histoires,vie
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

Histoires de ma vie

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 04/11/2004 à 20:16 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Je vous conterai des histoires pour le partage
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 29/12/2004 à 19:05 supprimer cette contribution
le refuge de la Femma (2)

Au bout d’une bonne demi-heure, nous passons devant le refuge du Plan du Lac, à 2364 m d’altitude, très animé l’été mais fermé et plongé dans son sommeil hivernal maintenant, comme les marmottes !

La route continue en piste, descend. Voilà la chapelle Saint Barthélémy (2284 m) ; carrefour de grandes randonnées : en face, le GR5 qui s’en va vers le refuge d’Entre-Deux-Eaux et Tignes, ou le refuge Félix-Faure et Pralognan, entre 2 massifs de « caillasse » avec, au fond, la Grande Casse.

Nous, nous irons à droite, dans le vallon de la Rocheure. Une pancarte indique : « refuge de la Femma : 2 heures ». Cela fait 1 h ½ qu’on marche, nous ne sommes pas encore arrivés….

Le spectacle est grandiose. Les montagnes nous entourent et nous dominent de toute leur majesté, de tout leur orgueil, de toute leur énorme splendeur.
Le silence nous enveloppe. Nul besoin de parler, juste écouter le silence, s’en imprégner, alléger nos esprits fatigués par le bruit « d’en bas ». Ici, on respire le silence, on s’approche des Dieux.
L’immensité du paysage, le bleu du ciel, le souffle libre du vent rappellent l’humilité et la modestie à l’être humain. Il doit être plus facile de prier ici, dans ces chapelles isolées au détour d’un chemin, refuge du voyageur , du berger… chapelles aujourd’hui fermées ou en ruine, repères ô combien précieux à nos âmes tourmentées !

Nous voilà repartis, à l’ombre, sur la piste encombrée de neige et de congères, marche pas toujours facile mais ça descend ! Nous cheminons ainsi longtemps, jusqu’aux chalets de la Rocheure où la piste s’arrête et se transforme en chemin, après avoir traversé le ruisseau.

Des groupes de chamois dévalent les pentes, s’arrêtant pour brouter et regarder ces 2 humains maladroits sur leurs 2 sabots. Ils doivent bien rire de nous voir progresser l’échine courbée et les mains agrippées aux bâtons de ski, en équilibre sur les cailloux du chemin !

« sont-ils donc empotés, ces humains ! » me semble-t-il lire dans leur regard moqueur…

D’ailleurs, il ne se sauvent même pas à notre approche et nous toisent même d’un certain mépris goguenard !

Nous avons retrouvé le soleil en traversant le ruisseau. Il y a moins de neige mais par contre les ruisselets se sont transformés en de grandes coulées de glace vive qui nous obligent à quelques petits détours.
Le chemin remonte à travers les maigres herbages d’altitude.

Après 3 h ½ de cheminement, nous voilà au refuge : 2 chalets de bois, à 2323 m d’altitude, nichés contre la paroi, à l’abri du rocher de la Femma. Le refuge d’hiver est ouvert : nous nous installons sur la terrasse, devant un bol de thé bien chaud…

Ah ! le thé bien chaud sur la terrasse du refuge de la Femma !
Est-il possible de vous décrire l’indescriptible ?
Cette sensation de bonheur, de paix… le silence, troublé par le bruit assourdi du torrent en contrebas ! et le thé chaud qui chauffe les mains, qui réchauffe l’âme, le cœur et l’estomac…

Pas de bruit, pas de mots, pas de gestes. Juste les mains serrées sur le bol de thé chaud et le regard posé sur les montagnes inondées de soleil.

Et le casse-croûte ! Ah ! le casse-croûte, ici !
Ce moment de vie intense : la nourriture modeste au goût de paradis, de bonheur…
Saucisson bonheur, fromage émotion, pain éternité…

à suivre...
1118017 Publié le 29/12/2004 à 20:30 supprimer cette contribution

Suis contente contente contente...mais pas le temps de lire,juste 2 ou 3 lignes,je te retrouve Lanserlia.

Très belle annee à toi,à tous.
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 30/12/2004 à 20:39 supprimer cette contribution
Aquarelle, Inédite, je vous retrouve...
merci d'être là
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 30/12/2004 à 20:43 supprimer cette contribution
le refuge de la Femma (3)

L’heure tourne, la nuit tombe vite en cette saison. Il nous faut bien revenir « sur terre » et penser au retour. Déjà le soleil se cache derrière la barrière rocheuse, en face de nous, donnant le signal du départ.
15 heures : il est temps. A l’aller, nous sommes descendus la plupart du temps et maintenant, logique oblige, il va falloir monter le chemin du retour…

Un dernier regard au refuge qui retrouve sa solitude hivernale et nous reprenons nos traces en sens inverse.
Revoilà nos chamois, à peu près aux mêmes endroits, ou se détachant sur la ligne de crête, toujours aussi peu affolés par notre présence…
L’ombre monte vite dans le vallon de la Rocheure : eux restent au soleil sur le versant sud.

La progression est aussi lente qu’à l’aller : les mêmes plaques de glace puis, une fois la piste retrouvée, les mêmes congères de neige poudreuse, en montée cette fois…

L’ombre remonte le long du versant, le crépuscule s’installe et, avec lui, la magie du soleil couchant.
Tout est dans l’ombre, dans le vallon. Par contre, les rochers étincellent, puis, petit à petit, deviennent rouges. Dans le ciel d’un bleu de vitrail, quelques traînées nuageuses flamboient vers l’ouest.

La grande fête du soir a commencé pour nous, rien que pour nous !

Plus l’ombre remonte le long des prés et des murailles, plus les rochers brûlent, le bleu du ciel se fonce, devient pur comme le diamant, les nuées flambent de mille nuances de rouge.
Un chamois se dessine sur la ligne de crête en face de nous ; où va-t-il ? communion de la nature et de l’animal aux sabots agiles…

La nuit nous rattrape et nous enveloppe. Le retour est pénible : la neige poudreuse, la montée, la fatigue… ne pas regarder trop loin devant, le chemin qu’il reste à faire, ne pas regarder la montre, le temps qu’il reste à marcher… Un pas devant l’autre, dans les traces, régulièrement, sans à-coups.

Revoilà la chapelle St Barthélémy : d’ici, il reste 1h½ de marche… Un pas devant l’autre…

Et le tendon ? s’il lâchait ici ? loin de tout, dans la nuit ? Ne pas y penser… Allez ! on continue, un pas, un autre…

Maintenant la nuit est tombée, le vent souffle faiblement mais il est glacé. Les montagnes se sont éteintes, les nuages aussi, les chamois ont disparu dans l’ombre.
Nous voilà vraiment seuls, la lampe frontale éclaire nos traces.

Soudain….
1022952 Publié le 30/12/2004 à 20:52 supprimer cette contribution
Tu ménages le suspens...
La suite, la suite !

lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 30/12/2004 à 22:30 supprimer cette contribution
le refuge de la Femma (4)

Soudain, derrière nous : la lune ! mon amie la lune, ronde, grosse, pleine, en cette période. L’apothéose de la journée : la pleine lune !
Elle s’est levée derrière nous, sans crier gare, pour nous faire une surprise…

Nous nous arrêtons pour la saluer. De toute façon, nous n’échapperons pas à la nuit !
Elle est ronde, la lune, toute belle et lumineuse. Nous éteignons les lampes, pour ne pas la vexer : sa clarté guide nos pas, nos ombres se détachent sur la neige, les montagnes se découpent sur le ciel, les étoiles s’allument.

Après la magie du soleil couchant, voilà la grande émotion de la pleine lune, ce mystère qui fascinait et inquiétait tant nos lointains ancêtres !

Encore une fois, comment vous décrire l’indescriptible ?
Une immensité blanche, entourée de montagnes noires, 2 ombres qui marchent dans la neige, le ciel éclairé par une grosse boule blafarde qui veille sur eux, le vent froid de cette nuit de cristal qui leur pique les joues…

La piste remonte, remonte… sans fin… la marche devient de plus en plus pénible…
Revoilà le refuge du Plan du Lac. Encore un effort et la montée s’arrêtera, là-bas, bientôt, très bientôt….
Nous voilà enfin au point haut de la route.

La voiture nous attend sur le parking : point gris tout petit, tout seul sur ce grand espace gelé.
Un dernier effort, un dernier clin d’œil à la lune et c’est le retour dans la vallée, vers la civilisation.

à suivre...
bonne nuit à toutes, tous
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 31/12/2004 à 19:50 supprimer cette contribution
le refuge de la Femma (5)

Ce jeudi, nous avons eu le soleil, le bleu des vitraux sur nos têtes, les murailles de pierre autour de nous, la féerie du soir pour nos yeux, la magie de la pleine lune pour nos âmes, le bol de thé chaud pour nos mains et notre soif.

Nous avons eu tout le bonheur du monde ce jour-là. Nous nous sommes endormis heureux : la lune et les Dieux nous avaient souri.

Epilogue :

Quelques jours plus tard, j’ai fait le compte rendu à mon docteur : 20 kms de marche dans la neige, dont « quelques uns » dans le froid de la nuit.
Pour une reprise « tranquille » de la marche, c’était raté ! mais Achille le tendon a tenu le coup…

Et qu’a dit le docteur de ces excès ?
Rien ! et il a même souri. Il avait compris : il aime la montagne, lui aussi !


1022952 Publié le 01/01/2005 à 19:45 supprimer cette contribution
Tout se termine bien cette fois. Il est sympa "Achille", mais fais gaffe, reprends doucement.

Petite soeur
1118017 Publié le 02/01/2005 à 01:23 supprimer cette contribution
Lanserlia,j'ai fait une randonnée magnifique, que je n'aurais pas pu m'offrir sans toi,mais je suis passée très vite par la Femma 4 et 5,je découvrirai mieux la prochaine fois

Tout de meme...me faire voir le regard narquois des chamois à presque 2h du matin...c'est quoi quelque chose comme du talent

Aquarelle,moi je n'avais jamais entendu parler du fameux col si cher à Lanserlia,enfin,je ne connais que euh,la deuxième partie du col



931642 Publié le 02/01/2005 à 08:27 supprimer cette contribution
Bien elle m'a bien fait rever Lanserlia, j'avais l'impression de la suivre là dans la montagne, c'est vrai que c'est beau la montagne et qu'elle paix en elle. Merci Lanserlia pour ton si beau texte
1022952 Publié le 02/01/2005 à 08:57 supprimer cette contribution
Inédite, maintenant, tout le monde sait ou elle a prit son pseudo, notre écrivaine.
a ceux qui passe par là.
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 02/01/2005 à 10:15 supprimer cette contribution
merci à vous

je vous souhaite encore une bonne année
1118017 Publié le 03/01/2005 à 21:47 supprimer cette contribution
Aquarelle,fallait y penser,parce que
moi

Si le médecin ne dit rien et sourit,ben nous
aussi nous sourions quand Lanserlia à propos de l'indescriptible héhéhé



PS Prière écouter conseil d'Aquarelle
931642 Publié le 04/01/2005 à 06:01 supprimer cette contribution
Je viens me faire un petit plaisir a relire le texte de Lanserlia, ma montagne plus au sud commence à me manquer.
J'aime ton texte Lanserlia, je l'aime vraiment beaucoup, c'est vrai que quand on es né dans cette montagne on ne peux vivre sans, je ne connais rien de mieux que cette montagne ou tout est toujours différent ou on ne peux sans lasser.
Je suis d'un pays ou elle se jette dans la mer, mais c'est la même chaine des Alpes, et le GR5 commencait à 8 km de chez moi enfant, au lieu dit des Giaines à la grotte de la Ratepignata ( chauve souris ) la ou des Soldat romain ont construit une pyramide de pierre, en suivant le circuit je t'aurait peut être rencontrer et croisé un peu plus haut avant de le terminer dans la mer du nord
1022952 Publié le 04/01/2005 à 20:04 supprimer cette contribution
Citation:
PS Prière écouter conseil d'Aquarelle




Inédite, Lanserlia, Prom.


1118017 Publié le 05/01/2005 à 10:55 supprimer cette contribution

Aquarelle

CITATION


Mais si,mais si

t'as vu le miracle des textes de Lanserlia:on découvre Prom dans un nouveau style

Prom

Lanserlia,meme quand tu te promenes avec des lunettes de star anonyme,je te reconnais
héhéhé
1022952 Publié le 05/01/2005 à 15:03 supprimer cette contribution

Citation:
t'as vu le miracle des textes de Lanserlia:on découvre Prom dans un nouveau style




Ben oui, il va nous raconter les siennes de ballades et qui c'est qui va se régaler à les lire...Nous. Chiche Prom ?



lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 22/01/2005 à 21:39 supprimer cette contribution
Mercredi....

Il avait neigé la veille. Le temps était gris, brumeux : les montagnes disparaissaient dans la grisaille hivernale.
Parfois pourtant il y avait quelques petites éclaircies.
Il n'en fallait pas plus pour partir : direction le col du Glandon.
La route n'est plus déneigée, au-delà du village de St Colomban des Villards. Nous avons chaussé là les skis de randonnée et nous sommes partis sur la route, en direction du col.

Nous étions les premiers ; personne, pas un bruit, même pas un chant d'oiseau : il floconnait légèrement, les oiseaux étaient à l'abri dans les arbres.
De temps à autre, un semblant de soleil nous parvenait, entre 2 nuées blanches.
Il fallait faire la trace dans cette épaisseur scintillante : 30 cm de neige légère, crissante sous les skis.
Devant nous, la vallée des Villards, déserte, silencieuse, entourée de ses montagnes familières.
Au début, nous avançons entre les arbres et arbustes qui bordent la route : couverts de neige, ils courbaient leurs branches vers nous et nous faisaient une haie en dentelle blanche ; étions nous au pays des Trolls ?
le féérie du moment, l'imagination qui se met à galoper et voila que l'on se surprend à guetter les petits lutins derrière les branches des noisetiers et des sapins....

Nous marchons ainsi pendant quelques heures, savourant le silence, le craquement de la neige sous les skis, le glissement des peaux de phoques sur ce blanc manteau.
Les flocons de neige virevoltaient autour de nous, comme pour nous accompagner dans notre progression.

Nous nous arrêtons souvent pour savourer le paysage : les nuages qui filochent entre les rochers, le blanc manteau étalé devant nous, un rayon de soleil pâle...

Après les arbres, les alpages s'étendent, immaculés devant nous ; la neige est plus profonde, la progression plus fatigante.

Après quelques heures, il faut penser à la descente - demi-tour : maintenant, nous avons le col de la Madeleine devant nous ; nous ne verrons pas le Mont Blanc qui le domine car le ciel est bien bas.

La neige est trop épaisse et la pente pas assez accentuée pour descendre à travers champs : nous reprenons nos traces de montée et nous laissons glisser doucement - les flocons, plus serrés nous picotent les yeux, un délice !

Nous verrons quelques chamois, sous un rocher dominant la vallée et quelques oiseaux dans un bosquet enneigé - toute la journée nous avons été seuls au monde : toute cette grandeur blanche rien que pour nous, tout ce calme et ce silence pour nos esprits agités, la majesté des montagnes caressées par les nuages pour nos yeux fatigués.

La montagne nous a encore donné de beaux moments de vie

Mercredi soir, nous étions heureux.

1276169 Publié le 22/01/2005 à 22:07 supprimer cette contribution
jolie Montagne, et merci de nous faire partager votre ballade ..
Amicalement
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 22/01/2005 à 22:10 supprimer cette contribution
bonsoir Perle
c'est tellement beau et on est tellement heureux la-haut ! j'aimerais que tout le monde en profite !
1276169 Publié le 22/01/2005 à 22:14 supprimer cette contribution
merci à toi pour ton passage dans mon petit livre des jours ..
Je connais aussi ces montagnes, sûrement moins que toi, mais j'y passais souvent mes vanaces lorsque mon fils était petit ..
Merci à toi de me permettre de m'en souvenir ..
Douce nuit à toi
1118017 Publié le 22/01/2005 à 22:31 supprimer cette contribution
Lanserlia! ben çáa alors,quelle surprise!!!



Youpi,demain je me balade,yohoooo,iiiyeeee
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 22/01/2005 à 22:37 supprimer cette contribution
tant mieux pour toi ! moi je reste à la maison : de temps en temps, faut bien
1118017 Publié le 22/01/2005 à 22:45 supprimer cette contribution
Je me balade avec toi,en montagne
1276169 Publié le 22/01/2005 à 22:49 supprimer cette contribution
merci pour ton passage, toi que je ne connaisa pas...
Douce nuit à toi
923748 Publié le 22/01/2005 à 23:12 supprimer cette contribution
bonsoir perle il y a longtemps que je ne t'avais vu
1276169 Publié le 27/01/2005 à 18:55 supprimer cette contribution
Lanserlia ..
Nous attendons en effet encore d'autrres histoires..
Que la montagne est belle
Merci à toi
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 05/03/2005 à 23:59 supprimer cette contribution
Roche Jaille

10h : coup d'oeil sur la carte, au chaud à l'intérieur de la voiture, pour voir le cheminement de notre randonnée d'aujourd'hui : Roche Jaille.
Des militaires arrivés avant nous commencent à chausser - un randonneur solitaire revient déjà :
- "c'est comment ?"
- "Crouté !"

Ces propos ne sont pas enthousiasments, pas du tout ! Ca inspire plutôt la galère pour la descente ! tant pis, j'ai bon espoir de trouver encore de la poudre, vu l'orientation de la ballade et le froid qu'il fait.
Nous attaquons par un petit chemin, dans les bois, parfois un peu raide.
Vu que nous avons le rhume tous les 2, nos toussements doivent réveiller les oiseaux encore endormis !
j'espère que le bon air pur de la montagne coupera court au nez qui coule et à la gorge qui racle... Ah ! une intersection : quel est le bon chemin ? une pancarte vieillote en bois indique : "Chalets de la Buffaz"
- "On y passe " clame Lanserlia. J'aimerais bien ressortir la carte pour le confirmer mais mon esprit me dit de lui faire confiance. Ah, c'est dur de se séparer d'une éducation machiste ! Que voulez-vous, c'est dans les gènes... Alors, allons-y !

30 minutes plus tard, nous sortons de la fo
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 06/03/2005 à 00:01 supprimer cette contribution
30 minutes plus tard, nous sortons de la forêt et, sur un plateau à découvert, nous arrivons comme prévu aux chalets. La femme a toujours raison ! Une fois de plus, dirait-elle !!
En tout cas, nous sommes sur le bon chemin, les militaires sont un peu plus haut, en train de nous faire une belle trace.
Le panorama est assez beau et, comme tout alpiniste regardant l’horizon, nous essayons de mettre un nom aux montagnes qui nous entourent.
Ce sont des sommets que l’on a fait, ou que l’on rêve de faire, que l’on fera peut-être un jour ou que l’on ne fera jamais… Certains réveillent des souvenirs. Il n’y a pas de bruit, le ciel est d’un bleu éclatant, aucun nuage à l’horizon. Là-bas, vers un col, des randonneurs montent…
Après un peu de thé chaud et quelques raisins secs, nous repartons. Nous reprenons le pas lent, régulier, répétitif, machinal, du randonneur en peaux de phoque, l’alternance des jambes et des bras. Parfois une conversion vient couper le geste, pour repartir dans l’autre sens. Plus on s’élève, plus le panorama s’agrandit.

Sur la droite, une énorme avalanche…

Récit de D et Lanserlia

Sa présence nous surprend. Aucun signe ne laissait présager un danger en ce lieu et nous rappelle qu’il n’y a pas de certitude en montagne. N’oublions pas de rester humbles devant la Nature…
Nous montons, nous montons, dans les pas des militaires, serpentant entre les croupes de la montagne.
Après 3 heures d’efforts, nous débouchons sur un large replat. Ici, surprise ! la neige, poudreuse jusqu’ici, devient croûtée, sculptée en vaguelettes par le vent des cimes.
lanserlia - 993217lui écrire blog Publié le 06/03/2005 à 00:02 supprimer cette contribution
La fatigue de nos rhumes respectifs nous rattrape : le sommet n’est pas encore visible, d’ici, et une belle pente se dresse devant nous… Nous n’aurons pas le courage de continuer. Nous posons les sacs et « attaquons » le saucisson au soleil, assis sur une pierre plate, face au Grand Perron des Encombres et à la Pointe de la Masse. Il est bon, le saucisson, ici !!!

Vient l’heure de la descente. Après avoir enlevé les peaux et serrer les chaussures, à nous la pof et la godille… et les cailloux qui affleurent parfois ou sont cachés sous la neige !

La consistance de la neige n’est pas uniforme.
Un des plaisirs du ski de randonnée consiste à rechercher, selon les aspects de la couche de neige, les endroits les plus agréables pour descendre. Ici, pas de dameuse pour lisser et rendre uniforme la neige ! A nous de juger où elle sera croûtée, où elle sera poudreuse. Parfois, à très peu de distance, elle peut être totalement changeante ; mais quel plaisir de trouver la petite combe vierge de traces et poudreuse à souhait !!!

Les militaires nous accompagnent dans notre descente. Pour eux, pas de temps de réflexion sur la recherche de la neige. On descend ! Descente émaillée de quelques chutes spectaculaires, accompagnées de grosses rigolades… Tout au long de leurs traces, de grosses « baignoires » témoignent de leur passage en force. On préfère voir l’armée française se battre avec la neige plutôt qu’avec des scuds !!

Récit de Lanserlia :

Mais bientôt, fin de la rigolade : dissension au sein de la « cordée » sur l’itinéraire à suivre. D’un côté, le chemin raide, en forêt et « merdique » que nous avons monté et, de l’autre, une descente aléatoire et inconnue à travers petites clairières (d’après la carte) et pistes de skis de fond.
Le bon sens féminin (moi) opte pour la sécurité : le chemin en forêt. Le goût de l’aventure masculin (lui) opte pour la descente aléatoire…
Qui va l’emporter ?
Je me dirige subrepticement vers la forêt… mon compagnon, après une vaine tentative vers la droite, me rejoint. Le bon sens féminin vient de l’emporter encore une fois !
La rigolade est vraiment terminée ! Ce chemin, conformément à nos craintes, s’avère vraiment « merdique » : impossible de faire un virage ! Après quelques vaines tentatives de continuer quand même skis aux pieds, nous voilà obligés de déchausser, attacher les skis sur les sacs et continuer à pied.
Cela fait partie des aléas de la randonnée à skis….
Marcher avec des chaussures de skis, en fin de journée, sur un chemin où l’on enfonce parfois jusqu’aux mollets n’est pas de tout repos et même assez agaçant. Mon compagnon aura l’élégance de ne pas me faire de désagréables réflexions comme je le craignais et, bon gré, mal gré, râlant et rouspétant de concert, nous rejoignons enfin la voiture.
L’avantage de l’aventure : sous le coup de l’effort fourni, nous ne sentons pas le froid devenu plus vif…

Le soir descend sur la vallée, il est temps de rentrer. Les chaussures et les skis sont rangés et nous redescendons vers la pénombre. Encore de beaux souvenirs à ranger précieusement dans nos cœurs. Encore une journée de Vie…
1 | Page 2

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Histoires de ma vie| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
3 connectés au chat
15 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Histoires de ma vie