peur,hadopi
Forums > Informatique / InternetAller à la dernière page
<< Précédent |

Qui a peur de l'Hadopi ?

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 22/06/2008 à 21:48 Demander à la modératrice de supprimer ce forum


http://www.slyck.com/story1691_SSL_Encrpytion_Coming_to_The_Pirate_Bay
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 28/12/2010 à 14:31 supprimer cette contribution

Une piqûre de rappel ?

226183 Publié le 30/12/2010 à 20:17 supprimer cette contribution
Tu noteras les lettres d'excuse. Ce sont manifestement des amateurs qui se sont fait choper.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 31/12/2010 à 06:20 supprimer cette contribution
Et pendant qu'Hadopi mène son combat d'arrière-garde aux frais du contribuable, ceux qui ont compris leur époque continuent à avancer tranquillement leurs pions.

Sarkozy est avocat de formation. C'est dire qu'il est expert à se faire prendre de vessies pour des lanternes (pour convaincre les autres, il faut commencer par soi) et le voilà englué en plein XXème siècle, c'est à dire scotché avec 10 ans de retard technologique et sociétal. C'est l'exemple typique de l'attitude qui plombe un pays.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 01/01/2011 à 07:56 supprimer cette contribution

7,4 millions de Français saluent Hadopi à leur manière.

Pauv'Sarko !
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 13/01/2011 à 05:56 supprimer cette contribution

Encore une pétition... Il en faut...

Il en faut pour faire comprendre à nos députés que s'ils persistent à maintenir les projets HADOPI et LOPPSI2 (que 80% votent sans rien y comprendre techniquement) qui jettent par la fenêtre les deniers du contribuable pour n'enrichir que les majors dont la valeur ajoutée est nulle au lieu d'instaurer la licence globale et le mécénat public, seules solutions justes, rémunérant les artistes et eux seuls, nous voterons pour d'autres députés et c'est tout.

Le peuple est-il souverain dans ce pays, oui ou merde ?

226183 Publié le 13/01/2011 à 12:39 supprimer cette contribution
A l'époque, j'avais envoyé des courriels à tous les députés du coin. Deux m'ont répondu, Migaud et Hissoudun.

Je prie pour que l'Hadopi trouve son régime de croisière et envoie tout plein de mails. 2 ou 3 millions de mécontents en 2011, c'est bien pour 2012!
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 14/01/2011 à 23:02 supprimer cette contribution

Suggéré sur YQR !

Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 15/01/2011 à 06:49 supprimer cette contribution

Wikileaks parle d'Hadopi.

Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 15/01/2011 à 08:27 supprimer cette contribution

Quant au riguidicule, il ne tue plus.



« Riguidel est à l'Internet ce que les frères Bogdanoff sont à la physique » (Bruno K.)
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 20/01/2011 à 03:11 supprimer cette contribution
Korben : <=== Clic !
Citation:
Loppsi, le projet de loi soutenu par les pédophiles et vivement critiqué par les associations de lutte contre la pédophilie, vient d’obtenir un vote favorable au Sénat.

Loin de moi l’idée de lancer un paralogisme sur les préférences des sénateurs et députés, mais ce qui est sûr, c’est qu’avec cet article 4 qui autorise la censure de sites internet sans contrôle du juge et sans possibilité de recours ou même de simple vérification, on va bien rigoler.

La lutte contre la pédophilie est un bon cheval de Troie pour qu’ensuite d’autres lois ou amendements autorisent le blocage d’autres types de sites…

Wikipédia se fera une nouvelle fois censurer pour cette fameuse pochette de Scorpions… Puis viendra le tour de sites de jeux en ligne suite aux caca nerveux de l’ARJEL… Ensuite, ce seront les hébergeurs de fichiers tels que Megaupload qui se verront refuser la France… Pour terminer par tous les sites gênants pour les politiques comme Wikileaks par exemple !

D’ailleurs, en fidèle supporter de Frédéric Lefebvre, je me devais de dénoncer quelques sites hautement pédophiles ! Je pense bien sûr à Wikipédia mais aussi au site de la fédération française de naturisme, à AuFeminin bourré d’images trash, voir même de grands journaux nationaux qui vont au delà du supportable.

Cette situation n’est plus tolérable et j’implore M. Fritz d’agir vite plutôt que nous raconter des bobards au sujet des téléphones portables.

Mais ne vous y trompez pas, car d’autres ont bien compris que cette censure allait sauver leur salaire… La loppsi et surtout cette porte ouverte au filtrage attire les charognards comme de la viande de Casimir pourrie au soleil… Je parle bien sûr du CSA (Conseil Satanique de l’Audiovisuel) qui reprend vie après qu’un scientifique ai extrait d’un moustique fossilisé dans l’ambre, de l’ADN des membres de ce conseil. Je les croyais disparus à jamais depuis le loft en 2001 mais il faut croire que comme les tortues Luth, le CSA a traversé les âges avec courage.

Sortant du silence tel un virus de grippe espagnole des glaces du Pôle Nord, le CSA a donc décidé qu’Internet c’était leur rayon ! Tu m’étonnes ! Avec un beau site en flash, bourré d’iframes, c’est clair que c’est de leur niveau ! Et comme si c’était encore Noël au pays du Mordor, ils souhaitent bien sûr pouvoir censurer tous les sites non labellisés, diffusant de la vidéo.

Mouahahaha ! Accroche toi à ton cheveu, Michel parce que la liste va être longue !

Tout ça pour dire que Loppsi donne des ailes aux mini-Ben-Ali qui tiennent le pouvoir actuellement et qu’il va falloir vraiment se battre pour que notre internet ne devienne pas un 3615 TF1 à 30€ par mois.

Je pense qu’on peut y arriver sans s’immoler mais va falloir que chacun y mette du sien ! A commencer à l’OCLCTIC qui sera je pense le seul maillon intelligent de la chaine, et qui je l’espère pourra éviter les abus de cette blacklist magique qui arrive à toute vitesse sur notre Internet.

D’ailleurs, j’espère aussi de tout coeur que si des abus sont constatés (comme par exemple le blocage de mon si beau et si magnifique site), une petite fuite de cette blacklist ira directement dans la boite mail de Julian Assange. Oui, je fais partie de ces gens qui pensent que les policiers ont une âme et ne sont pas des robots-tasers dénués de toute humanité.

Mes amis, surfer libre ou être débranché… Cette année, vous devrez faire un choix !
Cliquez le lien pour avoir accès aux liens.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 28/01/2011 à 08:19 supprimer cette contribution

Bon courage, Hadopi, bon courage !

Le problème va être de fabriquer de nouvelles lois aussi vite que les bidouilleurs inventent des solutions pour contourner les anciennes. Même si on s'appelle Sarkozy et qu'on a en effet pour premier ministre un authentique geek (qui pour cette raison doit croire à Hadopi comme je crois à l'islam )

226183 Publié le 28/01/2011 à 12:58 supprimer cette contribution
C'était couru d'avance.
D'un coté, on a un système étatique bloqué de partout. Code des marchés publics, fonctionnaires pas très compétents et j'en passe.
De l'autre, on a des geeks sur-motivés et très compétents pour certains. Sans compter ceux qui vont s'engouffrer sur une manne financière. C'est d'autant plus idiot que ce sont eux qui vont proposer l'alternative à l'offre légale.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 03/02/2011 à 07:53 supprimer cette contribution

En plus, les chiffres sortent d'un chapeau.
Citation:
Ainsi, par exemple, l'étude de l'Hadopi nous enseigne que 49 % des internautes français déclarent des usages illicites, quand celle de la Sacem évalue à 20 % la proportion de ceux qui, parmi les 41 % de Français qui consomment de la musique sur Internet, pratiquent soit le peer-to-peer, soit le direct download (DDL) sur MegaUpload, Rapidshare et consorts. Et quand l'Hadopi estime à 25 % le nombre d'internautes dont la riposte graduée va changer les habitudes de consommation en ligne, ZDNet n'évalue qu'à 4 % la proportion de ceux qui ont arrêté complètement de télécharger illégalement depuis sa mise en œuvre.

Tir à vue sur ZDNet et PC Inpact

Dans un billet publié sur le site Statosphère.fr, Guillaume Main, consultant indépendant recruté par l'Hadopi pour superviser la réalisation de l'étude rendue publique à Cannes par la haute autorité, pointe un certain nombre d'erreurs dans l'enquête de ZDNet, et d'approximations du journaliste Christophe Aufray dans l'analyse qu'il en fait. Dans un second billet publié sur ce site, le même Guillaume Main dénonce les interprétations douteuses et les fausses informations que le site PC Inpact tire d'une analyse jugée "incomplète" de l'étude de l'Hadopi à laquelle il a contribué.

C'est ce qui m'a amené à me pencher plus longuement sur les résultats de cette dernière qui, je l'avoue volontiers, ne me paraissaient pas fondamentalement éclairants de prime abord. Et à relever, du bas de ma faible expertise en matière de sondage, un certain nombre d'incohérences qui ne m'amènent pas à lui accorder plus de crédit qu'aux autres. Pas besoin, au demeurant, de dresser une liste exhaustive de ces incohérences pour alimenter ce discrédit.

On peut se demander, pour commencer, si le chiffre de 49 % d'internautes déclarant des usages illicites avancé par l'Hadopi reflète vraiment la proportion de ceux qui s'adonnent réellement à des usages illicites. En effet, 59 % des internautes qui déclarent des usages licites considèrent, nous enseigne l'Hadopi par ailleurs, qu'un service payant est forcément légal, ce qui n'est pas le cas des sites de direct download, auxquels on peut s'abonner, ou encore de certains services payants d'accès aux newsgroups permettant de télécharger illégalement.

Les "pirates", combien de divisions ?

Il y a donc des usages illicites qui s'ignorent, ce qui amène à considérer que la proportion d'internautes s'adonnant à des usages illicites est supérieure à 49 %. Ce n'est pas fondamentalement une erreur, mais le pourcentage fourni par l'Hadopi pour déterminer la proportion réelle d'internautes dont les usages sont illicites est de ce point de vue sujet à caution.

D'autant que près d'un tiers des répondants déclare ignorer si un service payant est forcément légal, 35 % considérant que c'est le cas ; et que 23 % d'entre eux déclarent payer sur des sites de téléchargement direct comme MegaUpload, dont 36 % pour des usages illicites et 11 % pour des usages licites, ce qui en laisse 53 % dans l'incertitude.

Autre incohérence : on peut lire dans la synthèse que l'Hadopi produit de son étude que "38 % des internautes déclarent pratiquer des usages illicites depuis plus de 3 ans" et "29 % depuis moins de 6 mois". Si je sais bien compter, cela donne 67 % d'internautes déclarant des usages illicites et non 49 %, sans compter ceux qui téléchargent illégalement depuis moins de 3 ans mais plus de 6 mois. A moins que l'expertise de l'institut qui a effectué les interviews en matière de sondage laisse à désirer en matière de syntaxe de la langue française, au point de produire des contre-sens dans sa synthèse.

Je relèverai une autre incohérence, et m'en tiendrai là, dans les résultats de l'étude d'Hadopi, à propos de l'impact de la riposte graduée sur le comportement des internautes. Selon eux, 25 % des personnes interrogées déclarent que la riposte graduée les incitera à changer leurs habitudes en matière de consommation de biens culturels en ligne, or ils sont 42 % à déclarer (tout à fait ou plutôt d'accord) qu'elle les dissuadera de consommer des œuvres culturelles de manière illégale, ce qui n'a pas l'air très cohérent.
226183 Publié le 10/02/2011 à 20:04 supprimer cette contribution
Je viens de lire " don't make me steal".

Ca me parait cohérent. Et surtout, Ce sont enfin des propositions d'alternative.

En cette affaire, chacun s'arcboute sur ses positions et on ne progresse pas d'un caramel. Pour une fois que des gens proposent au lieu de dénoncer. Je ne dis pas que c'est parfait, mais ça a le mérite d'exister.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 15/02/2011 à 14:12 supprimer cette contribution
En voici d'autres qui proposent, et qui surtout appliquent tout de suite :
Citation:
Les fans des sons saturés du génie borgne Thom Yorke se réjouissent : Trois ans après le superbe In Rainbows, le nouvel album de Radiohead, The King of Limbs, sera sera téléchargeable sur le net samedi 19 février(www.thekingoflimbs.com ou www.radiohead.com/deadairspace).
Et contrairement à Charcot ou Domi (Charcot n'ayant pas d'excuse vu la profession de madame), eux ont tout compris : ce qu'il faut faire, c'est préserver le revenu des artistes et non le revenu de ceux qui les exploitent.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 15/02/2011 à 14:21 supprimer cette contribution

La situation est comparable à deux kiosquiers. L'un installe un distributeur de journaux sophistiqués avec monnayeur, verrous, surveillance par webcam. L'autre se contente de mettre la pile de journaux et un tronc avec un contrat implicite simple : si ce qui est mis dans les troncs ne couvre pas le prix des journaux, la distribution ne pourra pas continuer. Le public veut lire le journal, il paie son écot. Les autres de toute façon ne sont pas intéressés par le journal.
1520136 Publié le 21/02/2011 à 10:04 supprimer cette contribution
En France (et autres pays latins), chacun prendrait un journal en espérant que les autres garniront le tronc à sa place.
C'est pour ça que dans les années 90, les shareware ne marchaient pas du tout en France alors que ça se passait plutôt bien aux USA ou UK.

Les seuls pour qui ça marcheraient bien, ce sont ceux pour qui la vente de disque ne représente que de l'argent de poche en comparaison de la vente de produits dérivés (vètements, images, accessoires, etc) façon Black Eyed Peas ou ceux qui ont encore suffisament de pèche et de jeunesse pour supporter une soixantaine de concerts par an.
226183 Publié le 26/02/2011 à 13:15 supprimer cette contribution
La réflexion de Fée se tient. Je suis fan des Stones. J'ai le DVD (acheté légalement), la tasse Stones, le Tee-Shirt. Et je vais à leurs concerts.

Ceci dit j'ai piraté tous leurs albums.

Ca m'a couté plus de 200 € avec les déplacements.
1520136 Publié le 26/09/2011 à 11:00 supprimer cette contribution
L'aroseur arosé : Hadopi accusée à son tour de piratage :
http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/2010-01-11/piratage-logo-hadopi-et-police-une-bourde-tres-genante/1387/0/412432
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 26/09/2011 à 21:24 supprimer cette contribution

Janvier 2010. Voilà ce qu'on peut appeler des nouvelles fraîches. Que celui ou celle qui n'était pas au courant se dénonce !
Orchid Lover - 488208 lui écrire blog Publié le 28/09/2011 à 19:41 supprimer cette contribution
Cher Professor;

Concernant "Pirate Bay" ....

Bien qu'il est Rigolo de voir l'impossibilite des multi-nationaux a fermer Pirate Bay - et leur rapid retour apres leur proces, il faut , quand meme se dire ce ci...

Il y a des Artistes... et nous , nous gagnons notre vie avec les ventes de notre musique.

Sans Parler des groupes auxquelles j'ai participe, meme un tout petit individu comme moi souffre des activites de Pirate Bay ..

J'ai repere aujourd'hui 6 streams, donnant access a mes albums solo, et je ne fait pas fortune avec mon site legal ( et payant ) de telechargement.

Bien entendu, il n'y a rien que , en tant d'individu, je peut faire pour empecher , ce qu'est un vol de mes moyens de subsister..

Quand je deviendrsai RMIste - tu sera le premier a Geuler - alors , priez, mon cher Prof de consider l'argument par les deux bouts !

L'Orchid !
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 29/09/2011 à 01:26 supprimer cette contribution
Certes, mais nous revenons là sur la fameuse opposition frontale entre Aubert et Bertignac à une époque.

Pour Aubert, il faut tout cadenasser. C'est un point de vue. Un point de vue que n'adoptent pas les maisons de disques, puisque loin d'interdire l'écoute des titres autrement que par les albums, elle paient (oui, et cher, alors qu'elles seraient censées se faire payer) pour que leurs protégés - pas forcément Aubert, j'en conviens - passent sur les radios.

Pour Bertignac, l'équation est simple : plus on peut télécharger ses chansons, plus il est connu et apprécié, et donc plus il y a de monde qui va être tenté de se déplacer pour venir à ses concerts et connaître une ambiance que ne donnera jamais l'écoute chez soi. C'est aussi l'avis de 50 cent : "le piratage est une composante du marketing".

Je ne chercherai pas à trancher, d'autant que nous n'avons sans doute là que des poids lourds du disque et qu'on a vu des chanteurs plus que talentueux (Joël Favreau, Gilbert Lafaille, Pierre Tisserand...) se ramasser déjà dans le système classique. C'est même arrivé quelque temps à Maxime le Forestier, et avant lui à Claude Nougaro, et même à Gainsbourg (oui !) quand il en était arrivé à faire des tournées avec Bijou.

Je dirai juste que j'ai téléchargé en effet, dans ce qui était alors un no man's land juridique, un concert complet (en vidéo) de Dire Straits, l'intégrale des Beatles remastérisée et pas mal d'épisodes de Twilight Zone... et que je les ai tous achetés juste quelques mois après. Pas que j'imagine Mark Knopfler ou Paul McCartney vraiment dans la dèche (quant à Rod Serling, il est mort), mais c'est ma façon à moi de donner mon obole, comme je la donne au joueur de limonaire qui passe tous les trois mois dans mon quartier. C'est une façon de lui dire que je voudrais qu'il continue. Si on ne finance pas les bons, ils changeront de métier et il ne restera plus que de la daube.

En revanche, ce que j'ai trouvé nul, je l'ai effacé, ce qui est logique, même si la place disque ne coûte plus très cher.

J'ai vu aussi des textes de chansons qui m'étaient inconnues que un site Internet. Et puis quand j'y suis revenu pour les relire, l'illustre inconnu qui les avait composés avait fait retirer les textes en question du site ! C'est à peu près aussi ballot que si La Redoute décidait d'interdire la lecture de son catalogue. L'illustre inconnu s'est tiré une balle dans le pied, et c'est dommage. J'ai d'ailleurs, je ne dois pas être le seul, oublié son nom à force de ne jamais le voir !

Profite de la promo offerte par le streaming, je peux t'assurer qu'elle fait vendre (même si seulement 1% du public achète, quand ce public se chiffre en dizaines de millions de personnes, il y a sans doute de quoi vivre). Quant à rémunérer les artistes au pro rata du nombre de téléchargements à des adresses IP distinctes en finançant par la licence globale, je suis pour à 100%, et il y en a quelques millions comme moi. Comme Lady Gaga l'a compris (et avant elle, Gainsbourg encore), le succès est le produit d'un facteur notoriété par un facteur talent et travail. Il serait dommage de se priver du premier pour ne s'occuper que du deuxième. Vaut-il mieux une petite part d'un gâteau énorme ou la totalité d'un gâteau minuscule ? À ton avis ?

L'avenir de la chanson est probablement dans ce que l'on nomme le mécénat global, et par des dizaines de milliers d'artistes ayant leurs publics plutôt que quelques centaines promues par les majors au détriment des autres (car disperser ses efforts de promotion coûte cher) ayant un vague public. Même si par ailleurs quelques superstars comme les Stones arrivent à faire une quasi unanimité.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 29/09/2011 à 01:30 supprimer cette contribution

Petite pub clandestine au passage : ne manquez pas les passages des Arcadian Shepherds à Paris

Eux aussi méritent qu'on les encourage.
1520136 Publié le 29/09/2011 à 09:14 supprimer cette contribution
C'est aussi balot que de conseiller à un plombier d'aller faire des réparation gratuitement chez ses clients en leur demandant de ne payer que s'il le souhaite et en se disant que ça lui ferait de la pub dans le quartier...
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 29/09/2011 à 16:55 supprimer cette contribution

C'est pourtant bien ce qui s'est passé au XVIIème siècle pour toute la littérature (tout le monde fonctionnait avec le système des pensions, au gré de l'auditeur royal) et on ne peut pas dire qu'on ait fait beaucoup mieux depuis.

Simplement, aujourd'hui, le souverain est le peuple. Du moins pour toutes les décisions qui n'ont aucune importance réelle, et le choix des artistes de variété en fait partie.
1520136 Publié le 29/09/2011 à 19:09 supprimer cette contribution
Citation:
C'est pourtant bien ce qui s'est passé au XVIIème siècle pour toute la littérature (tout le monde fonctionnait avec le système des pensions, au gré de l'auditeur royal) et on ne peut pas dire qu'on ait fait beaucoup mieux depuis.

Etant donné qu'il s'est écrit plus d'oeuvres littéraires pendant le XXè siècle qu'au cours de toute l'histoire précédente de l'humanité, on peut légitimement dire qu'il s'est fait mieux depuis.

Eviter que les auteurs se limitent à des crèves-la-faim mendiant l'aumone des puissants y est sans doute pour quelque chose.

De plus, c'était une époque où le bas-peuple était complètement privé de telles oeuvres. Elle me semble donc en totale contradiction pour quelqu'un qui défend le partage de la culture.

Citation:
Simplement, aujourd'hui, le souverain est le peuple.

Non, le souverain est le capitalisme et ses disciples.

Ce n'est pas le peuple qui a choisi Jennifer mais Universal.

Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 30/09/2011 à 01:27 supprimer cette contribution
Citation:
il s'est écrit plus d'oeuvres littéraires pendant le XXè siècle qu'au cours de toute l'histoire précédente de l'humanité
Ouais, il faut voir lesquelles ! :

http://plusvite.net/?a92fd6c4
Citation:
Eviter que les auteurs se limitent à des crève[]-la-faim mendiant l'aumone des puissants y est sans doute pour quelque chose.
Eviter que n'importe quel couillon disposant d'une notoriété de rencontre ou d'amis qui ont un ascenseur à lui renvoyer ne pollue les rayons serait pour nos deux siècles une façon de juguler une abondance quantitative qui ne masque en rien leur carence qualitative. Un exemple ? Voilà :

/agnes-abecassis_57089_forum/
Citation:
De plus, c'était une époque où le bas-peuple était complètement privé de telles oeuvres.
Parce qu'aujourd'hui, il lit davantage, le bon peuple ? Là, je me marre franchement !
Citation:
le souverain est le capitalisme et ses disciples.

Ce n'est pas le peuple qui a choisi Jennifer mais Universal.
Totalement, dans l'ancien système que tu venais daffirmer vouloir maintenir. Donc merci de réfléchir cinq minutes et d'arrêter de t'autocontredire : la seule façon de neutraliser Universal et son diktat sur ce qu'on a de droit ou non de découvrir consiste bien à court-circuiter ce major qui bouffe 90% des profits et à subventionner directement les artistes. Pas les parasites.

On n'a pas besoin de maintenir en respiration artificielle Vivendi, tout simplement parce qu'elle ne sert à rien. On a en revanche besoin de laisser les artistes demander la participation de leur public si on veut que les bons continuent. Or il en est dont on veut qu'ils continuent.

Les Stones lancent une souscription pour faire un album, je souscris tout de suite si c'est moins de 20 euros.

C'est tout aussi vrai en ce qui me concerne pour Triocéphale.
1520136 Publié le 30/09/2011 à 09:45 supprimer cette contribution
Citation:
Parce qu'aujourd'hui, il lit davantage, le bon peuple ? Là, je me marre franchement !

Au moins en a-t-il la possibilité, ce qui ne lui était pas accordé à l'époque.

Citation:
Totalement, dans l'ancien système que tu venais daffirmer vouloir maintenir.

Je ne suis pas pour le maintient d'un système. Je suis pour le droit des auteurs à disposer de leur oeuvre.
Si un auteur veut diffuser son oeuvre librement et sans la faire payer, libre à lui. Il a droit à tout mon respect.

Par contre, si un auteur veut tirer subside de son travail et qu'un public accepte de payer pour accéder à ce qu'il a créé, c'est son droit et il ne mérite pas opprobe pour cela.

Ce contre quoi je suis, c'est de voler l'oeuvre d'un auteur pour la diffuser gratuitement sans son consentement.

Citation:
la seule façon de neutraliser Universal et son diktat sur ce qu'on a de droit ou non de découvrir consiste bien à court-circuiter ce major qui bouffe 90% des profits et à subventionner directement les artistes. Pas les parasites.

Tout au contraire.
Si les auteurs ne peuvent plus tirer un subside raisonnable de leur travail sans devoir faire une centaine de concert par an et vendre des petites culottes à leur éfigie, ce ne sont pas les major qui en patiront les premiers mais les "petits artisans".

Les major ont une assise financière, une diffusion marketing, la vente de produits dérivés, etc. qui leur permet d'amortir ce genre de perte. De plus, comme ils diffusent de la musique "bon marché" qui ne coûte que très peu à produire (quand ce ne sont pas de simples reprises), l'impact d'une diffusion gratuit est, pour eux, d'autant moindre.
Certes, cela rognera leurs bénéfices mais ils continueront à vivre.

D'autant plus qu'une bonne partie de leurs subsides vient de produits dérivés. Ce ne sont pas les ventes de disques qui ont rendu la Star Ac aussi rentable.

Idem pour des produits marketing comme Lady Gaga et autre M. Pokora. Ils n'ont pas vraiment besoin de vendre de disque pour vivre. Ils ont à peine besoin de chanter pour ça.

Autre point : le marché des francophones est limité... à la francophonie. Je rigole quand j'entends certains dire qu'ils sont des super-star au Japon alors que des amis japonais n'en ont même jamais entendu parler.
Par contre, le marché des anglophones s'étend au monde entier. Donc, avec le même pourcentage de "retours payants", ils ont mathématiquement des revenus qui ont plus de chance d'être raisonnables.
C'est beaucoup moins probable pour des "artisans" francophones.

D'ailleur, pour une poignée d'artistes qui militent en faveur de la diffusion gratuite (et rien ne les empèche de l'appliquer à leurs oeuvres), il y en a des wagons qui sont radicalement contre.

Citation:
On a en revanche besoin de laisser les artistes demander la participation de leur public si on veut que les bons continuent.

Si la "participation" se limite à un soutient moral, ils ne risquent pas de vivre bien longtemps.

Pour l'instant, la diffusion gratuite compte encore parmi ses clients quelques "anciens" du siècle dernier comme toi et moi (non non, ce n'est pas un vacherie déguisée) qui ont connu l'époque du "tout payant" et pour qui rétribuer un artiste pour avoir apporter un certain plaisir concerve une certaine logique.
Par contre, pour la génération XXIè siècle, ce n'est pas du tout dans l'état d'esprit. Comprendre la valeur de ce qu'ils peuvent obtenir sans effort n'entre pas dans leur logique.
C'est d'autant plus vrai dans les pays latins. Comme je le disais, j'ai connu l'époque des shareware (je suppose que toi aussi). Ca n'a jamais vraiment marché en France. "Je vous donne un logiciel et vous me le payez uniquement si vous en avez envie", n'a pas vraiment fonctionné chez nous.

De plus, pour l'instant, la rétribution d'oeuvres en libre diffusion s'inscrit encore dans une démarche militante. Tu le montres bien par tes explications (non non, ce n'est pas un reproche).
Cet aspect militant n'aura qu'un temps. Si la diffusion gratuite se banalise et que la diffusion payante (je veux dire "à payement obligatoire") devient marginale, le côté militant disparaitra et de moins en moins de personnes se sentiront tenues de donner de l'argent alors que rien ne les y incite.
Surtout si, comme c'est le cas en ce moment, leur budget s'amenuise.
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 30/09/2011 à 13:00 supprimer cette contribution
Citation:
Je ne suis pas pour le maintient d'un système. Je suis pour le droit des auteurs à disposer de leur oeuvre.
Eh bien c'est déjà fichu avec le système actuel, puisque par exemple Sony Music exige contractuellement d'avoir la totalité des droits sur les productions des artistes qui signent dans cette société.
Citation:
si un auteur veut tirer subside de son travail et qu'un public accepte de payer pour accéder à ce qu'il a créé, c'est son droit et il ne mérite pas opprobe pour cela.
C'est le droit aussi du public, et celui de Radiohead ne s'en prive pas. Pour les artistes, il importe pour le leur donner de les tirer des griffes des majors, et ça passe par Internet.
Citation:
Si les auteurs ne peuvent plus tirer un subside raisonnable de leur travail sans devoir faire une centaine de concert par an
Une centaine, ça ne paraît pas pourtant pas déraisonnable sur une année de 365 jours, et au prix où ces concerts sont facturés, ils peuvent même prendre leur retraite à 45 ans si ça leur chante.
Citation:
une bonne partie de leurs subsides vient de produits dérivés. Ce ne sont pas les ventes de disques qui ont rendu la Star Ac aussi rentable.
Brassens et Brel ont-ils jamais eu besoin de produits dérivés ? Nous parlons de musique, pas de manipulation des consommateurs.
Citation:
Je rigole quand j'entends certains dire qu'ils sont des super-star au Japon
J'ai été surpris d'y entendre Polnareff à la radio (sur Love FM). Et Chagrin d'amour à San Francisco en 1984.
Citation:
le marché des anglophones s'étend au monde entier.
Dans les années 60, plein de personnes achetant les disques des Beatles ne comprenaient pas un mot d'anglais, et d'illeurs plein de personnes achetant des montres de plongée ne savaient pas nager. Ca s'est heureuseme,t un peu amélioré depuis.

Le premier gigatube qu'on ait entendu sur les ondes en France (si l'on met de côté "Petit papa Noël dont les ventes se sont étendues sur des décennies), c'était Banjo Boy, des jumeaux Jan et Kjeld, qui chantaient en suédois. C'était la suite d'un pari entre Roland Dhordain et je ne sais plus quel autre directeur de radio au sujet de la possibilité de faire un tube de n'importe quelle chanson en la matraquant bien. Et c'est précisément ce que l'Internet permettra d'éviter.
Citation:
On a en revanche besoin de laisser les artistes demander la participation de leur public si on veut que les bons continuent.

Si la "participation" se limite à un soutient moral, ils ne risquent pas de vivre bien longtemps.
Est-ce ce que veut l'amateur de leurs productions qu'ils arrêtent ? S'il veut les voir continuer, il fait ce qu'il faut pour. Si ce n'est pas le cas, c'est exactement comme ailleurs, le type devra changer de métier pour en trouver un autre.

Ce qui est visible, c'est que tu confonds "justice" et "reproduction à l'identique qu'un rapport de forces aujourd'hui disparu".
La preuve ? T'es-tu beaucoup plainte de ce que les deux inventeurs de la FFT (c'est tout de même autre chose à créer qu'une musiquette !) n'aient jamais touché ni réclamé un sou pour leur invention ? Pas plus que Boyer et Moore ? Comme tu le vois, le monde est plein de personnes qui acceptent parfaitement d'utiliser sans payer le travail des autres dès lors qu'on ne demande pas à en faire autant avec le leur. Amusant, non ?

Autre chose : pourquoi alors qu'un brevet, qui a demandé un réel travail en plus de sa rédaction qui est en son genre l'équivalent d'une petite chanson - couvre-t-il son inventeur pour 20 ans les autres oeuvres de l'esprit qui en réclamaient 50, puis 70, visent-elles aujourd'hui les 90 ? Une musiquette, c'est plus important qu'un catalyseur ou qu'un procédé de protection informatique ?
Citation:
"Je vous donne un logiciel et vous me le payez uniquement si vous en avez envie", n'a pas vraiment fonctionné chez nous.
Ne me fais pas croire que tu n'as jamais envoyé quelque chose à l'auteur d'IrfanView, je ne te croirais pas.
Citation:
Si la diffusion gratuite se banalise et que la diffusion payante (je veux dire "à payement obligatoire") devient marginale, le côté militant disparaitra et de moins en moins de personnes se sentiront tenues de donner de l'argent alors que rien ne les y incite.
Il existe deux genres de personnes : la mentalité X qui vise à faire confiance au bon sens des gens (et ça ne marche pas mal du tout pour les organismes caritatifs, auxquels "personne ne se sent tenu de donner", que je sache; est ce qu'on m'oblige à donner à Amnesty ou à Aide et Action, moi ?), et la mentalité Y qui voudrait mettre un flic derrière chaque personne. Les choses sont plus simples : l'écoute de musique est un simple agrément; si une personne a le nécessaire, financer les artistes de son choix correspond à ce qu'on toujours fait tous les mécènes (le mécénat étant ici collectif, avec des millions de micro-mécènes), qui sont dans les couches hautes de la pyramide de Maslow. Si le type est dans les couches basses de cette même pyramide, il n'éprouvera pas le besoin ni n'aura les moyens de contribuer, parfait. Qu'est-ce que l'artiste ou la société gagnera à l'empêcher d'écouter ce qui est produit, tu peux me le dire ?

Le peuple payait-il pour écouter ou même réciter les quelques fables de La Fontaine dont il venait à apprendre l'existence ? Non. La Fontaine s'en portait-il plus mal ? Non. Les intéressés en étaient-ils mieux ? Oui. la différence avec la musique ? La seconde avait pu mettre la main sur le blocage des moyens de diffusion, comme des brigands occupaient un pont pour y réclamer indûment péage. Ces temps sont révolus.

L'industrie artistique (quelle association horrible !) va en morfler quelque temps, mais comme les automobilistes qui accéléraient sous les tunnels rien que pour voir s'allumer les panneaux "60", les téléchargeurs de choses qu'ils n'aiment pas se lasseront et ceux de ce qu'ils aiment ferongt ce qu'il faut pour avoir des choses qu'ils aiment encore plus. Il y faudra deux générations peut-être, mais la suppression de l'esclavage a causé des turbulences tout aussi longtemps, et la décision a été prise quand même. Jusque dans l'Empire ottoman !
1520136 Publié le 30/09/2011 à 18:10 supprimer cette contribution
Citation:
Eh bien c'est déjà fichu avec le système actuel, puisque par exemple Sony Music exige contractuellement d'avoir la totalité des droits sur les productions des artistes qui signent dans cette société.

S'ils acceptent de signer, ça les regarde.
C'est moins pire que de leur voler leurs oeuvres sans leur consentement.
De plus, rien ne les empèche d'adopter le système que tu préconises s'ils le souhaitent.

Citation:
Pour les artistes, il importe pour le leur donner de les tirer des griffes des majors, et ça passe par Internet.

A condition qu'ils y consentent. Sinon c'est soit une dictature qui ne vaut pas mieux, soit du brigandage, ce qui est plus probable.

Citation:
Une centaine, ça ne paraît pas pourtant pas déraisonnable sur une année de 365 jours, et au prix où ces concerts sont facturés, ils peuvent même prendre leur retraite à 45 ans si ça leur chante.

Certes, s'ils font des concerts à Bercy.
Par contre, s'ils font des concerts à La Motte Beuvron devant 100 personnes, ils devront cotiser un peu plus longtemps.

Cela dit, je doute qu'un artiste de plus de 45 ans supporte d'enchainer une centaines de concerts dans l'année.
Sans compter qu'il faut qu'il se garde du temps pour écrire, composer, aranger, préparer le spectacle, etc.

Citation:
Brassens et Brel ont-ils jamais eu besoin de produits dérivés ?

Brassens et Brel vendaient leurs albums.

Citation:
J'ai été surpris d'y entendre Polnareff à la radio (sur Love FM). Et Chagrin d'amour à San Francisco en 1984.

Il n'est aussi arrivé une fois d'entendre une chanson japonaise à la radio en France. Ca n'est pas révelateur d'un angouement.

Citation:
Dans les années 60, plein de personnes achetant les disques des Beatles ne comprenaient pas un mot d'anglais,

Fort heureusement pour les chanteurs anglosaxons, c'est toujours le cas. Si leurs fans comprenaient leurs paroles, ils n'en achèterait pas autant.
J'ai même rencontré un Pakistanai qui adorait l'album Let It Be, sur lequel figure le titre Get Back conseillant aux Pakistanais de rentrer chez eux...

Citation:
Est-ce ce que veut l'amateur de leurs productions qu'ils arrêtent ? S'il veut les voir continuer, il fait ce qu'il faut pour.

Non, en France, l'amateur espère que son voisin fera ce qu'il faut.
A part quelques marginaux comme toi qui le font par esprit militant plus que par simple encouragement, la quasitotalité prennent sans même songer à valoriser ce qu'ils obtiennent si facilement.

Au final, la majorités des utilisateurs prendront cette gratuité comme un du et la musique (ou les films, ou les livres) n'auront plus vraiment, à leur yeux, de valeurs qu'ils imagineront devoir rétribuer.

Citation:
Si ce n'est pas le cas, c'est exactement comme ailleurs, le type devra changer de métier pour en trouver un autre.

Ailleur, on est payer pour son travail.
Je ne connais pas d'artisans qui arrivent en disant : je vais faire le boulot et vous ne me payerez que si vous le souhaitez.

Si c'était le cas, il n'y aurait plus aucun électricien, plus aucune plombier. De même, la gratuité de la musique va entrainer une disparition de tous les Brels et Brassens potentiels, limitant la musique à quelques oeuvres de consommation rapides ou à quelques groupes motivés à la durée de vie limitée.

Citation:
Comme tu le vois, le monde est plein de personnes qui acceptent parfaitement d'utiliser sans payer le travail des autres dès lors qu'on ne demande pas à en faire autant avec le leur. Amusant, non ?

Mais je n'ai rien contre. Au contraire, j'applaudis leur dévotion.

Je dis simplement que ceux qui souhaitent gagner leur vie avec leur travail puissent le faire sans qu'on leur vole sans leur demander leur avis, ce qui s'apparente à du brigandage.

Que d'autres décident d'offrir leurs oeuvres, quelle que soit leur raison (bénévolat, oeuvres sponsorisées, rançon, publicité, etc.), je les admire. Je dirais même plus, je le fais moi-même pour certaines activités.

Citation:
Autre chose : pourquoi alors qu'un brevet, qui a demandé un réel travail en plus de sa rédaction qui est en son genre l'équivalent d'une petite chanson - couvre-t-il son inventeur pour 20 ans les autres oeuvres de l'esprit qui en réclamaient 50, puis 70, visent-elles aujourd'hui les 90 ? Une musiquette, c'est plus important qu'un catalyseur ou qu'un procédé de protection informatique ?

C'est même plus long puisque, à ma connaissance, c'est 70 ans après la mort du dernier auteur (ni toi ni moi ne verrons jamais Astérix libre de droit ).

Je suis d'accord pour dire que c'est exagérément long.
Un héritier peut disposer d'une maison ou d'un capital transmis par ses parents. Il est logique que le capital représenté par les droits d'une oeuvre le soit aussi. Mais sur 70 ans, c'est exagéré. 20 ou 30 ans serait déjà beaucoup.

Citation:
Ne me fais pas croire que tu n'as jamais envoyé quelque chose à l'auteur d'IrfanView, je ne te croirais pas.

Euh... Je n'ai jamais utilisé IrfanView.
Par contre, j'ai envoyé la contribution souhaitée par les auteurs pour d'autres sharewares, quasiment pour tous ceux que j'utilise régulièrement. J'ai même envoyé ma contributions pour des simples polices de caractère.
Cela dit, je ne pense pas que cet état d'esprit soit très courant. Comme je le disait, toi comme moi avont été élevés dans un état d'esprit impliquant que tout travail avait une valeur. Je pense que c'est une façon de voir qui est en voie de disparition.

Ca n'est pas pour rien qu'il n'y a quasiment pas eu de shareware intéressant produuits par des développeurs français et que le marché hexagonal en ce domaine se limitait essentiellement aux gestionnaires de cave à vin et autres logiciels d'astrologie.

Il est fort probable que la gratuité entrainera la musique sur la même voie.

Citation:
et ça ne marche pas mal du tout pour les organismes caritatifs, auxquels "personne ne se sent tenu de donner", que je sache

Maintenant que la plus grosse partie des subventions européennes qu'ils recevaient vont leur être retirées, on verra bien s'ils continueront à marcher aussi bien.

Citation:
est ce qu'on m'oblige à donner à Amnesty ou à Aide et Action, moi ?

J'ai fait partie d'Amnesty International à une époque. Ils vivent plus d'actions bénévoles que de subsides bénévoles.

Citation:
Il existe deux genres de personnes : la mentalité X qui vise à faire confiance au bon sens des gens, et la mentalité Y qui voudrait mettre un flic derrière chaque personne.

Pousses-tu cette confiance jusqu'à laisser ouverte ta porte la nuit ?
Si tu vois quelqu'un que tu ne connais pas fair du stop, est-ce que tu lui confies tes clés de voiture en lui disant "vous me la rapporterez quand vous aurez finit ?"

Te pousse-t-elle jusqu'à dire à ton patron ou tes clients "ne me payez que si vous en avez vraiment envie, je ne vous y oblige pas. Même si vous ne me payez pas, vous pourrez bénéficier de mes services jusqu'à ce que je meure de faim" ?

Personnellement, sans vouloir mettre un policier derrière chaque personne. avant de commencer une affaire dans mes activités professionnelles, je demande à mes clients de m'envoyer une commande signée. Est-ce un manque de confiance ?... Sans doute.

Citation:
financer les artistes de son choix correspond à ce qu'on toujours fait tous les mécènes (le mécénat étant ici collectif, avec des millions de micro-mécènes)

Le mécénat était pratiqué par des personnes qui, pour la plupart, avaient plus d'argent qu'ils ne pouvaient en dépenser et/ou souhaitaient en tirer un certain prestige.

Les bugets de ces micro-mécènes se réduisent d'années en années, si bien que la plupart sont peu enclins à dilapider de l'argent pour des actions qui ne leur semblent pas indispensables.
Dans le cas de micro-donation, le geste est anonyme ou noyé dans la masse, ce qui enlève tout prestige (excepté, peut-être, une légère auto-gratification).

Il est donc difficile de comparer les deux.

Citation:
, qui sont dans les couches hautes de la pyramide de Maslow. Si le type est dans les couches basses de cette même pyramide, il n'éprouvera pas le besoin ni n'aura les moyens de contribuer, parfait.

Comme tu le dis, c'est une pyramide. Ce qui signifie que les couches hautes contiennent moins de population que les couches basses. Pour que le système fonctionne, il faudrait donc que les donateurs soient prets à appliquer un coefficient multiplicateur (3 me semble être un minimum) comparé à ce qu'ils payaient auparavent, et cela pour quelque chose de valeur à priori moindre (plus de support physique).

Personnellement, bien que je fasse sans doute partie des couches hautes, je ne me sens pas vraiment prète à une dépense de la sorte.

Citation:
Le peuple payait-il pour écouter ou même réciter les quelques fables de La Fontaine dont il venait à apprendre l'existence ?

Je ne pense pas qu'à l'époque de La Fontaine, le "peuple" connaissait ses oeuvres.
De plus l'homme "qui passa la moitié de sa vie à dormir et le reste à ne rien faire" était largement rétribué pour le peu de travail qu'il réalisait.

Citation:
Oui. la différence avec la musique ?

Le mal de rein qu'a sans doute attrapé le pauvre homme à force de vivre courbé...

Citation:
les téléchargeurs de choses qu'ils n'aiment pas se lasseront et ceux de ce qu'ils aiment ferongt ce qu'il faut pour avoir des choses qu'ils aiment encore plus.

Je doute fortement des deux proposition.
La première parce qu'on écoute rarement un artiste qu'on télécharge (la musique se télécharge maintenant si vite qu'il vaut mieux écouter après), la seconde parce qu'on espère toujours que ce soit les autres qui fassent ce qu'il faut.

La musique se réduira aux oeuvres les plus faciles, celles qui demande peut d'investissement en temps et sur lesquelles ont peut espérer une rentabilité même avec des recettes faibles, c'est-à-dire tous ce que je supose tu n'aimes pas : la techno (un "artiste" peut sans difficulté faire une dizaine de morceaux dans la journée), le rap (ça peut quasiment s'improviser), les reprises (qui seront d'autant plus rentables s'il n'y a plus de droits d'auteurs à reverser), etc.
Adieu les Brassens qui pouvait mettre un mois à écrire les paroles d'une chanson et autant pour trouver la "musiquette" qui irait bien dessus.

Comme un antibiotique trop puissant, la gratuité détruira les artistes avant d'éliminer les majors qui ont une assise financière bien plus confortable et des revenus annexes suffisants pour survivre.

Sans oublier la disparition des vedeurs, ce qui coupera de ces oeuvres toute une catégorie de la population qui ne sait pas comment accéder aux téléchargements illégaux (et je ne parle même pas de ceux qui ne savent pas alumer un ordinateur).
<<Première | <Précédente | 4 | 5 | 6 | Page 7 | 8 | 9 | 10 | Suivante>

Forums > Informatique / Internet Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Qui a peur de l'Hadopi ?| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
Forum
 Net Etiquette
 Vos forums
 Charte utilisation
 Derniers posts
 Rechercher
 Forums favoris
 Modération
 Mode d'emploi
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
7 connectés au chat
27 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Qui a peur de l'Hadopi ?