Sexualité,Sexe

Questions / réponses sur la sexualité

Deux légères questions...

Bonjour l'équipe! Félicitations, je n'ai que deux légères questions à vous posez: la première est de savoir pourquoi mon seul fantasme n'est pas très sexuel, i.e. que tout ce qui m'excite c'est de penser que ma partenaire atteint véritablement l'orgasme, sinon je conçois impensable que je puisse l'atteindre si elle ne partage pas ce fabuleux moment; la seconde est de savoir ce qu'il faut faire pour  devenir sexologue, quels sont les débouchés, l'orientation universitaire, etc.. Moi je suis présentement en sciences pures et je me demande si je peux ainsi devenir sexologue, et... :) est-ce payant :)? et surtout plaisant? Merci beaucoup, un admirateur.

Pourquoi êtes-vous excité que par l'idée que votre partenaire obtienne un orgasme ? Il peut y avoir plusieurs réponses aussi bonnes les unes que les autres à cette question. Et si Élysa vous retournait la question? Qu'est-ce qui se passe pour vous lorsque vous savez être l'auteur des orgasmes de votre partenaire ? Que se passerait-il maintenant si, plutôt que d'être à l'écoute du plaisir de votre partenaire, vous étiez à l'écoute de vos propres réactions, votre propre excitation, votre propre plaisir ? En quoi est-ce impensable de ne pas atteindre l'orgasme si votre partenaire ne l'atteint pas ?

Le questionnement qu'Élysa vous apporte a pour objectif de vous aider à mieux identifier chez vous certaines des valeurs présentes et qui motivent peut-être votre intérêt à vous permettre d'avoir un orgasme à la seule condition qu'elle en ait un. Est-ce une question de vous assurer d'être un bon amant ? D'être généreux ? Le plaisir est-il permis seulement que dans un contexte de partage ? Est-ce la craindre d'être perçu comme un homme peu préoccupé par le plaisir de l'autre ? Voilà encore autant de piste qui peuvent vous permettre d'élucider ce mystère...

À votre deuxième question, voici les informations : une personne qui veut devenir sexologue doit d'abord suivre une formation universitaire de premier cycle en sexologie. Le pré requis habituel pour l'admission est d'avoir terminé une formation collégiale au Québec. Une personne tout comme vous qui a une formation collégiale en sciences pures pourrait être admise au baccalauréat.

À l'heure actuelle, une personne qui termine une formation bachelière en sexologie peut par la suite travailler à titre de sexologue en éducation. Ce professionnel est donc formé pour informer et enseigner la sexualité humaine à des groupes ou des individus. Il est également apte à faire de la relation d'aide auprès de personnes éprouvant quelques difficultés d'ordre sexuel. Cependant il ne peut faire de la thérapie sexuelle; c'est-à-dire qu'il ne sera pas reconnu pour établir un diagnostic sexologique et entreprendre un programme thérapeutique. Un sexologue qui veut faire de la thérapie devra donc suivre une formation universitaire de deuxième cycle en sexologie clinique. Au deuxième cycle il est également possible de suivre une formation en intervention-éducation ou en intervention-recherche. Un diplôme en intervention-éducation habilitent les sexologues à monter des programmes d'intervention sexuelle auprès d'un groupe-cible. La formation en intervention-recherche amène le sexologue à faire avancer la science de la sexologie.

Les débouchés en sexologie comme dans la plupart des disciplines des sciences humaines peuvent dépendre de plusieurs éléments. La plupart des sexologues travaillent à contrat. Il y a peu d'endroit dans le milieu communautaire qui demande spécifiquement un sexologue. Pour la plupart des sexologues, il est donc important qu'ils fassent valoir ce qui est avantageux pour l'organisme de recourir à ce spécialiste ayant comme atout une connaissance et une compréhension importante de la sexualité humaine. Il y a aussi pour tous les sexologues la possibilité de travailler à leur propre compte, ce qui est ce que la plupart d'entre eux font.  Enfin, le revenu des sexologues varie énormément en fonction du type d'emploi obtenu ou du temps consacré à la pratique privée. Un sexologue qui est un travailleur indépendant prendra peut-être un peu plus de temps après sa formation à obtenir un revenu satisfaisant. En ce qui concerne les autres, selon les contrats obtenus ou les lieux de travail le salaire sera très différent. Ainsi, dans le milieu communautaire les salaires sont habituellement moins élevés que dans le milieu des affaires sociales ou dans de grandes institutions publiques. Finalement, le travail du sexologue est plaisant pour qui est intéressé par la compréhension de la sexualité humaine.

Copyright © 1999. Consultation Élysa enr. Les réponses reproduites doivent mentionner la source.

| Questions du mois | Recherche par mots clés | Lexique sexologique | Retour à la page d'accueil |



Articles originaux sur http://www.unites.uqam.ca/~dsexo/elysa.htm

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions
 Forum
 Santé
 Sexualité
 Le cunnilingus
 La fellation
 La sodomie
 Les caresses
 Le baiser
 Le clitoris
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
1 connectés au chat
6 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Questions / réponses sur la sexualité