hors de question de rentrer bredouille à la maison.

Perdu dans ses pensées, il tourna au coin de Good Hope road et de Martin Luther King avenue. Le nom de Good Hope le rassura et aurait même pu le faire sourire si le destin de Martin Luther King n'avait pas resurgi tout à coup, un peu comme une menace; il pressa le pas, constatant que ce quartier était moins engageant que les autres. Il devait se trouver tout près d'un des derniers ilots insalubres de la ville, et vu l'état peu ragoutant de ses chaussures vernies, il décida de suivre au plus près la ligne du caniveau: tant qu'à les salir... autant les rincer.

Depuis qu'il avait perdu ses deux acolytes, il trouvait l'air moins pur et sa marche plus hésitante dans le dédale des rues sombres où la neige récemment dégagée laissait de longues traînées boueuses.

Bien sûr, pas le moindre Smartbike en vue, ces vélos en libre-service qu'il aurait volontiers enfourché et qu'on ne trouve que lorsqu'on en a rien à fichtre. Il ronchonna de plus belle, tripotant dans sa poche le bout de papier, cause de tous ses malheurs: Crème antirides Fantasy de chez Harvey Prince !

Comment une agglomération de un million et demi d'âmes, blanches et noires, pouvait-elle manquer à, ce point de crèmes, alors qu'on en trouvait même dans le quartier de Bronzeville à Chicago depuis des années?

Il regrettait de ne pas s'être fait déposer vers Georgetown park; c'était pourtant ce qu'on trouvait de plus vieux dans ce pays, mais les magasins y foisonnaient et sûr que chez Macy's il aurait déniché cette foutue crème antirides! Il aurait dû y penser plus tôt puisque c'était là qu'avait résidé un certain JFK avant d'aller habiter une maison plus blanche et plus ronde.

Il entra dans ce qui lui parut une boutique de fin du monde et il dut enjamber des cartons éventrés pour parvenir au comptoir tout aussi encombré. Dans la pénombre, un homme sans visage l'observait... il s'entendit poser sa question, une fois de plus, mais Fantasy de chez Harvey Prince, ça sonnait bizarrement ici. En guise de réponse, un bras sans main lui indiqua l'arrière-boutique et il dut se pousser pour s'y rendre.
Une porte entrouverte débouchait sur une cour tout aussi sombre où il crut distinguer deux formes imposantes; il transpirait abondamment et s'apprêtait à battre en retraite quand son visage s'illumina, ce qui était un exploit pour quelqu'un de sa race... il venait de reconnaître ses deux gardes !

La limousine filait sur la 295, et au passage du fleuve, il eut un immense soupir de soulagement; il rentrait à la maison, bredouille mais vivant ! Michelle comprendrait, il saurait lui expliquer...

Une fois la grille franchie, il traversa la grande pelouse en traînant les pieds pour redonner un aspect plus présentable à ses chaussures; sur le perron, elle l'attendait en piétinant:
"Barack chéri, tu en as mis du temps ! J'espère que tu l'as trouvée".


Enregistré le 16 Janvier 2009 à 10:43
par 2340257

Oeuvre Originale

Auteur :
Claude

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
3 connectés au chat
28 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Fantasy