inscris,arabe
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

Inscris ! je suis Arabe

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
835521 Publié le 20/08/2006 à 15:10 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Inscris !
Je suis Arabe
Le numéro de ma carte : cinquante mille
Nombre d'enfants : huit
Et le neuvième... arrivera après l'été !
Et te voilà furieux !

Inscris !
Je suis Arabe
Je travaille à la carrière avec mes compagnons de peine
Et j'ai huit bambins
Leur galette de pain
Les vêtements, leur cahier d'écolier
Je les tire des rochers...
Oh ! je n'irai pas quémander l'aumône à ta porte
Je ne me fais pas tout petit au porche de ton palais
Et te voilà furieux !

Inscris !
Je suis Arabe
Sans nom de famille - je suis mon prénom
« Patient infiniment » dans un pays où tous
Vivent sur les braises de la Colère
Mes racines...
Avant la naissance du temps elles prirent pied
Avant l'effusion de la durée
Avant le cyprès et l'olivier
...avant l'éclosion de l'herbe
Mon père... est d'une famille de laboureurs
N'a rien avec messieurs les notables
Mon grand-père était paysan - être
Sans valeur - ni ascendance.
Ma maison, une hutte de gardien
En troncs et en roseaux
Voilà qui je suis - cela te plaît-il ?
Sans nom de famille, je ne suis que mon prénom.

Inscris !
Je suis Arabe
Mes cheveux... couleur du charbon
Mes yeux... couleur de café
Signes particuliers :
Sur la tête un kefiyyé avec son cordon bien serré
Et ma paume est dure comme une pierre
...elle écorche celui qui la serre
La nourriture que je préfère c'est
L'huile d'olive et le thym

Mon adresse :
Je suis d'un village isolé...
Où les rues n'ont plus de noms
Et tous les hommes... à la carrière comme au champ
Aiment bien le communisme
Inscris !
Je suis Arabe
Et te voilà furieux !

Inscris
Que je suis Arabe
Que tu as rafflé les vignes de mes pères
Et la terre que je cultivais
Moi et mes enfants ensemble
Tu nous as tout pris hormis
Pour la survie de mes petits-fils
Les rochers que voici
Mais votre gouvernement va les saisir aussi
...à ce que l'on dit !

DONC

Inscris !
En tête du premier feuillet
Que je n'ai pas de haine pour les hommes
Que je n'assaille personne mais que
Si j'ai faim
Je mange la chair de mon Usurpateur
Gare ! Gare ! Gare
À ma fureur !

Mahmoud Darwich
1849844 Publié le 31/08/2006 à 23:09 supprimer cette contribution
QUAND LES HOMMES PLEURENT...

Mahmoud Darwich


Tes cheveux sont-ils encore plus longs que notre vie

et les arbres des nuages qui te tendent le ciel pour se maintenir en vie ?

Enfante-moi, pour que je boive à ton sein le lait du Pays,

que je reste enfant dans tes bras jusqu'à la fin des temps.

J'ai beaucoup vu ô mère, beaucoup vu.

Enfante-moi pour que je reste sur tes paumes.

Chantes-tu et pleures-tu toujours pour rien quand tu m'aimes.

Mère : j'ai égaré mes mains sur les hanches d'Ube femme chimérique.

J'étreins le sable, j'étreins l'ombre.

Puis-je revenir à toi, puis-je revenir à moi?

Ta mère a une mère ; les figuiers du jardin
ont des nuages,

alors, ne me laisse pas seul, errant,

je veux tes mains pour porter mon cœur.

Je me languis du pain de ta voix, mère!

Je me languis de tout. Je me languis de toi.

Je me languis de moi.
1849844 Publié le 31/08/2006 à 23:10 supprimer cette contribution
J'ai écrit mon identité
A la face du vent
Et j'ai oublié d'écrire mon nom.


Le temps ne s'arrête pas sur l'écriture
Mais il signe avec les doigts de l'eau


Les arbres de mon village sont poètes
Ils trempent leur pied
Dans les encriers du ciel.


Se fatigue le vent
Et le ciel déroule une natte pour s'y étendre.


La mémoire est ton ultime demeure
Mais tu ne peux l'y habiter
Qu'avec un corps devenu lui même mémoire.


Dans le désert de la langue
L'écriture est une ombre
Où l'on s' abrite.


Le plus beau tombeau pour un poète
C'est le vide de ses mots.


Peut être que la lumière
T'induira en erreur
Si cela arrive
Ne crains rien, la faute est au soleil

Adonis
1849844 Publié le 31/08/2006 à 23:16 supprimer cette contribution
Khalil Gibran, tiré de l'ouvrage "le prophète":


L'Amour




Alors Almitra dit, Parle-nous de l'Amour.

Et il leva la tête et regarda le peuple assemblé, et le calme s'étendit sur eux. Et d'une voix forte il dit :

Quand l'amour vous fait signe, suivez le.

Bien que ses voies soient dures et rudes.

Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui.

Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser.

Et quand il vous parle, croyez en lui.

Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste vos jardins.

Car de même que l'amour vous couronne, il doit vous crucifier.

De même qu'il vous fait croître, il vous élague.

De même qu'il s'élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus délicates qui frémissent au soleil,

Ainsi il descendra jusqu'à vos racines et secouera leur emprise à la terre.

Comme des gerbes de blé, il vous rassemble en lui.

Il vous bat pour vous mettre à nu.

Il vous tamise pour vous libérer de votre écorce.

Il vous broie jusqu'à la blancheur.

Il vous pétrit jusqu'à vous rendre souple.

Et alors il vous expose à son feu sacré, afin que vous puissiez devenir le pain sacré du festin sacré de Dieu.

Toutes ces choses, l'amour l'accomplira sur vous afin que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur, et par cette connaissance devenir une parcelle du cœur de la Vie.

Mais si, dans votre appréhension, vous ne cherchez que la paix de l'amour et le plaisir de l'amour.

Alors il vaut mieux couvrir votre nudité et quitter le champ où l'amour vous moissonne,

Pour le monde sans saisons où vous rirez, mais point de tous vos rires, et vous pleurerez, mais point de toutes vos larmes.

L'amour ne donne que de lui-même, et ne prend que de lui-même.

L'amour ne possède pas, ni ne veut être possédé.

Car l'amour suffit à l'amour.

Quand vous aimez, vous ne devriez pas dire, "Dieu est dans mon cœur", mais plutôt, "Je suis dans le cœur de Dieu".

Et ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l'amour car l'amour, s'il vous en trouve digne, dirige votre cours.

L'amour n'a d'autre désir que de s'accomplir.

Mais si vous aimez et que vos besoins doivent avoir des désirs, qu'ils soient ainsi :

Fondre et couler comme le ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit.

Connaître la douleur de trop de tendresse.

Etre blessé par votre propre compréhension de l'amour ;

Et en saigner volontiers et dans la joie.

Se réveiller à l'aube avec un cœur prêt à s'envoler et rendre grâce pour une nouvelle journée d'amour ;

Se reposer au milieu du jour et méditer sur l'extase de l'amour ;

Retourner en sa demeure au crépuscule avec gratitude ;

Et alors s'endormir avec une prière pour le bien-aimé dans votre cœur et un chant de louanges sur vos lèvres.
835521 Publié le 01/09/2006 à 13:36 supprimer cette contribution
http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=2258

Ils t'ont assassiné, mon frère cheri
1754856 Publié le 01/09/2006 à 13:38 supprimer cette contribution
835521 Publié le 01/09/2006 à 13:40 supprimer cette contribution
Si tu avais lu ispic avant de rire
1556562 Publié le 03/09/2006 à 18:11 supprimer cette contribution


à Mahmoud Darwich

Il pleut de la pluie sur la Palestine
De la pluie sans pluie de la pluie de feu
Pour Marie la Vierge il y eut sept épées
Il y en a bien plus dans le cœur de celles
Qui ne dorment plus dans leurs maisons frêles
Et qui ont la rue des pauvres terribles
Pour tordre leurs bras sur le fils perdu

Il pleut de la pluie il pleut de la nuit
Dans le plein soleil de ce jour perdu
Où la vie n’a plus son beau nom de vie
Le cœur n’en peut plus le cœur n’en peut plus
De voir les enfants pleurer de détresse
Le garçon morveux la fille en ses tresses

Ce pays d’olive est pays du Christ
La palme est ici son signe perdu
Nous avons chanté sa naissance claire
Sa fragilité d’enfant condamné
Par l’affreux César par l’affreux Hérode
Dont les mains jamais ne seraient blanchies
Si tous les Jourdain venaient les laver

Cet enfant d’hier renaît aujourd’hui
Dans le giron noir des Palestiniennes
Les maris sont morts les fils sont perdus
Les maisons de tôle et de béton nu
Sont tombés comme à Guernica les tuyaux crient
Face aux tanks et face aux soldats casqués
Muets du silence de ceux-là qui tuent

Moïse, Moïse
N’a pas voulu ça

C’est notre planète, terrestre et si bleue
Celle qu’on fit d’air et d’eau pour qu’ils vivent
Ensemble : celui harnaché de cuir
Et l’adolescent qu’on a laissé cuire
Dans l’incendie créé où la bonbonne
De gaz explosa sous le tir précis

Moïse, Moïse
N’a pas voulu ça

Précise mitraille ajustée au cœur
De l’enfant mort-né dans l’église blanche
Tous dorment et pas seulement les gardes
Mais l’Homme blanc de Rome aussi, si vieux,
Les Démocraties et leur Chef miteux
Celui-là de qui le front si étroit
Sur des yeux étroits confirme Darwin

Pauvre Palestine des pauvres, pourquoi
Oui pourquoi veux-tu que ça les réveille ?
A Jérusalem règne l’Ubu-Roi,
Sabra et Chatila en poche, et l’autre
Le Prix Nobel de la Paix, le faux-nez

Oui, pourquoi veux-tu que ça nous réveille ?
S’ils veulent double portion, pourquoi pas ?
Nos princes se sont assoupis en barils/jour
Le Pen en France arrive avec son œil de verre
Et la Maison de Verre aussi, à New York
Est redevenue le " machin " qu’on sait

A quoi bon bouger, pauvre Palestine
Puisqu’on te propose enfin d’en finir ?

Pays du Christ te souvient-il du Christ ?
Pays d’Islam pourquoi veux-tu revivre ?
Il y a pour toi les chars étoilés de Sharon
Comme il y a pour la Tchétchénie Poutine
Et Bush est là pour régler la musique …
Pays du Christ pourquoi veux-tu vivre ?
Pâques est passé et c’est " printemps d’épidémie "
Il pleut il pleut il pleut sur toi, ma Palestine,
Pays sans pluie pays à pluie de feu
Et pour Marie, " la non-touchée d’un homme ",
Il y a toujours, au cœur du cœur, les épines
1 | Page 2

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Inscris ! je suis Arabe| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
0 connectés au chat
1 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Inscris ! je suis Arabe