sciences,vu,syriaque
Forums > SciencesAller à la dernière page
<< Précédent |

Les sciences vu par un Syriaque

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
Paganel, antisémantique - 980920lui écrire blog Publié le 20/03/2007 à 16:17 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Voici une lettre écrite par un Assyrien ou Syriaque (c'est-à-dire un chrétiens d'Irak, ils se considèrent comme les héritiers de l'Assyrie) en réponse à un discours de la CEO de Hewlett Packard qui faisait l'apologie de la civilisation
arabo-musulmane. C'est un excellent texte qui répond à de nombreux mythes défendus par les musulmans et les apologistes de l'islam, il n'avait pas encore été traduit en français à ma connaissance, je m'en charge. A faire circuler.


Version originale : http://www.ninevehsoft.com/fiorina.htm

7 November, 2001
Carly Fiorina
Hewlett-Packard
3000 Hanover Street
Palo Alto, CA 94304-1185
Chère Madame Fiorina:

C'est avec un grand intérêt que j'ai lu votre discours prononcé le 26 Septembre 2001 et intitulé "Technologie, affaires et notre mode de vie : Ce qui suit".

J'ai été particulièrement intéressé par l'histoire que vous avez raconté à la fin de votre discours, sur la civilisation arabe/musulmane. En tant qu'Assyrien, habitant non-arabe, chrétien, natif du Moyen-Orient, dont les ancêtres remontent à 5000 Av JC, je voudrais clarifier certains points que vous avez évoqué dans cette petite histoire, et vous avertir du danger d'être emporté sans le vouloir dans l'idéologie arabo-islamique, qui cherche à assimiler [un peu comme les borgs de Star Trek ] toutes les cultures et les religions dans la nasse arabo-islamique.

Les Arabes et les Musulmans apparaissent sur la scène mondiale en 630, quand les armées de Mohammed commencent leur conquête du Moyen-Orient. Soyons très clairs sur le fait qu'il s'agissait d'une conquête militaire et non une entreprise missionnaire, et par l'usage de la force, autorisé par une déclaration de Jihad contre les infidèles, les arabo-musulmans parvinrent à convertir et assimiler par la force les non Arabes et les non Musulmans dans leur communauté. Très peu de communautés indigènes du Moyen-Orient y survécurent -- en particulier les Assyriens, les Juifs, les Arméniens et, en Egypte, les Coptes.

Ayant conquis le Proche-Orient, les Arabes ont placé ces communautés sous un système de gouvernance dhimmi (voir le livre Dhimmi, de Bat Ye'Or), où les communautés eurent le droit de s'autogérer comme minorités religieuses (Chrétiens, Juifs et Zoroastriens [les 'gens du livre']). Ces communautés eurent à payer une taxe (appelée Jizzya en Arabe) qui était en fait une amende pour ne pas être musulman, et était typiquement de 80% [de quoi au juste, l'auteur n'est pas très clair ici] en temps de tolérance et jusqu'à 150% en temps d'oppression.

Cette taxe a forcé beaucoup de ces communautés à se convertir à l'islam, ce
qui était le but.

Vous déclarez, "ses architectes ont conçus des bâtiments qui défiaient la gravité". Je ne suis par sûr de voir à quoi vous faîtes allusion, mais si il s'agit des dômes et des arches, la révolution architecturale d'utiliser une
forme parabolique au lieu d'une forme sphérique pour ces constructions a été créée par les Assyriens plus de 1300 ans auparavant, comme en attestent les traces archéologiques.

Vous dites "ses mathématiciens ont crée l'algèbre et les algorithmes qui allaient permettre la fabrication des ordinateurs, et la création du cryptage." Les bases fondamentales des mathématiques modernes ont été posées non pas
des siècles, mais des millénaires avant, par les Assyriens et les Babyloniens, qui connaissaient déjà le concept de zéro, le théorème de Pythagore, et beaucoup, beaucoup d'autres développements que les arabo-musulmans se sont appropriés. (voir History of Babylonian Mathematics, Neugebauer).

Vous dites, "ses docteurs examinèrent le corps humain, et trouvèrent de nouveaux remèdes à des maladies". L'immense majorité de ces docteurs (99%) étaient assyriens.. Au quatrième, cinquième et sixième siècles les Assyriens
ont commencé à traduire systématiquement la connaissance grecque en assyrien [le monde hellénistique était alors à l'agonie mais avait gardé ses connaissances]. Au début ils se concentrèrent sur le travail religieux mais passèrent
rapidement à la science, la philosophie et la médecine. Socrate, Platon, Aristote, Galien et beaucoup d'autres furent traduit en assyrien, puis de l'assyrien en arabe. Ce sont ces traductions arabes que les Maures emportèrent en Espagne, et que les Espagnols ont traduit en Latin et répandu à travers l'Europe, provoquant la renaissance Européenne [c'est un peu simpliste : on a aussi eu un apport de connaissance grecque après 1453 et la prise de Constantinople par les Turcs,
beaucoup de Byzantins, gardiens du savoir grec, se réfugièrent en Europe occidentale pour fuir le joug turco-islamique].

Au sixième siècles, les Assyriens avaient commencé à exporter à Byzance leurs propres travaux sur les sciences, la philosophie et la médecine. Dans le domaine de la médecine, la famille assyrienne Bakhteesho a produit neuf génération
de médecins, et fondé la grande école médicale de Gundeshapur (Iran). Aussi en médecine, le manuel d'ophtalmologie écrit par (l'Assyrien) Hunay Ibn-Ishaq vers 950, resta la source d'autorité sur le sujet jusque 1800 [Ibn-Ishaq a aussi
traduit en arabe les Eléments d'Euclide. Exemple typique de travaux que les apologistes attribuent, plus par ignorance que par volonté délibérée de propagande, aux arabo-musulmans, alors que c'était un assyrien chrétien nestorien, ni arabe ni musulman donc. C'est par la connaissance historique que l'on peut répondre à la propagande].

Dans le domaine de la philosophie, le philosophe assyrien Jod d'Edesse a développé une théorie physique de l'Univers, en langue assyrienne, qui a rivalisé avec la théorie d'Aristote, et qui cherchait à remplacer la matière par les forces (une théorie qui anticipait même si on désire rêver un peu une idée de la mécanique quantique : la création et la destruction spontanées de matière dans le vide).

Une des plus grandes réalisations assyriennes du quatrième siècle fut la création de la première université du monde, l'Ecole de Nisibis, qui avait trois départements, théologie, philosophie et médecine, et qui devint un pôle d'attraction et un centre de développement du Proche-Orient. Les statuts d'Ecole de Nisibis, qui ont été préservés, devinrent plus tard le modèle sur lequel la première université italienne fut crée (voir The Statutes of the School of Nisibis, Arthur
Voobus).

Quand les Arabes et les Musulmans se répandirent à travers le Moyen Orient en 630, ils rencontrèrent 600 ans de civilisation assyrienne chrétienne, avec un riche héritage, une culture très évoluée, et des institutions d'enseignement
avancées. C'est cette civilisation qui devint la fondation de la civilisation dite arabe.

Vous dites, "ses astronomes ont regardé dans les cieux, nommé les étoiles, et préparé la route pour le voyage spatial et l'exploration". L'erreur est évidente : les astronomes auxquels vous vous référez n'étaient pas arabes mais chaldéens et babyloniens (au sud de l'Iraq actuel) qui depuis des millénaires étaient connus comme astronomes et astrologues [ces deux
domaines ne se séparèrent clairement que des siècles plus tard] et furent arabisés et islamisés par la force -- si rapidement qu'en 750 ils avaient complètement disparu [comme tant d'autres cultures depuis, aujourd'hui et demain].

Vous dites, "ses écrivains créèrent des milliers d'histoires. Des histoires de courage, de romance et de magie. Ses poètes écrivirent sur l'amour, alors que d'autres avant eux avaient trop peur de penser à ces choses ». Il y a très
peu de littérature en langue arabe venant de la période à laquelle vous vous référez (le Coran est la seule œuvre significative), tandis que la production littéraire des Assyriens et des Juifs était vaste. Le troisième plus grand
corpus d'écrits chrétiens [de cette époque], après le Latin et le Grec, est dû aux assyriens et dans la langue assyrienne (dite aussi Syriaque, voir <http://www.newadvent.org/cathen/14408a.htm>.)

Vous dites, « Quand d'autres nations avaient peur des idées, cette civilisation s'en accommodait, et les gardait en vie. Quand les censeurs menacèrent de rayer les connaissances des civilisations passées, cette civilisation garda le savoir
en vie, et le passa aux autres ». C'est un point très important que vous avez soulevé, et cela va au cœur de la matière de ce que la civilisation arabo-islamique représente. J'ai écrit une critique <http://www.aina.org/aol/peter/greek.htm> d'un livre intitulé How Greek Science Passed to the Arabs, où l'auteur fait la liste des traducteurs et des interpréteurs de la science grecque. Sur les 22 intellectuels listés, 20 étaient Assyriens, 1 Persan, et un Arabe. Je déclare à la fin de mon commentaire : « La conclusion la plus saillante qui peut être tirée du livre d' O'Leary est que les Assyriens jouèrent un rôle significatif dans la formation de du monde islamique via le corpus grec de connaissances. Si c'est le cas, on doit se demander ce qui est arrivé aux communautés chrétiennes pour qu'elles perdent cette grande entreprise intellectuelle qu'elles avaient établi. On peut se poser la même question sur les Arabes. Malheureusement, , le livre d' O'Leary ne répond pas à la question, et nous devons chercher la réponse ailleurs.» Je n'ai pas répondu à la question que j'ai posé dans la critique parce que ce n'était pas l'endroit pour le faire, mais la réponse est claire, la communauté chrétienne syriaque a vu sa population fondre par le biais de la conversion forcée à l'Islam (pas la Jyzzia), et une fois que la communauté est tombée sous un seuil critique, elle a cessé de produire les intellectuels qui étaient la force entraînant la civilisation islamique [je mettrais bien des guillemets autour du mot, il vient de démontrer que ce n'était pas une civilisation islamique, je détaille dans ma conclusion], et c'est alors que le prétendu « âge d'or de l'islam » a pris fin (vers 850 AD).


La religion musulmane elle-même a été significativement modelée par les Assyriens et les Juifs [comme quoi on peut faire des bêtises même en étant une civilisation millénaire] (voir Nestorian Influence on Islam and Hagarism: the Making of the Islamic World).

La civilisation Arabo-islamique n'est pas une force progressive, c'est une force régressive ; elle ne donne pas d'impulsion, elle freine. La grande civilisation que vous décrivez n'était une réalisation arabo-musulmane, elle était une réalisation assyrienne dont les arabes se sont emparé et qu'ils ont ensuite perdu quand ils ont détruit, par le biais de la conversion forcée à l'Islam, la source de la vitalité intellectuelle qui les avaient fait avancer.

Quelle autre civilisation arabe/musulmane s'est élevée depuis ? Quels autres succès arabes/musulmans pouvez-vous citer.

Vous dites 'Et nous avons peut-être une leçon à apprendre de son Exemple (Soliman) : c'était un leadership basé sur le mérite, et non l'héritage. C'était un leadership qui embrassait toutes les capacités d'une population très diverse qui incluait les traditions juives, islamiques et chrétiennes. En fait, les Ottomans furent extrêmement oppressifs à l'égard des non-musulmans. Par exemple, de jeunes garçons chrétiens étaient retirés de force à leur famille, en général vers 8-10 ans=, et enrôlés dans les Janissaires (Yeniceri en Turc) où on les islamisait, puis les faisait combattre pour l'état ottoman. Quelles réalisations littéraires, scientifiques ou artistiques des Ottomans peut-on relever? Nous pouvons, d'autre part, relever le génocide de 750 000 Syriaques, 1.5 millions d'Arméniens et 400 000 Grecs durant la première guerre mondiale par les « jeunes Turcs » kémalistes [je regrette le bien que j'ai pu dire de Kemal, tout le monde peut se tromper]. C'est le vrai visage de l'Islam.

Les arabo-musulmans sont engagés dans une campagne explicite de destruction et d'expropriation des cultures et des communautés, des identités et des idées. Partout où la civilisation arabo-musulmane a rencontré une civilisation non- musulmane, elle a tenté de la détruire (comme les statues bouddhistes en Afghanistan furent détruites, et Persépolis fut détruite par l'Ayatollah Khomeyni). C'est un procédé qui s'est répété depuis la naissance de l'islam, il y a 1400 ans [voir l'épisode de la destruction des « idoles » sur ordre de Mahomet], et qui est largement illustré par l'Histoire. Si la culture « étrangère » ne peut être détruite, alors elle est vampirisée, et les historiens révisionnistes disent que cette culture est et était arabe , comme c'est le cas de la plupart des « réalisations » arabes que vous avez cité dans votre discours.

Par exemple, les livres d'histoire arabes du Moyen-Orient enseignent que les Assyriens étaient arabes, un fait qu'aucun chercheur sérieux ne soutiendrait, et qu'aucun Assyrien en vie n'accepterait. Les assyriens établirent Ninive, l'une
des grandes villes assyriennes, en 5000 BC, soit 5630 ans avant que les Arabes ne viennent dans la région. Même le mot « arabe » est un mot assyrien, signifiant « gens de l'Ouest « (la première référence écrite aux Arabes est
due au roi assyrien Sennachérib, 800 BC, où il parle de conquérir les "ma'rabayeh" -- Occidentaux. Voir The Might That Was Assyria, by H. W. F. Saggs).

Même en Amérique cette politique d'arabisation <http://aina.org/releases/2001/arabization.htm> continue. Le 27 octobre une coalition de sept de organisations ont envoyé une lettre officielle <http://www.aina.org/releases/2001/caamletter.htm> à l'institut arabo-américain pour lui demander d'arrêter d'identifier les Assyriens et les Maronites comme des Arabes, ce qu'il avait fait délibérément.

Il y a des minorités et des nations luttant pour leur survie dans l'océan arabo-islamique du Moyen-Orient et de l'Afrique (Assyriens, Arméniens, Coptes, Juifs, Sud-Soudanais, Ethiopiens, Nigérians...), et nous devons être très prudents pour
ne pas soutenir involontairement et imprudemment le fascisme islamique et l'impérialisme arabe, avec leur tentatives de rayer toutes les autres cultures, religions et civilisations. Il incombe à chacun de nous de faire notre devoir et
de nous documenter avant de faire des déclarations sur ces sujets sensibles.

J'espère que vous avez trouvé ces informations intéressantes. Pour plus d'informations, référez-vous aux liens ci-dessous. Vous pouvez me contacter [en anglais donc] à keepa@ninevehsoft.com pour les questions éventuelles.

Merci de votre attention.
Peter BetBasoo

Brief History of Assyrians <http://www.aina.org/aol/peter/brief.htm>
Assyrian International News Agency <http://www.aina.org>
Assyrian American National Federation <http://www.aanf.org>
Assyrian Academic Society <http://www.aas.net>
Zinda Magazine <http://www.zindamagazine.com>
Beth Suryoyo <http://www.bethsuryoyo.com>
Nineveh Online <http://www.nineveh.com>
World Maronite Union <http://www.maroniteunion.org>
Maronite Research Council <http://plaza.powersurfr.com/maronites>
World Lebanese Organization <http://www.wlo-usa.org>
Coptic Web <http://www.copticmail.com/>

2048032 Publié le 20/03/2007 à 17:34 supprimer cette contribution
Voici une lettre écrite par un Assyrien ou Syriaque (c'est-à-dire un chrétiens d'Irak, ils se considèrent comme les héritiers de l'Assyrie) en réponse à un discours de la CEO de Hewlett Packard qui faisait l'apologie de la civilisation
arabo-musulmane. C'est un excellent texte qui répond à de nombreux mythes défendus par les musulmans et les apologistes de l'islam, il n'avait pas encore été traduit en français à ma connaissance, je m'en charge. A faire circuler.


Version originale : http://www.ninevehsoft.com/fiorina.htm

7 November, 2001
Carly Fiorina
Hewlett-Packard
3000 Hanover Street
Palo Alto, CA 94304-1185
Chère Madame Fiorina:

C'est avec un grand intérêt que j'ai lu votre discours prononcé le 26 Septembre 2001 et intitulé "Technologie, affaires et notre mode de vie : Ce qui suit".

J'ai été particulièrement intéressé par l'histoire que vous avez raconté à la fin de votre discours, sur la civilisation arabe/musulmane. En tant qu'Assyrien, habitant non-arabe, chrétien, natif du Moyen-Orient, dont les ancêtres remontent à 5000 Av JC, je voudrais clarifier certains points que vous avez évoqué dans cette petite histoire, et vous avertir du danger d'être emporté sans le vouloir dans l'idéologie arabo-islamique, qui cherche à assimiler [un peu comme les borgs de Star Trek ] toutes les cultures et les religions dans la nasse arabo-islamique.

Les Arabes et les Musulmans apparaissent sur la scène mondiale en 630, quand les armées de Mohammed commencent leur conquête du Moyen-Orient. Soyons très clairs sur le fait qu'il s'agissait d'une conquête militaire et non une entreprise missionnaire, et par l'usage de la force, autorisé par une déclaration de Jihad contre les infidèles, les arabo-musulmans parvinrent à convertir et assimiler par la force les non Arabes et les non Musulmans dans leur communauté. Très peu de communautés indigènes du Moyen-Orient y survécurent -- en particulier les Assyriens, les Juifs, les Arméniens et, en Egypte, les Coptes.

Ayant conquis le Proche-Orient, les Arabes ont placé ces communautés sous un système de gouvernance dhimmi (voir le livre Dhimmi, de Bat Ye'Or), où les communautés eurent le droit de s'autogérer comme minorités religieuses (Chrétiens, Juifs et Zoroastriens [les 'gens du livre']). Ces communautés eurent à payer une taxe (appelée Jizzya en Arabe) qui était en fait une amende pour ne pas être musulman, et était typiquement de 80% [de quoi au juste, l'auteur n'est pas très clair ici] en temps de tolérance et jusqu'à 150% en temps d'oppression.

Cette taxe a forcé beaucoup de ces communautés à se convertir à l'islam, ce
qui était le but.

Vous déclarez, "ses architectes ont conçus des bâtiments qui défiaient la gravité". Je ne suis par sûr de voir à quoi vous faîtes allusion, mais si il s'agit des dômes et des arches, la révolution architecturale d'utiliser une
forme parabolique au lieu d'une forme sphérique pour ces constructions a été créée par les Assyriens plus de 1300 ans auparavant, comme en attestent les traces archéologiques.

Vous dites "ses mathématiciens ont crée l'algèbre et les algorithmes qui allaient permettre la fabrication des ordinateurs, et la création du cryptage." Les bases fondamentales des mathématiques modernes ont été posées non pas
des siècles, mais des millénaires avant, par les Assyriens et les Babyloniens, qui connaissaient déjà le concept de zéro, le théorème de Pythagore, et beaucoup, beaucoup d'autres développements que les arabo-musulmans se sont appropriés. (voir History of Babylonian Mathematics, Neugebauer).

Vous dites, "ses docteurs examinèrent le corps humain, et trouvèrent de nouveaux remèdes à des maladies". L'immense majorité de ces docteurs (99%) étaient assyriens.. Au quatrième, cinquième et sixième siècles les Assyriens
ont commencé à traduire systématiquement la connaissance grecque en assyrien [le monde hellénistique était alors à l'agonie mais avait gardé ses connaissances]. Au début ils se concentrèrent sur le travail religieux mais passèrent
rapidement à la science, la philosophie et la médecine. Socrate, Platon, Aristote, Galien et beaucoup d'autres furent traduit en assyrien, puis de l'assyrien en arabe. Ce sont ces traductions arabes que les Maures emportèrent en Espagne, et que les Espagnols ont traduit en Latin et répandu à travers l'Europe, provoquant la renaissance Européenne [c'est un peu simpliste : on a aussi eu un apport de connaissance grecque après 1453 et la prise de Constantinople par les Turcs,
beaucoup de Byzantins, gardiens du savoir grec, se réfugièrent en Europe occidentale pour fuir le joug turco-islamique].

Au sixième siècles, les Assyriens avaient commencé à exporter à Byzance leurs propres travaux sur les sciences, la philosophie et la médecine. Dans le domaine de la médecine, la famille assyrienne Bakhteesho a produit neuf génération
de médecins, et fondé la grande école médicale de Gundeshapur (Iran). Aussi en médecine, le manuel d'ophtalmologie écrit par (l'Assyrien) Hunay Ibn-Ishaq vers 950, resta la source d'autorité sur le sujet jusque 1800 [Ibn-Ishaq a aussi
traduit en arabe les Eléments d'Euclide. Exemple typique de travaux que les apologistes attribuent, plus par ignorance que par volonté délibérée de propagande, aux arabo-musulmans, alors que c'était un assyrien chrétien nestorien, ni arabe ni musulman donc. C'est par la connaissance historique que l'on peut répondre à la propagande].

Dans le domaine de la philosophie, le philosophe assyrien Jod d'Edesse a développé une théorie physique de l'Univers, en langue assyrienne, qui a rivalisé avec la théorie d'Aristote, et qui cherchait à remplacer la matière par les forces (une théorie qui anticipait même si on désire rêver un peu une idée de la mécanique quantique : la création et la destruction spontanées de matière dans le vide).

Une des plus grandes réalisations assyriennes du quatrième siècle fut la création de la première université du monde, l'Ecole de Nisibis, qui avait trois départements, théologie, philosophie et médecine, et qui devint un pôle d'attraction et un centre de développement du Proche-Orient. Les statuts d'Ecole de Nisibis, qui ont été préservés, devinrent plus tard le modèle sur lequel la première université italienne fut crée (voir The Statutes of the School of Nisibis, Arthur
Voobus).

Quand les Arabes et les Musulmans se répandirent à travers le Moyen Orient en 630, ils rencontrèrent 600 ans de civilisation assyrienne chrétienne, avec un riche héritage, une culture très évoluée, et des institutions d'enseignement
avancées. C'est cette civilisation qui devint la fondation de la civilisation dite arabe.

Vous dites, "ses astronomes ont regardé dans les cieux, nommé les étoiles, et préparé la route pour le voyage spatial et l'exploration". L'erreur est évidente : les astronomes auxquels vous vous référez n'étaient pas arabes mais chaldéens et babyloniens (au sud de l'Iraq actuel) qui depuis des millénaires étaient connus comme astronomes et astrologues [ces deux
domaines ne se séparèrent clairement que des siècles plus tard] et furent arabisés et islamisés par la force -- si rapidement qu'en 750 ils avaient complètement disparu [comme tant d'autres cultures depuis, aujourd'hui et demain].

Vous dites, "ses écrivains créèrent des milliers d'histoires. Des histoires de courage, de romance et de magie. Ses poètes écrivirent sur l'amour, alors que d'autres avant eux avaient trop peur de penser à ces choses ». Il y a très
peu de littérature en langue arabe venant de la période à laquelle vous vous référez (le Coran est la seule œuvre significative), tandis que la production littéraire des Assyriens et des Juifs était vaste. Le troisième plus grand
corpus d'écrits chrétiens [de cette époque], après le Latin et le Grec, est dû aux assyriens et dans la langue assyrienne (dite aussi Syriaque, voir <http://www.newadvent.org/cathen/14408a.htm>.)

Vous dites, « Quand d'autres nations avaient peur des idées, cette civilisation s'en accommodait, et les gardait en vie. Quand les censeurs menacèrent de rayer les connaissances des civilisations passées, cette civilisation garda le savoir
en vie, et le passa aux autres ». C'est un point très important que vous avez soulevé, et cela va au cœur de la matière de ce que la civilisation arabo-islamique représente. J'ai écrit une critique <http://www.aina.org/aol/peter/greek.htm> d'un livre intitulé How Greek Science Passed to the Arabs, où l'auteur fait la liste des traducteurs et des interpréteurs de la science grecque. Sur les 22 intellectuels listés, 20 étaient Assyriens, 1 Persan, et un Arabe. Je déclare à la fin de mon commentaire : « La conclusion la plus saillante qui peut être tirée du livre d' O'Leary est que les Assyriens jouèrent un rôle significatif dans la formation de du monde islamique via le corpus grec de connaissances. Si c'est le cas, on doit se demander ce qui est arrivé aux communautés chrétiennes pour qu'elles perdent cette grande entreprise intellectuelle qu'elles avaient établi. On peut se poser la même question sur les Arabes. Malheureusement, , le livre d' O'Leary ne répond pas à la question, et nous devons chercher la réponse ailleurs.» Je n'ai pas répondu à la question que j'ai posé dans la critique parce que ce n'était pas l'endroit pour le faire, mais la réponse est claire, la communauté chrétienne syriaque a vu sa population fondre par le biais de la conversion forcée à l'Islam (pas la Jyzzia), et une fois que la communauté est tombée sous un seuil critique, elle a cessé de produire les intellectuels qui étaient la force entraînant la civilisation islamique [je mettrais bien des guillemets autour du mot, il vient de démontrer que ce n'était pas une civilisation islamique, je détaille dans ma conclusion], et c'est alors que le prétendu « âge d'or de l'islam » a pris fin (vers 850 AD).


La religion musulmane elle-même a été significativement modelée par les Assyriens et les Juifs [comme quoi on peut faire des bêtises même en étant une civilisation millénaire] (voir Nestorian Influence on Islam and Hagarism: the Making of the Islamic World).

La civilisation Arabo-islamique n'est pas une force progressive, c'est une force régressive ; elle ne donne pas d'impulsion, elle freine. La grande civilisation que vous décrivez n'était une réalisation arabo-musulmane, elle était une réalisation assyrienne dont les arabes se sont emparé et qu'ils ont ensuite perdu quand ils ont détruit, par le biais de la conversion forcée à l'Islam, la source de la vitalité intellectuelle qui les avaient fait avancer.

Quelle autre civilisation arabe/musulmane s'est élevée depuis ? Quels autres succès arabes/musulmans pouvez-vous citer.

Vous dites 'Et nous avons peut-être une leçon à apprendre de son Exemple (Soliman) : c'était un leadership basé sur le mérite, et non l'héritage. C'était un leadership qui embrassait toutes les capacités d'une population très diverse qui incluait les traditions juives, islamiques et chrétiennes. En fait, les Ottomans furent extrêmement oppressifs à l'égard des non-musulmans. Par exemple, de jeunes garçons chrétiens étaient retirés de force à leur famille, en général vers 8-10 ans=, et enrôlés dans les Janissaires (Yeniceri en Turc) où on les islamisait, puis les faisait combattre pour l'état ottoman. Quelles réalisations littéraires, scientifiques ou artistiques des Ottomans peut-on relever? Nous pouvons, d'autre part, relever le génocide de 750 000 Syriaques, 1.5 millions d'Arméniens et 400 000 Grecs durant la première guerre mondiale par les « jeunes Turcs » kémalistes [je regrette le bien que j'ai pu dire de Kemal, tout le monde peut se tromper]. C'est le vrai visage de l'Islam.

Les arabo-musulmans sont engagés dans une campagne explicite de destruction et d'expropriation des cultures et des communautés, des identités et des idées. Partout où la civilisation arabo-musulmane a rencontré une civilisation non- musulmane, elle a tenté de la détruire (comme les statues bouddhistes en Afghanistan furent détruites, et Persépolis fut détruite par l'Ayatollah Khomeyni). C'est un procédé qui s'est répété depuis la naissance de l'islam, il y a 1400 ans [voir l'épisode de la destruction des « idoles » sur ordre de Mahomet], et qui est largement illustré par l'Histoire. Si la culture « étrangère » ne peut être détruite, alors elle est vampirisée, et les historiens révisionnistes disent que cette culture est et était arabe , comme c'est le cas de la plupart des « réalisations » arabes que vous avez cité dans votre discours.

Par exemple, les livres d'histoire arabes du Moyen-Orient enseignent que les Assyriens étaient arabes, un fait qu'aucun chercheur sérieux ne soutiendrait, et qu'aucun Assyrien en vie n'accepterait. Les assyriens établirent Ninive, l'une
des grandes villes assyriennes, en 5000 BC, soit 5630 ans avant que les Arabes ne viennent dans la région. Même le mot « arabe » est un mot assyrien, signifiant « gens de l'Ouest « (la première référence écrite aux Arabes est
due au roi assyrien Sennachérib, 800 BC, où il parle de conquérir les "ma'rabayeh" -- Occidentaux. Voir The Might That Was Assyria, by H. W. F. Saggs).

Même en Amérique cette politique d'arabisation <http://aina.org/releases/2001/arabization.htm> continue. Le 27 octobre une coalition de sept de organisations ont envoyé une lettre officielle <http://www.aina.org/releases/2001/caamletter.htm> à l'institut arabo-américain pour lui demander d'arrêter d'identifier les Assyriens et les Maronites comme des Arabes, ce qu'il avait fait délibérément.

Il y a des minorités et des nations luttant pour leur survie dans l'océan arabo-islamique du Moyen-Orient et de l'Afrique (Assyriens, Arméniens, Coptes, Juifs, Sud-Soudanais, Ethiopiens, Nigérians...), et nous devons être très prudents pour
ne pas soutenir involontairement et imprudemment le fascisme islamique et l'impérialisme arabe, avec leur tentatives de rayer toutes les autres cultures, religions et civilisations. Il incombe à chacun de nous de faire notre devoir et
de nous documenter avant de faire des déclarations sur ces sujets sensibles.

J'espère que vous avez trouvé ces informations intéressantes. Pour plus d'informations, référez-vous aux liens ci-dessous. Vous pouvez me contacter [en anglais donc] à keepa ninevehsoft pour les questions éventuelles.

Merci de votre attention.
Peter BetBasoo

Brief History of Assyrians <http://www.aina.org/aol/peter/brief.htm>
Assyrian International News Agency <http://www.aina.org>
Assyrian American National Federation <http://www.aanf.org>
Assyrian Academic Society <http://www.aas.net>
Zinda Magazine <http://www.zindamagazine.com>
Beth Suryoyo <http://www.bethsuryoyo.com>
Nineveh Online <http://www.nineveh.com>
World Maronite Union <http://www.maroniteunion.org>
Maronite Research Council <http://plaza.powersurfr.com/maronites>
World Lebanese Organization <http://www.wlo-usa.org>
Coptic Web <http://www.copticmail
1811341 Publié le 21/03/2007 à 13:08 supprimer cette contribution
Citation:
Soyons très clairs sur le fait qu'il s'agissait d'une conquête militaire et non une entreprise missionnaire


Qu'est-ce qu'on peut lire comme conneries parfois
800923 Publié le 21/03/2007 à 19:49 supprimer cette contribution
Tes interventions par exemple!
1811341 Publié le 21/03/2007 à 20:06 supprimer cette contribution
Ecrase Rais t'es à côté de la plque toi
800923 Publié le 22/03/2007 à 12:24 supprimer cette contribution
Tu es bien depourvue d'arguments Zinet... si c'est bien ton nom!
Page 1

Forums > Sciences Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Les sciences vu par un Syriaque| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
Forum
 Net Etiquette
 Vos forums
 Charte utilisation
 Derniers posts
 Rechercher
 Forums favoris
 Modération
 Mode d'emploi
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
3 connectés au chat
8 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Les sciences vu par un Syriaque