pokiol,propos,celtes
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

Pour Pokiol... à propos des celtes...

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 01/06/2007 à 18:09 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
c'est comme tu le sens...
à lire ou pas...
c'est selon ton envie...
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 01/06/2007 à 18:19 supprimer cette contribution
Citation:
.../
La magie des druides se manifeste de deux manières: la parole tout d'abord, puis par l'écriture, qui est une concrétisation et un durcissement de la parole. La parole du druide, ce sont avant tout des incantations, toutes chantées ou psalmodiées, accompagnées ou non de cérémonies rituelles. et la parole a force de loi. La prédiction contraint l'événement annoncé à se produire et l'incantation, une fois énoncée, produit des effets inéluctables quand bien même celui qui en est l'auteur revient sur ses intentions. L'écriture est moins fiable en ce sens qu'elle est exeptionnelle, limitée à l'emploi des ogams, technique magique de fixation ou de divination par le bois, toujours surbodonnée à la parole. Quand, dans la Gaule, on trouve de brefs textes de "defixiones", ils ne sont pas d'inspiration ou de tradition celtique, ils relèvent de l'imitation de modes latines. Le plomb du Larzac la défixio de Rom dans les deux=Sèvres, posent plus de problèmes qu'ils n'en résolvent. Ils ne permettent pas en tous cas de réssusciter la langue celtique qui serait déjà réductible et explicable en manuels. Outre que, dans la plupart des cas envisagés ici, les linguistes se laissent à la griserie de la reconstruction et se satisfont du tissu fragile des hypothèses, ce que l'on reconstruit ou restitue n'est jamais qu'une image imparfaite, changeante ou illusoire à partir des données dialecticales tardives, limitées dont le sens et a raison nous échappent au moins en partie... Nous sacons du gaulois, nous ne savons pas le gaulois. S'il nous est interdit de négliger le moindre document, si minime soit=il, il est vain de vouloir retrouver dans toute sa force l'antique parole perdue. Nous ne glanerons jamais que des bribes.


Magie, médecine et divination chez les Celtes..
Chrstian=J. Guyonvarc'h
Bibliothèque Scientifique Payot... page 349
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 01/06/2007 à 18:36 supprimer cette contribution


Par ailleurs, les druides qui, d'Irlande ou de Gaule, allaient recevoir ou parfaire leur instruction (initiation) en Bretagne insulaire, se servaient certainement d'une même langue sacrée que nous n'avons plus les moyens d'atteindre, ni même d'imaginer, et qui n'était pas à la portée du premier venu. Les documents dont nous disposons sont ceux des prakrits qui, à leur époque, ne peuvent être que dialecticaux. Et on ne peut pas dire que leur déchiffrement soit autre chose qu'un tissu de conjectures ascillant entre le vraissemblable et l'impossible. Nous avons constaté sur des pièces, à propos du plomb du Larzac, de la defixio de Rom ou de l'inscription de Chamalières, les hésitations, les hypothèses, les incertitudes des études philologiques. Dans cette langue gauloise arbitrairement lue, relue et surtout, reconstituée, le vocabulaire magique et la magie ne sont, dans leur ensemble, guère plus qu'une hypothèse parmi d'autres. Dans les faits, donc, nous ne savons rien de la magie gauloise et nous ne pouvons rien en savoir, sauf admettre qu'elle est apparentée à la magie des celtes insulaires dans son principe mais que dans ses formes extérieures et ses apparences la font ressembler aux defixiones romaines.
-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 01/06/2007 à 18:50 supprimer cette contribution
page 179


Nous rappellerons tout d'abord le fait de base de la civilisation celtique: l'écriture est proscrite en tant que moyen de transmission ou d'enseignement d'un savoir. Nous n'insisterons pas, la magie écrite n'est pas à la portée du premier venu.
La conséquence en est que la magie écrite couvre un champ d'application très différent de celui de la magie parlée, et sue ses témoignages sont à la fois moins nombreux et beaucoup plus complexes.
Nous savons que l'écriture ogamique est, à l'origine, exclusivement réservée à la magie, mais les documents mentionnés dans les récits mythologiques ou épiques ne sont jamais transcrits. Puis, à l'époque chrétienne, cette écriture perd son caractère magique pour servir aux épitaphes. Elle n'est plus gravée sur le bois mais sur des pierres tombales, ce qui est un autre genre de fixation. Toutefois exetionnellement les documents insulaires ne sont pas exclusifs. Il y a aussi quelques documents occidentaux qui, compte tenu de leur âge et de leur rareté relative, doivent être étudiés avec un soin tout particulier, même si les conditions auxquelles ils nous obligent ne sont pas celles que nous pouvions espérer.

LA MAGIE GAULOISE ECRITE

elle est attestée dans deux documents que nous avons étudié ...


suite demain...
je dois partir...




1855378 Publié le 04/06/2007 à 10:42 supprimer cette contribution
Nous avons limité notre source d'information à de trop rares sources à une époque bien définie, celle qu'on pourait appeler période de décadence ou plutôt de sédentarisation des peuples celtes. Pourtant, il existe une foule de documents écrits des contemporains grecs, en particulier Hérodote ou Polybe qui ont été des témoins directs, des survivances traditionnelles, des sources architecturales qui nous permettent d'avoir une idée précise de ce qu'étaient réellement ces grands voyageurs dont les connaissancs et les découvertes allaient bien au-delà de l'image que nous en avons. Les celtes privilégiaent la mémoire et la transmission orale mais ils savaient que la Terre était ronde et leurs techniques médicales étaient très avancées. C'est à partir de ces sources que j'ai rédigé des ouvrages, comme Hrabreuil, ed. LaBruyère et, croyez-moi, elles sont beaucoup plus riches que ce que nous pouvons imaginer... Avec mes salutations amicales, Henri Lasserre
1873133 Publié le 09/06/2007 à 00:50 supprimer cette contribution
merci de ces avis divers et variés .
Perso, le côté magique "que personne ne pouvait et ne peut comprendre" me laisse septique.
l'imaginaire et le paganisme ont laissé des traces encore aujourd'hui, et même des survivances pleines de "santé"
Mais la littérature abonde sur le sujet, et ce n'est pas fini, sinon nous ne serions pas à échanger!

-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 09/06/2007 à 08:26 supprimer cette contribution
...je suis du même avis...




bonretour ...
petites vacances se sont bien passées???
et les rêves de Mary vorgan aussi
car il va faloir s'y remettre...
as beaucoup travaillé dans ce sens...
mais plein de bonnes excuses...(il en faut parfois )
allez zou je me mets à cogiter...
Page 1

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Pour Pokiol... à propos des celtes...| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
8 connectés au chat
26 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Pour Pokiol... à propos des celtes...