eduquons,insulte,c,cavada
Forums > Economie - FinancesAller à la dernière page
<< Précédent |

""Eduquons", c'est une insulte ? ((c) Cavada)

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 27/06/2004 à 14:19 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Je prends la liberté d'ouvrir ce petit forum de bases économiques et historiques pour ceux qui en manquent. Le texte ci-dessous pourra sans doute en aider certains.
Citation:
"Déjà dans le monument juridique d'Hammourabi [1800 avant JC], on trouve des textes qui attestent la tenue des comptes, tel celui qui est relatif au contrat de commission et qui semble bien constituer l'obligation légale sinon de la tenue d'une véritable comptabilité, tout au moins, de l'enregistrement en forme de compte de certaines transactions"

Longtemps exilé à mi-volée d'un escalier sombre, le code d'Hammourabi trône désormais en pleine lumière dans une des nouvelles salles assyriennes du Musée du Louvre.

Dans la traduction de Vincent Scheil (Scheil, 1904, 17-18), les passages du code donnent :

100 - ... Le commis marquera les intérêts de l'argent autant qu'il en a emporté, et il comptera ses jours, et payera le négociant.

104 - Si un négociant a confié à un commis blé, laine, huile, ou tout autre denrée pour le trafic, le commis inscrira l'argent et le rendra au négociant. Le commis prendra un signé (ou reconnaissance) de l'argent qu'il a donné au négociant.

105 - Si le commis a fait erreur et n'a pas pris un signé (ou reconnaissance) de l'argent qu'il a donné au négociant, l'argent non signé (sans reconnaissance) ne peut être porté à l'actif.

Il existe d'autres traductions (Colson, 1992) et il est intéressant d'en examiner quelques unes :

Celle de A. Finet, (1973) par exemple,

100 - Si un marchand a remis à un commis de l'argent pour vendre et commercer, et s'il l'a envoyé en mission, le commis, au cours de la mission qui lui a été confiée, commercera. Si là où il est allé, il a eu du profit, il ordonnera tout le bénéfice qu'il a retiré et il fera le compte de ses jours, puis il désintéressera son marchand.

104 - Si un marchand a remis de l'orge3, de la laine, de l'huile, ou quelque bien meuble à détailler, le commis ordonnera l'argent et le rendra au marchand ; le commis prendra une pièce scellée mentionnant l'argent qu'il remet au marchand.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 28/06/2004 à 03:20 supprimer cette contribution
Tiens, on en remet une couche sur ce que nos comiques involontaires Berg et Rif nomment ailleurs un vulgaire troc :
Citation:
L'immense travail archéologique du début du siècle a permis de mettre en lumière les habitudes des sumériens et des babyloniens. Voyageant du bord de la Méditerranée aux confins de la Perse, ils avaient l'obligation de ne pas risquer de se faire voler l'argent liquide. Ils avaient déjà inventé la lettre de crédit qui leur permettait de limiter les espèces, et ils n'hésitaient pas à s'engager dans des contrats de sociétés où la répartition du capital et la distribution des bénéfices futurs étaient consignés.

Le code d'Hammourabi n'était pas unique en son genre. On sait depuis 1947 qu'il avait été précédé de plusieurs autres, ceux d'Ur-Nammu (vers 2100 av. J.C.) traduit en 1952 par Samuel N. Kramer, [etc.] (...)

1.3. La rigueur de l'encadrement financier : fonctionnaires et formateurs

Certains auteurs comme A. Dauphin-Meunier n'ont pas hésité à écrire que la tenue des comptes, mais aussi les comptes récapitulatifs étaient familiers aux gens de Sumer.

La plupart des documents comptables mis à jour viennent des temples, comme le temple
rouge d'Uruk. Les prêtres de Sumer ont "inventé" l'administration et le premier
parlement, la bureaucratie, le droit et la jurisprudence, les procédures de contrôle
(Kramer, 1957). Le temple était la pierre angulaire de la société et sa vie religieuse
s'appuyait sur une activité commerciale importante. A. Dauphin-Meunier soutient que les "dieux-banquiers" étaient étroitement associés au commerce et à l'industrie. Cette
association passait inévitablement par les dons, non seulement des simples sujets mais
encore des personnages importants et des souverains.

Du don spontané à la contribution forcée il n'y a qu'un pas qui fut franchi ensuite. Lorsque les contributions devinrent obligatoires, les temples titulaires de fortunes purent prêter à intérêt et l'affinement de leur technique bancaire permit de gérer les dépôts.

Toutes ces opérations devaient être comptabilisées, des reçus étaient nécessaires, aux uns pour être en paix avec le ciel ou avec l'Etat, aux autres pour donner la preuve de la qualité de leur administration.

L'historien imaginatif Edward Chiera (1938) a essayé de décrire l'atmosphère d'un bureau de comptabilité d'un temple babylonien d'il y a six mille ans (eh oui, Rif & Berg, un bureau de comptabilité d'il y a six mille ans ). Dans sa vision rétrospective, des rangées de scribes formés à la comptabilité, accroupis devant de petits tas d'argile, confectionnent des tablettes. Ils font essentiellement des additions partielles de colonnes de chiffres, récapitulées par mois et par an. Pour arriver à exercer cette profession enviable, ils avaient dû, pendant de nombreuses années, suivre un enseignement professionnel dans une école, "la maison des tablettes" en sumérien, réservée aux familles aisées, où jour après jour, le futur scribe préparait sa tablette quotidienne, copiant des modèles pour améliorer son écriture, l'apprenait par cœur et ensuite la récitait à un professeur assistant qui vérifiait l'exactitude de la copie, donnait des commentaires et des compléments méthodologiques. Tout ceci était supervisé par le "père de l'école" qui n'hésitait par à utiliser les verges et le fouet pour maintenir les élèves dans le droit chemin. S.N. Kramer pense que les scribes, futurs comptables, consacraient de nombreuses années, de la prime jeunesse à la fin de l'adolescence, à l'étude de la langue et de l'écriture, jour après jour, du lever au coucher du soleil.

2. Les premières techniques d'enregistrement et de reporting

Des tablettes aux comptes, des comptes à la gestion, de la gestion à la centralisation
du pouvoir financier, l'essence de la science administrative moderne est déjà présente
dans les premières techniques d'enregistrement.

2.1. Les tablettes cunéiformes et l'émergence de la comptabilité et de la finance

La technique d'enregistrement des comptes évolua durant ces quatre millénaires.
Joseph H. Vlaemminck (Vlaemminck, 1956) note qu'au point de vue de l'écriture, les textes de la IIIe dynastie d'Ur (IIIe millénaire av. J.C.) que l'on possède en grand nombre,
présentent un net progrès. Dès cette époque, les tablettes distinguent tous les éléments
caractéristiques d'un compte : la nature des objets de la transaction, le nom des
contractants, les quantités livrées, les montants totaux. De nombreuses tablettes vont
même plus loin, en indiquant la situation de la période précédente (solde), les
augmentations séparées des diminutions et le solde de fin de période.
Du troc, du troc, on vous dit

Pour ne pas mourir idiots, messieurs : http://cref.montesquieu.u-bordeaux.fr/Nouveau%20Site/ARTICLES/Degos%201999.pdf
1137322 Publié le 28/06/2004 à 05:06 supprimer cette contribution
sauf que l'on y trouve aucune trace de monnaie et encore moins de son "invention"
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 28/06/2004 à 11:12 supprimer cette contribution
1. La dernière histoire belge : "Mais vous êtes hors sujet ! Je cherche des informations sur la culture des céréales en Europe et vous me mettez dans vos chiffres un tableau sur la récolte du blé en France.

Assurément, bonhomme, on tenait des tableaux de débit et crédit, calculait des taux d'intérêt, des pourcentages de commission à payer en argent, et tout ça, c'était pas de la monnaie. C'était le Saint-Esprit. C'était le troc. Merci de cette brillante révélation

2. Y'a pas eu d'invention du tout, en effet. Un énergumène ou deux nous "expliquent" (en se gourant au passage de plus de trois millénaires, mais on fermera les yeux sur leur ignorance puisque ça ne change pas le fond) qu'à une date y'avait pas de monnaie, et puis qu'à une autre il y en avait. Et pas d'invention entre les deux, non, non, c'est tombé du ciel également, tout comme les idées de la sandale, de l'engrenage, et certainement aussi du transistor à effet de champ. Je remercie ces créationnistes d'un nouveau genre. On passe en effet beaucoup trop sous silence l'intervention des dieux en économie
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 28/06/2004 à 12:05 supprimer cette contribution
Citation:
Remarque, peut-être qu'ils travaillent en ce moment

Je ne juge pas. Que chacun fasse de son temps ce que bon lui semble. Moi-même, je ne suis pas certain non plus d'avoir très bien organisé ma matinée
Marny - 251831lui écrire blog Publié le 17/08/2004 à 23:02 supprimer cette contribution
Eduquons ! C'est une insulte à Toulouse, seulement. C'est comme clitoris ! C'est une insulte à Toulouse et région. Pour ceux qui ne comprendraient pas pourquoi, je me ferai une joie de l'expliquer !
Page 1

Forums > Economie - Finances Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | ""Eduquons", c'est une insulte ? ((c) Cavada)| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
Forum
 Net Etiquette
 Vos forums
 Charte utilisation
 Derniers posts
 Rechercher
 Forums favoris
 Modération
 Mode d'emploi
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
5 connectés au chat
13 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Eduquons , c'est une insulte ? ((c) Cavada)