rue,ecoles
Forums > Education - scolarité - enfantsAller à la dernière page
<< Précédent |

Rue des écoles

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
913080 Publié le 27/09/2007 à 18:43 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Ici, si vous le voulez bien,

nous causerons de l'école.

Je suis qualifié pour parler de l'école dite "primaire", composée de la "maternelle" et de l'"élémentaire".

Je connais bien aussi le "secondaire" (collège) parce que je travaille avec eux.

Je connais peu le "supérieur" (lycée) : je n'y ai été qu'élève.

Quant à l'université, je n'y ai traîné que deux ans, avant d'abandonner pour revenir vers...


le primaire, objet de ce fil...
709689 Publié le 27/09/2007 à 18:58 supprimer cette contribution

Le souvenir que j'ai de l'école primaire, c'est : Sois sage et tais-toi...
J'ai détesté !

913080 Publié le 27/09/2007 à 19:02 supprimer cette contribution
Après avoir pendant vingt ans dirigé une école élémentaire de 9 classes pour presque deux cents élèves, j'ai décidé de me relocaliser dans une petite structure.

"Mon" école est composée de trois classes :

CP-CE1 19 élèves

CE1-CE2 25 élèves

CM1-CM2 ("ma" classe) 20 élèves.


Donc, 64 marmots, trois enseignant(e)s, deux animatrices pour les temps hors-classe, et environ 130 parents d'élèves.


J'ai de la chance : ya pas de s ni de s chez les enseignants ni chez les animatrices.

Mais ça n'a pas toujours été le cas dans ma carrière :
j'ai tout connu.
Par exemple une collègue au CP qui n'hésitait pas à signaler les "bronzés" parmi ses gosses en difficulté... C'était il y a quatre ans !!
49914 Publié le 27/09/2007 à 19:04 supprimer cette contribution
A propos de l'ecole, le cas le plus flagrant de connerie averee quand on en parle c de penser qu'elle est "a part" de la societe dans laquelle on vit.
Quand on evoque les prb qui y sont specifiques, il me semble qu'oublier de remettre l'ecole dans son contexte est une grave erreur. Je tenais a le signaler ( )
913080 Publié le 27/09/2007 à 19:11 supprimer cette contribution
Citation:
Le souvenir que j'ai de l'école primaire, c'est : Sois sage et tais-toi...
J'ai détesté !


normal...

C'est un peu pour ça que j'ai intitulé mon fil "rue des écoles".

Nous n'avons qu'un ministre, mais beaucoup de maîtres(s)es : et parmi eux ou elles, ya des bons et des mauvais.

Des très bons, parfois.

Des très mauvais aussi : pas si souvent que domi le dirait, par exemple... mais yen a c'est vrai.
709689 Publié le 27/09/2007 à 19:20 supprimer cette contribution

Oui Carlow, mon fils a eu qqs très bonnes années à Louhossoa, avec un instit' curieux, cultivé et respectueux...

913080 Publié le 27/09/2007 à 19:21 supprimer cette contribution
Bien :

plantons le décor : Jules Ferry crée le ministère de

l'instruction publique.

domi va vite nous expliquer la différence entre instruction et éducation ?

Parce que, le ministère de l'Education Nationale, c'est plus tard...
913080 Publié le 27/09/2007 à 19:33 supprimer cette contribution
Autre chose : il paraît que c'est un foutoir à l'école.

Je vous copie-colle les "règles de vie" de ma classe, adoptées, commentées par tous :

Règles de vie

Quand une personne rentre en classe, je me lève pour l’accueillir poliment, comme je le ferais chez moi.

Le respect de mes camarades en classe :
- 1) Je ne prends pas la parole, je la demande : si je veux intervenir, je lève la main.
- 2) Je ne me moque pas d’un élève qui se trompe : c’est grâce à nos erreurs que nous apprenons.
- 3) Si je vois un camarade en difficulté, je le signale au maître (discrètement).

Ma conduite en classe :
- 4) Je fais mon travail, et je m’occupe ensuite avec mon « fil rouge », sans déranger ceux qui n’ont pas terminé.
- 5) J’évite les bruits et les mouvements brusques.
- 6) Je fais mon service hebdomadaire, que je partage avec mon groupe.
- 7) Si le maître doit sortir de classe : silence absolu.

Mon travail :
- 8) J’essaye de m’organiser au mieux (cahier, cartable, casier, cahier de textes, classeurs...). Je respecte le matériel scolaire.
- 9) Je fais mes devoirs.
- 10) Je n’hésite pas à parler au maître de mes difficultés.
- 11) Je peux aussi aider mes camarades à réussir.

Ma conduite dans la cour, dans l’école :
- 12) Dès que je suis dans la cour, je demande l’autorisation pour rentrer : toilettes, classe.
- 13) Je ne me bats jamais parce qu’il n’y a jamais de bonnes raisons de le faire. En cas de problème, je m’adresse aux maître(sse)s de service. Je leur signale aussi tout problème que je vois : bagarre, blessure, etc.
- 14) Je ne cours que dans la cour, jamais à l’intérieur de l’école.

Ma conduite pendant l’AIC, la cantine :
- Je respecte autant les animatrices et les dames de service que les enseignants : les mêmes règles s’appliquent.

J’accepte ces règles, parce que nous en avons débattu en classe, et que je reconnais qu’elles sont nécessaires pour une bonne vie à l’école.


NOM, Prénom…………………………………… Signature : …………………


Signature des parents :……………
709689 Publié le 27/09/2007 à 19:42 supprimer cette contribution

Oh, putaing !
C'est Domi qui va être content...
913080 Publié le 27/09/2007 à 19:55 supprimer cette contribution
Benvi : dans ma classe, ça fait trente ans qu'on se lève quand quelqu'un rentre.

Et ça n'a jamais changé : question de politesse.

Et ce n'est pas du tout pour marquer une sorte de respect automatique :

Thomas t'explique ça avec ses mots. (année scolaire 02-03)

"Si chuis sur l'canapé chez moi en train de regarder la télé et que quelqu'un rentre, je vais me lever pour y dire salut.
La classe, c'est comme chez moi. Donc, si quelqu'un rentre..."
913080 Publié le 28/09/2007 à 18:11 supprimer cette contribution
Citation:
Au fait Carlow..juste une question, pourquoi la moitié (environ) des profs sont ils favorables à l'école le samedi matin? Ce qui dérange bien la vie des familles, il faut le dire.


Je ne connais la réponse que pour le primaire (je rappelle : maternelle plus élémentaire).
Les instits de maternelle s'accrochent au samedi pour une raison inavouable : comme la mater n'est pas obligatoire, elles n'ont presque pas d'élèves ce jour-là.
J'ai même connu un temps honteux où elles s'organisaient entre elles pour avoir des samedis libres tournants, en toute illégalité.
913080 Publié le 28/09/2007 à 18:17 supprimer cette contribution
Citation:
Plus ça va, plus on réduit les heures de cours !
Et on se plaint en fin d'année que les programmes ne soient jamais terminés !
Vous ne croyez pas qu'il y a quelque chose qui ne vas plus dans l'Education Nationale !


Moyenne d'heures de classe en Europe : 800 heures

Chez nous : 936 heures.

Je fais court en prenant un exemple imbécile : j'ai toujours refusé fermement (et des fois ce fut diffcile) la moindre animation dans ma classe sur l'hygiène dentaire. C'est le boulot des parents. Point.
913080 Publié le 28/09/2007 à 18:20 supprimer cette contribution
Citation:
tenez on a fait le ratio entre les effectifs de l'EN et le nombre d'eleves
on devrait avoir 12 eleves par classe


c'est idiot : ça englobe l'administration de l'EN.
913080 Publié le 28/09/2007 à 18:22 supprimer cette contribution
Citation:
Dans certaines écoles privées en France aussi. Comment se fait-il que nous n'arrivions pas à en faire autant dans nos écoles publiques ?


Qui paye ?
913080 Publié le 28/09/2007 à 18:25 supprimer cette contribution
Citation:
PUIS l'ere des reformes est arrivée,

j'ai enlevé mon estrade ,ce qui fait que les gamins etaient obliges de monter sur une chaise pour ecrire au tableau

je me suis adaptée à la nouvelle grammaire et aux mathematiques modernes
et j'ai constaté que ces methodes etaient excellentes pour les enfants douée,
les autres

puis les disciplines d'eveil que j'enseignais ont été qualifiées d'images d'epinal,,,et il aurait fallu que j'apprenne la nouvelle façon

le plaisir d'enseigner a disparu parceque j'avais l'impression d'avoir tout faux,

j'ai pris ma retraite en avance ,car non seulement je doutais de mon enseignement mais j'avais un travail fou,
plus de livres ,rien que des polycopiés qui me prenaient trois heures chaque soir,

j'ai laissé mes collègues ,,,bien contente de me tirer de ce foutoir


ma collègue exprime mal (parce qu'axée sur le seul libéralisme supposé d'après 68) le vrai problème de l'école :

la "réformite".

913080 Publié le 28/09/2007 à 18:40 supprimer cette contribution
Je reviens donc, calmement, à mes "moutonsss".

L'instruction, qui est obligatoire, c'est apprendre à :

- lire

- écrire

- compter.

Remarquons immédiatement que notre constitution rend l'instruction obligatoire, pas l'école.

En effet, tout un chacun est libre d'instruire son enfant en dehors du système scolaire mis à sa disposition par l'état ou les associations religieuses ou non.

C'est important pour comprendre la suite...
709689 Publié le 28/09/2007 à 18:55 supprimer cette contribution
Citation:
Qui paye ?

Si c'est possible dans d'autres (nombreux) pays, pourquoi pas en France.
Ce n'est après tout qu'une question d'aménagement des horaires. Tu me diras qu'il faudrait travailler un peu plus aussi... Pourquoi pas? Les temps changent, pas toujours à l'avantage des mêmes. Il faisait bon être fonctionnaire à une certaine époque, ce sera moins marrant dans l'avenir, et alors ?

1945139 Publié le 28/09/2007 à 21:12 supprimer cette contribution
j'ai l'impression que les affectionnautes ont d'autres chats à fouetter que l'ecole du samedi matin

DE MON TEMPS on faisait classe le samedi toute la journée

y'avait moins de divorcés et de WEEK END

le samedi matin est demandé par la société de loisirs
et par les parents divorcés

Bon ,et la reformite où en est-on
644221 Publié le 28/09/2007 à 21:25 supprimer cette contribution
Citation:
DE MON TEMPS on faisait classe le samedi toute la journée
Et de votre temps, madame, combien de temps par jour de semaine les enfants pouvaient-ils voir - et être éduqués aux bonnes manières par - un de leurs parents ?

Ne croyez-vous ou ne sauriez-vous pas à quel point la situation est aujourd'hui différente ?

1945139 Publié le 29/09/2007 à 13:30 supprimer cette contribution
Et de votre temps, madame, combien de temps par jour de semaine les enfants pouvaient-ils voir - et être éduqués aux bonnes manières par - un de leurs parents ?

Ne croyez-vous ou ne sauriez-vous pas à quel point la situation est aujourd'hui différente ?
*****************************************************************************************************************************************
DE MON TEMPS
c'etait de l'ironie


je l'ai dit que c'est la societe qui est differente

je sais aussi que la societe de loisirs et les divorces vont beneficier de leurs WEK END

j'aurais bien aimé que çà change ,même de mon temps

j'aurais aimé n'enseigner que la lecture ,les maths et la grammaire

et j'aurais bien laissé à des specialistes
le dessin
la musique
et le sport

ET même les disciplines d'eveil qui n'avaient plus rien à voir avec les methodes enseignées à l'EN

J'AURAIS BIEN supprimer qqes vacances moi qui ne partais jamais en voyage

J'ai toujours essayé d'être utile et si j'ai pris ma retraite à 52 ans ,,, moyennant diminution de ma retraite ,,,,
c'est parceque je n'avais plus confiance dans mon enseignement

Mais tomber à bras raccourcis sur les enseignants c'est debile

qQuand on est fonctionnaire on obeit aux ordres de nos superieurs NA
913080 Publié le 01/10/2007 à 19:40 supprimer cette contribution
J'ai un peu de temps devant moi ce soir...

Pour noter d'abord que quelques contributions sur ce fil se sont "auto détruites".

ça fait de la place...
913080 Publié le 01/10/2007 à 19:56 supprimer cette contribution
Citation:
la "réformite".


La réformite est une maladie curieuse endémique de l'EN.

En trente ans de métier je n'ai pas connu une seule rentrée scolaire qui ne s'annonce par un effet médiatique du ministre.

Tout ministre de l'EN se croit obligé, comme le Pape, de pondre sa bulle quelques jours avant la rentrée. (Je l'ai déjà dit par ailleurs).

Il va, selon les besoins (et je recule dans le temps) :

- faire du sport une priorité
- faire de l'éducation scientifique une priorité
- revenir aux valeurs civiques une priorité
- faire de la lecture une priorité
- faire de tout et de rien une priorité...

Mais je me suis un peu éloigné de "la réformite" avec les effets d'annonce.

Revenons-y :

la "réformite", c'est cette manie qu'ont toujours eu les énarques qui gouvernent l'EN sans jamais y avoir mis les pieds de toujours et toujours vouloir changer les programmes.

Je ne suis pas passéiste pour deux sous, mais j'affirme que le rôle de l'école reste et restera à jamais d'enseigner

- la lecture,
- l'écriture, (et son pendant : l'orthographe)
- les maths (numération, calcul, géométrie, problèmes).

POINT.
913080 Publié le 01/10/2007 à 20:05 supprimer cette contribution
'taing, carlow : t'as l'air réac à donf, là...

Le vrai problème, si on est d'accord sur le contenu, c'est comment?

Et c'est là que réformite a frappé :

sous prétexte, par exemple, de faire comprendre aux élèves les mécanismes de la numération en base 10, il nous était recommandé fortement en 1979 de passer d'abord par les bases 2, 5, etc.

Un mathémathéchien génial était passé par là... et tous mes gosses du CP ramaient grave.

J'ai pas essayé plus de 15 jours, je vous rassure...
913080 Publié le 01/10/2007 à 20:10 supprimer cette contribution
Je vous rassure aussi : bien que fonctionnaire, j'ai souvent résisté.

Ce qui m'étonne aujourd'hui, par rapport à cette résistance, c'est la rapidité avec laquelle j'ai gravi les échelons.

Ma modestie en pleure : chuis vatchement bien noté.
1945139 Publié le 01/10/2007 à 20:23 supprimer cette contribution
on le sait que ceux qui sont syndiqués savent se faire servir les premiers
913080 Publié le 01/10/2007 à 21:00 supprimer cette contribution
Citation:
on le sait que ceux qui sont syndiqués savent se faire servir les premiers


chuis pas syndiqué (jamais été) , moi, chuis au charbon, tous les jours !

ho ! alixe ! debout les braves !
1945139 Publié le 02/10/2007 à 12:45 supprimer cette contribution
913080 Publié le 02/10/2007 à 18:07 supprimer cette contribution

kissous à toi aussi la Xi.

Pour un enseignant, les échelons ça veut dire du pognon à la fin du mois : on appelle ça "l'avancement au mérite".

Certains, depuis l'avènement de dieulepèresarkozy semblent découvrir cette notion...

Bon : alixe croit que j'ai été pistonné, apparemment... et syndiqué aussi, pourquoi je ne sais pas, elle nous l'expliquera sans doute...

Donc, puisqu'il faut le faire, bizarrement, je vous donne le fil de ma "carrière".

913080 Publié le 02/10/2007 à 18:21 supprimer cette contribution
1976 :

Je passe mon CAP ( à l'époque : Certificat d'Aptitude Pédagogique) : après deux ans d'école normale, je suis inspecté par

- un directeur
- môssieur l'inspecteur d'académie himself
- un conseiller pédagogique...

Dans une classe de Colomiers, banlieue toulousaine.

Un détail intéressant peut éclairer certaines choses : à l'époque, un certain Jean-Claude Skréla, troisième ligne emblématique du XV de France était "employé" par la ville de Colomiers comme "animateur sportif". Il n'a fait qu'une séance avec ma classe, parce que j'ai eu le culot de lui dire, devant mon directeur :

"Non; ce n'est pas ce que je voulais, ni ce que j'avais prévu : mes objectifs n'étaient pas les vôtres".

Merci et à jamais. ( Je me pensais : bon rugbyman, mais pas éducateur pour deux sous).
913080 Publié le 02/10/2007 à 18:27 supprimer cette contribution
Et pourtant je l'admirais en tant que joueur.

Brèfle :

je passe mon inspection sur trois sujets

- maths : réglo, pas de pbm,

- sport : je laisse les gosses à Skréla, malgré ma réticence...

- "éveil" : à l'époque (encore ! ) étant bon joueur régional d'échecs, j'avais lancé dans ma classe une initiation qui avait bien plu à mon conseiller pédagogique.

913080 Publié le 02/10/2007 à 18:43 supprimer cette contribution
Et me voilà rendu à "l'entretien" qui devait ponctuer mon "inspection".

- maths ? ok

- sport ? ok bien sûr "mais vous bénéficiez d'un talent rare; souvenez-vous en..."

- jeu d'échecs à l'école ? "Monsieur Carlow, abstenez-vous à l'avenir de vous permettre d'introduire vos propres expériences."

...

'taing !

Mon sang ne faisant qu'un tour, me voici expliquer à ce d'IA ce que le jeu d'échecs peut apporter aux élèves.

"Nous nous quitterons là-dessus, monsieur carlow" furent ses derniers mots.

Résultat ? 10/20, avec une remarque très sèche : " doit faire ses preuves".

Tous mes potes de l'école normale avaient passé avec entre 12 et 13...
Page 1 | 2 | 3 | 4

Forums > Education - scolarité - enfants Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Rue des écoles| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
Forum
 Net Etiquette
 Vos forums
 Charte utilisation
 Derniers posts
 Rechercher
 Forums favoris
 Modération
 Mode d'emploi
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
3 connectés au chat
21 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Rue des écoles