realites
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

Réalités

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
domi - 417343lui écrire blog Publié le 18/08/2008 à 20:03 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Comme il fait un temps de M... On se croirait déjà en sept alors j'passe le temps comme je peux...


Bonsoir Madame, vous aviez 8 ans...
48 ans c'est un peu tard... Cependant, le Nord n'est pas tout, la vie est ailleurs, enfin peut être.

Savez-vous que vous avez 2 jambes?
On ne reste pas sur une terre devenue stérile, une région à présent sans futur.
On ne peut y trouver que misère et dégoût de soit, vu l'inutilité évidente de sa vie ressentie au fil du temps qui passe.

Notre pays est TRÈS malade, MAI 68 et sa soit disant liberté l'ont TUE!
PERSONNE n'est LIBRE, l'oiseau s'il ne chasse pas, crève! Mensonge que de parler d'égalité, qui est égal à l'autre? PERSONNE!

La richesse c'est l'usine, le travail, la PRODUCTION. Le reste c'est foutaises, parasites et compagnie... Assureurs, banquiers-voleurs, fonctionnaires racketteurs, j'en passe et des bien meilleures.

La seule utilité est le chasseur, pas le consommateur, pas le parasite qui distribue le poisson en affamant le pêcheur.

Se tromper d'objectif c'est vivre pour RIEN! Les syndicats l'on fait et... Ils ont TOUS perdu. Ils n'ont pas 2% d'adhérents alors que la misère est partout, ils ont perdu A JAMAIS.

Fermer une usine est si facile, remplacée aussitôt par une autre, loin, là-bas au pays des hommes jaunes... Demain au pays des hommes noirs, mais la misère avance... "N'est pas Roi qui le veut, n'est pas le Père de son peuple qui veut."

L'élection n'est ici d'aucune utilité.
La nature en rigole encore.

Il faut prendre son baluchon et partir là où les usines triomphent, là où le vrai travail existe. Le reste n'est que foutaises et vie de grande inutilité.

Le désir s'estompe, on en oublie de vivre, puis lentement on s'éteint, sans laisser comme 99,9% de nos semblables la moindre trace de notre passage fugitif sur cette si petite planète grouillante de prédateurs en surnombre qui n'en ont pas même conscience car si bien conditionnés pour ne poas penser vraiment.

La vie est un torrent d'amertume à boire... Pas un long fleuve tranquille, hier plein d'espoir et 8 années de vie...

Les 40 suivantes ont passé si vite, d'espoirs en désillusion....
Où est la petite fille au ballon rouge qui s'émerveillait de ses jolis souliers du dimanche, de sa première belle robe pour sortir?

La mort et son manteau glacial rode, elle mugit et frappe chaque jour les inutiles, bons ou méchants qu'elle sait affaiblie par l'alcool, la maladie, le stress...

La nature est une putain économe, elle n'a ni sentiments ni tendresse... Sa justice est le hasard, écoutez là ricaner au fond du grand puît de nos espérances. Entendez vous l'écho glacial de ses rires assourdissants?

Elle jouit de ses tentatives de perfection avortées au fil des jours. Demain le désir de l'autre et de cette possession consentie si terrible un instant lui procure encore un nouveau né, il va rêver, comme la petite fille qui avait 8 ans...

C'est sans limites... Fuir est le seul moyen, les îles de Paradis ne se laissent violer que par les grands voyageurs, les oiseaux migrateurs un soir d'ivresse me l'ont chuchoté à l'oreille...

Alors j'y suis allé voir... Las, l'herbe n'y est plus verte que vu de tout là-haut, point d'usines ni de savoir, point de travail sinon pour les dentistes et la misère qui colle si bien à la peau tannée par ce soleil qui fait mine d'ignorer la misère... Le Rhum blanc y coule à flot pour un oubli si facile, on ne connaît plus la faim...
On brûle juste à l'ombre de ses illusions perdues...

Elle a 12 ans, pour manger, elle écarte ses petites cuisses de gamine aux touristes de passage... Horrifié je suis rentré très vite, pas de Paradis sinon dans nos têtes...
Et cette Vieille Vie et sa copine La Mort qui ricanaient en regardant mes larmes de tristesse...

Je les regardaient toutes deux, haineux de les découvrir aussi sévères, aussi intransigeantes, aussi indifférentes.

Mais comment tuer la mort? J'entends encore leurs rires sonores s'éloigner dans ma tête, couvrant à jamais les cris des enfants courant dans la cour de l'école primaire de mon enfance...

J'y suis même retourné et elle était toujours là, plus petite bien sur, car j'ai grandis enfin je croyais, mais POURQUOI?
Le mur d'ardoise grise des pissotières de la cour a été repeint. J'y avais gravé "Isabelle et Domi", où est Isabelle? Personne ne sait.

Monsieur Delbré est mort? Qui fait la classe alors? Je ne saurai JAMAIS...
Il m'avait dit: "Si tu vas loin très loin dans les îles ramène moi un galet et de beaux coquillages de mer. Mais je n'ai pas tenu ma promesse, à 7 ans on est pas un homme et puis il est mort lui aussi...

Alors j'ai très froid.
Que m'est-il arrivé?
La vie en rigole encore.

Ainsi, aussi est la vie, ailleurs.
La nature ne veut garder que les plus forts, le reste ne compte pas, n'a JAMAIS compté... Alors moi aussi, j'écris sans illusion.
1806855 Publié le 18/08/2008 à 20:16 supprimer cette contribution
Citation:
Et cette Vieille Vie et sa copine La Mort qui ricanaient en regardant mes larmes de tristesse...

Je les regardaient toutes deux, haineux de les découvrir aussi sévères, aussi intransigeantes, aussi indifférentes.

Mais comment tuer la mort? J'entends encore leurs rires sonores s'éloigner dans ma tête, couvrant à jamais les cris des enfants courant dans la cour de l'école primaire de mon enfance...

joli ....
2203138 Publié le 18/08/2008 à 20:27 supprimer cette contribution
Pourquoi me direz-vous, j'en ai les larmes aux yeux.....
2364767 Publié le 18/08/2008 à 20:37 supprimer cette contribution
2203138 Publié le 20/08/2008 à 10:42 supprimer cette contribution
Je viens de relire votre texte...encore
2025831 Publié le 20/08/2008 à 10:55 supprimer cette contribution
Je viens de lire ce très beau texte plein de vérités Domi

Certes, la justice n'est pas de ce monde, à nous "humains" de nous surpasser afin de s'en approcher le plus près possible...

Ne jamais baisser les bras devant la médiocrité, même si cela empiète sur notre bien-être, tout relatif d'ailleurs...

domi - 417343lui écrire blog Publié le 21/08/2008 à 11:05 supprimer cette contribution
Merci. C'est si rare qu'on me complimente ici pleurer

Mais je ne voulais pas vous faire pleurer...
Là je suis confus. Je ferai plus léger dorénavant.

Il faut dire que c'était en réponse à une femme désespérée et se plaignant de sa vie dans le Nord, près de longwy sur un autre forum politique dont je tairai les nom où je sévis parfois sous un autre pseudo. J'ai trouvé que ce texte tapé à la va vite en forum pouvait aussi avoir sa place ici, bien que tombant un peu comme des cheveux sur la soupe.
2364767 Publié le 21/08/2008 à 11:08 supprimer cette contribution
Page 1

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Réalités| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
1 connectés au chat
8 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Réalités