revolution,aube,temps,modernes
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

De la révolution à l’aube des temps modernes

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
domi - 417343lui écrire blog Publié le 03/11/2006 à 10:47 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Comme il me semble n’y avoir ici que de pauvres ignorants à qui on a caché le soleil et quelques vieux boucs sur le retour perdus dans des lectures encyclopédiques virtuelles incertaines, je m’en vais vous conter la vie aventureuse de cet homme que vous ne connaissez même pas et qui pourtant vous atout donné:
J’ai nommé: NAPOLÉON IIICela évitera aux vieux boucs de mourir ignorants et quant aux autres, leur permettra de comprendre que la démocratie n’est en aucun cas ce que l’on pense, encore moins ce que l’on croit.

Je dirai que c’est un achèvement, un aboutissement qui reste fragile.
La démocratie se mérite et il faut en prendre soin en la protégeant de bien des imposteurs qui la troussent sans vergogne dès qu’elle valse un peu trop vite.
J’espère que vous passerez un bon moment à me lire…
Des questions sur ce récit? Ma bal vous est ouverte

Ceci est un peu mon cadeau de Noël et de départ. Vous ne me lirez plus ici tant que ce système de suppression automatique ne sera pas modifié.

Il permet à des crétins de rendre les forums sans attrait donc sans objet. La censure est nécessaire et même indispensable pour le bon fonctionnement d’un site, mais elle ne doit être exercée QUE par les responsables du site et non au préalable par n’importe quel internaute plus ou moins bien luné envers d’autres à un moment donné.

Mais ce sont des choses sans importance, découvrons plutôt la magnifique histoire de notre pays, revue et corrigée par Domi!

Vous pourrez toujours raconter cette manière de voir l'histoire façon Domi à vos petits enfants quand vous serez grand-mères
les papys on en parle pas, c'est des rabâcheurs.

Allons-y, chaque suite fera environ 3 pages c'est pas la mer à boire, mêmes les victimes de la lecture globale devraient y arriver.
Bon courage!
domi - 417343lui écrire blog Publié le 03/11/2006 à 11:29 supprimer cette contribution
Tout d’abord, QUI était Napoléon III? Le savez vous?
Si vos études, même secondaires ont été faites à l’école de la république, vous n’avez aucune chance de pouvoir me répondre. Les républicains n’aiment pas Napoleon III, car durant 19 années il leur a confisqué leur "chère république" en restaurant l’EMPIRE. Pour eux, ce fut un crime de lèse majesté si j’ose le formuler ainsi. Pourtant, il fit bien MIEUX que les trublions de cette première puis deuxième République dont il fut le Président élu au suffrage universel par le peuple et ce, avec près de 80% des suffrages.

Je commence l’histoire à ma façon


Convoité, courtisée; possédée et violée… Ce n’est pas une femme, c’est la France!

Pour bien comprendre la vie et surtout l’œuvre de Napoléon III, il faut tout d’abord savoir et comprendre ce qu’était la France AVANT son règne, mais aussi d’où elle vient et comment son peuple a vécu.

La France est un pays riche, très riche. Tout y pousse, des oranges dans le midi, de beaux palmiers, des forêts de cèdres et de pins, des sapins en altitude, des chênes vigoureux, nous avons de magnifiques montagnes, des fleuves larges au débit gigantesque, des vallées verdoyantes et au nord dans la Beauce et la Brie, une terre noire, grasse et généreuse qui, pour peu qu’on s’en occupe, donne chaque année du grain, des fruits et de quoi fournir sans peine 5 fois plus de viandes à boucherie qu’il ne nous en faut.

Ce pays de cocagne, aux plages les plus belles d’Europe, joyau de l’Europe occidentale, fut convoité en permanence par toutes les tribus alentour. Et de l’Afrique du Nord misérable aux terres arides à celles glaciales de Norvège, elle vit déferler sur son sol dans le but évident de la piller, aussi bien des Vikings sanguinaires remontant la Seine jusqu’à Lutèce, se goinfrant de tout ce qu’ils n’avaient pas et assassinant pour l’avoir de force, que venant du Sud.

Les arabes se lançaient à l’assaut de ce territoire pourtant protégé par les Pyrénées, ils avaient conquis et colonisé une grande partie de l’Espagne et poussaient leurs cimeterres jusqu’à notre belle ville de Poitiers, boutant hors de leurs terres les roitelets sans organisation, domestiquant l’indigène à son usage et érigeant partout où leur force le leur permettait, des places fortes pour garder pour eux ces territoires bénis des Dieux, ou d’un seul Dieu ,selon leurs croyances.

Ce n’est que bien plus tard qu’un Charlemagne sanguinaire les chassa de son territoire au cours de batailles rudes et sanglantes destinées à les effrayer et les faire fuir.

Son Empire ne résista pas longtemps au partage qu’il en fit pour ses fils trop nombreux, et ce fut le début d’un âge dit moyen qui dura encore 1000 ans! Une période d’immobilisme sordide, de rois "dits" fainéants, se contentant de cinquante kilomètres carrés de territoires et de belles parties de chasse agrémentées de ripailles grasses, accompagnés dans leurs agapes par des gourgandines complaisantes.

Plus haut, dans le brouillard de la Tamise, là où la terre n’ose montrer sa verdeur, était une grande île peuplée de personnes courageuses mais plutôt miséreuses, leurs dirigeants regardaient ce pays magnifique et décidèrent d’y poser le pied, en Bretagne.

Sa terre crayeuse et aride ne valant pas plus d’un kopek, ils décidèrent de descendre plus bas, en Aquitaine, là où les roitelets n’y avaient que de petits châteaux fort, de plus très peu peuplé et bien plus riche que leur pays d’origine, mais aussi, bien plus pauvre que le Nord de la France où ses Seigneurs et Rois se contentaient de vivre sans trop s’inquiéter du reste de leur royaume!

Ainsi, les « Anglois » comme nos ancêtres les appelaient, colonisèrent pour non pas 100 ans mais plus de 300 ans toute l’Aquitaine et même bien plus.
En ce temps là, nos sociétés humaines avaient inventé le temps des Seigneurs, chacun son château, chacun son petit peuple et Dieu pour tous.

La combine était simple, mais dura près de 1500 ans. A l’aube de ces temps obscurs, le sanguinaire violent prenait une terre et après avoir occis tout ce qui lui résistait, il faisait ensuite construire un château par ses nouveaux protégés conquis par la force. Puis il gérait ses terres au nom d’un Dieu inventé.

Que le peuple se rebelle de ne plus vouloir courber l’échine et travailler pour lui et on se fâchait un peu. Oh! Pas beaucoup, on avait bien mieux! On avait le cousin, le Seigneur d’à côté, on lui rendait visite et on lui disait: Tu vas me faire la guerre cousin, ou c’est moi qui vais t’occire et donner tes biens en pillage à mes manants. Je trouverai bien aussi quelques pucelles pour agrémenter leurs soirées d’hiver! Dépêche toi car la révolte gronde. Mes gens renâclent à m’obéir, il faut qu’ils sachent qui est le maître!

Le cousin levait une armée, une bande de pauvres hères tous paysans et on les armaient, leur faisant faire quelques simulacres de batailles rangées. Puis on les envoyaient occire ceux d’à côté avec promesse de ripailles et de pillage si la victoire venait à s’accomplir.

Le Seigneur menacé cavalcadant à travers ses villages rameutait les plus forts pour défendre le Château, les plus faibles s’y réfugiant et on levait le pont levis pour en interdire l’accès!

Les assaillants hurlaient et menaçaient, mais impossible de prendre le Château, alors on pillait et on brûlait tout à l’entour, puis on repartait avec force cochon gras et vaches laitière volées.

Le pont rebaissé, la populace sortait en pleurnichant que tout était brûlé et pillé.
Le Seigneur arrivait alors sur son beau cheval blanc et leur disait:

Votre Seigneur vous protège bonnes gens et il va vous aider, courage! Et tous de se retrousser les manches, les soldats bien vite reconvertis en bûcherons et charpentiers et en torcheurs zélés.

Ne cherchez pas dans le dico, je doute que vous trouviez ce mot, je l’ai inventé. Un torcheur est un type qui patauge dans une auge en brisant de la paille sous ses pieds, la mêlant à la boue, la glaise, afin d’en faire un « torchis » destiné à réaliser les murs des maisons de l’époque. Elles étaient à ossature en bois de chêne ou autre bois dur et résistant, ensuite on remplissait les espaces vides avec ce torchis.

Si vous visitez la ville de mon enfance, TROYES (dans l’aube) vous pourrez admirer dans le centre ville les vestiges réhabilités de ce qu’étaient les maisons et immeubles de l’époque, tous réalisés en torchis.

Le torchis possède des propriétés isolantes bien supérieures à tout ce qui se fait, même encore actuellement, sauf la Fixolite qui est une sorte de parpaing constitué de paille mélée au ciment doublé de polystyrène expansé mais elle est peu connue en France puisqu’inventé en Belgique et peu exporté pour l’instant. On y vit beaucoup mieux que dans de la brique, du parpaing de ciment ou du Siporex.

A titre indicatif un bâtiment de 300 m²(30m de long sur 10 se large) avec étage soit 600 m² se chauffe tout l’hiver même rude avec moins de 2200 litres de fuel et à 20 - 22° partout! Soit environ 3 à 5 fois moins que ce que demandent les constructions traditionnelles ou en béton.

Donc les maisons en torchis étaient fort à la mode et on ne se privait pas de recycler la paille après le temps des moissons.
Mais revenons à notre Histoire... C’est plus captivant.

Une fois le village reconstruit, on distribuait les vivres, celles-là même que ces manants ne voulaient pas donner au Seigneur pour payer l’impôt il n’y a pas un mois. Puis dans l’église restée Intacte, car vénérée du petit peuple d’où qu’il soit, le Seigneur en ce dimanche glacial promettait aide et assistance à tous mais qu’il fallait évidemment... Payer l’impôt! Et la farce fonctionna... 1500 ans! Et même plus.

Bien sur, certains cousins étaient trop gourmands et parfois ces expéditions dégénéraient, certains y perdaient leur Château.
Mais en général les loups ne se mangent pas entre eux et c’est ainsi chers internautes que vos pères ont dû plier sous le joug de plus forts, de plus malins, de plus sanguinaires qu’eux!

Cette Histoire est celle que je me complais à raconter et vous ne la lirez nulle part ailleurs, vous êtes libres de la contester. Il vous faudra cependant bien de la chance pour pouvoir démontrer que ce n’est pas ainsi que la noblesse fit que vos ancêtres restèrent corvéables à merci jusqu’au 19 ème Siècle.

Avant de survoler un peu la vie et surtout l’œuvre sanglante de l’oncle de Napoléon III, le corse Napoleon 1er et de découvrir comment il prit le pouvoir, voyons ce qui d’après moi causa la fin de la monarchie absolue en France.

Notre révolution fut d’une violence inouïe car ce qui fut le vecteur de la puissance de Louis 14 sera le tombeau de la Monarchie Française.
Comme toujours, il s’agit d’un phénomène économique, le reste est prétexte sans importance.

La France a toujours possédé un peuple peu homogène de part ce que j’ai expliqué plus haut.
Ceci présente des avantages mais aussi des inconvénients. Les peuples homogènes sont dociles, obéissants envers leurs chefs. Les peuples hétérogènes sont turbulents, hésitants et très difficiles à gouverner. L’écrire est facile, le prouver l’est tout autant!
Exemple.
Le Japon: Ce peuple est très homogène limite raciste, il possède en tout cas un sentiment intime de supériorité assez développé, il suffit d’y vivre deux ou 3 mois pour en prendre conscience. Il reste très accueillant à condition de savoir que vous n’êtes que de passage. On vous en prévient d’ailleurs lors de votre arrivée à l’aéroport de Narita.

Il est TRÈS tolérant et obéissant à son Empereur. Il accepte de mourir pour lui.
A la mort de Hiro Hito voici moins de 10 ans, des dizaines de vieux Japonais se sont fait Hara-Kiri (suicide) ne pouvant accepter de vivre au delà de leur chef. C’est dire leur attachement à leur chef!

Ne pas les prendre pour des benêts comme j’en lis tant ici en forum, il sont d’une intelligence plutôt un peu au-dessus de la moyenne, cela n’a RIEN à voir.

L’Angleterre: Son peuple est aussi plutôt homogène, malgré son passé de très grand colonisateur et pilleur de richesses, sa population ne s’est quasiment jamais mélangée. Ils sont tolérants mais n’acceptent l’étranger que dans leurs communautés, ils vivent à côté, travaillent parfois même avec eux, ils peuvent rester deux voir 3 générations sur le sol Anglais, ils sont Anglais de papier, mais jamais de sang mêlé ou c’est l’exception.

Ils restent aussi dociles, obéissants et suivent le chef sans défiler sans arrêt dans les rues pour un oui ou un non.
Leur monarchie est devenue constitutionnelle en apparence, mais la noblesse possède encore TOUT. Il suffit de rouler à gauche sur leur petites routes ridicules tellement elles sont étroites pour comprendre que même au 21 ème siècle, le Seigneur du coin ne se laisse pas facilement déposséder de sa terre pour y faire de larges routes!

Aussi c’est un pays où il y a très peu d’accidents car si vous crevez ou tombez en panne, pas question de vous garer ailleurs que sur la route bien souvent, les bas-côtés font rarement plus d’un mètre de large! Tous ceux qui y sont allés vous le confirmeront.

En conséquence à l’entrée de chaque virage il y a intérêt à ralentir car si un véhicule arrive en face... Pas sur de pouvoir passer ou s’arrêter si un obstacle surgit.

Par contre prenons l'exemple de l’ITALIE

Pays de commerçants, d’exportateurs, d’inventeurs brillants, de mécaniciens géniaux, de copieurs de tout ce qui plaît, de la musique en passant pas les bijoux, le cinéma et les produits de luxe.
Chacun décide dans son coin et il en résulte un fouillis inextricable, des mafia partout, petits roitelets au désir de puissance se limitant à une région comme celles de nos roitelets et Seigneurs d’antan qui encore de nos jours en ce 21 eme Siècle existent encore et dont les tentacules repoussent au fur et à mesure qu’on les coupent.

Sa misère est égale à sa richesse. Et quoi qu’on fasse, rien ne change et rien ne changera à moins de changer sa population.
A l'heure où j'écris ces lignes, je viens d'entendre que dans le sud de ce pays les napolitains se terrent chez eux la nuit tombée, la mafia vient à nouveau de profiter de la faiblesse de l'Etat Romain et elle règle ses comptes entre bandes rivales dans le sang. Le grand nettoyage fait peu avant l'agrandissement de l'Europe voici quelques années n'aura servi à RIEN, il ont cela dans le sang et profitent du fait qu'il y a peu de travail (15 à 20% de chômage dans cette aglomération) pour tenter de vivre autrement, chacun se battant pour un morceau de territoire conquis.

Ils sont hétérogènes, s’étant mélangés au cours de leurs voyages, de leurs guerres, les uns se battant contre les Turcs les autres contre les Autrichiens, encore d’autre contre l’Arabie a quelques jours de navigation juste en face et si facile à aborder et elle aussi avide de terres riches mais chauffées par ce soleil qui ne manque jamais dans cette Afrique à la terre brûlée justement par les rayons ardents de cet astre dévorant la terre où ils sont nés.

La France, qui souvent se moque de l’Italie et de ses républiques qui ne durent que le temps d’une vendange puis passe son chemin à l’ombre de ses rêves pour une vie meilleure, est de la même espèce,aucune différence quoi qu'on dise, turbulente et envieuse, rêvant d’être riche mais n’aimant pas les riches, désirant l’égalité mais ne voulant pas partager, capable du meilleur mais aussi du pire, elle vit les mêmes tourments, hésitante, maladroite et se cherchant sans jamais vraiment se trouver.

Ceci est la conséquence de ces pays hétérogènes. Qu’un vrai chef arrive pour mettre de l’ordre, aussitôt sa vivacité, son intelligence les portent aux plus hautes cîmes, pour ne citer que la France dans cet exemple, elle construit une tour Eiffel pour briller, des paquebots gigantesques et performants, les trains les plus rapides du monde, mais bien vite, sa schizophrénie inhérente à ce qu’elle est au plus profond d’elle-même reprends le dessus et le chef, quelque soit sa réussite est bien vite critiqué avant d’être chassé lors d’élections ou de coups d’Etat larvés et c’est la valse des Ministères qui recommence.

Elle courre bien vite se perdre, écoutant les promesses jamais tenues d’aventuriers arrivistes ou même plus grave tout simplement utopistes. A suivre...
1856947 Publié le 03/11/2006 à 11:56 supprimer cette contribution
Bravo Domi pour cet aperçu de notre histoire et des autres pays, c'est très intéressant et très constructif

La France, elle a bien de la chance même si nous sommes différent c'est notre culture et notre expérience qui nous ammènera vers un monde plus humain
la différence, c'est un mot, juste un mot Domi, toi ou moi, on peut-être différent aussi mais quelle chance d'avoir avec nous cette richesse de coeur
ça, on ne peut pas nous l'enlever
domi - 417343lui écrire blog Publié le 03/11/2006 à 21:18 supprimer cette contribution
haha bonjour et Merci.
J'ai changé de style je préfère le mien, faire un resumé m'endormais. Là je prends plus de plaisir à l'écrire à ma façon.
Donc je continue un peu la suite

domi - 417343lui écrire blog Publié le 03/11/2006 à 21:42 supprimer cette contribution
Ainsi sont les sociétés hétérogènes et RIEN ne peut changer cela. Ce sont les plus inventives mais aussi les plus sanguinaires. L’Histoire le démontre à chaque page...
Ne pensez pas que ces remarques soient innocentes, elles sont destinées à vous faire réfléchir sur ce que vous êtes, que vous le vouliez ou pas.

Je vous l’écris ici, car vos professeurs ne vous l’ont jamais expliqué comme cela.
Ils rejettent cette manière de penser et de voir les choses. Pour eux, seule l’éducation peut TOUT! Le pauvre vieux Président de notre République vient encore de le rappeler.
Au moment de ce choix populaire pour une constitution Européenne , s’adressant aux jeunes, tous verts de peur face au mondialisme et au spectre du chômage menaçant il a dit: "Je ne vous comprends pas" puis quelques mois après, au soir de troubles faits par des exotiques mal dans leur peau et rejetant l’ordre et l’Etat où pourtant bon gré mal gré ils vont devoir vivre, il a dit: "l’éducation est la clé de tout."

Je ne partage évidement pas son avis, je dis et peux prouver qu’il se trompe et que tous ceux qui pensent comme eux nous trompent tous.
Cela s’appelle l’incompétence. On peut être très instruit, mais incompétent.

La forme d’intelligence qui permet de savoir guider et gérer les hommes est rare, TRÈS rare. C’est un DON de la nature, JAMAIS une expérience ou un savoir... Bien y réfléchir.

La nature n’est pas folle, les choses simples ne l’intéresse pas. D’où l’échec permanent de toutes les sociétés ayant essayé de progresser grâce à la seule instruction.
La nature exige aussi la violence, le hasard, l’inventivité, sinon, ce serait bien trop facile, il suffirait d'étudier.

Mais revenons à notre Histoire de France et à nos Rois sans réel pouvoir...

Les années passent et les Seigneurs sont de plus en plus décidés à conserver privilèges et fortune, les armes deviennent de plus en plus meurtrières et c’est alors que Louis 13 arrive, ou plutôt Richelieu, il va faire face à tous les dangers, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur et il se battra comme un Lion, chassant enfin les Anglais du royaume du France, construisant à Blaye une citadelle interdisant l’entrée aux navires anglais venant se servir du blé, du vin et de viandes produit en Aquitaine depuis des siècle pour eux.

Cette citadelle fut construite en 3 ans seulement et quand on voit la bâtisse, on a peine à s’imaginer cela possible sans machines dans un temps aussi court. D’énormes affûts de canon témoignent encore de l’importance stratégique de cette embouchure pour la défense de notre territoire, mais ils ne sont pas d’origine, ce sont les Allemands qui en 1942 les y ont installés pour tenter de se défendre en vain de l’envahisseur Américain.

Richelieu mourut d’ulcères multiples dans de grandes souffrances, mais avait su redresser la France en lui assurant intégrité territoriale et économie viable reconnue de tous ces voisins.

Peu avant sa mort il avait contraint le gouverneur Espagnol de la ville de Perpignan à capituler. Mois après mois, la France se libérait de ses envahisseurs. Le Roussillon redevenait enfin français. Hélas, dès qu’il mourut, ses adversaires jubilèrent espérant reprendre au Roi ce qu’ils avaient perdu.

C’était compter sans Mazarin. Ce personnage n’était pas non plus un tendre! Elevé par les jésuites, il avait pourtant la figure gourmande et l’œil coquin, il eut un bon allié dans la personne du Duc d’Enghein qui remporta force victoires pour libérer notre pays envahi par tout ceux qui lorgnaient sa richesse naturelle.

Mais les guerres intérieures de libération d’un territoire sans production importante dans l’arrière pays, cela ruine le peuple et bientôt, la fronde survient, bien sur comme toujours à Paris, où la vie bien que semblant plus facile, est bien plus précaire qu’en province!

A la campagne, point d’argent nécessaire, on tue une poule, un lapin, on partage un cochon et tous de manger à leur faim plus ou moins. En ville il n’y a RIEN! Absolument RIEN si le commerce ne fonctionne plus faute d’argent disponible, faute de production et d’échanges. Tout y est importé et pour manger, il faut de l’argent!

Ceci reste encore valable de nos jours et c’est RMI qui est chargé de masquer l’incompétence des politiques à gérer correctement le pays. On achète la paix sociale pour un temps. Mais le RMI ne doit pas durer longtemps, sinon tout explose. Cependant, revenons à notre petit récit historique.

Donc la fronde gronde a Paris, les lance-pierre y sont interdits car considérés comme des armes, mais les frondeurs sont partout, assiégeant et menaçants.
On fustige Mazarin, l’accusant de ruiner le peuple par ses guerres incessantes.
La régente fait mine d’accepter les doléances car son fils, le futur Louis 14 est bien trop jeune et elle doit composer.

Mais quelques temps après, elle et Mazarin font arrêter bien des notables s’étant rebellés contre l’impôt et surtout son poids. Comme toujours, grand émoi dans Paris, on dépave les rues, on défile, on menace...

La régente était extrêmement dure et ne voulait rien lâcher, Mazarin réussit à la calmer un peu, Il fit relâcher quelques notables mais la fronde grondait toujours.

La Reine apeurée par les emeutes dans Paris décida de s’enfuir avec ses enfants.
Son arrivée au Chateau de St Germain, nu, démeublé et sans confort marqua le futur "roi soleil" dans sa mémoire.

Il vécu très mal cet exode silencieux.

On déclare Mazarin indésirable et on lève une armée au nom du Roi pour le combattre, la régente cherche une issue et grâce à Condé qui pourtant n’aime guère Mazarin et avec ses 6000 hommes il décide de faire barrage aux révoltés qui eux, étaient plus de 14.000!

Une guerre civile se dessine, les plus sales, les plus meurtrières… C’est alors qu’on apprends qu’en Angleterre on vient d’exécuter Charles 1er d’Angleterre!
La régente est terrorisée et elle décide de négocier enfin. Une paix civile un peu boiteuse en découla. Le jeune Louis 14 rentra à Paris où une fête fut donnée à cette occasion.
Mais les grands de France continuaient leurs intrigues, on arrêta Condé, victime d’un coup monté, la panique était un peu partout, chacun désirant un morceau de pouvoir.

Avec beaucoup de malice, Gondi, (le frère de Condé) décida Mazarin à s’enfuir de Paris. Les Parisiens satisfaits firent une fête en l’honneur de leur Roi. La Reine régente était fort inquiète, elle se sentait prisonnière de ce peuple turbulent et chercha à nouveau à s’enfuir de Paris avec son fils. Mais ce ne fut pas possible et alors agé de 12 ans Louis 14 vit défiler au pied de son lit bien des notables Parisiens venu constater qu’il était bien là au milieu d’eux et non enfuit.

Tout cela démontre que la modernité ne fait pas bon ménage avec la monarchie absolue, en effet voici que turenne marche sur Paris et se bat contre Condé, il charge avec une cavalerie impressionante, c’est alors que les portes de Paris s’ouvrent et Condé peut s’y refugier tandis que la cavalerie reçoit la mitraille des canons de la Bastille tirant à boulet rouge... Devinez, c’est "la grande Mademoiselle" en personne qui en a donné l’ordre... Comme vous le constatez c’est en fait la panique partout, le désordre partout.

Louis 14 se jura bien une fois roi que cela ne se produirait plus.

Je vous fais grâce des querelles intestines des Français mais sachez que cette Fronde continua de plus belle et finit par être mâté mais ce fut long, très long et laissa des traces indélébiles dans l’esprit de bien des gens.

Mazarin revint et cette fois ci il se mit au travail de réunification du royaume avec le jeune roi à qui il apprit à gouverner vraiment.

Sachez que Bordeaux fut une des villes rebelles les plus irréductibles, on y hissa d’ailleurs ce fameux drapeau rouge qui a l’époque n’était pas symbole du communisme mais plutôt celui des anarchistes qui ensuite devint le drapeau Noir

Mazarin mit peu à peu de l’ordre dans tout ceci. Durant tout ce temps, Condé continuait à trahir plus ou moins son Roi au prétexte de lutter contre Mazarin, en fait Turenne et Condé se firent la guerre durant des années, une guerre fratricide qui ruina la France évidemment, ils se battaient partout et sur tous les fronts, mais le vent tournant, après une grande bataille pour la récupération du port de Dunkerque, Condé défait s’enfuit de justesse...

La misère était partout, la peste sévissait dans bien des régions du royaume...
Même Louis 14 tomba gravement malade, presque mourant. C’est alors que l’on s’aperçu que la petite Marie Mancini était follement amoureuse du jeune Roi de France qui fini par guérir malgré les saignées tant à la mode de la medecine de l'époque.

Enfin Louis 14 demanda la main de l’infante d'espagne afin de se débarrasser des Espagnols implantés partout en royaume de France et jusque dans les Flandres, une panique pas possible un peu comme celle que nous allons certainement vivre avec cette tentative de construction Europeenne sans gouverneurs, avec 25 Etats soit-disant souverains mais plus ou moins inféodés à Bruxelles (mais ceci est une autre Histoire que je n’aurai pas le temps de vous narrer ici)

Donc on discute âprement des conditions du mariage, cela dure plus de 3 mois car chaque ville occupée par les Espagnols fait parti de marchandages inouïs. Mais tout cela fini par aboutir et Louis 14 se retrouve marié à cette Infante Maris Thérese. Son règne pouvait commencer, il avait environ 23 ans.

Le corps de Mazarin est encore tiède que lors du premier conseil des Ministres sans sa présence, Louis 14 se penchant sur le bras droit de Mazarin lui dit: Je vous ai fait délibérer avec mes Ministres pour vous dire que si j’ai bien voulu laisser gouverner mes affaires par feu Le cardinal, à présent je vais le faire moi même! Vous m’aiderez de vos conseils quand je vous le demanderai, je vous prie et vous ordonne de ne rien sceller ni signer que par mes ordres. L’Etat, c’est MOI!

Il avait beaucoup souffert de voir sa mère apeurée, chassée, refugiée, luttant, intrigant pour garder une place de Roi à son fils. Louis 14 était en apparence fin et raffiné, parlant avec grâce et plutôt affable. Mais derrière ce personnage de convenance, il y en avait un autre un homme: Travailleur, calculateur, passant des heures avec ses conseillers, ses Ministres il parlait 3 langues: Le Français apris avec Maman , l’Italien avec les belel Mancini et l’Espagnol suite à ses épousailles.

Mais il n’était pas intellectuel. Il se sentait très supérieur à son peuple car choisi par Dieu et il considérait le peuple comme à son service entier. Il aimait bien les flatteries car il était plutôt orgueilleux. A cette époque, 99% de la population croyait dur comme fer en Dieu et PERSONNE n’osait discuter les décisions de son serviteur direct: Le ROI.

Un jeune homme très compétent s’occupait des finances de la France: Nicolas Fouquet. (vous pensiez à Nicolas Sarkozy? Perdu!) C’est sur lui que reposait toute la confiance des milieux financiers car l’Etat français comme bien souvent ne valait pas un sou et était plus que fauché.

Lorsque Louis 14 en prit conscience il en fut scandalisé et comme vous allez le lire, il tendit un piège à ce pauvre Fouquet pour s’en débarrasser.

Il lui demanda de lui offrir une fête dans son Château de Vaux (Vaux le Vicomte) un Château comme ses jardins: Magnifique, un vrai Versailles avant Versailles.

Fouquet donna force festivités, Molière y donna une pièce crée pour la circonstance, on mangeait dans de la vaisselle d’Or!
Le Roi riait mais aussi fulminait de voir ces jardins magnifiques, ces statues antiques et ses salons dorés! Il avait une colère jalouse, les plus abjectes les plus dangereuses...

Le Roi ne dit rien et remercia son Hôte en le félicitant, nous étions un 17 août, coup de Trafalgar (qui n’existait pas encore) le 5 septembre voilà d’Artagnan, mousquetaire du Roi qui arrive avec ses mousquetaires dans la ville de Nantes et arrêtent le surintendant Fouquet! (Colbert fut chargé de préparer la chose.)
A suivre...
domi - 417343lui écrire blog Publié le 06/11/2006 à 09:50 supprimer cette contribution
Le piège se referme:
Accusé d’avoir mélangé les caisses de l’Etat avec sa cassette personnelle, bien que pas réellement responsable par rapport à ce que Mazarin et Colbert avaient détournés tous les deux, l’affaire fut jugée par décision royale et le pauvre Fouquet fut condamné en 1664 à la détention perpétuelle. Il mourut d’ailleurs en prison vers 1680 je crois.

Comme vous le constatez, si Louis 14 "tolérait" Monsieur de La FONTAINE et son pot de terre contre le pot de fer , son loup et l’agneau, il n’en appliquait pas pour autant l’exacte réalité sans le moindre état d’âme!

Le miroir aux alouettes:

Louis 14 désirait régner en ROI de France et non en roitelet sur l’ile de France comme bien de ces prédécesseurs. Or sa Noblesse possédait les terres, ces Princes, Ducs, Comtes et autres Seigneurs descendaient tous de noblesse de sang. La vraie noblesse est celle du SANG et rien d’autre. Ensuite l’homme étant ce qu’il est, essaye d’en garder les avantages et l’on deviens "noble" de naissance mais il n’existe aucune Noblesse originelle sans que le sang n’ai été versé lors de batailles sanglantes.

Il y a peu de différence entre un "saigneur" et le "Seigneur" du coin à cette époque épique, juste une lettre. Y avez vous pensé au moins?

Louis 14 imagine alors VERSAILLES, le centre du monde, avec des appartements somptueux, des fêtes grandioses et des pensions assurées pour une existence facile...
Tout cela pour supprimer la noblesse dirigeant ces régions.

En 10 années, plus de 80% de la noblesse de France tomba dans le piège et se retrouva à Versailles, logé, nourrit et pourvu d’une pension à vie, permettant au Roi d’envoyer des gestionnaires dévoués à sa cause au travers tout le royaume.

On taxe le grain, la viande et tout ce que compte de richesse dans le royaume sans que le Seigneur local puisse dire quoi que ce soit, l’argent rentre à flot, on lève de grandes armées, on guerroie sans cesse afin que les territoires du Roi de France soient si étendus que nul endroit où le soleil se lève ou se couche ne lui appartiennent pas.

Ainsi la légende du "Roi Soleil" prit naissance... A sa mort (très vieux) son fils hérite d’un pays ruiné par les guerres, une population délaissée, car si les nobles avaient en garde leurs "gens" comme ils disaient, les valets serviles chargés de lever l’impôt pour Versailles n’avaient aucun état d’âme, un peu comme nos Gendarmes avec leurs jumelles qui sans même s’en rendre compte font un zèle particulier envers la population qu’ils sont pourtant chargés de protéger et non de racketter.
Les temps changent mais les hommes quasiment jamais, c’est TRÈS LENT en tout cas!

Louis 14 mourra donc roi soleil laissant un pays à l’économie ruinée, sa population vivant misérablement ayant fait des dizaines de guerres, déstabilisé toute l’Europe et qui ne fut vraiment pas beaucoup pleuré par le peuple de France.

Louis 15 arrive et lui, c’est vraiment pas Zorro. Louis 15 se retrouve avec des tas de problèmes économiques et le peuple gronde comme toujours, quand le travail et l’argent manquent!

Heureusement pour lui, un certain Law va lui sauver son règne grâce à une invention Anglaise qu’il transpose à Paris. Il arrive à faire tourner l’argent devenu si rare non sans ruiner des milliers de nobles s’étant laissés prendre au boursicotage pas vraiment sérieux, un peu comme la bulle Internet lorsque les benêts misaient des fortunes, escomptant faire des bénéfices monstrueux pour se retrouver plumé comme des "chapons fins" à Noël. En tout cas, cela permis à Louis 15 de régner encore à l’abri des ors de Versailles, il n’était pas très intelligent, léger et épicurien et laissa son royaume dans un état de délabrement total tout comme son prédécesseur.

Je ne vous donne pas de détails, sinon c’est plus un truc pour "plaisir d’écrire" mais un bouquin de plus, aucun intérêt.

Les bouquins d’histoire il y en a des tonnes invendus dans les rayons.
Toujours est-il que le résultat de son règne est plutôt lamentable, les villes de france ne sont pas vraiment jolies-jolies à cette époque.

La crasse partout, la misère partout et un Louis 16 intelligent arriva. Mais il n’était pas taillé pour redresser pareil pays dans un tel état de délabrement. C’était un tendre et il allait le payer au prix fort et pour rien.

Il essaya bien de composer avec le peuple, de l’écouter grâce au tiers état, qui comme son nom l’indique partageait le pouvoir avec la monarchie et le clergé. Il espérait beaucoup de ce système qu’il pensait équitable, Il voulait bien faire, mais les peuples ne se gouvernent pas avec de la bienfaisance, c’est une erreur fatale.

Le peuple était devenu haineux car il souffrait beaucoup, surtout à Paris
où les gens sont entassés dans des quartiers pouilleux, miséreux et livrés à eux-même, sans travail ou si mal payé.

Les rues sont sales, la puanteur est partout, pas d’éclairage public et chaque croisement de rue est un peu un coupe-jarret dès la nuit tombée.

Pour ceux qui ont moins de 80 ans ici et ont étés élevés au bon lait Guigoz, j’explique ce qu’est un coupe-jarret:
Autrefois on ne se baladait pas en voiture mais pour ceux qui avaient de l’argent donc des moyens, à cheval. D’un coup d’éperon on se dégageait des manants nuiseux qui essayaient de vous voler car les gueux étaient légions, miséreux, affamés et prêts à tout puisque n’ayant RIEN!

Aussi, parfois, à la tombée de la nuit profitant de l'obscurité, ils se jetaient sous les chevaux du parvenu noblion sans escorte et leur taillaient les jarrets des antérieurs, le cheval ne pouvait plus bouger et il ne restait plus qu’à dépouiller le cavalier ou le conducteur de la calèche.

Aussi, le Bourgeois ne s’y déplace qu’accompagné et dans sa canne se cache un revolver qu’il utilise si les manants deviennent trop menaçants ou entreprenants. L’on trouve encore de nos jours de telles cannes chez certains brocanteurs. Mais plus les munitions, évidemment.

A cette époque, le pain est devenu un luxe inaccessible... Ce pauvre Roi ainsi que les personnes chargées de redresser ce pays délabré sera balayé, emprisonné.

La haine est partout, jugez-en vous même en lisant cette anecdote:
Peu après l’arrestation du Roi et des ses proches, on décida de faire passer tout ce petit monde de nobles soit-disant responsables de tous les malheurs du monde devant des tribunaux populaires, (les plus sanglants, les plus durs.) La surintendante de la Reine Marie Antoinette, Mme de Lamballe passe donc au tribunal populaire, on lui demande de jurer sa haine du Roi et de la Reine.

Déjà, pour un soit- disant "tribunal", c’est étrange.

Elle ne sait pas QUI elle a en face d’elle, elle n’a pas pris la mesure du drame qui se déroulait dans son présent.

Vu l'expérience personnelle de sa vie de noble, elle était incapable d’imaginer cette folie sanguinaire, elle réagit en fonction de ce qu’elle est et non en fonction de ce qui est en face d’elle.

Manque d’intelligence, de clairvoyance? Difficile à dire, toujours est-il qu’elle refuse de prononcer ces mots...

On l’entraîne vers la prison située à quelques centaines de mètres de là en la traînant par les pieds dans la rue, la pauvre femme hurle d’effroi. Alors, un révolutionnaire, agacé d’entendre ses hurlements, arrivé à un angle de rue, attrape sa tête par ses cheveux, la met sur une de ces bornes d’angle en pierre destinées à protéger les murs des maisons des roues de carrosses passant un peu trop près en tournant, il pose la tête de la malheureuse dessus et à l’aide de son couteau, lui tranche la tête encore vivante et hurlant au secours.

La foule regarde, hurlant sa haine et sa tête finira au bout d’une pique, on la montrera à Marie Antoinette devant la grille de la lucarne de sa prison avant de lui faire pareil!

N'oubliez jamais QUI sont les révolutionaires, les VRAIS! Même déguisés en gentils facteurs joufflus souriants, en bateleuses d'estrades appelant les travailleurs à réagir contre l'injustice et promettant grâce au vol des riches une felicité pour les pauvres, ne pensez pas une seconde qu'ils sont différents de ces assassins rouge sang!

Le pauvre Malesherbes eu beau plaider la défense du Roi, les révolutionnaires savaient que pour qu’une révolution réussisse, il faut TUER, car une seule place et un seul fauteuil de chef est disponible. Ils les tueront TOUS sauf ceux qui se sauveront hors de France, abandonnant TOUT.
Le chaos fut total .

Toute la noblesse dirigeante y passera, ceci dans un désordre absolu, une terreur incroyable et une haine dont je vous fais grâce.

Ne pas croire que cette violence est terminée, elle est en nous, au fond de chacun de vous qui me lisez. Chaque fois que la rue laisse les manipulateurs piétiner la démocratie et la loi, ils sont là, près à officier, persuadés de rendre la justice, oubliant tout, même d’être humain.

La Monarchie Française ne devait jamais s’en remettre. Ne jamais oublier que gouverner c’est avant tout organiser la vie du peuple, pas celle de ses dirigeants.

La monarchie, tant qu’elle a eu des nobles repartis sur tout le territoire s’est occupée à peu près correctement de son peuple, elle régna donc sur celui-ci durant des siècles et des siècles sans trop de problèmes. Dès qu’elle se sépara du peuple pour un Versailles rayonnant, elle s’en trouva séparée.

Les peuples livrés à eux même sont incapables de s’organiser et les valets du roi chargés de faire rentrer l’impôt ne sont ni des Préfets, ni des Seigneurs, juste des fonctionnaires qui ont laissé la misère croître et perdurer. La sanction fut sévère: L’an 1 de la République fut la réponse populaire à cette humanité niée et laissée à l’abandon de ses démons.

En tout état de cause, la République fut déclarée le 21 septembre 1792

Les royautés alentour s’affolant, car ayant peur de la contagion révolutionnaire, elles nous déclarèrent la guerre afin d’écraser cette révolution sanglante effroyable.
Mais parfois, le peuple lorsqu’il n’a RIEN à perdre peut se sublimer. La bataille de Valmy fut terrible mais les Prussiens venus là pour raisonner ces révolutionnaires par la force furent chassés de France en moins de deux semaines.

C’est donc au son de La Carmagnole et de son canon que les révolutionnaires dansèrent tous en faisant la ronde autour de l’arbre de la liberté, troussant leurs femmes pour des enfants à l’avenir plein de promesses et des lendemains supposés enchanteurs...

(bon je fais vite pasque c’est pas le sujet de ce récit, mais dans l’ensemble c’est ce que je ressens de l’histoire de mon pays. Cependant, plus nous nous rapprocherons du règne du deuxième Empire et plus vous pourrez lire des détails dans ce récit)

Au soir de ces agapes, il fallait reprendre le pays en main et l’on vit débarquer dans les provinces des représentants en mission chargé de faire la besogne. Ils étaient nommés par un comité de salut public (un peu comme votre Royal Ségolène voudrait faire avec ces histoires de jurés tirés au hasard pour contrôler le travail des élus. Quand on a pas d’idée on regarde l’histoire et Hop, on en a!)

Ces personnes avaient des pouvoirs Illimités et le droit de vie ou de mort sur chacun.
Certains en abuseront comme Fouché à Lyon, Tallien à Bordeaux, Carrier à Nantes, faisant régner la terreur parmi les agents économiques de ces régions.

La République commis bien des erreurs et la mobilisation de 300 000 hommes provoqua la révolte dans les campagnes. Notamment en Vendée et en Bretagne. Le Marquis de Bonchamps pris leur défense et se battit contre l’armée révolutionnaire, il fit des milliers de prisonniers mais il les gracia, ne prenant pas la mesure de ce qui était entrain de se passer à Paris, puis il fut blessé et en mourut

D’autres chefs de guerre nobles se battirent comme des lions, De la Roche Jaquelin et Lescure et bien d’autres reprirent des villes comme Saumur, Thouars attaquant même Nantes, mais sans armes lourdes car pas ravitaillés, ils finirent par s’enfuir ou moururent au combat face aux révolutionnaires sanguinaires.

D’autres combats internes se produiront, l’assassinant de Murat n’est qu’un détail parmi des centaines, ce qui favorisa la TERREUR.

Une bande de fous sanguinaire, (une douzaine environ) prirent les rennes du pouvoir, un pouvoir sanglant s’appuyant sur la sauvegarde de la République pour agir avec une violence inouïe.

L’Europe, atterrée, regardait notre pays s’enfoncer dans un désordre invraisemblable. Mais chacun sait que sur le fumier souvent poussent les plus belles choses... Et comme la nature a horreur du vide, elle permit a ces gens de trouver quelques hommes capables de réguler les choses, les plus fous furent assassinés et très bientôt, la Révolution allait changer enfin de cap.

La Révolution connut l’inflation des prix dans des proportions ahurissantes et dès l’An 3 de la République, la disette était partout, pire que sous la monarchie.

Les montagnards (futurs socialistes dont la scission permit l’avènement du Communisme en France) on les appelaient ainsi car à la chambre ils étaient tout en haut de l'hémicycle) avaient tant de sang sur les mains que cela déclencha la terreur blanche partout en France mais surtout en Vendée.

Plus d’un millier de ces tristes individus sanguinaires se firent assassiner par égorgement ou tombèrent dans des traquenards qui marquèrent le début de cette terreur blanche qui dura très longtemps.
La fronde grondait et la Convention n’en avait plus pour longtemps. C’est alors qu’un certain Napoléon Bonaparte arriva.

La convention était haïe par bien des gens ayant suffisamment souffert de cette terreur, de cette violence sans fin et elle était plus que menacée, les royalistes et toute une partie du peuple commençaient à en avoir plus qu’assez de ces assassins en puissance.

Barras, l’un de ces douze tristes citoyens régnant en despote absolu, eu alors l’idée de faire sortir de prison des anciens terroristes de tous bords et il les arma avec promesse de liberté s’ils sauvaient la Convention.

Il mit Bonaparte à leur tête, celui-là n’y alla pas par 4 chemins et fit amener 40 canons qu’il fit placer autour des Tuileries, la différence de force étant telle que les insurgés royalistes se sauvèrent ou furent désarmés, mais pour une fois, on ne réprima pas trop sévèrement ces insurgés car la Convention avait encore plus peur de ses défenseurs sans culotte sortis de prison que de ses assaillants royalistes.

(Je ne vous raconte pas l’ambiance à Paris!)

Le seul qui retira les marrons du feu fut justement… Napoleon qui fut nommé peu après, Général de division. L’étoile du petit corse commençait à briller.

Tout cela fini par la mise en place d’un "Directoire." fini la Convention.
A peine mis en place, le directoire dû faire face à des tas de problèmes économiques graves.
Mais c'est à suivre, si vous êtes sages.
domi - 417343lui écrire blog Publié le 07/11/2006 à 09:07 supprimer cette contribution
Super sages... Pas un post, on entend une mouche voler. C'est parfait, continuons NOTRE histoire... Revue légèrement façon Domi mais si peu...

Que croyez vous qu’ils vont trouver pour solutionner cela? Ben ils vont faire de la fausse monnaie! Des assignats! Et entre l’automne et le mois de janvier, ils vont en imprimer tellement que la masse de papier va passer de 18 à 38 milliards! Pour fixer les idées, un Louis d’or valait 2500F en assignats en novembre et en début janvier, ce même Louis d’or valait 6000 F! On a pas peur du ridicule.

C’est ainsi lorsque des amateurs débiles prennent le pouvoir sans RIEN connaître à l’économie... Plus c’est gros et mieux ça passe. 200 ans après, y en a même de la même espèce qui inventent la semaine des 35 heures payée 40... et pour espérer planquer les chômeurs la retraite à 55 ans dans le secteur public et à 60 ans pour le privé au nom de l'égalité et de la fraternité...
Avec les mêmes résultats: 1200 MILLIARDS d'Euros de dettes avouées, PLUS 800 MILLIARDS d'euros de déficit sur les retraites pas financées mais promises... Et 4 millions de chômeurs dont 1 million déguisés en RMistes. Bravo!

Les mêmes nuls produisent TOUJOURS les mêmes résultats, EVIDEMENT.

Bon, on finit par brûler la "planche à billet" place Vendôme en grande cérémonie et en public pour rassurer le benêt moyen (véridique) mais rien ne change, car la valeur réelle de la monnaie c’est la production, pas les bonnes paroles.

On invente alors le "mandat territorial" cependant, en quelques jours seulement, sa valeur perdait vous lisez bien: 75%! Et toute l’Europe se marre.

Il est à remarquer que pendant cette époque trouble, le luxe et la misère se côtoyaient en s’ignorant somptueusement.
Des spéculateurs marchands de biens, (ça vous rappelle rien? ) des vendeurs de matériels aux armées (Héhé!) achetaient tout à vil prix et revendaient à des prix injustifiés.

Un vrai Far Ouest, les haut fonctionnaires se remplissaient les poches pour bien vite revendre et mettre leurs bénéfices en sûreté.

Barras, le chef du directoire, dans sa propriété de luxe vivait bien mieux que Louis 16 à Versailles, pendant ce temps-là, le peuple crevait de faim et de froid l’hiver, car plus de Mont de Piété puisque plus de clergé riche en France, tout fut pillé par les révolutionnaires.

Les usuriers prêtaient à des taux de 100%, on se suicidait un peu partout.
Quand on est fauché, le mieux est d’aller chercher des sous chez ses voisins et on décida de faire la guerre.
Bonaparte partit pour l’Italie y chercher l’or et la gloire… Il ne s’arrêta pas là et fondit sur Vienne.
Ce fut Rivoli puis Arcole, une bataille terrible de 3 jours à charger sabre au clair en tuant, tuant, tant que l’on pouvait monter son cheval.

Pendant ce temps là, à Paris rien ne change, au directoire on s’insulte, on se querelle même. Carnot veut la tête de Barras et ils se traitent de noms d’oiseaux.
Comme souvent les "montagnards" se sentant perdus utilisèrent la force et Barras tendit une embuscade aux députés désirant l’évincer du pouvoir.

A l’un des députés protestant contre l’armée venue là alors qu’ils étaient les élus du peuple on répondit: "la loi, c’est le sabre!"
Que croyez vous que la gauche révolutionnaire est démocratique? Elle ne l'a JAMAIS été! JAMAIS!
Il suffit de lire son Histoire ici ou ailleurs: AUCUNE exception

Tandis que Barras fêtait sa victoire dans son palais avec ses amis, les pauvres députés et insurgés furent déportés à Rochefort pour y être embarqués en terres lointaines... Barras décida d’organiser une répression terrible contre les insurgés et les exilés revenus d’après la révolution sanglante. On fusille à tour de bras dans l’espoir de faire taire l’opposition à cette République des bandits.

Les révolutionnaires ne voulaient pas de la paix signée par Bonaparte à Vienne, ils voulaient porter le glaive partout en Europe pour abattre toutes les monarchies, mais vu sa puissance et son armée victorieuse étant de retour, c’est pourtant à présent lui qui va décider...

Quand il rentre à Paris, c’est avec ferveur que le peuple l’acclame. Depuis qu’il est marié avec Joséphine, il habitait rue Chanteraine à Paris même et on la rebaptisa "rue de la victoire", rien que ça!

Cependant, le directoire se méfiait de Bonaparte, il fallait l’occuper car on en avait peur, on le fit chef de l’armée d’Angleterre et après une vive discussion avec un homme d’une intelligence rare mais aussi fourbe qu’intelligent, un certain Tayllerand, il décida que pour affaiblir l’Angleterre il fallait aller en Egypte pour verrouiller le passage des bateaux Anglais devant l’isthme de Suez.

Bien sur, trop contents de se débarrasser du Général devenu encombrant, le directoire vota pour cette expédition financée en partie par le pillage des Autrichiens et des Italiens évidemment.

Que croyez- vous? Rien ne change..

La modernité barbare allait pouvoir se répandre en Orient. Un choc de civilisation dont nous sommes loin d’être sortis!

Bonaparte arriva en Égypte un peu comme un cheveu sur la soupe et ne fut pas vraiment bien accueilli, on lui livra bataille, mais en quelques jours tout fut réglé.
Le Caire capitula sans condition.
Cependant, l’amiral Anglais Nelson ayant appris que les vaisseaux Français se trouvaient à Aboukir, il s’y rendit et les coula tous à l’ancre!

Napoléon était pris au piège, qu’importe, il envoie Desaix, (un remarquable cavalier intrépide et téméraire qui mourra plus tard pour son Empereur) combattre les Mamelouks, des unités de cavalerie du Sultan très courageux et redoutés qu’il écrasa sous des charges de cavalerie répétées et d’une violence impitoyable et il les tua quasiment tous en quelques semaines.

Bonaparte mit en place un protectorat mais laissa les institutions en place, il n’avait pas rôle de coloniser mais d’occuper un point stratégique pour affaiblir l’ennemi Anglais. Il se contenta de passer des alliances avec les hommes forts en place et il remit en état des tas de choses délabrées, des canaux entre autre et effectua le raccordement de la mer rouge à la Méditerranée Faut bien s'occuper on allait pas passer son temps à regarder se trémousser des danseuses orientales dodues et au regard ténébreux.

Mais voilà que les Turcs, manipulés par l’Angleterre se sont mis en route pour aller se battre contre ce Bonaparte. Qu’importe, bien que son corps expéditionnaire fut bien plus faible que celui de l’armée Turque, il leur refila une belle raclée à Nazareth (là où un certain Jésus, le premier communiste du monde qui s’ignore naquit voici je crois il y a 2007 années) et alors qu’il revient au Caire, voici que ces perfides Anglais débarquent une autre armée Turque a Alexandrie.

(ces Anglais c’est vraiment une calamité pour la France!)

Je crois qu’on baptisera la bataille qui s’en suivit, la bataille d’Aboukir. Mais elle se passa à l’arrière du Port d’Alexandrie là où Claude François passa son enfance.
Ce chanteur de variétés conserva d’ailleurs la nostalgie de ces danseuses demi-nues dont il se régalait les yeux durant sa puberté et il réalisa ses spectacles en Europe avec de belles et grandes femmes de couleurs différentes qu’il faisait danser au son de ses chansons magiques qui captivaient les jeunes et ravissait les vieux boucs privés de ce qu’il adorent, devant se contenter du banal et de l’ordinaire dans la réalité d’une vie qu’ils ne font que subir.

Alors là, Napoleon va te les zigouiller grave, presque que des morts. Du coup, plus personne ne bronche dans la région.
Il eu plus de pertes par l’épidémie de Peste qui sévissait dans ce pays que par les balles et les coups de cimeterre des combattants Turcs.

Il en profite pour tuer quelques anglais durant cette bataille et apprends grâce à quelques journaux venus de France et récupérés dans les malles de ces vilains Anglais que ça va très mal là-bas en France. Il décide donc de rentrer au plus vite.

Dès que la force n’est plus là pour faire régner sa loi, le monde bouge, grouille et se rebelle, c’est ce qui arrivait en Italie, puis à Vienne qui laisse passer des troupes Russes venues en découdre avec nos pov soldats républicains occupant le nord de l’Italie. C’est là que le Général Joubert a perdu la vie d’ailleurs, en plus, nos diplomates se faisaient assassiner de partout. Vraiment rien n’allait plus.

Il lui restait une frégate rescapée en état et il embarqua pour la France, confiant son armée à Kleber et il se faufila comme il put entre les lignes des bateaux Anglais stationnant au large de l’Égypte dans l'attente des français qu'ils pensaient enfin battus par les Turcs afin de les couler pour supprimer cette armée Française révolutionaire si gênante.

Il débarque à Fréjus et file sur Paris, il y rencontre d’abord ses frères (chez les Bonaparte on est famille nombreuse) et ils le mettent au courant de la situation économique et politique dramatique de la France, enfin, il rencontre Sieyes qui est le plus sensé de ceux qui constituent le directoire et il se met d’accord avec lui dans le dos de Barras.

Bientôt le 18 brumaire allait tonner!

Pour la petite Histoire, on fit croire à ces révolutionnaires dits "les Anciens" que très bientôt on allait tous les assassiner s’ils ne partaient pas très vite pour St Cloud (là où vit ce pov Jean Marie Le PEN) et pour les défendre on choisit: Bonaparte.

Mais en fait, les jeux étaient faits et alors que Sieyes s’éloignait un peu de Paris pour donner le change, Bonaparte leur demanda de démissionner tous sans discussion! A ceux qui semblaient réticents, il leur lâcha menaçant: "Souvenez vous que je marche accompagné du Dieu de la Guerre et de la Fortune!"

Son frère Lucien prit la présidence du nouveau Directoire, mais ces fichu montagnards (les futurs socialistes) hurlèrent qu’il fallait faire le serment de fidélité à la Constitution et criaient:
A bas la dictature! (ça vous rappelle rien?) Les lecteurs du canard déchaîné doivent savoir

Napoléon entendant le chahut depuis l’extérieur où il se trouvait rentra, escorté de quelques Grenadiers de sa garde proche, mais ça se passe très mal, il a attrapé des démangeaisons terribles là-bas en Egypte avec les moustiques et tout un tas de trucs que nous n’avons pas ici et il se gratte tellement que son cou est tout ensanglanté et il arrive au-devant de tout ce petit monde qui hurle alors: Voyez! Il a du sang sur les mains, à bas le dictateur!

Le héros Napoléon n’en mène pas large, car il est venu là désarmé, il ressors bien vite, protégé par ses grenadiers, son frère Lucien se sauve aussi.

Les deux frères Bonaparte expliquèrent à la troupe qu’on avait essayé d’assassiner leur Général.
Alors conduit par Murat et Leclerc, les hommes enfoncent les portes et refilent une raclée mémorable à tous ces députés qui débandent dans tous les sens.

Aussitôt, un gouvernement provisoire est nommé!
On rafle tous les députés qu’on peut retrouver dans les rues de St Cloud et des alentours et on les obligent à signer les décisions des vainqueurs.
Celui qui refuse se prends des baffes et doit signer quand même.

Ce qu’ils ignorent, c’est que la première dictature militaire de France venait de naître.

Et tous d’en avoir PEUR, voilà qu’on veut le nommer Grand électeur à vie, le loger à Versailles, enfin, lui rendre des honneurs! Ce que ce fougueux Général républicain refuse: "Ils veulent me mettre à l’engrais comme les cochons!" dira t-il.

Sieyes qui se pensait digne d’intérêt pour la république et constate qu’il n’est pas de taille pour lutter contre ce Bonaparte se retire de la politique, aigri.

Bonaparte lui fera cependant verser une belle dotation de subsistance en remerciement de ses services.

Nous voilà avec Napoléon consul de France… Vous voyez, c’est très simple l’Histoire, suffit d’être le PLUS FORT tout le reste c’est bidon, de la parlotte pour pas grand chose puisque dès qu’on est trois, y en a un qui n’est ÉVIDEMMENT pas d’accord avec les deux autres... A BIEN méditer…

Bien ici je suis hélas OBLIGE de rentrer un peu dans les détails de ce qu’on appelle "l’épopée napoléonienne", non pas pour la narrer, d’autres font cela bien mieux que moi évidemment, mais pour que vous puissiez COMPRENDRE ce que le peuple de France à vécu et comment le futur Napoléon III a vécu à l’ombre de souvenirs extraordinaires comme vous allez le découvrir bien vite. Ce qui a conditionné sa façon de penser et d'agir tout du moins au début de sa vie aventureuse.

Pour ceux qui connaissent, (il en est,) sautez ces différents chapitres et lisez simplement la suite à savoir la tentative de restauration et sa misère, le règne de Louis phillipe et la débandade qui en suivit puis vous lirez la misère de vos arrières grands parents et enfin l’arrivée de ce fameux Napoléon III qui allait TOUT changer, enfin!

Pour ceux qui aiment l’Histoire avec un grand H accrochez vos ceintures, ça va saigner grave!

Le Consul commence par le commencement et le commencement, c’est pas les mots, c'est le fric, il crée donc la Banque de France. (vous savez, le truc qui ne sers plus à RIEN depuis que nos billets viennent de l’étranger)
Mais on les payent toujours pour faire du tricot ou jouer au solitaire en attendant la retraite tant convoitée... La France est riche Messieurs-Dames et elle gaspille et s’endette au delà de l’entendement, mais retournons à notre petit récit Historique.
Ne nous démoralisons pas

On a lu que nos révolutionnaires savaient parler, mais pas gérer et de billets de tombola en assignats et autres papier de plus en plus louches, rien n’allait plus en France. A l’époque, il fallait une VRAIE monnaie pour les français, or on l’a vu plus haut, les monnaies qui ont remplacé les LOUIS d’or n’étaient pour l’instant pas très fiables... Et nous voici avec une Banque de France et des FRANCS en or et aussi en papier. Merci Napoléon.

Pour faire plaisir à sa belle Joséphine il lui achète le Château de Malmaison
Les choses sérieuses et modernes commencent...

Bonaparte propose une paix des braves à l’Autriche et à l’Angleterre qui la refuse en bloc!
Donc il commence par s’occuper de l’Autriche, ce diable de corse était malin et il envoya Moreau traverser le Rhin et lui, partit au Nord de l’Italie pour attaquer les Autrichiens par surprise par l’arrière.

Pour réussir cela, il fallait franchir le col de St Bernard! 60 000 hommes et des dizaines de canons ainsi que leurs munitions et des vivres (tenez, voici encore une petite anecdote pour vous instruire un peu, le saviez vous? Ce fut durant cette période qu’un confiseur Français découvrit l’Appertisation.
Cet homme s’appelait Nicolas Appert c’est en fait lui qui pour la première fois au monde inventa les ...

Allez devinez quoi, la suite demain si je suis encore vivant!
domi - 417343lui écrire blog Publié le 08/11/2006 à 08:37 supprimer cette contribution
Ben alors? personne ne connais ce pov Nicolas Appert?
C'est LUI qui a INVENTE les conserves!
Les vraies. Grâce à lui, Popeye terrassait l'affreux jojo Bluto qui faisait qu'embêter la belle Olive si sexy tout en se régalant d'Epinards
C'est truc vert qu'on vous refilait à la cantine avec le poisson surgelé carré pané.

Vraiment là, je suis déçu, mais bon, c'est encore un coup fourré de l'Inéducation Nationale qui ne vous a pas appris l'essentiel pour mieux se perdre dans les détails....Evidemment.

Continuons donc le récit de notre chouette pays pétrit d'intelligence parfaite et sachant lutter contre la misère avec un acharnement forcené. A bientôt.
domi - 417343lui écrire blog Publié le 08/11/2006 à 09:25 supprimer cette contribution
Cet homme s’appelait Nicolas Appert c’est en fait lui qui pour la première fois au monde inventa les conserves que vous mangez encore souvent de nos jours quand vous avez la flegme de cuisiner vraiment.
Avant son invention, seule les salaisons de charcuterie et la confiserie saturée de sucre permettait d’éviter le pourrissement rapide des vivres on en apprends des choses hein sur Affection!

Une femme c’est interessée à sa vie et a écrit un livre magnifique que j’ai dévoré en 3 jours tant il était captivant. Hélas je ne retrouve plus le bouquin, donc vous ne saurez pas son nom.

IIs durent franchir ce fichu col fin mai je crois et c’est a Marengo qu’eu lieu la bataille décisive. Bonaparte n’en menait pas large car les autrichiens cognaient dur et étaient parfaitement armés et entraînés par des mois et des mois d’escarmouches contre Le Directoire français reculant de toutes part en Europe.

Soudain Desaix et sa glorieuse cavalerie surgit enfin à sa rencontre et dans une charge infernale contre l’ennemi, il retourna la situation les prenant à revers écrasant les Autrichiens, hélas il se prit une balle en pleine poitrine et mourut durant la bataille.

Napoléon Bonaparte eu tous les honneurs mais pleura ce compagnon d’arme que les musulmans en Egypte appelaient "le juste".

L’histoire mange les hommes, elle s’en nourrit, les dévorent et ne garde que les vainqueurs.
Le reste est sans importance pour elle, car elle sélectionne les meilleurs, les plus forts.
Les crétins qui pensent qu’un jour cela peut changer se trompent. Seuls le fort vit, le faible disparaît tôt ou tard, car la nature n’en a pas besoin. Je sais, c’est dérangeant, mais c’est ainsi.

Il rentre triomphant à Paris ayant rétablit la république de Cisalpine et refile Jourdan gouverneur du Piémont.
Mais à Paris, les nouvelles d’Egypte ne sont pas bonnes, Kleber c’est fait assassiner par un islamiste cruel (ça change pas, ceux-là sont toujours près a faire un mauvais coup!) quand je vous l’explique, sous prétexte qu’ils sont avec vous dans le métro, vous ne me croyez pas, ben vous voyez que ce pov Domi n’invente rien, pov Kleber et puis son remplaçant, un certain le Général Menou n’est pas un bon et il se réfugie à Alexandrie acculé par ces anglais empêcheurs de faire l’Europe à l’image de la France et ils le forcent à signer sa reddition!

En plus, Napoléon Bonaparte, malgré sa victoire n’est pas le bienvenu dans les rangs des nouveaux dirigeants et ceux qu’il appelle "les idéologues" font tout pour lui rendre la vie impossible et même cherchent sa mort.

D’ailleurs, un soir qu’il se rendait en carrosse au théâtre avec sa dulcinée qui le suivait dans un autre carrosse plus loin derrière( justement par sécurité,) il entendit un grand BOUM. Une machine infernale explosa juste 3 secondes trop tard sinon, plus de Napoléon!
Vous voyez que ce pauvre De Gaulle mitraillé dans sa DS, le pauvre Hariri pulvérisé dans sa voiture blindée, c’est pas nouveau, les temps changent mais pas les gens, ou si lentement…

(Domi tu rabâches!)

Aussitôt Bonaparte accusa les jacobins, bien que Fouché lui assurait que c’était les royalistes, un tribunal d’exception (comme Mr Sarkozy veut mettre en place pour les voyous d’importation des banlieues) fut mis en place et 132 soit– disant anarchistes furent condamnés à la déportation aux Seychelles, vous savez, là ou vous allez vous faire bronzer quand vous en avez les moyens.
Là, c’était bronzage gratuit et voyage tous frais payés par la République…

Fouché eu la peau de deux royalistes convaincus de leur responsabilité dans l’attentat. Ils furent guillotinés. Un autre, un chouan, un certain Limoëlan se sauva en Amérique. On ne l’a plus revu.

Napoléon décide de réconcilier l’église avec la France. Oh, pas pour faire plaisir au Pape ou au Bon Dieu, non, juste pour avoir un peu plus la paix dans ce pays à la désolante ambiance délétère mêlée de misère perdurant quoi qu’on fasse.

Il rendit quelques biens aux émigrés rentrant en France. (les émigrés ne sont PAS des immigrés, ce sont des français, nobles pour la plupart, ayant fuit la révolution pour ne pas se faire couper la tête et faisant cruel défaut dans l’organisation du pays et de son économie.)
En ce sens, Bonaparte fit preuve d’intelligence brillante (une sorte d’immigration choisie, quoi)

Il édite un code civil en remplacement des élucubrations débiles qu’avaient pondu les "Montagnards" républicains sanguinaires de la première heure et grâce à tout plein de mesures bien pensées, l’opposition lentement mais sûrement sera maté, il écréma grave tous ces jacobins jamais contents de rien. (ça vous rappelle rien?)

Dans l’armée on jalouse ce Napoléon Bonaparte. Moreau refuse sa légion d’honneur offerte à l’initiative de l’Empereur, Bernadote conspire à Rennes, la copine de Benjamin Constant fut invitée à quitter Paris vite fait. Le Benjamin fut viré aussitôt des fonctions qu’il occupait.
Le Karcher est en route, a chaque époque faut son karcher

Le Consul fit arrêter aussi quelques officiers conspirateurs. Cependant, le premier Consul était resté très populaire.
Il désirait rester consul à vie mais à sa manière... On lui proposa de proroger ses pouvoirs de 10 ans, ce qu’il refusa. Il donna plutôt la voix au peuple et de retrouva plébiscité (plus de 3,5 millions de voix pour Napoléon contre 8 300 contre. Le voilà donc Consul à vie (vous voyez bien que sans monarque on ne fait que des sottises et qu’on paye des taxes pour rien!)

Le anglais allaient encore nous enquiquiner. Le premier Consul n’était pas un vendu aux apatrides comme nos ministres du commerce actuels vendus à Bruxelles, il voulait bien commercer avec l’Angleterre malgré toutes les misères qu’elle nous avait fait, mais a condition que les importateurs payent des taxes pour protéger les travailleurs Français!

La paix d’Amiens, Napoléon y croyait dur comme fer. Il devait vite déchanter.

Les Anglais n’étaient pas du tout satisfaits des décisions de Napoléon Bonaparte en Europe, son annexion du Piémont, son occupation de Parme, ses ordres donnés aux cantons de Suisse les agaçaient. Aussi, il avait réglé les affaires allemandes au profit de la France, de plus il occupait la Hollande et la politique coloniale de la France inquiétait aussi l’Angleterre, aussi bien en Louisiane racheté à l’Espagne qu’aux Antilles où les français, sous les ordres de Leclerc qui s’efforçait de réduire la révolte des noirs à St Domingue restaurait l’esclavage afin de reprendre en main tout ce fourbi laissé à l’aventure.

Joséphine était aux anges. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que très bientôt, grâce à la betterave sucrière on allait se passer TOTALEMENT de la culture de la canne à sucre et que la richesse des ces îles allait disparaître inéluctablement puisque leur production devenue économiquement inutile et obsolète.

200 ans après et malgré les énormes subventions de la métropole, malgré les aides à l’investissement immobilier, malgré des aides diverses pour artificiellement maintenir les cours de la banane et de l’ananas face à la zone dollar Caraïbe, ces iles restées Françaises vont devoir relever un défi impossible à réaliser.

Aussi des troubles extrêmement graves ne manqueront pas d’arriver, d’autant qu’au nom de "l’égalité républicaine" on distribue des allocations aussi dans ces îles pour inciter à une natalité abondante.

Or ces lois ont été votées au soir de la deuxième guerre Mondiale où, en métropole, nous avions un déficit très préoccupant de population jeune du fait que bien des hommes jeunes n’ayant pas survécu au drame de cette guerre n’avaient pas eu le temps de procréer avant de partir à la guerre.

Par contre aux Antilles Françaises, la surpopulation y est chronique le travail de production inexistant et ce n’est certes pas le tourisme de masse qui peut apporter des solutions pérenne dans ces îles à la population artificielle totalement inadaptée à la réalité géographique de ces minuscules territoires ou départements d’outre-mer.
Personne n’en parle ici,sauf quand il faut aller y chercher des voix, mais le problème existe et il serait temps d’en prendre la mesure. Sinon cela se finira dans une panique pas possible. Bien y réfléchir aussi.

(laissez moi donc un peu rêver)

Dans une petite case, loin de la capitale de Saint Domingue une femme venait de mettre au monde une petite fille qui braillait, c’était l’arrière grand mère de Netcyl et elle devait rester libre dans un nouveau pays appelé République d’Haïti. 200 années de lutte terrible pour une liberté illusoire sur un morceau de terre aride arraché à St Domingue où malgré tous leurs efforts et quels efforts, ils finiront surpeuplés et vivront dans une misère totale car africains d’origine et à la race bien trop féconde pour se contenter d’un si petit territoire. La nature est rarement justice, hélas.

Bonaparte poussait ses pions partout, en Turquie, en Egypte, en Algérie et même aux Indes.
D’autre part, en dépit d’un traité signé et approuvé, les Anglais refusaient d’évacuer Malte, Napoléon refila une avoinée à l’ambassadeur d’Angleterre à ce sujet.
Un soir, l’ambassadeur rentra en Angleterre et ces voyous, sans même une déclaration de guerre, histoire qu’on aiguise nos sabres et fabrique de la bonne poudre à canons, il nous attaquèrent encore et nous piquèrent tous nos bateaux situés dans leurs eaux territoriales!

C’est décidé: Napoléon va débarquer en Angleterre et va botter les fesses du Roi d’Angleterre vite fait!

Mais les anglais voulaient la peau de ce Bonaparte empêcheur de tourner en rond! Et ils fomentèrent des attentats qui échouèrent: Le duc d’Enghein le paya de sa vie et dans la foulée, les deux autre consuls Cambacérès et Lebrun lui présentent un projet pour le nommer:
Empereur des français.
Cette fois ci, il accepte.

Afin de bien démontrer qui est le chef, il convoque le Pape Pie 7 à venir le sacrer à Paris.
Etonnement, le pape est si vieux... Pourtant il fera ses valises et obéira, dans l’espoir de quelque retour en grâce pour l’église de France...

Le sacre fut grandiose, Napoléon choisi l’aigle pour emblème et pour bien montrer QUI était le chef il prit la couronne Impériale des mains du pape et la posa lui même sur sa tête. Ce geste fort est bien la marque des personnes exceptionnelles, elles sont heureusement très rares sinon le monde serait invivable.

Son épouse devenue Impératrice se demandait bien ce qui lui arrivait. Venue de sa lointaine Martinique à Paris pour y jouer les demi-mondaines et se marier avec un corse fauché, jamais là car livrant bataille aux quatre coins de l’Europe, puis se retrouver Impératrice du pays devenu le plus puissant d’Europe, elle en avait le tête qui lui tournait!

Les affaires dans Paris n’allaient vraiment pas fort, faillites fréquentes, argent rare et cher mais il y avait plus urgent:
Les ANGLAIS!
Napoléon voulait traverser la manche pour refiler une bonne raclée au roi d’Angleterre qui n’arrêtait pas de l’embêter, mais suite a des problèmes imprévus du côté de l’Italie incitée ^par les Autrichioens à se révolter contre la France, il décida d’abord de filer une correction à Vienne qui refusait de rentrer dans le rang et fricotait avec les anglais alors que Napoléon avait decidé un embargo TOTAL de l’Angleterre, il voulait que toutes les Anglaises aient la ligne!

La bataille d’Elchinghen fut une victoire, de plus, la ville de Ulm était très pratique car Vienne était disponible et plus très loin, il refusa tout armistice demandé par l’Empereur d’Autriche, il voulait les faire plier définitivement eux aussi.

Pendant ce temps là, Napoléon avait envoyé la flotte Française en Espagne pour s’y regrouper avec les Espagnols afin de battre les Anglais. L’amiral Villeneuve savait ses navires mal armés face aux Anglais, grands conquérants des mers de par le monde car ne pouvant vivre bien sur leur île désolante qu’en, allant chercher ailleurs les richesses leur manquant depuis toujours.

Napoléon ne voulut rien savoir: "Foncez et boutez l’anglais hors de nos mers! C’est un ordre!" Le pauvre Villeneuve sortit de la rade et au large de Trafalgar tomba sur L'amiral Nelson qui d’ailleurs fut mortellement blessé au cours de la bataille qui dura plus de 3 heures.

Les navires de Villeneuve et de Nelson, complètement saccagés, imbriqués l’un dans l’autre. Mais les Anglais mieux équipés finirent pas gagner. Villeneuve fut fait prisonnier durant 4 mois et à sa libération, de peur de rencontrer Napoléon il se suicida.

Comme vous le découvrez peut être, n’est pas Empereur qui veut et servir un Empereur demande plus que du courage... Demandez aux Allemands, il vous feront eux aussi un dessin!

Napoléon à l’époque de cette bataille était en Moravie, face au Tsar et à François 2, l’Empereur d’Autriche.
Leur armée compte 90 000 hommes.
Napoleon utilisant une manœuvre maligne entraîna ses ennemis dans la plaine alors que les troupes des Astro-Russes dominaient sur un plateau. La bataille fit rage durant toute la journée, les Austro- Russes eurent 37 000 morts et les Français 8000.

Le Tsar s’enfuit vers ses steppes à travers la plaine, la peur à ses trousses et seul l’Empereur autrichien demanda la PAIX.

Le traité qui suivit fut désastreux pour l’Autriche, elle perdit quasiment TOUS ses territoires.

Napoléon pouvait construire son Europe, il distribua des couronnes un peu partout.
Il nomma Louis son frère, Roi de Hollande et son épouse Hortense donnèrent naissance à Louis Napoléon Bonaparte notre futur premier Président de la République hé oui, mais nous verrons cela bien plus tard... On a le temps pas vrai?

J’aime pas faire des récits de 3 lignes l’écriture c’est comme l’amour, faut prendre son temps pour bien prendre son pied.

Bon, je ne met pas trop de détails, sinon c’est trop long, évidement.
De retour à Paris, il découvrit que tout n’allait vraiment toujours pas bien, la crise économique persistait, les esprits n’étaient pas tel que Napoléon le souhaitait, aussi il fonda une université Impériale, afin plus tard d’avoir des personnes dignes et capable de servir l’Empire. (les affaires ne vont pas bien mais quand on fait la guerre et qu’on gagne on se paye sur la bête, donc on rentre avec de l’argent, de l’or et des biens évidemment sinon pourquoi la faire? Les seules guerres ruineuses sont celles qu’on perd et les civiles.
A suivre bien sur... Bonne journée.
634723 Publié le 08/11/2006 à 09:28 supprimer cette contribution
oh lala! j'ai pris un de ces retard moi
709689 Publié le 08/11/2006 à 09:46 supprimer cette contribution

Quand est-ce qu'il bosse le domi?
domi - 417343lui écrire blog Publié le 08/11/2006 à 14:31 supprimer cette contribution
Alibreville ne fait pas l'andouille, j'écris la nuit, je poste le matin puis ensuite je me tire. T'as VU les programmes en France à la TV? NULS de chez NULS et sur TOUTES les chaînes! Alors, on se distrait comme on peut Faut ben que j'rode mon nouveau Portable
A demain Peut être
709689 Publié le 08/11/2006 à 15:49 supprimer cette contribution
Citation:
Alibreville ne fait pas l'andouille,


faut pas trop moufter avec le domi!
domi - 417343lui écrire blog Publié le 08/11/2006 à 16:03 supprimer cette contribution
Oh c'est pas ben méchant
913080 Publié le 08/11/2006 à 19:20 supprimer cette contribution
Citation:
faut pas trop moufter avec le domi


Citation:
Il permet à des crétins de rendre les forums sans attrait donc sans objet


pffffiou!

ronflant, besogneux, roboratif

à défaut d'être démonstratif.

Faut reclasser le truc, vers "polititique", pitêt,

en tous cas, ni "plaisir de lire", ni "plaisir d'écrire"...

l'est bien gentil, not' domi, mais l'a "rin" à fout'là...
domi - 417343lui écrire blog Publié le 09/11/2006 à 10:13 supprimer cette contribution
Ne soit pas jaloux Corlow ton heure viendra et puis roboratif c'est dejà ça t'es sur de pas mourir de faim.

Je persiste et signe car pour MOI c'est un plaisir de l'écrire.
domi - 417343lui écrire blog Publié le 09/11/2006 à 10:41 supprimer cette contribution
Un nouveau catéchisme fut imposé dans tout l’Empire. Napoléon désirait honorer tous les cultes, aussi bien les religions juives que protestantes ou musulmanes qui, il faut le dire ne comportaient que très peu de fidèles, tous situés en bordure de la méditerranée occidentale.

Napoléon espérait alors une paix durable, c’était sans compter sur cette Angleterre qui n’acceptait pas cette suprématie Française en Europe, ils fomentèrent des projets de contre-attaque avec les Prussiens et les Russes.

Le roi de Prusse envoya un ultimatum à Napoléon. Celui ci l’attaqua de front et peu après Iena, le prince Louis Ferdinand de Prusse refusant de se rendre fut tué d’un coup de sabre par un cavalier de la garde. Napoléon arrive porte de Brandebourg devant Berlin où on lui remis les clés de la ville.

Mais c’était loin d’être terminé, les polonais étaient tout contents de retrouver leur liberté face aux Prussiens mais le Tsar contre attaque et envahi la Pologne...
Chassé par Murat qui les fit déguerpir au pas de charge. Napoléon entra à Varsovie en libérateur, il s’y repose le temps de séduire une jolie femme Mme Walewska, que voulez-vous quand l’homme gagne, sa libido est au top, c’est la nature qui veut ça et les femmes en profitent évidemment!

Mais la grande armée peinait dans sa course contre les Prussiens et les Russes, les guerres éclair ça ne doit pas durer des années sinon on les perd. Demandez aux Allemands.

A Eylau ce fut un carnage entre les Russes et l’armée Impériale napoléonienne, 40 000 morts et le soir, les deux belligérants se déclarèrent vainqueurs tous les deux. Napoléon restait maître du champ de bataille mais sans victoire décisive.
Il décida de prendre ses quartiers d’hiver à Varsovie, il dirigeait la France comme s’il était aux Tuileries, des coursiers apportant les dépêches et repartant avec les ordres chaque jour. Ce type était increvable...

Cependant il désirait faire la paix sachant que le temps perdu à faire la guerre n’arrangerait pas ses affaires.
Au printemps, les combats acharnés reprirent de plus belle. Les Russes, acculés sur les rives d’une grande rivière (l’alle) se firent décimer, 25 000 morts, blessés ou prisonniers encore, le Tzar Alexandre aussi n’en pouvait plus et proposa une armistice à Napoléon qui l’accepta enfin.

Et c’est au beau milieu du Nemen que les deux hommes se donnèrent l’accolade et décidèrent de cesser le combat.

Lors d’un dîner en son Honneur, Napoléon reçu une rose de la part de la Reine de Prusse. Il savait que c’était elle qui avait incité son époux à guerroyer contre la France. Il refusa la rose et dépeça la Prusse complètement et définitivement.
Il n’aimait pas voir les femmes s’occuper de politique. Cochon de corse qui s’en dédit! La femme corse doit servir la soupe chaude, c’est l’homme qui décide.

Il pouvait enfin retourner à Paris après avoir signé avec les vaincus les accords de Tilsit.
A son retour il déclara: "J’ai fait assez le métier de Général, je vais reprendre celui de 1er Ministre!" Nous étions en 1807, c’était il y a 200 ans tout juste.

Il reprends les affaires de l ’Empire en mai et commence par supprimer le Tribunat, puis il épure la magistrature (héhé ça vous dit rien?) il fait surveiller les journaux et ceux un peu trop critique il les menace de fermeture par décision impériale. Il renvoit Tayllerand pour mettre Champigny à sa place aux affaires extérieures.

(Première erreur grave il vient de se faire un ennemi irréductible un ennemi de l’ombre, les plus dangereux) nous le verrons plus tard.

Il avait cette intelligence rare qui font les hommes qui réussissent, il distribue des places aux élites et les payent bien, mais il avait toujours dans la tête ces fameux Anglais et décida le blocus total de l’île. Quasiment toutes les Nations devaient lui obéir sauf au Portugal et au sud de l’Italie.

Il impose au Pape de rompre toute relation avec l’Angleterre, mais le Pape refuse car il s’était brouillé avec lui. Napoléon lui avait un jour répondu: "Si vous être souverain de Rome, j’en suis l’Empereur". "Tous mes ennemis doivent être les vôtres!" Et il donna des ordres assez mal compris qui fit que le Pape se retrouva gardé à vue pas loin de Rome, à Quirinal et tous les cardinaux hostiles à Napoléon renvoyés dans leurs provinces!

De plus, au Portugal, le régent refusait le pacte proposé par Napoléon car cela lui ruinait son commerce.
Napoléon n’y alla pas par 4 chemins comme d'habitude, il proposa au roi d’Espagne (un Bourbon comme le pauvre Louis 16) de couper le Portugal en deux et de se partager la dépouille de ce petit pays.

Sans le savoir, Napoléon venait de mettre la main dans un engrenage FATAL!
La guerre d’Espagne.
Napoléon pensait le roi d’Espagne nul, sans idée, mené par le bout du nez par son épouse.
Il pensait que ce Portugal serait bien pratique pour ensuite avaler l’Espagne.

Mais alors que Murat se préparait à la tête de 50 000 hommes à renverser le Roi d’Espagne voici que les Espagnols révoltés font fuir leur roi et son fils prends sa place... Adieu Charles 4, vive Ferdinand 7... Qui fut destitué au profit de Napoléon quelques jours plus tard.

Il envoya Murat remplacer son frère alors Roi d’Italie et voilà Joseph nommé roi d’Espagne! Murat ne lui pardonnera pas cela non plus comme vous allez le lire bientôt.

Tout allait bien sauf que... Parfois, les peuples se rebellent, leurs princes se sauvent ou abdiquent, mais le Peuple lui, se bat!

En moins d’un mois la totalité de L’Espagne est à feu et à sang, les Français sont pourchassés avec violence et assassinés partout dans les villes comme à la campagne. Les Espagnols demandent aux Anglais des renforts, des régiments entiers furent isolés du côté de Cadix (ou la belle n’était pas encore née ni mise en chanson) et on les laissa mourir de faim sur des îlots sans rien pour s’en échapper.
Le nouveau roi Joseph apprenant cela s’enfuya à toutes jambes.

Pour la première fois, une armée de Napoléon avait capitulé. Ceci aura des conséquences terribles pour la suite de l’histoire de cet homme hors du commun.

Le pauvre responsable de cette déconfiture, (un certain Dupont) sera accusé de haute trahison et enfermé au fort de JOUX .
Il y croupira jusqu’à la fin de l’Empire.

Napoléon décida alors de s’occuper lui-même des choses en Espagne, mais auparavant, il voulait tester cette alliance nouvelle avec le Tsar Alexandre car il était méfiant et ne désirait pas se faire prendre en traître par derrière pendant qu’il guerroyait en Espagne et il se rendit à Iena pour passer des accords avec ce fameux Tsar, mais comme je l’ai souligné plus haut, parfois, on commet des erreurs fatales.

Si Champigny plaisait plus à l’Empereur pour les affaires étrangères, que s’embarrassait- il de Tayllerand? Quand un homme aussi puissant que Taylerand déplait, on s’en débarrasse en le nommant au bout du monde, on ne le laisse pas croupir dans des bureaux de basse besogne dans Paris, on ne l’emmène pas en plus comme conseiller voir l’ennemi!

Car c’est mal connaître les hommes que les penser insignifiants, même si on est TRÈS puissant. Ce péché d’orgueil, Napoléon allait le payer cher! Tayllerand, furieux de sa mise à l’écart de son Ministère trahit son Empereur et conseilla en catimini au Tsar de refuser les propositions de Bonaparte. Il lui tint ce langage: "Le Rhin, les Alpes et les Pyrénées sont des conquêtes de la France, le reste sont des conquêtes de l’Empereur et la France n’y tiens pas vraiment".

Fort de cette confidence venant d’un des plus haut ex ministres de la France le Tsar resta sur la réserve et ne s’engagea en fait en RIEN, ce fut en fait lui qui précipita l’Empire et Napoléon à terre.

Napoléon reparti pour Paris et leva une armée de 150 000 Hommes, des français, mais aussi des italiens et des polonais.
Le fidèle Soult reprends Burgos puis file sur Madrid, Il faut bien comprendre que l’Espagne était particulièrement croyante et ce sont en fait des prêtres fanatiques qui ont organisé et entraîné la population espagnole à la résistance contre ce diable de Napoléon. "C’est un fils de la révolution, il a le sang des prêtres sur les mains" et ils n’en veulent pas pour Empereur évidemment. Ce Napoléon de malheur va voir, on ne va pas se laisser faire!

Les français assiègent Saragosse mais la résistance est terrible, les moines galvanisent la population contre Bonaparte l’Antéchrist, on se bat partout.
On se défends rue par rue, maison par maison, ce n’est déjà plus une guerre comme on les faisaient à l’époque, mais les prémices des guerres modernes ou le terrorisme est le fils naturel du vaincu et où chaque instant peut être mortel .

En pleine reconquête on prévient l’Empereur que de drôles de choses se préparent à Paris. Taillerand et Fouché intriguent pour renverser l’Empereur au cas ou il échouerait en Espagne. Pire, en Autriche on se prépare à rentrer à nouveau en guerre.

Alors Napoléon laisse à son frère sa meilleure armée en Espagne et file réduire les traîtres en Autriche. L’Autriche envahi la Bavière. Au Tyrol la révolte fut terrible leur chef fut capturé et exécuté, Mais voici que la révolte gronde aussi en Allemagne, le roi Jérôme, un frère de Napoléon, était un piètre stratège et il était incapable de tenir son rang en Westphalie. Napoléon, furieux, décide la guerre totale et s’empare de Vienne, enfonce les autrichiens à Wagram dans une boucherie mutuelle inimaginable.

Napoléon est de nouveau victorieux des autrichiens . Il échappe à un attentat puis s’occupe du Pape qui continue toujours de lui refuser alliance et assistance pour la France, en 48 heures il est enlevé et on hisse le drapeau tricolore sur Rome!

Comme vous le lisez pour les plus courageux, vous voyez on s’occupait grave en ce temps là, on ne faisait pas brûler de bus pour se distraire! Chaque époque est soit grande soit lamentable, tout dépends de QUI tiens les rènes...

On essaie d’excommunier ces vilains Français (ultime chantage de l’église face à plus fort qu’elle) mais Napoléon n’en a cure, il fait capturer le Pape et ses cardinaux irréductibles puis il les envoient à Florence, ensuite à Grenoble. Mais il est très malade et vieux ce pauvre pape complètement dépassé par la tornade napoléonienne, alors on le ramène en Italie à Savone, au cas où il décéderait pour éviter le scandale de sa mort en déportation.

Napoléon ne se rendait pas compte des réactions du petit peuple de France de savoir que leur Pape était emprisonné par leur Empereur... Excommunié plus ou moins. C'etaiot un homme du 19eme siecle dirigeant un peuple du 18 ème...

Lorsque Napoléon rentre à Paris, il a pris une décision douloureuse, il SAIT qu’il n’est pas stérile car il a déjà fait quelques bâtards par çi par là... Mais il n’a toujours pas d’héritier car Joséphine est stérile. Donc il décide de divorcer. Joséphine s’évanouira en apprenant la décision de son époux. Un vice de forme fut vite trouvé à ce mariage. Le divorce fut imposé. La loi du plus fort est TOUJOURS la meilleure, la réalité n’est que cela, même si parfois le fort paye justement au prix fort, demandez à Mr Bush!

A présent il faut trouver une nouvelle épouse pour un héritier pour l’Empire. Le Tsar refuse plus ou moins sa sœur cadette, il n’a pas digéré les multiples défaites que lui a fait subir Napoléon, mais c’est la fille de l’Empereur d’Autriche qui lui, accepta cette proposition y voyant grand intérêt pour sauver ce qui lui reste d’Empire.

Marie Louise allait donc devenir Impératrice de France. On ne lui demande pas son avis. Nous étions en 1810. Si la télévision avait existé, une telle avalanche de nouvelles aurait occupé 24 heures sur 24 plus de 5 chaînes de télévision!

On est loin de la vie morne et paisible des années 2000 ponctuées par des simulacres de guerre propres, d’intervention dites chirurgicales et de révoltes d’empoisonneurs des cités derangés dans leur petits trafics par un petit prétendant à la Présidence d’une République, acceptant pour prouver ses compétences les tâches les plus difficiles mais sans aucun panache pour son avenir.

Les temps changent, les espérances aussi. Voilà ce que c’ est que de devenir petit quand on a été grand.

En 1810 tout est rétabli pour l’Empire, l’Angleterre est ruinée par toutes ces guerres perdues contre Napoléon, elle est en pleine crise économique.
Le blocus continental décidé par Napoléon commençait à faire son effet, La hollande fut intégrée dans l’Empire,car pour éviter la misère le roi de Hollande livrait en douce les Anglais. Napoléon avait envoyé une armée de douaniers pour stopper ce trafic et en profita pour destituer le roi. Ce roi s’appelait... Louis et c’était un frère de Napoléon, mis en place par lui, le père de Napoléon III.

Aussi, plus tard, Napoléon dira: "Ah la famille! J’aurais voulu naître bâtard!"

Louis s’enfuit aussi loin qu’il le put.
C’est alors qu’on appris une heureuse nouvelle, la nouvelle Impératrice attendait un heureux événement!

C’est le 20 mars 1811 qu’on tira 100 coups de canon dans Paris pour fêter la naissance de l’Aiglon.

L’Empire de Napoléon est démesuré pour l’époque, 130 départements! Il y avait environ 160 millions d’habitants en Europe dont 44 millions dans l’Empire!

Napoléon voulait créer une Europe fédérale avec un seul code civil, Le SIEN!

Ce récit étant juste un résumé succin de notre épopée nous ayant apporté Napoléon III je ne vais pas vous infliger plus de détails sur la vie du premier Napoléon, sachez juste si vous le découvrez que rien ne s’est fait avec facilité, la guerre fut partout, les intrigues partout, les jalousies partout et la traîtrise partout aussi.
A plus...

-démi°°°° - 731109lui écrire blog Publié le 09/11/2006 à 10:42 supprimer cette contribution

une bonne tranche de lire...
merci domi
domi - 417343lui écrire blog Publié le 09/11/2006 à 11:45 supprimer cette contribution
domi - 417343lui écrire blog Publié le 10/11/2006 à 09:47 supprimer cette contribution
Pour ce pov Corlow qui broie du noir en me lisant, j'vais essayer de m'appliquer un peu mais juste un peu. Pasque l'Histoire avant Napoleon III bof, pour moi c'est de la préhistoire, AUCUN intérêt mais bon, faut en savoir un minimum Ce que l'E.N n'est pas fichu de faire correctement EVIDEMENT

T'énerve pas Corlow, ça va passer

Le blocus de L’Angleterre eu aussi des répercussions pour le Continent, car l’Angleterre est un pays très pauvre naturellement. Ne pouvant plus se ravitailler en Europe à cause de Napoléon, elle essaya de le faire en Amérique, au Canada surtout et aussi bien plus loin... Elle délaissa la plupart de nos ports, ceci bien après la chute de l’Empire.
Certains ports ne s’en remirent Jamais.

La campagne de Russie, Napoléon ne la voulait pas, il savait ce pays immense, fuyant et difficile d’accès, Glacial l’hiver et quasiment sans routes ni ponts. Le Tsar n'avait fait construire aucune infrastructure pour son peuple, se contentant d'un réseau routier très moyen 100 Km autour de Moscou. et de quelques maivaises routes entre les grandes villes de son Empire immobile du côté de l'Europe il avait bien assez à faire du côte des ces rastacouères Turcs contre lesquels il guerroyait sans cesse pour défendre son empire face à l'Empire Turc.

L'un de ses successeurs prenant conscience de l'incurie de ses prédecesseurs fila en France emprunter de l'argent pour moderniser son pays y coinstruire des ponts des chemins de fer et tout ce qui faiut la modernité d'une Nation, mais il le fit bien trop tard.

L'argent ne sera JAMAIS remboursé et le Tsar sera assassiné ainsi que toutes sa famille par pire que lui. Ce peuple perdu puisque parricide vivra dans la misère et l'oppression plus de 75 années ployant sous une dictature de la pire espèce:

La dictature fasciste rouge.

Mais pour l'instant le peuple russe n'en est pas là. Son Tsar n'aime pas Napoléon, il a signé des accords avec lui forcé et contraint et le Tsar, malgré ses accords avec l’Empire de France commerçait avec les anglais en douce.

De plus, le Tsar surtaxait les produits Français entrant sur son territoire. Napoléon était très irrité de la mauvaise foi du Slave! De chaque côté, on se préparait encore à la guerre, une guerre terrible.

Le Tsar soudoya même Bernadote, lui faisant entrevoir la possession de nouveaux territoires puis le Tsar signa un traité avec la Turquie histoire d'avoir la paix pour pouvoir se lancer dans une guerre sans merci contre Napoléon.

Là, Napoléon n'a pas fait fort, c'est LUI qui aurait dû passer des accords avec la Turquie, moi à sa place c'est ce que j'aurais fait et le Tasar pris entre deux armées aussi puissantes son compte était bon! l'Europe faite.

Les Anglais, toujours eux, financèrent avec le peu d’argent qui leur restait cette nouvelle coalition contre Napoléon. C’était cela ou abdiquer car ils étaient quasiment ruinés.

Napoléon avait construit Empire, il put donc lever 200 000 soldats Français et 400.000 soldats de tous pays constituant l’Empire. Soit en tout plus de 600.000 hommes contre les 250.000 du Tsar en plus pas très bien équipés.

C’est le Tsar qui ouvre les hostilités en sommant Napoléon de se retirer de Prusse et de Poméranie (suède)
Napoléon releva le défit et partit en campagne, il prépara sa bataille avec soin comem toujours mais rien ne se passa comme prévu.

Les troupes face à Napoléon refusaient l’engagement, reculant partout, abandonnant villes et villages au fur et à mesure de l’avancée de la grande armée. C’était la stratégie d’un certain Barclay de Toly, un descendant d’écossais, mais cela ne plaisait pas au peuple Russe de voir son armée reculer ainsi. Alors on nomma un vieux Russe de 77 ans! Un certain Koutousof vieux Général aux états de service brillants contre les Turcs.

Il décida de stopper Napoléon dans la plaine située juste contre la Moskova, un grand fleuve. Le choc fut terrible et de part et d’autres ce fut encore des milliers de morts Koutousof s’enfuit à Borodino mais se déclara néanmoins vainqueur.
En tout cas, la route pour Moscou était à présent libre...

Napoléon arrive aux portes de Moscou et... S’y installe! PERSONNE dans la ville, personne dans les maisons à l’entour.
Dans la nuit, on le réveille, Moscou brûle! On trouve quelques incendiaires qu’on fusille, mais plus une seule pompe dans la ville! Rosopchine, le gouverneur de Moscou les a fait enlever, et voici que le vent se lève et Moscou qui s’embrase... Les Français sont obligés de s’enfuir de la ville et assistent impuissants à la destruction de cette superbe capitale, le feu dura 4 jours! Puis, Napoléon et son armée rentrèrent à nouveau dans la ville. Le Kremlin était miraculeusement intact du fait de son isolement au centre d’une très grande place. il s’y installa.

Il proposa au Tsar qui s’était enfuit à St Petersbourg (ex Stalingrad )un accord, afin d’en terminer au plus vite, mais le Tsar ne répondit rien. Pas plus que Koutousof.

Alors, poursuivre l'armée Russe jusqu’à St Petersbourg situé a des milliers de kilomètres était folie en plein hiver. Les trains n'existaient pas encore.
Au lieu de se replier très vite sur la Pologne pour y prendre ses quartiers d’hiver quitte à repartir l’été suivant, il commit sa deuxième erreur... Attendre.

Le froid arriva et là-bas, le froid c’est moins 20 moins 30, parfois pire, cela ne fait pas semblant c'est un climat continental, pas atlantique et il se décida à rentrer, ayant déjà d’énormes problèmes de ravitaillement en nouriture fraîche.

Nourir 600.000 Hommes ce n'est pas nourir une petite armée de 20.000 Hommes comme on en avait à cette époque.

Je vous rappelle qu'aujourd'hui(2006) la France possède environ 18.000 militaires en opération permanentes dispersés sur la planète et que nous n'avons même pas assez de militaires restant en France pour penser à organiser un service civique encadré afin de digérer nos trublions et les insérer de gré ou de foirce dans la société civile par un VRAI travail utile à la nation. Nous n'en avons pas les moyens car l'argent manque.

C'est dire l'effort de guerre à cette époque toutes proportions gardées.

Je ne vous raconterai pas en détail la débâcle catastrophique découlant de ce repli imposé par la nature, sachez que sur 600.000 hommes, Napoléon en perdit environ 400.000, morts de froid, de faim et tués par les charges incessantes des cosaques frappant comme l’éclair puis s’enfuyant au loin pour revenir quelques heures après, ceci jour et nuit et sans relâche afin d'epuiser les hommes marchant 40Km par jour dans la neige sous la pluis ou par des vents glaciaux.
les ponts détruits par les russes afin d'empêcher l'armée de se replier rapidement

Les sapeurs de l'armée française plongèrent dans la bérézina un eau à 3° au dessus de zero et montèrent des piles de pont nus dans l'eau jusqu"au cou se relayant pour ne pas mourir et l'armée passa quand même.

Le courage des hommes, de tous les hommes face à la mort est infini. Leur sacrifice est surprenant. Beaucoup se noyèrent, Hommes de troupe comme officiers mais c'est une autre histoire sans intérêt ici, car pas le but de ce réçit, survolant vite fait cette tranche de la vie de nos ancêtres.

Les cosaques tels des guèpes en colère car dérangés ou se sentant menacés dans leur intégrité, attaquent farouchement à l'arrière de la troupe. On en est réduit à les tirer au canon avec les quelques boulets et le reste de la poudre encore sèche pour les disperser. C’est une armée en haillons, affamée et vêtue de tout ce qu’ils avaient trouvés à Moscou pour se protéger du froid qui arrive en Pologne puis à Paris. Le tout à pied pour la plupart.

La réalité de ce que sont les hommes:

Je vous lis parfois en souriant lorsque vous vous traitez de fascites, de collabos etc. Mais c'est de la nature humaine dont vous vous moquez! Jugez plutôt:

A l’arrivée à Paris, bien des choses changèrent, Murat pourtant jadis fidèle mais très mécontent du despotisme de l’Empereur repartit pour son nouveau royaume de Naple avec le reste de ses bataillons, Le Genéral York lui, change de camps, de même que les Autrichiens...

Et voilà le Tsar occupant encore Varsovie!

La suite fut le début de la fin, les un après les autres tous les pays de l'Empire retournèrent leur veste (un peu comme les Italiens au soir de la deuxième guerre mondiale avec Hitler qui pourtant n’hesitera pas à aller libérer son pote Mussolini pour l’arracher à ses geôliers) et c’est seul avec juste 100 000 hommes que Napoléon dû se rendre à l’évidence: "Voici 1 an, toute l’Europe était avec nous et a présent que nous sommes blessés, tous sont contre nous!"

Murat finit par trahir, espérant conserver son trône qu’il ne garda d’ailleurs pas bien longtemps, c’est l’hallali, de toutes parts on attaque la France.

Napoléon, malgré a présent une armée mal équipée, des soldats bien trop jeunes et inexpérimentés se bat comme un Lion et vends chèrement sa peau, il défait les Prussiens à Château Thierry puis il fonce sur les Autrichiens et les bat à Mormant puis à Montereau, mais à Paris c’est l’affolement, on se sauve et la population a peur!

Napoléon doit abdiquer face à l’ensemble de l’Europe coalisée contre lui. Il signe son abdication, fait ses adieux et part pour l’exil à l'ile d'Elbe.

Comme toujours, le peuple est souvent versatile et c’est sous les quolibets et aux cris de "A bas l’empereur" qu’il traverse Avignon, pareil à Arles, à Aix, etc.

Malheur aux vaincus, ainsi sont les hommes il n’y a AUCUNE exception. JAMAIS!

Les royaumes d’Europe respirent, ils n’ont nullement l’intention de laisser la France retourner à sa République bananière violente et ils imposent pour la gouverner, un Roi: Louis 18

Louis 18 après 23 années d’exil va tenter de revenir en France, il vivait en Angleterre et apprends la nouvelle. Le "Comte de Lille" comme on l’appelait alors, était un homme Intelligent , il était Obèse et hélas avait des crises de Goûte très douloureuses.

A l’époque on ne savait pas soigner le diabète. Il n’était pas vraiment emballé de retrouver ce peuple sanguinaire, mais il ne pouvait se dérober, donc il arriva à Paris sous les ovations du peuple un peu perdu par ces années de guerre, de violence et pour quels résultats... La fille de Louis 16 qui l’accompagnait était tellement effrayée par ce peuple qui avait tranché la tête de son père et de sa mère qu’elle s’évanouit en apercevant les gardes devant les Tuileries.

La France ne s’en tira pas trop mal, ses frontières ne furent pas trop réduites, les autre pays étant tellement soulagés de ne plus avoir ce Napoléon près à les asservir au bénéfice d’une Europe faite à sa main qu’ils nous laissent même les tableaux et œuvres d’art et ne demandent quasiment aucun dommage de guerre d'importance!
Le Roi est soulagé et se met au travail et quel travail! Le peuple est fatigué, l’économie anéantie et tout est à reconstruire en France.

Il était très malin et sut préparer la France à revivre sous une monarchie constitutionnelle ne disant pas son nom.

Il proposa une charte qui "effaçait" les 19 ans de Révolution, de République et d’Empire.
Les caisses del’Etat étaient plus que vides et l’arrêt du blocus continental s’il permit la reprise des activités portuaires permirent l’importation de tas de choses venues d’Angleterre, ce qui causa des faillites de bien des manufactures Françaises. (héhéhé devinez... Quand on vous le dit que l’importation est un cancer absolu, vous ne le croyez pas hein? Ben c’est pas nouveau pourtant) Echanger oui, se laisser piller ou se vendre au plus offrant est un cancer absolu. L'importation est une drogue dure qui permet de se croire riche et qui ruine les peuples de retrouvant alors sans VRAI travail, nous y reviendons plus tard.

Demandez aux pauvres ouvriers de Moulinex ou aux couturières de "Aubade" de "Bata" ce qu’ils en pensent!)

Bon, il essaie de remettre de l’ordre, mais voici que les "émigrés" refilent la panique, ils ont étés expropriés par les révolutionnaires et réclament leurs biens au Roi, de plus, dans l’armée ça ne va pas non plus et on fait appel à Soult pour que le calme revienne.

Malgré tout, ce Roi fit bien des maladresses malgré sa malice et son intelligence, les rancœurs sont partout, on critique les révolutionnaires, on critique les processions religieuses, on fustige le curé qui refuse sa bénédiction lors de l’enterrement d’une actrice considérée par l’église toujours comme Hérétique et donc excommuniée de fait.

Diverses cabales courent sur le Roi, sur l’Empereur, sur tout en fait. Le climat est détestable, l’économie ne redémarre pas et la disette est souvent présente, on intrigue et il faut dire que ce Tayllerand en homme d’intelligence rare, réussit à retourner certains alliés de la coalition pour soutenir la France, il jubile à ce sujet dans une lettre qu’il envoie à Louis 18, mais c’est alors qu’on apprend que Napoléon vient de s‘enfuir de son Ile d’Elbe et qu’il arrive à Paris!

C’est là m’sieudames qu’on peut constater la couardise et l’opportunisme des êtres Humains.

En pas même 7 jours, la panique était partout, même à Vienne. Napoléon, arrivé à l’île d’Elbe ne s’y morfondait pas, il y était avec près de 1200 hommes de sa "vieille garde" comme l’on disait à l’époque et il fit construire des ponts, des routes puis aménager le port.

Je ne vous dirai pas avec quel argent, je l’ignore, mais c’est pourtant ce qu’il fit.

Cependant, il était très malheureux car sa Marie Louise ne l’avait pas suivit en exil. Ce que Napoléon ignorait, c’est que pendant qu’il assiégeait des citadelles pour construire son Europe, Marie Louise, loin d’être une citadelle imprenable se laissait trousser avec vigueur par le comte de Niepperg! Et pas que par lui, on a beau être Reine on en est pas moins femme.
Les absents ont TOUJOURS tors.

C’est que voyez-vous les femmes sont comme nous, tendres (sauf Tsip) mais aussi légères, (j'en ai eu quelques preuves. ) D’ailleurs, le Napoléon III dont je vais enfin très bientôt vous conter l’histoire avant de disparaître dans une indifférence générale pleurer avait une Maman, la Reine Hortense mariée avec le frère de Napoleon, il s’appelait Louis et si ce Louis était bien le père de Napoléon III, son frère caché ne fut que le fruit des amours adultérines de la Reine Hortense qui se laissa trousser par un séducteur à l’œil coquin qui lui ouvrit enfin les portes de la félicité. Ben oui, on a beau être Reine on en est pas moins femme.

Domi tu râbâche un peu

De plus notre pauvre Napoléon Bonaparte, il était un peu fauché car Louis 18 ne lui payait pas la pension pourtant promise par le Tsar en son nom! Car il préférait payer les dommages de guerre aux vainqueurs afin de les voir déguerpir au plus vite de son royaume retrouvé. De plus, son frère lui écrit en lui demandant de se méfier car on veut l’assassiner!

Alors à la première occasion, il faussa compagnie à Campbel l'anglais de service chargé de le garder en captivité sur l'île.

Il rentra en France où environ 50% de la population le haïssait, mais 50% l’idolâtrait.
Lorsqu’il arriva à Paris, Louis 18 venait de s’enfuir, le vieux roi bourgeois n’avait pas du tout envie de finir comme Louis 16.

A peine arrivé, il se réinstalla aussitôt aux Tuileries et constitua son nouveau Gouvernement.
Ce que tous les autres pays ne pouvaient accepter évidemment et la guerre, encore la guerre, repris de plus belle.

Il perdit à Waterloo et rentra en catastrophe à Paris pour organiser sa défense avec courage, mais un certain Fouchet l’en dissuada et il abdiqua.

Il était abattu, sans force, amer et fatigué. Carnot lui proposa d’aller en Amérique, qu’il y serait fort bien reçu (A l’époque souvenez-vous que les américains venaient de mettre dehors les Anglais en prenant leur indépendance et que Lafayette était passé par là...)

Mais Fouché, complètement affolé, voyait déjà Napoléon filer en Louisiane pour la reconquérir en se faisant élire gouverneur alors qu'il l'avait vendue aux Américains, renverser le Président des Etats unis d'Amérique et débarquer en France avec une armée de 1 million d'amerlok pour courir faire l'Europe après avoir fait les Etats unis à sa manière.

Donc il le faisait surveiller et il ne put s’échapper et fut remis aux Anglais sous bonne garde qui l’envoyèrent finir sa vie dans une île minable d’où l’on ne peut s’évader car TRÈS loin. Ste Hélène.
Il y mourra, probablement empoisonné à l'arsenic par un proche bien obligé de vivre avec lui et désireux de rentrer au plus vite en France. Mais ceci est sans réelle importance.
L’empire et son Empereur n’était plus.

La suite si j'ai le temps, la semaine prochaîne

Au menu: Le retour de LOUIS 18 et les punitions des opportinustes puis l'arrivée de charles 10 l'égaré qui nous a inventé l'algérie Française qu'on se traîne encore comme un boulet 200 ans après Puis en vitesse Louis Phillipe le gentil et ENFIN on va passer aux choses sérieuses: NAPOLEON III
Nous serons fin novembre et si tout va bien le 15 décembre... 2006 une année détestable comme sa musique car sans peps.

Heureusement qu'il y a Arielle Dombasle qui reprends des chansons super chouettes américaines des années 55/60 pasque le reste
domi - 417343lui écrire blog Publié le 14/11/2006 à 09:57 supprimer cette contribution
Napoléon Parti, qui voyons nous revenir? Ben ce pauvre Louis 18 évidemment!

Il essayait VRAIMENT de gouverner au centre, s’aidant de Fouché et de bien d’autres, ex Ministres de Napoléon. Son retour à Paris ne se passa pas trop mal, il fut même acclamé car les guerres incessantes de Napoléon et le désarroi qui suivit la bataille perdue de Waterloo était immense. Tant de sacrifices pour rien... Ou Presque.

Mais ce n’était pas tout! Comme je vous l’ai expliqué tout au début de ce récit, la France est un pays riche, TRÈS riche et en pas même 3 mois après la défaite, plus de 1. 200.000 étrangers s’installèrent en France dont près de 60% des militaires occupants qu’il fallait nourrir et respecter!
Un certain Blusher, Commandant des armées Prussienne fut particulièrement implacable et désagréable, il voulait même faire sauter le pont de Iéna !

Aussi,le roi menaça de s’y rendre et de sauter avec! Le Tsar et l’anglais Wellington demanda au prussien de stopper le sabordage du Pont, mais bientôt on les vit arriver au Louvre et se servir puis rafler toutes les œuvres d’art rapportées des guerres Révolutionnaires et Impériales.

Au sud de la France, la haine entre les royalistes et les bonapartistes était terrible, on se battait partout, on s’assassinait en silence et la situation était très préoccupante. Les généraux envoyés pour remettre de l’ordre de çi de là furent attaqués par des factions troubles et exécutés parfois.

Pour calmer le peuple, on décide de punir les responsables du retour de Napoléon. On règle des comptes et encore par le sang qui coule.

Un certain noble, Charles de la Bedoyère paya de sa vie son ralliement à Bonaparte, il fut fusillé. La Valette (un Comte) à lui eu plus de chance! Étant marié à Emilie de Beauharnais, la nièce de Joséphine, il fut emprisonné à la conciergerie, sa femme lui prêta ses robes et ses habits et le voilà s’enfuyant dans la chaise à porteur de sa femme! Il fila en Belgique pour sauver sa peau.

Le roi ne désirait pas tout cela, il trouvait que tout ce sang versé c’était trop, beaucoup trop. Pourtant la purge continua et même le MARÉCHAL Ney y passa, il fut fusillé, ainsi que Mouton Duvernet, puis on essaya tant bien que mal de redémarrer le pays et son économie.

Mais ce ne fut pas facile, les uns tirant à droite, d’autres à gauche et le peuple indécis au milieu. C’est en 1816 que l’on vit arriver pour la première fois un bateau à vapeur (L’Élise) Il venait d’Angleterre Et tous de s’extasier sur ce navire capable de voguer contre le vent avec une régularité surprenante. C’était un bateau à aubes. Mais de mauvaises condition climatiques ruinèrent tous les efforts du roi et voici la disette arrivant en France, les loyers grimpaient comme jamais auparavant,(ça ne vous rappelle rien?)Comme il n'y avait pas encore la radio ni la télévision, les hommes s'occupaient comme ils pouvaient et les femmes se retrouvaient enceintes et ne pouvant élever leurs enfants, elles les abandonnaient sous les porches des églises.

La misère était totale, la mort était omniprésente car la médecine ne possédait pas encore de quoi vraiment soigner. Cependant, ce Roi fit vraiment tout ce qu’il put pour le peuple de France, puis, diabétique, très malade et ses deux jambes prises de gangrène il mourut dans son lit en exercice de son règne le 16 septembre 1824.

Charles 10 arrive, sur de lui et de ses convictions, il n’allait pas tarder à déchanter... Ce personnage était à contre temps et plutôt mystique, religieux et persuadé que son rang était d’essence divine et non conséquence de la violence sanguinaire de ses ancêtres.

C’est peu à peu que les monarques se sont mis à croire et penser qu’il étaient chargés par un Dieu inventé de prendre soin de leurs sujets, il est étrange que ce travers lié à la civilisation ait décidé de la fin de leur règne.

Les hommes modernes ne se laissent pas gouverner par de tels personnages, de tels sentiments, cela ne fonctionne que dans les histoires pour les enfants et ça fini souvent par: "Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants"... Oubliant un peu vite que pour un seul trône 5 enfants feraient 4 jaloux! Mais c’est ainsi, les hommes aiment parfois à se voir tels qu’ils ne seront JAMAIS.

Dès le début de son règne Charles 10 sera rejeté par tous les républicains qui voyaient en l’église de Rome et surtout ses prêtres un retour de ce clergé dont ils se méfiaient depuis toujours, les ors de l’église leur semblaient insolents face à la misère du peuple et rien que pour cela, Charles X, très vite va se trouver bien isolé de son peuple qu’il ne comprenait absolument pas.

Dans les bistrots de la capitale on parlait et l’on disait: Mort aux jésuites! Ce que l’armée reprendra un jour où le Roi les passait en revue, c’était la garde nationale. Il décide de la dissoudre aussitôt.

Les militaires sont très vexés, ils rentreront chez eux, mais avec leurs fusils et des munitions, attendant un moment propice.
En effet, la France à changé, les hommes n’ont plus le respect de la noblesse pas plus que des princes de sang, ce que le roi n’a pas compris, ils respectent les chefs de guerre mais plus les chefs héritiers du berceau même si quelques nostalgies font encore illusion pour un soleil perdu.

Faute d’avoir pris la mesure de cette évolution, il va très vite de retrouver avec bien des problèmes sur le dos.

Tandis qu’il envoyait une armée se battre contre les turcs et les Égyptiens pour libérer la Grèce envahie depuis des décennies par les arabes, malgré une victoire totale contre cette armée Turco-Egyptienne, le roi n’en retira aucun bénéfice pour son règne. C’est à cette époque que l’économie devint digne d’intérêt autre que pour les dirigeants.

Un certain St Simon écrivit un bouquin qui devait préfigurer ce qu’allait être l’idée même du communisme: L’Etat propriétaire et les ouvriers au service de l’Etat et enfin bien traités et respectés. Une vision idyllique d’une société qui évidemment, n’existera jamais. Partout où elle fut tentée par des peuples utopistes, la misère la plus noire s'abattra sur eux.

La France versait dans un romantisme socialiste car elle avait tant donné de son sang et pour RIEN en fait. Elle ne croyait plus trop à l’effort, à la guerre et rêvait d’autres chose. Cette mélancolie qui n’ose dire son nom fut la compagne de bien des esprits novateurs semblables à Chateaubriand, un ennui face à l’existence.

Lamartine méditait et chacun se complaisait à le lire, Victor Hugo en ajoutait des tonnes, vautrant sa plume agile dans la misère, ne voyant que le côté obscur sans jamais regarder la lumière. Il fut l’un des seuls à très bien en vivre, milliardaire au seuil de sa mort d’ailleurs.
Nous y reviendrons.

Ces auteurs ont conditionnés bien des esprits un peu perdus par tant d’agitation pour rien et c’est ainsi que ses écrits en faveur du libéralisme à tout prix eurent du succès.

Ce fut une période courte mais à la production intense. Charles 10 ne comprenait rien à tout cela, ce n’était pas un intellectuel contemplatif, juste un Roi accablé par des tonnes de problèmes assez graves.
Pourtant, un musicien de génie essaie lui, de sortir du lot: Berlioz. Hélas comme bien des gens, il ne sera reconnu que bien après sa mort.
Le roi fut très vite critiqué par les députés, mais il résista avec vigueur.

A suivre, prochain épisode:
La conquète de l'Algérie. Ca va saigner... Encore
domi - 417343lui écrire blog Publié le 16/11/2006 à 14:46 supprimer cette contribution
La conquête de l’Algérie

Comme vous ne le savez certainement pas, elle ne fut que la conséquence... D’un chasse mouche!

A cette époque l’Algérie était gérée de TRÈS loin par les Turcs. Les Algériens vivant principalement de l’élevage de leur moutons dans l’arrière pays et de la piraterie en méditerranée. Très peu de paysans et de cultures.
Figurez-vous que le Directoire n’ayant pas payé deux commerçants algériens, ceux ci n’ont pu payer les taxes des roitelets algériens dans une affaire de simple commerce.

On l’appelait le DEY Hussein. Je ne pense pas que c’était l’arrière grand père de Saddam, ni du roi de Jordanie. Or, ne se voyant pas payé malgré ses réclamations répétées, il ne pouvait ni acheter ses loukoums ni surtout acheter la belle Yasmina sur qui il louchait jour et nuit!

Un jour il fait venir le consul Duval et pan, il lui refile un coup de chasse mouches.
On demande au Dey de faire des excuses mais comme il n’a toujours pas pu acheter la belle Yasmina, il refuse et exige d’être payé!

Alors on envoi un Monsieur de La Brétinière pour essayer de racommoder les choses
Yasmina entre temps a été achetée par un de ces parvenus d’Alger et le Dey est furieux, non seulement il refuse de le recevoir mais quand La Brétinière repart, c’est sous une bordée de boulets de canon qu’il voit la côte s’éloigner...

Alors là on est vexé et le 31 janvier on envoi une expédition vers Alger pour botter les fesses au Dey! Ils ont surtout l’ordre de zigouiller complètement tous les nids de corsaires qui vivent de rapine d ’enlèvements des voyageurs dans la méditerranée puis qui envoient leurs prisonniers aux "barbaresques" en attendant de percevoir la rançon! Tous ceux qui ont vu de Funès aux barbaresques savent que c'est un sor peu enviable pour un pauvre européen

Bien sur et comme d’habitude, les rouges râlent que c’est pas bien, que c’est risqué, dangereux d'aller faire la guerre là bas.
Alors qu’on allait partir, voilà les Anglais qui vienent râler car ils voient très mal notre pays venir s’implanter si près de Gibraltar et on répond à l’ambassadeur:

"Mais sachez monsieur que la France se fout de l’Angleterre."

On arrive dans la rade d’Alger, on débarque loin du port sur les côtés qui ne sont pas ou peu fortifiées et on attaque la ville par derrière, là où elle n’est quasiment pas défendue. Les Algériens se défendent avec courage mais n’ont pas les canons des Français... Ils résisteront 5 jours sous une pluie de mitraille et finiront par se rendre.

Le Dey sera autorisé à prendre la poudre d’escampette et on hisse le drapeau Français sur la Casbah. Nous alions pourvoirt nous régaler des loukoun et de moutons rôtis pas cher.

L’aventure de l’Algérie française pouvait commencer.

Mais alors, qu’est ce qu’on est allé faire dans cette galère? Moi j’aurais tout raflé, joué avec les mousmés 8 jours histoire de les éduquer à la vie moderne, puis je serais reparti dans notre si beau pays si mal géré! Ça nous aurait coûté 100 fois moins!
Il n'y avait RIEN en Algérie, absolument RIEN!

Parfois ces Français sont vraiment masochistes.


Cependant il faut savoir que le Dey gérait les pirates et leurs rapines lui rapportaient beaucoup puisqu’on a ramené un butin equivalent à je crois 48 millions de francs de l'époque!

Il aurait donc pu acheter plus de 1000 Yasmina s’il l’avait voulu! Voilaà ce que c'est que d'être un peu radin!

Pour environ 400 morts Français et 1900 blessés, le jeu en valait la chandelle.
Charles 10 est tout heureux.
Mais au lieu de se réjouir, la population n’applaudit pas vraiment. Pire, la chambre des députés renâcle et n’obéit pas.

Le roi la dissous et provoque des élections. Le résultat est catastrophique pour le roi, (il n’y a pas que Mr Chirac qui n’est pas chanceux. )

Le roi devant ce désastre décida de gouverner par ordonnance... (héhé) Il supprime la liberté de la presse (surtout le canard déchaîné) Il dissout la chambre qui venait d’être élue, puis il modifie le système électoral. Deux jours après, panique partout, on construit ENCORE des barricades, on hurle on ressors le drapeau tricolore dans Paris et quelques jours après, voici notre Charles 10 qui décampe des Tuileries pour fuir vers l’Angleterre... Il monta à bord du "Great Britain" et partit pur toujours.

Nous voilà sans roi et sans couronne, mais bien vite un roi de remplacement fut trouvé: Le duc d’Orléans. Il promit de respecter la Charte et le voilà roi! Ce fut Louis Phillipe, vous savez bien, le chef de sa police fut Vidocq et il en eu du fil à retordre avec Arsène Lupin, le voleur de Bourgeois au grand cœur!

La France est très peuplée pour l’époque: 32 millions d’habitants. Les pertes des guerres napoléoniennes sont bien comme l’avait prédit Napoléon, effacées, comblées et tous de chercher un travail rare, mal payé et se vautrant dans une misère invraisemblable.

L’immense armée de Napoléon ayant à présent accouché de dizaines de milliers d’hommes sans travail, incapables de s’insérer ou déjà trop vieux et vivant de pensions misérables que ce pauvre Louis Phillipe a bien du mal à faire payer vu l’Etat des finances de la France.

Nous étions en 1830, déjà!

Louis Phillipe était un monarque moderne, rien à voir avec Charkes 10
Il descendait pourtant de la famille d’Henri 4. Ce fut pour une fois aussi un bon mari et un gentil père de famille.
Il se baladait insouciant et bon enfant dans les rues de sa Capitale, on pouvait l’aborder plutôt facilement et même lui serrer la main. Au Tuilleries, il recevait les bourgeois en mal de reconnaissance, sachant flatter les vanités bien humaines.

Le Roi devenait enfin Roi des français , plus de Navarre, un seul peuple uni autour de son roi.
La religion, très mise à mal par la révolution n’était plus une religion d’Etat mais juste la religion de la majorité du pays.
Les Censures furent abolies (ce qui, lorsque l’on connaît les hommes, est une grave erreur d’après votre narrateur.

La suite va vous le prouver très vite!)

Louis Phillipe pensait pouvoir gouverner enfin et pour le bien de son peuple, bien qu’élu par juste 90 000 grands électeurs ayant choisis une poignée de députés... Face à plus de 32 millions d’habitants, sa majorité était donc toute relative.

A droite ça râlait comme pas possible, jamais contents. Les bonapartistes déçus que Napoléon II ne fut pas appelé pour restaurer l’Empire râlaient eux aussi contre ce roi pourtant fort démocrate et souhaitant bien faire.
Mais tout ceci n’était pas vraiment grave, par contre les républicains eux, étaient furieux d’avoir été bernés par le duc d’Orléans avec qui ils s’étaient un temps alliés et qui les avaient roulés dans la farine comme on le fait avec les benêts.

A leur tête se trouvaient de jeunes hommes aux dents si longues qu’elle traînaient par terre! Leurs nom?
Raspail Cavaignac, Carrel Marrast qui déjà galvanisaient leurs troupes dans les faubourgs, distillant leur haine de cette monarchie ayant confisqué le droit de refiler la panique chaque jour à l’assemblée au nom de l’égalité la fraternité et de la liberté de vivre la misère!
La suite allait être pitoyable.
A suivre bientôt, je ne vous dirai pas le menu, na!
Corrigez mles fautes en ce moment j'ai vraiment pas le temps.
domi - 417343lui écrire blog Publié le 17/11/2006 à 12:29 supprimer cette contribution
La suite...
Il faut dire aussi que la chute de Charles 10 eut des conséquences grave sur la vie civile des français.
On exigeait des jugements et les ex ministres fuient la France, aidés par les hommes de Louis Phillipe qui arrivera à en mettre à l’abris quelques uns.

D’autres furent pris, Louis Phillipe redoutait ces procès qui risquaient de raviver la haine, les rancœurs et provoquer la déstabilisation de cet équilibre précaire qu’il avait su mettre en place pour gouverner les français tant bien que mal.

Son ministre de l’intérieur réussit à soustraire les accusés à la vindicte populaire découlant de la manipulation des classes laborieuses et ils furent condamnés à la prison à perpétuité (elle ne durera en fait que 6 années.) Mais malgré cela, à Paris, ça râle sans arrêt et ça défile contre la misère.
Les républicains sont haineux envers les monarchistes et tous les prétextes sont bons pour manifester leur mécontentement.
exemple: Que le portrait du duc de Bordeaux soit montré lors d’une commémoration et aussitôt on défile avec haine de ce qu’on aime pas.

On demande même à Louis-Phillipe d’enlever la fleur de lys des armes royales! Son Ministre des finances, un banquier notoire, ne réussissait pas vraiment dans sa tâche de redressement des finances du royaume. L’industrie et le commerce restaient en déficit chronique quoi qu’il fasse, or il faisait peu.
Le roi, préoccupé par la misère généralisée dans le royaume appela au secours des finances et de la population miséreuse de la France Casimir Perier en 1831 celui- ci exigea du roi d’avoir carte blanche. Ce que le roi accepta, car il n’avait pas trop le choix.

Vous voyez, les temps ont changé, le modernisme montre le bout de son nez.
Même les monarques savent que leur monarchie ne peut plus être que constitutionnelle plus ou moins, ou disparaître dans les oubliettes de l’histoire.

Casimir Perier déclara à la chambre des députés que les fonctions de gestion du peuple et de la France supposait obéissance et que en aucun cas la rue et ses excès ne pouvaient prétendre à la légitimité, il prévint que toute tentative de déstabilisation du pouvoir par des personnes populaires anachroniques ou marginales non représentatives d’élections populaires reconnues seraient réprimées avec grande rigueur.

En fait il voulait siffler la fin de le recréation bordélique sans fin.

Le roi n’en croyait pas ses oreilles, il parlait de lui à ses proches en l’appelant "Casimir premier!"
Le pauvre Casimir aussitôt arrivé commença par devoir solutionner la révolte des canuts (les tisseurs de soie de Lyon)

Ces pauvres gens étaient très mal payés et vivaient misérablement. Ils se révoltèrent car les patrons refusaient toute augmentation afin d’être compétitifs face aux soieries de Chine importées par les Anglais et envahissant l’Europe si friande de ces soieries car si flatteuses pour la libido des mâles de la bourgeoisie européenne.

Les CRS de l’époque (Garde Nationale) prirent le parti des manifestants!
Et la panique était partout dans les environs de Lyon.

Casimir envoya le maintenant un peu vieux Maréchal Soult rétablir l’ordre à la force des baïonnettes.
Le pauvre Maréchal n’avait point trop envie d’en decoudre avec la populace, il aurait préféré une bonne bataille pour l’Empire comme du temps de sa jeunesse glorieuse, mais il obéit et la garde fut écrasée. les gardes nationnaux sernt tous ensuite licenciés car la garde fut dissoute et les pauvres ouvriers Canuts resteront dans leur condition bien précaire et miséreuse.

Il est des erreurs qu’il ne faudrait pas commetre mais que les hommes font.

A Paris comme d’habitude, la gauche républicaine n’arrête pas de manifester pour un oui ou pour un non. A Grenoble, l’armée doit charger les manifestants, on ridiculise le roi dans les journaux, de plus, le reste de l’Europe n’en fini pas de se rebeller et de se battre entre Etats.
Jusqu’au Pape qui appelle les Autrichiens à la rescousse pour récupérer Rome aux mains des républicains Italiens!

Les Belges en avaient plus que marre de fabriquer de la couque et du pain d’épices pour la Hollande affamée, elle reprit aussi son indépendance et proposa le trône à l’un des fils du roi louis Phillipe.
Celui ci ayant bien assez à faire avec son royaume, refusa poliment que son fils y aille (le duc de Nemours)

Alors c’est ainsi que les Belges se prirent comme roi, un certain Leopold de Saxe, mais voilà que Guillaume 1er râle aussi et envahit la Belgique (quand je vous dis que la race humaine ne pense qu’à s’égorger sans arrêt, on ne me croit pas et bien JUGEZ-en vous-même et c’est pas fini, loin de là!
(Ca va déménager grave)

En attendant, le pov Louis Phillipe se retrouve en vertu de traités passés OBLIGE de partir à la guerre lui aussi et voilà notre Maréchal Gérard qui reprends du service et chasse les hollandais du port d’Anvers. Aussitôt, le roi Leopold se jette dans les bras de la fille de Louis Phillipe et l’épouse pour consolider son trône.

C’est ainsi chers affectionautes que la moitié de la Belgique parle le Français et l’autre un charabia incertain, le flamand je crois. 100 ans après, ils sont toujours entrain de jacasser entre eux sans se comprendre mais ils se débrouillent plutôt bien, car leur capitale, Bruxelles abrite un machin ENORME où on ne parle que l’anglais et qui décide de tout, même de la taille des soutien-gorge en passant par le montant des aides pour aller à la pêche au lieu de cultiver notre territoire afin que chacun ai une chance de vendre sa production. Ce bazar de moins en moins efficace mais de plus en plus omniprésent dans notre vie décide de tout, même de la valeur de notre monnaie donc de notre travail.

Comme toutes choses humaines, cela ne durera qu’un temps, en attendant ils nous ont fait en 20 ans fermer 60% de nos usines au profit d’autres pays siégeant dans cette assemblée. Le peuple ne comprenant RIEN à ce qui s’y passe commence juste à se poser des questions sur l’avenir que nous préparent ces ouistitis pas très catholiques.
Mais revenons à notre récit.

Domi tu t’égares...PAS SUR!

Alors que le mariage est juste consommé et que ce pauvre Louis Phillipe s’attends à être grand père d’un moment à l’autre, voilà qu’une épidémie de Choléra s’abat sur Paris!
Il faut dire qu’en ce temps là, nos villes étaient un peu comme les villes africaines 40 ans après leur décolonisation pour un avenir meilleur sans les blancs.

Au centre de ces villes, de magnifiques quartiers hélas entourés d’immondices et de quartiers où s’ entassaient tout ce que l’humanité incapable de s’organiser sans visionnaire pouvait créer dans un désordre absolu.

Les quartiers crasseux étaient donc une proie facile pour ces épidémies venues d’extrême Orient via nos ports, ce qui fut le cas. Casimir Perier prit des mesures radicales, nettoyage des quartiers insalubres, assèchement des cloaques pestilentiels et fermetures des ruelles nauséabondes.

Cela ne suffit pas et les moins bien nourris, les plus fragiles, furent la proie facile de cette maladie féroce. On disait que les puits étaient empoisonnés, que les fontaines étaient polluées.

Les médecins pris à parti et traités de charlatans, les hôpitaux complètement dépassés par le désastre.

A force de travailler jour et nuit comme un esclave de Haïti à sa tâche, le pauvre Casimir attrapa lui aussi le Choléra et en mourut mi-mai.

Le roi rendit éloge à son Ministre mais il ne reprit pas de premier Ministre.
Le maréchal Soult en fut très déçu, il espérait ce poste afin de se reposer un peu car il en avait plus que marre de sabrer à cheval la piétaille miséreuse qui renâclait pasqu’il n’y avait rien à béqueter dans l’écuelle. Mais il conserva son marocain de Chef de toutes les armées. Il est des charges qu’on doit porter sur ses épaules toute sa vie. Voyez ce pov Domi!

Cependant l’épidémie persistait et Paris se rebellait car la misère était partout. C’est alors que l’église essaya de redorer son blason, des curés comme le père Lacordaire , tribun d’exception, profitèrent du désarroi du peuple face à la maladie pour tenter un retour à la conversion en faveur de l’église.

Ces gens savent très bien quand la misère abonde qu’il est facile de convertir les benêts crevant de faim et sans travail, c’est pas nouveau, il suffit d’aller écouter les Mollahs dans les mosquées dans les pays qui vivent ce que nous vivions encore y a 150 ans tout juste! AUCUNE différence!

Le père Félicité de la Mennais se lança aussi dans cette aventure de reconquête du peuple à leurs doctrines.
En tribun éblouissant, il promettait lui aussi des lendemains rayonnant de bonheur à une population de miséreux malades qui faute d’autre chose l’écoutaient avec résignation et espérance.

Pendant ce temps là, une pétroleuse monarchiste, la Duchesse du Barry se lance elle aussi dans l’aventure pour tenter de remettre son fils le duc de Bordeaux au pouvoir. On essaye de l’attraper et on y arrive. Mais, scandale dans la famille, la belle au cours de ses réunions publiques de bien des villes de France où elle tenait meeting avait rencontré un bellâtre séducteur et en était tombée enceinte!

On apprit cela alors qu’elle était captive à la citadelle de Blaye dont je vous ai déjà parlé si vous suivez mon récit.
Alors elle eu une jolie petite fille et on la laissa s’enfuir vers Palerme, en Italie.

Le scandale dans la famille n’était pas encore oublié qu’on eut des insurgé encore à Paris. Ces Parisiens décidément ne sont JAMAIS contents car entassés les uns sur les autres, dès que le travail manque, comme ils n’ont ni poule ni lapin à égoprger pour survivre ils défilent en râlant qu’ils ont faim.

De nos jours RIEN n’est changé y a même des internautes qui font des forums pour dire: "On a QUOI avec 20 euros"... C’est dire! Pov Péné, on aurait pas dû lui apprendre à compter.

La société révolutionnaire des droits de l’homme hurlait à la dictature Monarchique et une nuit ils tirèrent de la fenêtre d’un immeuble sur la troupe patrouillant dans les quartiers chauds. (Ils n’avaient pas encore de machines à laver à jeter par les fenêtres, donc ils faisaient comme ils pouvaient.)

On envoya Bugeaud et le combat dura 5 jours. Tous ou presque furent tués. Soit 170 morts contre 130 pour les soldats.
Les parisiens mécontents refirent des barricades et c’est reparti pour un tour,

Mais là, le roi se fâcha grave et fit passer tout ce petit monde turbulent au tribunal. Un procès très dur fut mené contre les meneurs. Ils partirent coloniser des îles lointaines où le soleil brille toute l’année.

Le gouvernement fut remanié comme si on avait que cela à faire!
Puis, lors d’une revue à la Bastille, un attentat arrive, le roi est blessé au front mais le Maréchal Mortier tombe tué net.

Au 2 ème étage d’une maison on retrouve une machine infernale ainsi que 3 anarchistes membre de la société des droits de l’homme.

Comme vous le lisez, la paix et la prospérité sont des choses rares dans la vie des nations. Sachez que sans la bombe dite Atomique, voici bien longtemps que notre pays serait à feu et à sang pour des idées, pour des rancœurs, pour des minorités agissantes, pour des ambitions diverses. Vous pouvez lui dire MERCI.

Mais revenons à notre Histoire avec un grand H!

En juillet 1832 l’aiglon le fils de Napoleon premier est mort le "duc de Reichstadt" comme on l’appelait chez son grand père n’est plus.

Et voici ENFIN notre Napoleon II qui montre le bout de son nez.

Je vais toutefois vous raconter aussi notre histoire malheureuse en Algérie, ce sera vite fait car c’est pas le but de ce récit mais il me semble intéressant de relater notre Histoire réelle AVANT de parler de ce fameux NAPOLEON III, car en fait, toutes les personnes que je rencontre n’ont qu’une vision vraiment déformée et très superficielle de notre réelle histoire.

Heureusement que je suis là pour sauver les meubles Pas vrai Corlow?

On ne peut pas comprendre Napoléon III si l’on ne sait pas d’où il vient et on ne peut pas comprendre les actes de son Oncle Napoléon premier si on ne connait pas les causes et les conséquences de notre révolution.

Si vous avez lu ces quelques pages, peut- être pas parfaites mais qui sont toutefois la réalité de ce que nos ancêtres ont vécu, à présent vous pourrez mieux comprendre l’oeuvre de Napoleon III si grande et pourtant oubliée des républicains et pour cause: Il est la démonstration pas l’exemple de ce que rejettent TOUS les républicains. Donc finissons ce premier volet avec cette Algérie sous Louis Phillipe et sa misère sociale.
A bientôt lundi et bon WE!
domi - 417343lui écrire blog Publié le 19/11/2006 à 10:45 supprimer cette contribution
Comme vous l’avez lu plus haut, Charles 10 très en colère contre le Bey d’Alger et ses méthodes envers les français, ses rapines de corsaires en Méditerranée il avait donc débarqué et pris Alger d’assaut.

Première erreur: Ils ne signèrent pas de traité d’alliance ou de compromis en vue d'une paix et d'un respect mutuel entre nations et s’installèrent dans Alger puis attendirent, laissant le Bey s’enfuir au loin après l’avoir dépouillé de l’argent de toutes ses rapines et commerces divers qu’il faisait. (comme tous les Etats ou presque d’ailleurs.)

Faire cela si on ne reste pas dans la pays c’est possible, c’est une punition, rien de plus si on s’en va, mais si on veut annexer un pays il faut le respecter, sinon pas d’entente possible.

Nous allons voir comment Louis Phillipe inexpérimenté de ces choses va entraîner la France dans un désastre annoncé pourtant bien prévisible lorsqu’on connaît les hommes et leur désir de respect mutuel même et SURTOUT entre ennemis.

Donc les troupes françaises tiennent la côte surtout, pour se préserver des ces pirates de la mer qui en fait vivaient de ces rapines et enlèvements maritimes pour obtenir des rançons, ça remonte au Moyen-âge c’est donc ni honteux ni plus vil que de faire la guerre conventionel, c’est juste un MOYEN de s’enrichir autrement.

Ils tiennent ORAN, Mostaganem, Bône mais cela coûte BEAUCOUP d’argent l’occupation d’un pays sans ressources, sans industries, sans cultures, sans rien juste pour se protéger.

Ab del Kader lui, eut une idée, il se proclamait descendant du fameux "Prophète" et repris la guerre du Bey et attaquait sans arrêt nos troupes avec courage.
On fit un traité avec lui. On lui laissa Alger et Oran mais pas les côtes. Cependant, à Constantine il y avait aussi un petit chef, un Bey aussi (Ahmed) et lui ne voulait RIEN savoir ni discuter avec l’envahisseur.

La ville était sur un piton rocheux et difficile à prendre, on essaya une première fois sans succès. L’année suivante, le Général Valée réussit à enfoncer les défenses de la ville et elle fut occupée non sans mal, on se battait dans chaque maison, les caniveaux étaient plein de sang. Celui des français mêlé à celui des arabes d’Algérie qui défendaient chèrement leur peau et surtout, leur territoire.

En France pendant ce temps là, la misère y est incroyable, les patrons bourgeois vivent plutôt bien mais leurs ouvriers ne sont pas bien traités c’est une caractéristique de la France post révolutionnaire, cela dura jusqu’à l’ère de Napoleon III qui IMPOSA un début de syndicalisme, abolit la raison patronale et fixa des salaires minimums au patronat, ce qui lui valut bien des animosités un peu partout et des moqueries de ces gens qui pensent tout savoir mais qui en fait réagissent pour vivre demain, jamais dans 5 ans, dans 10 ans et en fait se vautrent dans la violence sans en analyser les causes pourtant évidentes.

Si dans les campagnes la vie restait rude mais supportable, dans les villes c’était effroyable, car la mécanisation volait le travail des ouvriers et enrichissait ceux qui possédaient les machines au delà du raisonnable.

L’homme est inventif, mais sa vie sociale ne fait que suivre son évolution technologique. Les conséquences sont rarement satisfaisantes si un vrai chef n’est pas là pour prendre les mesures qui s’imposent afin que l’argent circule convenablement dans toutes les couches de la société.

Ce n’était pas le cas de ce pov Louis Phillipe ni de celui de ses différents Ministres, ils vivaient au 17 ème siècle alors qu’ils entraient dans le 19 ème (Nous avons le même problème actuellement, nous en sommes à taxer le seul travail Humain National alors que les humains de notre pays consomment le travail de toute la planète.

Les esprits ne sont pas prêts encore et bien de la misère idiote va devoir perdurer avant qu’un homme ne se lève pour dire: STOP! Il faut changer le système! Donc si les forges et les mines de charbon abondent à cette époque, ce sont des être miséreux qui les font fonctionner.
Des hommes simples comme Proudhon se mirent à penser et à y réfléchir. Proudhon sortira un bouquin ( Qu’est ce que la propriété) qui fit sensation, surtout qu’il essayait d’y démontrer qu’en fait la propriété c’est le vol!

Arrive alors la dépouille de Napoléon 1er en provenance de Sainte Hélène, le roi la reçu en disant:
" je le reçois au nom de la France."

En France ça se chamaille pour l’enseignement, les républicains désirent un monopole alors que les curés désirent la liberté d’enseigner. Le Roi ne tranchera pas durant tout son règne.

Arrive enfin en France, avec 10 ans de retard, le chemin de fer. Personne n’y croit vraiment mais les premières lignes se construisent et c’est en Aout 1837 que la Reine Marie-Amélie inaugure la première ligne Paris – St Germain.

Elle fut financée par un banquier puis d ’autres lignes furent concédées aussi à deux autres banquiers.

C’est sur l’une de ces lignes qu’un très grave accident fit des centaines de morts dont l’explorateur célèbre Monsieur Dumont D’Urville

En 1842 l’ETAT avait concédé à des compagnies privées la gestion de diverses lignes, l’Etat se charge des expropriations et des achats de terrains. Il y eu plein de candidats car les gens sentaient l’argent facile! En 1848 nous avions déjà 1900 km de voies ferrées il y en avait 6400 en Angleterre, pays bien plus petit et moins peuplé. On ne peut pas s’occuper à faire des révolutions tous les 5 ans et avancer...
Il faut choisir. C’est un peu pareil en Afrique actuellement.

Puis le duc d’Orléans mourut d’un accident de voiture à cheval, ceux ci s’étant emballés, il sauta en marche mais tomba mal...Sur la tête.

Louis Phillipe eu tout de même quelques satisfactions, la Reine Victoria lui rendit une visite officelle au château D’eu. Visitez– le, il est très beau et bien conservé. J’ai un beau frère qui habite à 20 Km de là et j’en ai profité pour le visiter.

Malgré tout, entre la France et l’Angleterre rien ne va plus et les tensions sont vives.
La politique de la France en Algérie ne plaisait pas aux Anglais évidemment ces grands colonialistes se voyaienbt dejà chassés de Gibraltar...

Or Ab del Kader nous avait déclaré une guerre Sainte (ceux-là quand ils font la guerre, elle est toujours "Sainte", ils sont comme les Américains, toujours avec leur vieux bouquin à la main avant d’aller se batailler) Prétextes stupides.

Le voilà ravageant la Mitidja où les français essayent de rentabiliser cette occupation territoriale en y implantant des fermiers venus de notre métropole mais aussi des italiens, quelques corses, quelques espagnols et bien d’autres aventuriers chassés par leur misère et attirés par les promesses d’une vie plus facile au soleil.

Alors en décembre 1840 on nomme le militaire d’expérience Bugeau Gouverneur d’Algérie.

Pour rassurer et encourager les colons à y venir il décida de montrer que l’ensemble de ce pays était conquit et possession définitive de la France.

Il agit avec une violence inouïe, empêchant les paysans Arabes de cultiver ou de semer. Quand on veut la fin, il faut les moyens!
Il était de la race des conquérants, un peu comme ces américains ayant affamés des centaines de milliers de peau rouges pour s’installer à leur place définitivement sur leur territoire.

Il tua, brûla et pris même la smala. (un campement nomade qui se déplacait avec Abdel Kader) Il le fit prisonnier avec ses femmes, ses serviteurs et ses trésors mais il reussit à s'enfuir au Maroc où les marocains l’assistèrent.

Bugeau combattit aussi les Marocains et on bombarda Tanger et Mogador en représailles On obligea le Sultan à fermer ses frontières pour coincer Abdel Kader.

Mais c’était loin d’être terminé, un jour un détachement refoula dans une grotte toute une tribu et les français envoyèrent des émissaires pour la reddition. On les a reçus à coup de fusil, alors il mirent le feu et quand le feu s’éteignit on découvrit 500 personnes mortes asphyxiées.
Parmi elles, des jeunes enfants et des femmes. La haine commençait et non plus la guerre conventionelle tout pays occupé ne signant pas une paix honorable finit dans le terrorisme on a pas le choix ou partir ou les tuer TOUS.

Un jour, en répression de cet acte considéré comme lâche, un détachement français complet tomba en embuscade TOUS furent tués.

Abdel Kader apprenant l’histoire de la grotte fou de rage fit fusiller 280 prisonniers Français.

Cependant plus de 110 000 colons dont 50 % de Français commençaient à cultiver l’Algérie française protégés par l'Armée française et Ab Del Kader fut fait prisonnier et emmené en France ce ne fut qu’un répit de quelques temps.

Ce que n’avaient pas compris les Français c’est que l’on a pas le choix ou on extermine et on occupe ou on s’en va, le reste ne fonctionne JAMAIS.

Louis Phillipe avait réussi a stabiliser la France et espérait beaucoup de sa politique novatrice et réformiste mais c’était compter sans la nature parfois impitoyable.

De très mauvaises récoltes et un hiver très rude fit qu’il fallut importer du blé. l’Etat n’a plus d’argent, les entreprises font faillite et patatrac, Paris, toujours Paris se révolte et voici le temps retrouvé des barricades. On ravage Paris, on hurle, on appelle la république, c’est la fameuse commune avant l’heure et tous les efforts de Louis Phillipe s’envolent en fumée.

Il doit fuir la France pour l’Angleterre qui décidément se récupère toute les monarchies de la France! La république va être restaurée dans un brouhaha épouvantable.

C’est ici, après toutes ces aventures vécues depuis notre moyen âge que ce premier récit se termine.

J’espère que pour vous il ne fut pas trop fouillis, car l’histoire EST fouillis, elle bouge et virevolte, elle ne vit que par ses convulsions intestines, faites de désir, de pouvoir, d’envie de règnes, de jalousies et de guerres pour décider et démontrer QUI est le PLUS FORT.

Les peuples ne sont que prétextes à ces prises de pouvoir, sauf chez quelques très rares dirigeants.

L’un de ceux-ci fut NAPOLEON III

Cet homme bien ordinaire fut exceptionnel de clairvoyance et d’ambition, non pas pour lui-même mais pour NOUS, le peuple de France. C’est à présent ce que je vous propose de découvrir plus en détail que ce récit rapide de notre Histoire... A bientôt.

Cela sera fait dans un autre forum. J’espère que celui ci vous a plu. Au revoir.
Page 1

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | De la révolution à l’aube des temps modernes| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
4 connectés au chat
16 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris De la révolution à l’aube des temps modernes