regain,xiane,va,aimer,remimg,border,0,alt,complice,src,http,www,affection,org,forum,smiley,wink,gif,align,middle,espere
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

REGAIN (xiane va aimer!) j''espère!

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 06/05/2003 à 16:19 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
REGAIN

Il gisait, immobile et sans vie, depuis peut être une éternité, lorsqu’en lui même il senti la douce chaleur du bain de réveil… Le moment était arrivé ! Il allait pouvoir revivre enfin ! Marc essayait de se souvenir, mais c’est une nausée affreuse qui pourtant le submergea.

Il ne comprenait pas trop, que faisaient les infirmières chargées du réveil? Où étaient-elles? Pourquoi n’était-il pas déjà perfusé? Le liquide amniotique se refroidissait et s’écoulait lentement alors qu’il ouvrait péniblement les yeux. Il senti son sarcophage se vider ! Pourtant on lui avait bien expliqué qu’il serait pris en charge et n’aurait aucun désagrément lors de son réveil et déjà contrarié, il essaya d’inspirer car il étouffait littéralement! Ces efforts furent vains, le liquide s’échappait toujours il ne semblait d’ailleurs plus très chaud et Marc avait l’impression de se retrouver dehors, en plein hiver, nu et par moins 15° au moins et toujours cette angoisse, cette nausée qui l’oppressait. Marc inspira de toutes ses forces, une violente déchirure lui traversa la poitrine lui arrachant un cri rauque et bestial.

Mais que foutaient les infirmiers ! La douleur restait très vive et un goût de sang lui arriva dans la bouche. Inquiet, Marc essaya de s’asseoir au moins pour appeler à l’aide. Un clavier était d’ailleurs à sa disposition à droite de sa main, il pressa le bouton d’appel et un voyant situé à côté du bouton se mis à clignoter. Marc tremblait à présent, et ce liquide qui se vidait toujours , bientôt, il ne resta plus rien que Marc transi et tremblant de froid . Dans un effort surhumain, il essaya de se lever non sans hurler afin qu’on lui vienne à l’aide… Mais pas un bruit ne répondait à ces appels seuls le ronronnement des compresseurs lui parvenaient aux oreilles …Marc commençait à s’inquiéter et sorti du sarcophage.

Il tendit la main pour prendre la robe de chambre pliée et rangée sur le dessus du sarcophage mais ses mains disparurent dans une poussière blanche et grise qui le glaça d’effroi !
Vite il tendit la main vers le couvercle du sarcophage pour tenter de le refermer : Sur le dessus la date indiquait bien 2028 gravé dans une plaque d’ailleurs fissurée comme usée par le soleil et juste en dessous était indiqué en chiffres électroniques 2328 ! Ce n’était pas possible ! il n’avait pu hiberner 300 ans! Les docteurs lui avaient dit que les antibiotiques du germe mutant qu’il avait contracté au contact d’une femme soldat en permission serait probablement au point dans 2 ans tout au plus! Or si le calendrier électronique était bon, c’était il y a 300 ans ! Que c’était-il passé ? Marc tremblait de froid et d’angoisse et c’est avec difficulté qu’il se dirigea vers ce qui lui semblait une sortie. Il pénétra dans la pièce plutôt spacieuse et se dirigea vers ce qu’il pensait être l’infirmière de garde, mais il ne vit horrifié qu’un squelette momifié grimaçant ! Il regarda l’éphéméride et lu 2032 il était indiqué les mesures prises et la mise en service autonome du système grâce au générateur nucléaire situé au 8ème sous-sol. Mais sacré nom d’une pipe! Pourquoi s’étaient-ils branché sur ce générateur de secours si coûteux ?

Il fouillait fébrilement les armoires à la recherche d’un vêtement chaud mais ne trouva que des choses qui tombaient en charpie au moindre contact .
Il se dirigea vers un sas ou il trouva des combinaisons de protection anti-virales et les enfila fébrilement ses dents s’entre choquant violemment.
Il fouilla tout le bureau et trouva enfin ce qu’il cherchait: Le protocole de réveil ! Il ouvrait les placards, tendu, fébrile et inquiet puis trouva les produits dans des ampoules scellées. Mais était-ce raisonnable? N’allaient-elles pas le tuer ? Il allait de plus en plus mal et se résolu à s’injecter le produit de réveil. Il perdit alors connaissance…

La suite, si ça vous plaît. Tout est dans la tête …J'leur raconte des pitites histoires comme ça avant de les câliner, pas vous? Ca change de: Il était une fois!
Pis ca permet de recharger la batterie (hihi)
715708 Publié le 06/05/2003 à 18:16 supprimer cette contribution
ah domi ça fait longtemps !!! Bonjour ou au revoir --> :hello:
ça me manbque deja ton style et tes remarques sibien placees!!! sarcastique --> :[
sinon on dirait que je suis" boycotte " , personne n'a lu mon dernier post????
715708 Publié le 06/05/2003 à 19:10 supprimer cette contribution
bon je la ferme ...... snif ... snif....
634723 Publié le 06/05/2003 à 19:30 supprimer cette contribution
bravo domi, de la SF de belle tenue !!!

vivement la suite, le suspens est réel...
539788 Publié le 06/05/2003 à 20:33 supprimer cette contribution
la suite
370193 Publié le 06/05/2003 à 21:50 supprimer cette contribution
Domi, vous imaginez que vous câlinez chaque soir l'une de nous (c'est encore dans vos possibilités, non ?) et vous nous livrez un épisode à la clé.

Il ne fallait pas commencer
728393 Publié le 06/05/2003 à 21:56 supprimer cette contribution
bravo domi
superbe
oscar
778828 Publié le 07/05/2003 à 15:20 supprimer cette contribution
Bravo Domi pour ta S.F. Juste au passage une petite incohérence, des vetements dans une armoire à l'abri de la lumière se conservent plus de 300 ans avant de tomber en poussière .

Jean-Paul4U
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 07/05/2003 à 15:59 supprimer cette contribution
Bon puisque ça plait un peu (la vieille SF des années fastes) je vous en remet une couche mais là j'ai fait vite et ça se voit pasque j'ai du taf en retard, Lily qu'avait besoin d'un gros câlin en revenant de chez la perfide Albion, Mais vous savez pas? ben Y pleut dans ma maison! Et comme elle est TRES haute c'te vielle baraque j'étais pas trop fier en haut de c't'échelle à 4 branches en aluminium tout branlant et en plein vent!
J'ai TOUT vérifié et j'ai RIEN vu! Une vraie cata! Mais bon, ce soir, rebelote si y pleut plus! ces vieilles baraques c'est comme les vieux boucs: Toujours chez le toubib!

Donc choses promises, choses dues:
Si vous avez plus de suite c'est que je serai tombé. Envoyez des oeillets, j'aime pas trop l'odeur mais beaucoup la fleur. Pis quelques Tokyo c'est l'seul chrysantème que j'apprécie.

La suite:
Marc resta de longues heures sans connaissance à même le sol et c’est lentement, très lentement que le froid le réveilla. Sa tête était lourde et la langue de sa bouche lui semblait énorme, il tenta de se relever en vain et c’est en rampant péniblement qu’il réussi à s’asseoir derrière le seul bureau au centre de la pièce.
En fait c’était plus qu’un bureau, c’était plutôt une console imposante où des dizaines de voyants rouges et verts brillaient faiblement. La plupart étaient rouge ceux des étages surtout, mais ici, au sous sol N° 4 la plupart étaient verts ou orange.

Marc compris qu’il s’agissait de la température et reconnu le voyant de son sarcophage, il clignotait rouge comme bien d’autres dans les étages supérieurs! A son niveau il y en avait deux autres qui clignotaient aussi en rouge.
Marc soudain prit conscience qu’il se pouvait qu’il ne soit pas seul.

Il regarda le plan situé au dos de son bureau adossé contre un pilier massif de béton peint en vert froid comme tout le reste de la pièce et se dirigea péniblement vers l’endroit correspondant à ces voyants. Il arriva devant une porte d’acier inoxydable à reconnaissance électronique.
Il tenta de l’ouvrir en vain, puis, découragé, s’en fut d’où il était venu.

Sa bouche était pâteuse et aucun des robinets des sanitaires ne fonctionnaient pas plus que ce qu’il découvrit dans ce qui devait être une cuisine pour le personnel! Les bouteilles ou ce qui avait dû en être, étaient en tas de poussière de plastique sans aucune trace de la moindre humidité. Marc commençait à s’affoler, soudain, il pensa au sarcophage et s’en fut vers le sien. Il était resté entre-ouvert et de la glace c’était formée sur les parois, il lécha celles-ci avec avidité s’usant les ongles sur les angles intérieurs du sarcophage. Enfin, il pu extraire un petit bloc d’une dizaine de cm tout au plus sur 4 de large et il le laissa fondre avec délectation sous son palais, jamais il n’avait eu autant de plaisir à boire de l’eau fraîche de sa vie.

Il sentait son corps s’en repaître comme s’il avait traversé le désert de Gobi! Enfin désaltéré, il regarda autour de lui, personne! Juste ce ronronnement sourd et ce chuintement permanent des détendeurs à gaz qui, infatigables détendaient le gaz puis le re comprimait ensuite pour enfin être à nouveau détendu. La température des sarcophages n’était pas affichée sur la console, mais sur chaque sarcophage un display l’indiquait clairement: Moins 60 degrés centigrades. Il les visita, et tous sauf quelque uns étaient autour de cette température glaciale. d'autres aussi n’étaient pas en service, ceux du fond en particulier. Puis il entendit un glissement feutré. C’était un "Surveillor" une sorte de robot table à roulette qui avançait lentement, guidé par filoguidage au sol, il s’arrêtait devant chaque sarcophage et la caméra infrarouge mesurait la température de chaque habitacle.

Il ne faisait aucun bruit, juste ce feulement feutré lors de son démarrage, puis toujours le même processus de lecture . Soudain, alors qu’il redémarrait, il émit un bruit lent et saccadé tournant sur lui même comme un peu perdu, puis il vint se ranger non loin de Marc contre le mur. Un bras articulé se déploya et frappa le mur juste à côté de ce que Marc prit pour une prise de courant. Il recommença sans cesse quelque fois, puis sa caméra tourna vers le mur, il se déplaça d’une vingtaine de cm à peine et se connecta, semblant alors inerte et sans vie.

Marc comprit que ce robot de service se rechargeait en énergie ce qui lui fit penser que lui aussi il aurait bien aimé se sustenter un peu, mais où ? Fébrilement, il se mis en quête de nourriture mais impossible de sortir de ces pièces, que faire ? Soudain il re pensa au cadavre qui avait du être une des infirmières ou plutôt technicienne du service. Il s’en approcha et chercha dans ses vêtements en lambeaux une clé, enfin, quelque chose, mais ne trouva rien. Il déplaça le corps et c’est alors qu’il remarqua une carte de ce qu’il cru être de crédit mais qui était une carte en Téflon, cette matière plastique résistant à tout ou presque. Il la regarda et ses contacts dorés étaient, bien que souillés et recouverts de poussière, encore visibles … Il lu très distinctement après l’avoir nettoyée entre ses mains "Cryolalab Medic’s inc" . C’était bien l’entreprise qui moyennant 12000 Euros Or garantis par la Banque Mondiale, l’avait accepté, lui permettant d’éviter une mort certaine à brève échéance sans cette opération de congélation lui permettant d’attendre qu’un antidote fut trouvé.

Il se dirigea vers la porte d’acier et glissa la carte dans la fente de la serrure électronique… Rien ne se passa .
Il s’énervait, tapant sur cette fichu porte en vain puis retira la carte et il fut tout surprit de la voir enfin s’ouvrir. C’est vrai que je suis stupide pensa t-il, il faut l’enlever pour rentrer, sinon que de cartes oubliées dans les serrures se dit-il ! Il s’avança et fut pris de nausée.
Une odeur de moisi, de charogne âcre flottait dans l’air. Inquiet, il s’approcha des sarcophages et découvrit qu’ici, un drame silencieux s’était produit.

Le petit robot de surveillance gisait au milieu de l’allée, inerte et recouvert de poussière pourtant, il entendait le même ronronnement caractéristique des générateurs cryogénique. Il releva le robot et le brancha sur la première prise qu’il trouva. Celui ci mit quelques temps à s’activer. Ses batteries polymères de lithium enrichi semblaient pourtant fonctionner encore, il s’éloigna, à la recherche de quelque nourriture.

Dans une armoire frigorifique il trouva enfin ce qu’il cherchait : Des conserves dont les boites rouillées avait résisté apparemment. Il est vrai que les consommateurs avaient exigé des emballages inox qui eux ne donnaient aucun goût de métal aux aliments,en lieu et place des traitements à base de plastique qui avait causé tant de cancers dans les années 2000! Mais ce traitement était si superficiel qu’il n’avait pas trop résisté à l’usure du temps. Il chercha de quoi ouvrir cette boite de quelque chose qu’il ne devinait pas, l’impression étant illisible. Enfin il trouva dans un tiroir ce qu’il cherchait. Il saisit l’ouvre-boite mais au moment de tourner la molette, celle ci lui resta dans la main ! Alors, il se saisi d’un couteau de cuisine et avec milles précautions entoura le manche de sa combinaison et réussi à ouvrir la boite ! C’était, mais oui! Des haricots verts! Il en avait les larmes aux yeux, les papilles excitées le faisait saliver et bien vite il plongea les doigts pour s’en saisir. Ce n’était pas vraiment bon, froid et sans saveur. Mais il mangeait! Cela dura une éternité, lorsqu’il entendit un vacarme assourdissant venant de la salle des sarcophages qu’il venait de quitter. Il se précipita, rouvrit la porte et là, devant lui, le robot tournait, tournait sur lui même clopinant comme il pouvait.
Marc compris que quelque chose n’allait pas et coucha le robot sur le côté. L’une de ses roulettes était si usée qu’elle s’était ovalisé et ne tournait plus... 300 ans! C’est vrai que ça fait très long pensa-t-il incrédule et de plus en plus inquiet. Il décida d’aller contrôler ces sarcophages avant d’essayer de sortir de ce piège de silence froid et sans vie…
A suivre…

Vous croyez tout de même pas que je suis à la retraite! Complice --> ;) J’ai amené du taf à la maison et à présent, je refais des devis pasque je suis trop cher, et ICI pas d’éditeur pour me filer le moindre Euro! Tout est gratuit dans les deux sens. Sapristi, la vie est dure! Pov Domi.

Ce sera des fois hebdomadaire, des fois quotidien. Domi est imprévisible. Ce pov Marc va en vivre des mé-aventures c’est loin d’être fini!
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 07/05/2003 à 16:12 supprimer cette contribution
jean Paul 4U, je peux me tromper, mais en 2032 y aura pas que les minettes à porter du synthétique. Or ces tissus ne sont pas stables. Au soleil, en 5 ans, ils se désagrègent et même dans une armoire à l'abri de la lumière, leurs molécules bien trop grosses se désolidarisent et retombent en poussière. Merci pour ton intérêt tout de même. C'est vrai que les habits du moyen-âge tiennent encore la route 400 ans après, mais il s'agit de vêtements de 2032 et je puis t'assurer que j'en reviens et y a plus du tout de "naturel" c'est réservé à l'élite qui gouverne le monde. Vois ta si belle moquette machin chose anti-taches Scotch guard (TM) au bout de 5 ans....Compare avec les tentures et les vrais tapis d'orient.
Y a pas photo.
Faut bien que les usines tournent, on tisse plus à la main les longues soirées d'hiver.
S'cuse, c'est mon pitit côté technicien.
Pis c'est de la SF! Comme en politique quoi! Bises --> :*
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 07/05/2003 à 18:30 supprimer cette contribution
J'fais c'que j'peux! Merci! Bon jeudi buissonier! Bonjour ou au revoir --> :hello:
634723 Publié le 07/05/2003 à 19:08 supprimer cette contribution
moi aussi j'aime beaucoup... et je vais prendre patience
687571 Publié le 09/05/2003 à 02:52 supprimer cette contribution
je te préfère comme ça, espèce de sale réac !
Vive la S.F. ! et la tienne est excellente ! Bonjour ou au revoir --> :hello:
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 09/05/2003 à 10:19 supprimer cette contribution
Merci Yala! Mais moi pas réac du tout, moi moderne, mais moi lucide. Moi plus trop rêver, enfin, si, un peu, la preuve: Me v'la dans la SF!
Sturgeon et Bradburry ont ka bien se tenir!

Remarque les aventures de SF c'est TRES fastoche d'y RENTRER, mais pour en sortir Aie Aie AIE! Tu sais, il y a ce goût amer d'inachevé ou de perfectible qui persiste toujours un peu lorsque tu écris FIN! pleurer Comme avec les femmes quoi!
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 09/05/2003 à 11:46 supprimer cette contribution
Ben oui quoi faut être réaliste moi je suis transparent sur les forums et dans la vie, on me vois même pas avec ma chemise rose à jabot, mon futal en cuir qui tient debout tout seul et mes boots mexicaines en plastoc copie lezard.
Un LION quoi.
539788 Publié le 09/05/2003 à 12:18 supprimer cette contribution
634723 Publié le 09/05/2003 à 14:06 supprimer cette contribution
dire n importe quoi --> :-$
où elle est la photo? dis, où elle est la photo domi???,

toi si beau et si transparent....
MDR
486083 Publié le 09/05/2003 à 14:58 supprimer cette contribution
yoooooooooooo!
778828 Publié le 09/05/2003 à 15:16 supprimer cette contribution
Domi, pour les tissus en synthétique, tout dépend du plastique utilisé à la base.
Le plus instable est le PVC. Tu as raison de dire qu'au bout de quelques années il se désagrège.
Le mylar ou polyester, par contre, est lui beaucoup plus stable et il est même utilisé pour fabriquer des embalages pour la conservation d'objets fragiles comme les photographies en musée.
Le téflon lui, est sans doute le plastique le plus inerte chimiquement.

Sinon, ton idée d'écrire de la SF. est ecellente.

Jean-Paul4U
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 11/05/2003 à 21:47 supprimer cette contribution
Suite 3
Il s’approcha du premier et lu la température, tout semblait normal. Cependant il décida d’ouvrir le couvercle et pressa sur la manette d’ouverture, le corps était là recouvert d’un givre à peine visible et semblant dormir, silencieux .

Il referma le sarcophage puis rechercha d’où pouvait provenir cette odeur insoutenable qui le faisait presque suffoquer. Il remarqua dans une rangée toute une enfilade de ces récipients dont les display étaient éteints mais les couvercles fermés. Il en ouvrit un et recula d’effroi ! Seul le squelette subsistait et un jus nauséabond stagnait au fond de la cuve d’inox, l’odeur de putréfaction était âcre et fade. Il referma le couvercle. Tous les autres étaient ainsi ! Il avait dû se passer quelque chose mais QUAND et pourquoi ?
Marc mesurait à présent la chance qu’il avait eu de se réveiller ainsi , QUI avait décidé de le ramener à la vie ? Mystère, mais le process c’était bien mis en service. Marc sorti, non sans emmener le chariot robot défectueux. Abasourdi par cette découverte il resta pensif et un peu angoissé car il prenait la mesure de ce silence froid et sans vie et se demandait bien comment sortir de ce cauchemar.

Il était las et chercha un endroit pour s’allonger. Près de ce qu’il supposait être une salle de repas destinée au personnel technique, il y avait une porte métallique semblable aux autres il glissa la carte dans la fente prévue à cet effet et la porte s’ouvrit dans un grincement plutôt inquiétant.
Des lits étaient disposés mais les matelas n’étaient que charpie et seuls les ressorts faisaient penser qu’ils furent confortables. Marc rechercha d ‘autres couchages mais tous étaient dans le même état .
Ereinté il s’allongea sur l’un d’eux après y avoir disposé deux tenues anti-virales parmi la multitude restant dans les armoires et râlant pour cet inconfort il s’endormit comme une souche !

Lorsqu’il sorti de son sommeil réparateur il se demanda bien pourquoi il avait eu tant sommeil après 300 ans de repos, si ce qu’il pressentait était vrai ! Ce qu’il ne savait pas, c’est que le processus de rappel à la vie avait déclenché une chasse aux toxines violente et que le process de réveil était loin d’être terminé. Il avait une faim de loup, des crampes d’estomac terribles et ses mains se mirent à trembler. Il n’était pourtant pas diabétique ! Juste cette infection virale qui devait le détruire tout au plus en 8 jours. Il décida de partir en exploration dans les étages supérieurs ….

Il prit un couteau de cuisine et le glissa dans la ceinture de sa combinaison blanche. Celle ci avait fort bien résisté au temps et Marc affamé et transi, s’approcha de l’ascenseur, Il pressa sur le bouton mais rien ne se passa . Il semblerait que rien ne fonctionne plus ici que les salles cryogéniques! Pensa t-il. Il chercha en vain d’autres accès mais ne trouva rien. Il décida d’ouvrir la porte de l’ascenseur en s’aidant d’une barre de fer et après bien des efforts, en sueur et tremblant de rage elle s’ouvrit légèrement. Une chaleur intense lui monta aussitôt au visage, la cabine était bien plus bas il l’apercevait à peine, parmi des grabats et des sortes de choses métalliques qui semblaient bouger il regarda vers le haut pour s’apercevoir qu’un trou béant culminait à près de 50 mètres au dessus de lui. Ho ! Très petit mais irrégulier donc pas très naturel . Marc regarda le conduit et remarqua une échelle ou plutôt des barres scellées tous les 50 cm dans la cloison. Il décida de s’engager dans cette ascension périlleuse.
Inserts après inserts il progressait dans une atmosphère lourde et pesante, il arriva au troisième sous-sol puis au deuxième et là, vit enfin une porte qu’il n’arrivait pas à ouvrir. Il tapait cognait mais en vain.
Il décida de monter plus haut et arriva au premier sous sol et là, la porte de l’ascenseur était entre- ouverte enfin! Il se pencha et réussi à atteindre le seuil. Il n’en pouvait plus, ses muscles lui faisaient mal et il ne se sentait pas bien du tout. Ce qu’il allait découvrir ici allait enfin le ravigoter !
Il y faisait sombre mais des panneaux électro-luminescents apportaient une lumière douce et suffisante pour y voir correctement Ces panneaux avaient eu beaucoup de succès dans les années 20 (2020 !) lorsqu’à cause de la surpopulation galopante causée par l’interdiction de vente de ces petites pilules qui avaient libéré plus l’ homme que la femme et ses désirs de fornication effrénés, le gouvernement continental jugeant sa population trop faible eu égard à celle d’Asie et d’Europe avait interdit ces produits tolérés seulement 40 ans avant. Les cités s’étaient progressivement enfoncées dans la terre et seules les classes supérieures pouvaient espérer vivre dans les étages à ciel ouvert. Ces cités-Etats étaient devenus le seul havre de paix où l’espérance de vie pouvait atteindre 80 ans. Ailleurs, c’était la jungle et rares étaient ceux qui dépassaient 50 ! Lors de la dernière guerre intercontinentale tout avait été détruit, à commencer par les centres de communications spatiaux suivis de centres nerveux sur tout le continent américain. Ceci, sans déclaration de guerre.

Marc travaillait dans la recherche de nouvelles ressources océanographiques et sa plateforme avait été épargnée par ce déluge de feu. Ces européens, il ne les comprenaient pas, mais la réplique avait été terrible à en croire les infos que CNN distillait de jours en jours. Cependant il ne connaissait pas l’issue de ce conflit, car arrivé à l’escale d ‘Anchorège il avait rencontré Aïma, une transcontinentale des services sanitaires de bengalore et ce fut le coup de foudre. Ses yeux verts et sa taille de guêpe l’avait subjugué et ce fut dès le lendemain qu’ils partagèrent les mêmes étreintes ,

Note de l’auteur :
Bon là, sur un site “ d’affection ” je ne m’étends pas, sur le sujet (hihi) j’aurais pu en mettre une tartine de délices rêvés ou…réalisés ! Des trucs torrides comme dans le film Apocalypse Now avec les oeufs aux plats qui cuisent sur le ventre de la donzelle chauffée à blanc grâce au velu expérimenté, mais je ne vous dirai rien ! (pourtant les transcontinentales aux yeux verts …aie aie aie! ) Hé hé, tant pis pour vous ! J’ai décidé d’être Soft.(Tout moi ça!) Savez pas ce que vous perdez Mesdames, même les sites coquins font pâle figure à côté des MOTS qui ensorcellent car TOUT est dans la tête, l’image n’est RIEN, ce n’est que hors d’œuvre pour gamins boutonneux… Mais bon , pas ICI, faut m’appeler au 36 xx et encore, c’est 5 Euros la minute Mesdames, une ruine mais ça sonne sans arrêt, alors …) On peut rire un peu non ?
Je reprends :
Ben non! A suivre...C'est comme ça!diabolique --> >:->

Ha au fait vous le voulez comment ce récit, court ? Moyen? Long? Pasque moi j'vous en file autant de pages que vous pourrez en lire (en général j'm'arrête quand elles s'endorment au creux de mon épaule, repues et satisfaites! (hihi) A vous de voir!
Pis si vous voulez participer, donnez moi des idéees mais juste dans ma BAL ou alors nous en feront un autre ensemble (une histoire de savant fou, ça c'est chouette le savant fou, on peu délirer ce qu'on veut! On se fait ça ensemble, à tour de rôle disons 3000 mots espaces inclus par post. C'est très vite écrit en fait. Suffit de rêver, fastoche. Pas comme les PB de confitures de robinets et d'eau qui s'évapore! J'parle pas des trains qui s'télescopent! Galère! Complice --> ;)
702985 Publié le 11/05/2003 à 22:20 supprimer cette contribution
Quelle jolie plume a ce coquin ! Grand sourire / content de soi / un peu moqueur --> :D
687571 Publié le 12/05/2003 à 03:25 supprimer cette contribution
Si je puis me permette une légère rectification, la scène des oeufs sur le plat (du ventre) n'est point tirée d'Apocalypse Now, mais d'une parodie, Hot Shot.
Autrement, disons... moyen pour moi. (ça c'est histoire de pas trop me mouiller... et puis je ne sais pas ce que tu entends pas long, ou court)
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 12/05/2003 à 10:03 supprimer cette contribution
Oui yala, ma mémoire flanche un peu ces derniers temps, t'a sûrement raison mais j'en avais mal aux tripes de voir ce film
"lèvres brulantes" en sono dans le camps de Marine's c'était GENIAL ils ont bien dû se bidonner en tournant ce film!
Bon alors j'vais le faire court ce truc.
300ans me permettait des descriptions fort intéressantes de mutations génétiques et autres délices dont la SF est friante mais bon, on va rester dans le banal. Bonjour ou au revoir --> :hello:
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 12/05/2003 à 12:09 supprimer cette contribution
Je reprends :

Rentré sur la plateforme, il fut dépisté positif au virus de Lartha et fut immédiatement rapatrié en isolement sanitaire. Ses trois années passées à rechercher de nouveaux nutriments lui avaient assuré un confortable pécule et lorsqu’on lui apprit qu’il n’y avait aucun antidote pour l’instant, il décida d’approcher Cryolalab medic’s inc dans l’espoir d’obtenir une chance de survivre à ce fléau venu d’ailleurs. Il fut très bien reçu et documenté et choisit la cryogénie pour un maximum de 15 ans, estimant que si rien n’avait été trouvé d’ici là , revenir dans un monde méconnaissable était sans trop d’intérêt. Déjà, pour cette période pourtant réduite, toutes ces économies y passèrent! Il avait même dû vendre sa Harley non sans se lamenter sur les pièges de l’amour!

Et le voici réveillé, quelques 300 ans après ! Seul, perdu dans ce bâtiment qui semble avoir subit de biens étranges dommages . Où se trouve le personnel ? Et cette cafétéria, ils devaient bien y avoir de quoi se restaurer dans cet énorme ville immeuble ! Marc fouillait, allait de pièces en pièces puis fini par trouver ce qu’il cherchait: Toute une aile du bâtiment était constituée de réserves diverses et aussi étrange qu’il paraissait, sa carte à puce semblait ouvrir toutes les serrures électroniques des lourdes portes d'acier inox inviolables sans cela.

Il y avait de tout, il y faisait très froid. Plus de moins 25 °C ce qui devait faire beaucoup les degrés Faraday (hihi) ayant étés abandonnés dans les années 2015 et dans d’autres pièces, des alcools, de l’épicerie sous vide d’ailleurs en parfait état apparent, mais qu’il n’aurait certes pas osé ingérer! Il se saisit de steaks congelés et de quelques autres choses qui lui semblaient toutes plus indispensables l’une que l’autre puis s’en fut à la recherche de quoi le préparer. Il referma la porte et rangea la précieuse carte qui prenait de plus en plus d’importance à ses yeux. Des fours ionisants étaient bien là, derrière ce qui lui semblait avoir été un bar ou un présentoir à nourriture mais aucun ne fonctionnaient car aucune énergie n’était disponible . Il décida de chercher comment en faire fonctionner au moins un et c’est dans le bureau central qu’il découvrit une console où les mêmes voyants clignotaient en rouge la moitié étaient vert fixe. C’était dans les étages supérieurs . Il regarda, cherchant une prise de courant fonctionnant et n’en trouva qu’une seule repérée: Rescue Energy. Il comprit que cette énergie était la seule subsistant dans cet endroit et y brancha le petit four ionique. Cette invention récente (enfin, pour lui) permettait de cuire et de rissoler l’extérieur de la viande avant l’intérieur, un peu comme la flamme naturelle d’un brasier. Elle avait très vite remplacé ces vieux micro-ondes tout juste bon pour réchauffer les plats! Il en restait dans les musées du 20 ème siècle mais plus personne n’utilisait ces bidules dépassés.

La bonne odeur de viande grillée lui flattait déjà les narines, il incorpora les petits légumes congelés spécialement préparés à la sauce indienne. C’était très à la mode en Amérique lorsque la population avait brûlé tous les Mc DONALD pour cause de mutation génétique adipeuse . Il prit son couteau et se mit à manger avec un plaisir parfait . Au moins, il était sur de ne point mourir de faim !

Note de l’auteur:
(Bon xiane j’ai pas fait le coup de gambas congelées c’était cependant tentant!)
Je continue…

Marc se reposa dans un silence presque angoissant, pas un bruit, pas un mouvement, mais où étaient –ils tous ? Il décida d’aller au rez de chaussée mais cela semblait vraiment impossible sauf par cette cage d’ascenseur, les issues étaient hermétiquement closes et rien, hormis les ascenseurs ne permettaient la moindre communication entre les sous-sol et le rez de chaussée ainsi que les étages. Il est vrai que pour des raisons de sécurité, tous les accès d’immeubles importants avaient été condamnés et que chaque ville-cité avait organisé ses propres milices, la police étant dépassée par les phénomènes de terrorisme omniprésent dans ces cités.

Les grand Etats confiaient à leurs gouverneurs le soin de limiter les effets dévastateurs de ces raids meurtriers sans fin et sans patrie. On les appelaient les Gipsy’s mais ils venaient de tous les coins du monde, armés on ne sait comment, tuant et racketants, puis disparaissant dans la foule hétérogène et impossible à débusquer.
Il était question de tatouer chaque individu car la carte d’identité électronique implantée dans la région du cou avait eut tant de contre-façons qu’elle s’en trouvait inutilisable.

Les abus avaient surtout commencés lorsque l’Europe l’Inde et la Chine avaient cessés leurs livraisons de céréales, le groupe Monsanto ayant créé des espèces végétales résistantes à tout, mais stériles, un commando Indou avait détruit en un seul jour les 5 labos de ce groupe géant, accusé de position dominante et de racisme économique.

En 2 ans, plus un seul épi de blé ne subsistait sur le continent! Les parasites ayant tellement mutés que toute tentative de récolte était voué à l’échec! Cette tension déclencha bien vite antagonisme, méfiance et représailles. Marc envoyé chercher d’autres moyens de subsistance était parfaitement au courant de ces choses , son ministère avait un budget plus important que celui de la défense, c’est dire si le problème était grave et inquiétant.

Marc décida de s’engager à nouveau dans la cage de l’ascenseur il progressait plus facilement, mais la chaleur devenait pénible et il avait le souffle court. Lorsqu’il arriva enfin à la porte d’accès il tenta d’en écarter les deux battants, mais cela, en vain. Marc cette fois-ci avait récupéré une hachette de poste d’incendie et frappa si fort et si longtemps qu’il fini par faire glisser l’un des battants d’une bonne cinquantaine de centimètres. Ce qu’il aperçu alors ….

A suivre, si cela vous plaît toujours diabolique --> >:->

687571 Publié le 13/05/2003 à 03:54 supprimer cette contribution
Encore ! Encore !

Du bon domi tout ça, on reconnaît le style, par moment. Et puis ces pitites critiques subliminales sur le monde contemporain... miam ! j'adore. sourire --> :P
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 13/05/2003 à 08:48 supprimer cette contribution
Je l'savais! Malgré mes 47 balais, tout le monde me traite de gamin! pleurer
Et pas sage en plus! Alors normal que yala prenne son pied avec mes récits fictionnaires.

Bon j'vais faire une pose pasqu'aujourd'hui colloque sur le futur dans les Softs techniques faut que j'aille m'instructionner tout de même un peu, pis j'ai du boulot en retard, dommage, j'avais plein d'idées saugrenues mais ce sera pour un aut jour.
Et merci, tu parles, un LION caressé, (hihi) dans le sens du poil par un velu en plus!
C'est pas tous les jours dimanche
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 13/05/2003 à 11:22 supprimer cette contribution
Mince mon RDV n'est pas venu alors j'en ai profité...Vous aussi peut être.
REGAIN Suite,

…le surpris un peu, il était aveuglé par la luminosité mais percevait comme des mouvements étranges ainsi que des cris rauques et des grognements. Le sol était sale et jonché d’immondices et le bruit qu’il avait fait en ouvrant cette fichu porte n’avait pas semblé attirer l’attention sur lui. Il était hésitant à continuer sa progression mais mu par le désir de découvrir, au risque de se rompre le cou, il effectua un rétablissement et fut rassuré lorsqu’il senti le sol sous ses deux mains. Il prit appuit sur les bords de l’ouverture des battants et se retrouva accroupi devant la porte de l’ascenseur.

Marc écoutait en silence, n’osant se relever encore, le bruit qu’il avait entendu s’était éloigné et il s’enhardit au point de se relever lentement. Ce qu’il vit alors l’horrifia et c’est tétanisé par la stupeur qu’il regarda la pièce.
Des ossements partout, des crânes rouges sombres des lambeaux de chair arrachés, et ces os pas vraiment blanc couvert de mouches qui virevoltaient de tibias en humérus, de côtes en métatarses, il ne comprenait rien! Il s’avança en silence avec mille précautions lorsqu’il entendit à nouveau des grognements et des cris inarticulés. Il bondit derrière ce qui devait être un comptoir d’hôtesse d’accueil et s’y cacha, l’échine parcourue par un frisson d’inquiétude…Ils les vit arriver nus sales et courbés, difformes et malhabiles traînant… Oh mais non! Ce n’était pas possible… traînant encore congelé, un corps inanimé. Ils l’étendirent au sol et se saisissant d’une potiche la lancèrent avec force sur le corps rigide et froid. Ils recommençaient encore et encore pour qu’enfin au bout de quelques longues minutes un bras puis la tête se détachèrent. Ce fut la ruée sur ces membres glacés et il les vit s’entre déchirer pour essayer d’en avoir chacun un morceau!

Marc était comme hypnotisé inquiet et plutôt perdu. Ce monde était un vrai cauchemar! L’un d’eux, plus vieux entra dans la pièce et en grognant plus fort leur intima un peu de silence. Bien vite les autres s’égaillèrent dans toutes les directions et Marc eu la peur de sa vie. Il s’accroupi sous le bureau et ne bougea plus. Au bout de quelques minutes des cris et des grognements résonnèrent à nouveau chacun revenais, qui avec une planche arrachée on ne sait où, qui avec un fauteuil, qui un morceau de carton, de papiers d’archives ou de courrier. Ils sautaient hurlant et vociférant tapaient et tapaient encore sur le sol tout ce qui avait encore une forme puis ils en firent un tas qu’ils poussèrent juste devant l’entrée.

Le vieil (homme?) grognait en poussant des lamentations étranges et brandissait des deux mains une étrange chose bardée de plumes et de cordelettes. Il tourna autour de l’amas de débris et puis s’agenouilla.
Il sortit de cet étrange chose, ce que Marc reconnu comme étant un briquet à gaz. Dessus, était marqué: "Coca Cola" en Blanc, sur fond rouge. Dès les premières flammes apparues, chacun traînait un morceau de ce qu’il avait pu attraper et avec des grognements intenses le déposait dans le brasier. La fumée masquait à présent le vue de ces choses à Marc qui recroquevillé sous ce guichet n’en menait pas large. Ce ne fut qu’une bonne heure après, que tous mastiquaient en grognant, se chamaillant pour un os où subsistait la moindre trace de viande grillée. Puis sans aucun signal tous partirent. Clopinants, difformes et sans un regard pour ce qui avait été pour eux un repas sans doute bien habituel.

Marc sorti de sa cachette et monta vers les étages, tout était saccagé, arraché, cassé. Les sas anti-Gipsy étaient défoncés et des traces de sang témoignaient de la rage de vaincre le métal.
Marc était de plus en plus inquiet, il lui sembla entendre des bruits feutrés mais ne voyait rien car la clareté vive du hall d’entrée l’avait un peu aveuglé. Il scilla et essaya de voir dans cette pénombre luminescente et il recula glacé d’effroi. Des rats arrivaient en grand nombre ils étaient gros comme des chats! Marc recula car les rats, eux ne reculaient pas! Ils ne semblaient plus craindre l’homme du tout!

Marc ramassa une planche et frappa l’un d’eux violement. Celui-ci émis un cri strident puis gisa inanimé. Son sang maculait la planche. Au lieu de fuir, tous firent face et se dirigèrent vers lui! Ils étaient en ordre parfaits comme à la parade! Marc n’en revenait pas, ils avancaient vers lui, menaçants et fort décidés…
A suivre…

( de la SF, ça va finir dans le gore parfait! (Si ça continue!)
Je sais pas vous, mais moi j’adore l’imagination débridée, point besoin d’extazy, c’est plus mieux, c’est génétique!) Pov Domi!

J’peux vous dire que quand je raconte ça à Lily le soir dans la pénombre, elle en mène pas large la pauvre! Et y a pire!

Tenez, l’après-midi à la Chambre des Députés, quand y roupillent pasque c’est la digestion des vieux boucs, on pourrait leur lire des bidules comme ça, y dormiraient moins!
Qu’en pensez vous? diabolique --> >:->
778828 Publié le 13/05/2003 à 14:46 supprimer cette contribution
Ça y est Domi s'est lancé à donf...
Et il adore ça, et nous aussi...
Continue...
Jean-Paul4U
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 13/05/2003 à 20:03 supprimer cette contribution
Oui moi j'veux bien, mais j'sais pas trop déjà que la pov Xiane elle a mal au coeur...

Pourtant, j'ai fait TRES soft pasqu'avec un tel sujet y avait 10 pages mini à mettre pour la description des mutants dégénérés dont certains ont la cervelle à vif sous la peau (les plus intelligents,) d'autres le crâne très obtus et les canines s'imbriquant dans les incisives du bas (les plus méchants!) pis les bossus, pis aussi celles qu'on deux PAIRES de mamelles ENORMES et des tout petits bras de 10cm enfin des pages et des pages mais ICI c'est pas un bouquin, faut faire court, pov disque dur!
Allons Xiane remettez vous, encore deux ou trois posts et c'est fini!

Promis quand j'aurai le temps j'vous en ferai un récit avec des chevaux ailés et des tapis volants. Des princesses de rêve et des princes si charmants que les velus d'ici vous sembleront bien fades...Même au printemps! Bonjour ou au revoir --> :hello:
domi - 417343 lui écrire blog Publié le 14/05/2003 à 16:21 supprimer cette contribution
Mais NON! Y a que MOI ici qui fait les questions ET les réponses... pov Bal est VIDE depuis que j'ai dit la VERITE sur la Bête! Le dédain et la méfiance est le fardeau de l'homme VRAI! Pour attirer il faut savoir rester secret, VIERGE et un peu faux-jeton et donc fort intéressant naturellement!

Mais DES qu'on parle VRAI, que l'on se montre tel que l'on est, Rare ou Pas, on reste solitaire pleurer Sans petits câlins, sans pitits mots doux dans sa bal Coeur brisé --> :-... pleurer et pire, sans même pouvoir se faire gratter le dos! Sans rien qu'une solitude froide et glaciale. NON! vous m'avez rien dit! Juste quémandé une pitite recette pour maigrir un peu en vous empiffrant de gambas Façon Domi!

En plus, mes forums personne ne les lis! Personne pour me titiller gentiment (hihi) Alors tant pis, Marc va vivre de belles aventures mais j'vais l'finir vite fait.
J'hésite entre le faire bouffer par les rats géants ou le faire dévorer par les mutants ou encore se casser la binette dans la cage de l'ascenseur. Pour un "regain" ce serait plutôt un enterrement! En fait, ma vie est un enfer d'incompréhension, sans coquines! Pas à dire, c'est point le purgatoire!
Pov Domi! Triste --> :( Y restera incompris à JAMAIS!
Pisque c'est ça, pas d'histoire aujourd'hui NA! J'vais lire celle du pistateur et noyer mon chagrin dans un verre d'Antésite bien fraîche! Complice --> ;)
539788 Publié le 14/05/2003 à 16:45 supprimer cette contribution
Comment personne ne te lit ! faché --> :C
Mais si, c’est juste que ton histoire me cloue le bec
Page 1 | 2 | 3 | 4

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | REGAIN (xiane va aimer!) j''espère!| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
6 connectés au chat
13 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris REGAIN (xiane va aimer!) remimg border=0 alt= Complice -- ;)  src= http: www.affection.org forum smiley wink.gif align=middle j''espère!