Sexualité,Sexe

Questions / réponses sur la sexualité

Définition de l'abus sexuel

Je suis une thérapie depuis 1 an et demi. J'ai abordé le sujet qui me tenait à cœur juste avant Noël, c'est-à-dire que mon oncle préféré était trop gentil avec moi quand j'avais 10-12 ans. Ce n'était rien de très grave et c'est un peu ça mon problème.

Quand j'avais 10 ans (lui avait 23 ans) il m'a donné un bec mouillé. J'ai détesté, je le lui ai dit et j'ai eu peur. Je savais que ce n'était pas correct, et ayant vu une émission ou le parrain d'une petite fille la violait et la tuait, je me suis dit qu'il pourrait aussi bien me faire ça un jour.  J'en ai parlé à ma mère et elle a décidé qu'il ne me garderait plus, alors qu'il continuerait à garder mon petit frère et ma petite sœur.  Ne me sentant pas validée, je me suis repentie et excusée et je me suis de nouveau fait garder par lui. On se faisait garder des fin de semaine entière. 2 ans plus tard ma mère, lors d'un party de famille, elle a vu mon oncle sortir de la chambre ou je dormais et a décidé que je serais plus jamais seule avec lui. Dans la chambre, alors que je dormais, il m'a caressé un sein et le bas du ventre, mais il ne m'a pas pénétrée. Ma famille m'a toujours dit qu'ils avait réagi à temps que rien ne s'était passé puisqu'il ne m'avait pas pénétrée. Depuis ce temps, je le vois à tout les party de famille, et il m'est impossible de m'absenter sans déclencher de grosses engueulades sur le respect des valeurs familiales. 

En regardant une émission à Radio-Québec sur les traitements que les abuseurs reçoivent en prison, j'ai été surprise de constater qu'ils qualifiaient d'"abus sexuel" des situations sans pénétrations. J'ai commencé à me justifier à partir de ce jour et arrêter de me  sentir coupable pour la haine que je portais à cet oncle. Le problème, c'est que ma thérapeute m'a dit la même chose que mes parents:  Il ne t'a pas pénétrée, il y en qui sont pires que toi, c'est juste un abus de confiance, ne te fais pas de mal pour rien, il faut passer à autre chose que nos âmes se sont peut-être reconnues, qu'il m'aimait sûrement d'amour et qu'il n'a juste pas su distinguer la limite raisonnable dans la démonstration de ses sentiments. Elle m'a donné des exemples de ses autres clientes ou c'était pire que moi, et m'a parlé de [se]  fille qui elle s'était fait violée en répétition pendant 6 ans. Bien là, je suis toute mêlée!  En me disant ca, moi je me sens stupide d'en faire un cas et de ne plus vouloir le voir et de tenir tête à ma famille. Quand j'ai dit à ma thérapeute que je me sentais mal avec ce qu'elle m'avait dit, elle s'est justifiée durant toute l'heure de la consultation. Selon elle je suis très sensible et je ressens trop les choses. J'ai beaucoup de confiance en elle, mais là elle m'a fait mal. Alors je voudrais vous demander votre avis sur le professionnalisme de ma thérapeute qui est aussi sexologue, et vous demander  aussi une définition claire d'un abus sexuel.  Est-ce qu'un acte doux, sans violence et sans pénétration, accompli parce que l'adulte aime d'amour une enfant est considéré un abus sexuel?

Merci.


Élysa ne peut se prononcer sur la première partie de votre question qui concerne le professionnalisme de votre thérapeute. Sans connaissance de l'approche utilisée, du contexte, des objectifs poursuivis et des motifs de votre thérapeute, impossible de juger.

Quant à la seconde partie, celle qui nous demande "une définition claire d'un abus sexuel", il y a des précisions largement reconnues qui peuvent vous guider. L'absence de violence physique ou de pénétration ne peut faire la différence entre un abus et un contact qui n'en serait pas. Même le recours à la douceur n'est pas non plus un critère permettant de faire la différence. Le seul véritable est le consentement. Peu importent les gestes posés, si vous ne les avez pas désirés, à plus forte raison s'ils vous ont perturbée psychologiquement, l'interprétation moderne est qu'il y a abus.L'âge que vous aviez est aussi un facteur important puisque vous n'étiez âgée que de moins de quatorze ans et lui bien plus que 16. La loi canadienne interdit tout contact sexuel dans ces conditions, les raisons n'ayant aucune valeur de justification. La très importante différence d'âge, en plus du lien de confiance qui existait rendait votre consentement sans valeur même s'il avait existé, alors comme vous ne le désiriez pas, c'est encore plus clair.


Copyright © 1999. Consultation Élysa enr. Les réponses reproduites doivent mentionner la source.

| Questions du mois | Recherche par mots clés | Lexique sexologique | Retour à la page d'accueil |



Articles originaux sur http://www.unites.uqam.ca/~dsexo/elysa.htm

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
 Forum
 Santé
 Sexualité
 Le cunnilingus
 La fellation
 La sodomie
 Les caresses
 Le baiser
 Le clitoris
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
0 connectés au chat
12 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Questions / réponses sur la sexualité