sylvieculteur,2
Liste| Suivant >>
 

le sylvieculteur 2

Impression :

(Détail)
Un soir, tard, on frappe à la porte, j’ouvre en ronchonnant car j’étais plongé dans « l’étude comparée des sylvieculteurs et de la sylvainculture» et je découvre devant moi un magnifique exemplaire de Sylvie. Je la fais entrer, l’installe avec tous les égards dus à une Sylvie, m’assois en face d’elle et l’écoute :

« - Une amie m’avait conseillé un sylvieculteur renommé, connu paraît-il dans toute l’Europe occidentale. Nous nous sommes rencontrés après un temps qui m’a semblé très long. Il était débordé à ce qu’il disait. Il m’a sorti ses diplômes, son CV et m’a longuement vanté son expérience.
- Pouvez-vous me donner son nom, vous savez, entre collègues…
- Je préfère rester discrète, je n’aimerai pas ternir sa réputation même si, voyez-vous, je n’en suis pas satisfaite
- Ah…
- Je me demande aujourd’hui s’il a vraiment cette expérience dont il se vante. Bien sûr, en matière de Monique, Jeannine, Colette et compagnie, il est certainement compétent, quoi que les Colette soient assez proches de nous par leur délicatesse…
- Absolument, je dirais même très proches !
- Donc ce…sylviculteur n’a pas bien pris soin de moi, il a été très négligent, m’abandonnant même à plusieurs reprise pendant des heures entières…
- Des heures entières !
- Et cela fait plusieurs mois que cela se reproduit régulièrement. N’y tenant plus, je lui ai signifié mon mécontentement et il n’y a pas prêté attention. Il me néglige. Il n’a même plus conscience des soins et de l’attention constante que réclame une Sylvie
- Stupéfiant !
- Oui, comprenez ma déception, je me permets de vous rendre visite car on m’a dit le plus grand bien de vous. Est-ce vrai que vous n’avez aucun diplôme ?
- Oui, je suis un autodidacte, j’ai appris sur le tas si vous me permettez cette expression et je me suis totalement spécialisé dans la sylvieculture. Mais vous savez peut-être qu’on ne peut pas être un tel spécialiste sans avoir étudié auparavant les Colette, Marie, Thérèse etc.
- Oui, je le sais, hélas !
- Ne dites pas hélas, ces études sont d’une importance capitale afin d’appréhender la sylvieculture, pour moi, le must des must. »

A ces mots, elle sourit. Je ne vais pas vous relater toute la conversation, sachez seulement qu’à l’aube nous nous étions mis d’accord pour une période d’essai de trois mois. Elle aménageait le jour même et je savais qu’après l’expérience négative qu’elle venait de vivre, elle attendait beaucoup de moi. J’étais près à relever le défi, c’était pour moi l’aboutissement d’une vie de recherche.
En écrivant cela, 35 ans plus tard, l’émotion me gagne. Elle est près du feu, à deux pas de moi, ses lunettes sur le nez, bien emmitouflée dans un chandail, avec l’air paisible qu’ont les Sylvie au terme de leur vie.


Enregistré le 10 Aout 2005 à 19:41
par 709689

Oeuvre Originale


Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
2 connectés au chat
15 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris le sylvieculteur 2