temps
=== REVUE DE PRESSE ===
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

En ce temps là

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 16/08/2018 à 14:16 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
En ce temps là...il y avait les hommes et les femmes . C'était l'époque barbare où existait un phénomène social qui fait sourire aujourd'hui. On appelait cela la famille.
Des heures qu'il voyait défiler ces infos...Il soupira, un peu fatigué. Préparant une étude sur le second siècle avant l'unicité libératrice, qu'il allait proposer au contrôle andragogique de l'eurasie.
Se frottant les yeux, il se dit qu'il avait assez consulté sa mémoire intégrée : ouf! le fait d'interagir entre le cerveau archaîque et la puce bioélectronique dans sa boite crânienne lui causait des maux de tête lors d'échanges un peu longs.
Allons...un instant de repos déclaré me fera le plus grand bien. Il ordonna mentalement à la cabine de reconditionnement de l'entourer, et il s'allongea sur ses capteurs dorsaux . Quelle sécurité ! au moindre dysfonctionnement biomorphophysiologique, une intervention robohumaine lui serait attribuée.
Il sourit...tout à sa détente programmée . Les hommes les femmes, quelle époque! Combien de conflits, de haines, de colères de frustrations engendrées par ces classifications heureusement obsolètes...L'humain était alors bestial, injuste, luttant sans cesse pour être dans le groupe dominant.
Il dormit sereinement, sans rêves consommateurs d'énergie, compensés par la régulation synapsienne. à suivre.
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 20/08/2018 à 06:47 supprimer cette contribution
Il vérifia son T.O.T, (quotient hormonal) pour ne pas être disqualifié lors des épreuves sportives qu'il affectionnait particulièrement.
Comme la plupart des humains il s'amusait beaucoup à jouer et à contrôler son équilibre hormonal.
pour la première fois, il s'était inscrit dans une catégorie forte en oestrogènes . C'était amusant de voir son caractère et son corps changer. la catégorie impliquait une tolérance entre 40 et 45. Super il en était à 43, il pouvait s'inscrire. Evidemment certains tentaient de tricher, mais le contrôle était impitoyable.
Ah on était loin du passé ténébreux de l'humanité, plus de 1 et 2 plus de monsieur et madame...simplement un nom de famille avec un numéro enregistré dans la puce crânienne. Et surtout le fameux taux hormonal qui était encadré sévèrement. Pas trop de muscles, pas trop de molesse..La violence humaine avait considérablement baissé et le fait de pouvoir changer d'apparence ne faisait de la personne, qu'un T.O.T.60, 50 40 au choix de l'humeur et de la curiosité. Le centre de surveillance traquait les insoumis qui refusaient les normes...C'était peine perdue, leur apparence les trahissaient.
La capacité de reproduction humaine comme dans les millénaires précédents était devenue quasi nulle...Allons c'était tellement plus simple de "marier" deux cellules en laboratoire en éliminant tout résultat non souhaité, et en confiant la gestation à une machine qui n'était jamais fatiguée et qui était sous totale surveillance.
Les enfants d'hommes avaient la fâcheuse tendance à outrepasser les normes...jusqu'à l'adolescence ils étaient donc instruits et préparés chimiquement à leur futur équilibre, nécessaire a une société avancée.
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 21/08/2018 à 11:16 supprimer cette contribution
Il prépara son voyage pour se rendre sur un archipel où devait avoir lieu les épreuves sportives . La navette était pleine d'humains qui se rendaient au même endroit, pour les mêmes raisons...Durant le trajet une alerte météo fut diffusée à chacun: une nouveauté pour tout le monde...une alerte astéroïde!
Quelques rires fusèrent, avec les plaisanteries inhérentes à ce genre de situation. Cependant plusieurs personnes avec un T.O.T. un peu bas laissèrent planer sur leur visages une certaine inquiétude. Très vite grâce à son déplacement electromagnétique la navette s'approcha de l'archipel.
Une mer bleue cobalt, un ciel dégagé , vingt huit degrés, les inévitables palmiers...La rencontre sportive que la plupart des humains pratiquaient durant leur temps de repos annuel, s'annonçait somptueuse...Tout le monde descendit en bon ordre et prit pied sur le ponton. La colonne sportive se dirigea ensuite vers l'unité de prise en charge .
Soudain un gigantesque grondement sourd fut précédé d'une sorte de tremblement de terre. Suivant les recommandations adressées lors de l'alerte météo, tout le monde courut vers l'unité de prise en charge...
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 22/08/2018 à 12:21 supprimer cette contribution
Puis un silence incroyable tomba sur le site.
Toutes les puces crâniennes cessèrent d'émettre et de recevoir. Les humains furent réduits à se contenter de leur cerveau archaïque...Du jamais vu pour eux. Une angoisse sourde et inconnue les enveloppa.
Jusqu'à un autre grondement qui fit trembler l'ensemble des bâtiments. Horrifiés ils virent une vague gigantesque se ruer sur eux…
Une panique indescriptible, dopée par l'absence d'aide à la décision des puces individuelles, s'empara du groupe. Des cris primitifs s'élevèrent, un vieux réflexe de survie personnelle plongea les humains dans un effroi abyssal…
Un temps infini sembla s'écouler...Les structures du batiment encaissèrent le premier choc dans un grincement sinistre. Puis vint un reflux? puis une autre onde moins terrible...l'espoir réapparut "on va peut-être s'en sortir"
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 23/08/2018 à 11:57 supprimer cette contribution
Les bâtiments en forme de dômes, comme conseillés dans les zones côtières susceptibles de connaitre un tsunami, avaient tenu bon...Par contre un amoncellement d'objets divers, de végétaux, et ...de corps humains s'élevait ça et là sur l'archipel.
Comment était ce possible comment tout pouvait s'arrêter ainsi sans consignes, sans ordres, sans conseils ?...Une horreur pour ces nouveaux naufragés du cerveau
Au milieu de la sidération générale quelques voix s'élevaient pour demander l'aide de tout le monde. Aucune aide extérieure n'était joignable, leur seul recours étant des cerveaux archaïques, et des bras humains...Fallait il enterrer tout de suite les personnes décédées, comment soigner les quelques blessés avec rien ou presque ? A combien de kilomètres se trouvait l'humanité épargnée ? Quel délai pour les secours extérieurs si on parvenait à les alerter ?
Sans l'aide des puces crâniennes bonjour les maux de tête : surtout cette angoisse du fond des âges...cette sensation nouvelle de l'humain, nu, face à un monde hostile... seuls.
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 26/08/2018 à 13:15 supprimer cette contribution
Au bout de quelques jours, la chaleur aidant, on prit la décision collégiale d'enterrer les cadavres qui entraient en décomposition.
La crainte d'épidémie était également présente et avait pesé dans une décision collégiale qu'aucun des participants n'avait connu depuis sa naissance...D'autres problèmes nécessitaient une entente vitale: l'eau potable, les vivres, et en corollaire leurs recherches , l'exploration de toute l'ile et au delà si possible…
Sur l'ile ravagée toute l'eau s'avéra polluée, malgré les bouteilles d'eau potable en réserve il fallait anticiper la soif surtout et...la faim. Leur sensibilité psychologique nouvelle fut mise à rude épreuve au fil des décès de quelques blessés...Des individus se sentant capables de donner des soins sommaires, s'étaient proposés sans ordres...Avant le tsunami on ignorait l'initiative individuelle.
Leur exploration de l'ile fut décevante, très décevante. Par bonheur un esquif très ancien avait été sauvegardé dans un petit hall d'accueil. De quoi tenter la traversée vers les hautes falaises volcaniques
d'une ile voisine qui avait peut-être été épargnée en raison de sa hauteur...
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 29/08/2018 à 08:11 supprimer cette contribution
Il fallut encore s'entendre pour déterminer si la barcasse à laquelle était rattaché un balancier pouvait naviguer dans des conditions de sécurité suffisantes.
On fit des essais après l'avoir fait tremper longtemps dans l'eau...A 3 personnes à l'intérieur, ça pouvait aller. Et vogue la galère vers un autre inconnu. Cette barcasse d'un passé si lointain qui allait sauver cette nouvelle communauté .
On trouva de l'eau propre à la consommation, (à "vue de nez"), du gibier qu'il fallut piéger ou chasser, des fruits sauvages . Le plus gros problème qui se dessinait était les futures cuissons, une fois les allumeurs inutilisables.
Les jours passèrent, puis les semaines qui firent des mois...La sombre âme humaine resurgit peu à peu de sa tanière . La physiologie sans les contrôles et les ajustements des hormones changèrent la donne…
Des disputes éclatèrent, des clans se formèrent. Le physique de chacun se mit à évoluer lentement. Des poils disgracieux, des formes rondes hors contrôle, des êtres musculeux aux mâchoires saillantes, des dépôts lipidiques particuliers, des pousses au niveau de la poitrine...Une autre angoisse
enserra leur cœur: qu'allons nous devenir ?
Leur schéma corporel leur échappait, on se regardait à la dérobée...Le pire restait probablement à venir.
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 30/08/2018 à 12:22 supprimer cette contribution
Il (je dis il depuis le début car je sais à qui j'ai affaire )
Donc ce "il" avait subi comme les autres ce bouleversement cataclysmique. Loin de ses pensées, la raison de son voyage, lui semblait irréelle. Néanmoins il trottait sur la plage régulièrement, nageait avec plaisir dans l'ocean apaisé .
Lui aussi était troublé de son évolution corporelle et mentale. Mais comme il lui semblait devenir plus fort et résistant, il trouvait que dans les nouvelles conditions de vie et de société, ce n'était pas plus mal...Ce qui était le plus étonnant à ses yeux était que certains habitants avaient des pertes de sang entre les jambes et qu'ils s'isolaient sans doute apeurés de cette nouveauté, craignant la maladie.
Son propre système pileux très évolutif l'avait surpris au début, mais de piquant au tout début, il s'était comme enroulé et était plus doux au toucher.
Surtout, il s'était stabilisé en surface, mais invariablement il progressait en longueur. Certains résidents avaient hérité d'une voix étrange, plus grave.
Une organisation sociale se mettait en place;
les plus faibles physiquement cherchaient protection dans certains groupes. Lui était embarrassé de ces choix qui isolaient les groupes vis à vis des autres, bien que des échanges restaient possibles du fait de la langue commune.
Il lui fallut choisir et...être accepté car sa survie individuelle était en jeu.
Quelque chose d'indéfinissable s'éveillait dans chaque être. On se regardait, vraiment, avec un nouvel intérêt. On apprivoisait les regards d'autrui, et un léger trouble parfois était favorisé par ces échanges de regards.
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 02/09/2018 à 07:20 supprimer cette contribution
Plus précisément, les échanges de regards avaient fini par précéder des regards plus généraux embrassant toute la silhouette…
Comme les yeux des "regardés" reflétaient une gène, voire un désagrément à ces études parfois trop précises, on regarda à la dérobée, avec plus ou moins d'adresse.
Lui même avait croisé un membre d'un autre groupe, et s'était étonné d'une sensation inconnue qui l'avait envahi à la seule vue de cet être.
Un contentement, un bonheur qui le fit sourire et fit répondre l'autre par un même sourire. Un désir de garder autour de lui cette beauté humaine le tarauda. Quoi? qu'avait cet être de plus que les autres? De plus, ses proportions très marquées auraient indiqué au contrôle hormonal une désobéissance à la règle.
Et si le contrôle interdisait ces différences il y avait bien une raison, c'était sans doute pour le bien de toute la société humaine…
Il culpabilisait encore un peu sur l'attrait qu'exerçait sur lui ces petites excroissances mammaires, ces hanches en amphore, son visage aux traits arrondis et ses yeux qui le fascinait. Quelle énergie étrange et bienfaisante lui procurait ces échanges de regards et de sourires!
Un matin qu'il songeait à l'autre, une gêne prégnante au niveau de l'appareil génital le tourmenta pour la première fois...
Naeylle - 2943638 lui écrire blog Publié le 02/09/2018 à 19:46 supprimer cette contribution
Et alors, et alors ????

djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 03/09/2018 à 16:16 supprimer cette contribution
Zorro est arrivé é é, sans s'presser é é...je me rends compte soudain que tout ce que j'écris peut être lu! quelle angoisse soudain
Naeylle - 2943638 lui écrire blog Publié le 03/09/2018 à 19:28 supprimer cette contribution
Ce n'était pas fait pour ?


djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 04/09/2018 à 08:51 supprimer cette contribution
Merci, rien de tel pour fouetter l'imaginaire et...doper le courage.

A ce moment précis je me dis qu'il sera plus commode de les nommer il et elle...Ils se trouvèrent au début "presque par hasard", puis se donnèrent des endroits et des heures pour se rencontrer: loin des jalousies, de l'esprit de clan, des influences contraires à leurs envies.
Elle avait fait en sorte, avec toute l'astuce de l'espèce revenue du fond des âges, qu'il referme ses bras autour d'elle...Leurs sensations nouvelles étaient favorisées par une chimie naturelle qu'ils ignoraient il y avait encore si peu de temps…
Ils étaient un maillon d'une chaine de millénaires, interrompue par le progrès sur la chimie des êtres…
Ils eurent des gestes que n'auraient pas renié certains animaux, ils enfreignaient les règles édictées depuis leur naissance.
Certes, ils se sentaient coupables, mais le flot de leur désir emportait tout sur son passage. Après une étreinte d'une douceur jamais atteinte jusque là, il trouva des mots pour lui exprimer ce qu'il ressentait si fort et qu'il ne pouvait concevoir: il l'aimait...Un problème crucial pour l'ensemble des sous groupes se faisait jour: ils n'étaient pas les seuls à êtres troublés et on n'était pas obligatoirement attiré uniquement par quelqu'un de son groupe, de La tribu des siècles des siècles. Toute la complexité des sentiments humains libérés du contrôle des puces intra crâniennes explosa: bagarres inter claniques montant en intensité jusqu'au premier meurtre, enlèvements, vols de nourriture, saccage de jardins potagers...
S'aimer pouvait devenir périlleux, donc elle quitta son clan sans être aussi bien accueillie qu'elle l'avait imaginé...
Trazi - 826035lui écrire blog Publié le 09/09/2018 à 09:58 supprimer cette contribution
Une mine de vocabulaire à suivre !
J'aime beaucoup...
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 09/09/2018 à 17:05 supprimer cette contribution
merci l'ancien ça fait plaisir d'en revoir quelques uns .
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 11/09/2018 à 13:37 supprimer cette contribution
Des mois passèrent...De nombreux ventres s'arrondirent sans excès alimentaires toutefois.
Sans "anciennes", sans référentes, une angoisse étreignait les futures parturientes. Ici pas de médecine d'urgence, pas de matériel adapté à des complications éventuelles. Avec fatalisme, certains avançaient que depuis la naissance de l'humanité, on avait bien rempli les continents de bébés viables et intelligents.
Certaines rappelaient la mortalité infantile et générale élevée. D'autres regrettaient la reproduction bi-cellulaire en laboratoire, sans douleur pour quiconque, plus rentable et plus sûre.
Pas de tares ou malformations sur les œufs sélectionnés...Mais le génie humain n'avait toujours pas la baguette magique pour assurer la naissance d'enfants parfaits.
Qu'importe les imparfaits étaient régulés au mieux par la puce pour éviter tout problème social.
Allongés sur le sable, il posait la main sur le ventre de son aimée. Le vent léger jouait dans ses cheveux, il l'embrassait dans le cou. Une question allait se poser un jour: comment essaimer de l'ile, une fois la reproduction parvenue au stade critique ?
Page 1

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | En ce temps là| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
0 connectés au chat
3 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris En ce temps là