familles,hais
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

Familles, je vous hais

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 24/07/2022 à 12:37 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
c'est sans doute ce qu'elle songeait en claquant la porte du domicile de son enfance...
Brigitte en avait assez des bisbilles avec ses frères et soeurs. Assez de n'être que "l'enfant de trop"...C'est du moins ce qu'elle ressentait.
Et en avant la galère ! Dans la famille on réussissait tous ...sauf elle, le mouton noir, le bouc émissaire , nécessaire à expliquer l'imparfait de ces gens là...
Elle était jolie pourtant. Hélas la beauté protège assez mal les rameuses d'illusions, face à la rue, au précaire, à la zone...
Encore moins à leurs rapaces, leurs prédateurs toujours plus nombreux.
Au fur et à mesure qu'elle renonçait au prince charmant, elle trouvait sympa ces ex humains tombés dans le sordide.
Ces rois de la débrouille, qui réussissaient à se nourrir de "dates limites dépassées", connaissaient par coeur les endroits où on donnait quelque chose, où on pouvait dormir par les nuits glaciales.
Pas de phrases inutiles, pas de jugement, juste quelques "petites" addictions. Elle avait appris jusqu'où aller et avec qui, qui fréquenter en gardant prudence...
Grâce son éducation, Elle n'a pas eu le temps de tomber dans le vin rouge, la fumette, la poudre blanche, la seringue magique.
Elle le rencontra assez vite.
Elle se laissa séduire, un peu pour choquer ses parents, des bourgeois de droite disait elle, un peu par amour, un peu par naïveté bisounours comme beaucoup d'autres.
Lui était beau parleur: il détonnait parmi cette cour des miracles d'une banale métropole.
Cela aurait pu être sa chance, son parachute de secours...
hélas, ce fut ce qu'elle ne pouvait imaginer.
Elle fut pourvoyeuse en tout-genre...
assistante d'obtention d'état civil.
Elle avait conté sa famille bourgeoise, Farid avait tendu l'oreille, intéressé.
il songeait que les parents n'abandonneraient pas complètement la chair de leur chair...
une superbe occasion à saisir et à fixer séance tenante par une grossesse express.
...
alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 24/07/2022 à 15:59 supprimer cette contribution
je sens qu'on va se rouler dans le sordide.. arfff Zola pas mort
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 26/07/2022 à 14:20 supprimer cette contribution
...on n'est jamais trop prévoyant, donc une seconde grossesse vint renforcer leur "union"
puis dans l'élan une troisième...
elle fut vaillante, ne rechignant point à la tâche...bien davantage que ses parents lui demandaient et qui la mettait hors d'elle.
Elle était liée, s'estimait un peu maltraitée, mais acceptait d'être corrigée affectueusement comme lui expliquait Farid
C'est vrai, elle lui demandait beaucoup.
Il était normal qu'il s'énerve...
Mais les choses s'arrangeraient, si elle lui faisait confiance, et si elle ne le provoquait pas.
Il croyait en sa chance et jouait le peu de "bénéfices du couple" . Sa culture du PMU et sa science des probabilités allaient finir par payer, il en était sûr.
Son désormais mari ne trouvant de travail digne de lui, elle ravala son orgueil d'abord, puis toute sa fierté pour demander un soutien financier à ses parents.
La pompe aspirante espérée était enclenchée...
Malgré les aides sociales, le soutien familial les rapports se gâtèrent entre les époux. Brigitte apprit à porter des lunettes de soleil en hiver à ne pas économiser le fond de teint et à éviter toute remarque après 19h. Heure où il quittait son QG de quatrième catégorie, un peu fatigué avec l'oeil noir qui la scrutait et s'impatientait du coucher des gamins. Tenaillé par la faim, occasionnée par ses efforts de "placements financiers" il n'était pas très tendre.
D'ailleurs lors des rapprochements conjugaux, elle songeait parfois que son mari était brutal et peu soucieux de son ressenti.
Sans expérience précédente, elle avait lu dans les salles d'attente des choses qui la faisait douter de l'amour de Farid .

Brigitte brava tout de même son mentor pour chercher du travail. Ils étaient conscients que la pompe à fric parentale allait se tarir si aucun des membres du couple ne subvenait à leurs besoins.
D'ailleurs suite à des signalements scolaires et médicaux , ils craignaient pour leurs enfants un ou plusieurs placements en famille d'accueil .
Ils se devaient de réagir en commun...elle réagit.

djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 27/07/2022 à 20:11 supprimer cette contribution
Les parents de Brigitte peu à peu prenaient conscience de ce qu'elle avouait, et surtout ils se doutaient de ce qu'elle ne disait pas.
Pour ne pas en rajouter elle taisait ce qu'elle savait propre à déclencher une réaction parentale qui se retournerait contre elle en tête à tête conjugal
Les parents finalement acceptèrent de garder les 3 enfants pour éviter des dépenses de nounou et aussi hors période scolaire pour laisser respirer leur fille.. Le travail peu rémunéré de Brigitte lui demandait beaucoup de temps, et Farid devait assurer ses permanences de "gestions du patrimoine familial, ainsi que des voyages au bled pour voir la famille.

ce fut au cours d'un de ces voyages que les choses se mirent en place lentement.
Elle se sentit heureuse un week end seule avec ses enfants...pour la toute première fois depuis si longtemps....
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 01/08/2022 à 10:28 supprimer cette contribution
...le temps passa. Farid, bien que bénéficiant de ses oeuvres reproductrices et des aides de la famille de madame, finit par s'ennuyer.
Sa femme partie travailler, et rentrant fatiguée, il ressentait diverses frustrations légitimes.
Une jeunette pleine de bons sentiments et de solitude tomba dans ses filets.
Farid appréciait ses formes très généreuses qui rebutaient apparemment les européens.
Durant quelque temps, ce fut pour lui une situation confortable bien qu'un peu plus compliquée.
Son manque d'organisation et sa désinvolture cachée par une réelle autorité, finirent par lézarder ses réalisations et ses projets.
Le père de Brigitte découvrit par hasard le pot aux roses....le destin est injuste parfois pour les entrepreneurs pleins d'idées.
Fort de son nouvel enfant avec une seconde compagne, il fut magnanime.
il accepta le divorce, sans menacer de quoi que ce soit sa famille numéro un.
Par contre il s'excusa de ne pouvoir assumer quelque pension alimentaire pour ses 3 premiers enfants. Ce que la juge comprit au vu de l'absence de contrat de travail, et du détail de ses maigres revenus.
Brigitte se retrouva seule....un peu perdue les premiers mois malgré tout, mais ses parents tinrent bon, et leur soutien indéfectible se poursuivit.
alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 01/08/2022 à 11:01 supprimer cette contribution
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 01/08/2022 à 14:28 supprimer cette contribution
Brigitte vécut cette séparation à la fois comme un deuil, à la fois comme la recouvrance d'une certaine paix, et le désir d'être à nouveau aimée.
Passé deux années de nouveau célibat, elle se décida à rechercher "chaussure à son pied" selon l'expression populaire.
Elle en voulut beaucoup à ses parents qui lui conseillaient avec une insistance insupportable de perdre du poids.
En effet les grossesses, la malbouffe, et le peu d'activité en dehors de la maison avaient fait croitre et embellir sa silhouette bien davantage que ses finances.
Le prétexte d'améliorer sa santé et avoir l'air plus jeune n'étaient qu'un prétexte pensait elle.
En fait c'était clair: elle leur faisait honte. "Je vais m'éloigner un peu ils seront plus tranquilles" songeait elle.
Les enfants ayant bien grandi, Brigitte préféra laisser sous la responsabilité de son ainé les deux plus jeunes lors des congés scolaires.
La rareté des rapports avec ses parents n' empêcha pas ceux ci de continuer à soutenir financièrement leur fille.
"Après tout je ne leur demande rien. S'ils le font c'est qu'ils le veulent bien. S'ils se sentent coupables c'est leur affaire"
Elle résolut de mieux choisir son futur compagnon...las ! les aléas de l'évolution physique frappant tout un chacun, et en particulier certaines personnes, elle n'eut pas de touches à son goût, aucune prise au piège de l'hameçon de ses appâts.
Beaucoup de partisans d'une relation intense, très rapide, mais...très courte.
Des photos de sexes masculins en érection censés sans doute la submerger d'admiration.
De nombreux non européens aimant beaucoup ses rondeurs et proposant d'entrée une relation sincère sérieuse et durable.
Chat échaudé craignant l'eau froide, elle nourrit d'abord une grande méfiance à l'égard de ces partisans d'épousailles rapides.
Les jours, les semaines passaient, puis les mois....
alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 01/08/2022 à 14:40 supprimer cette contribution
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 01/08/2022 à 14:42 supprimer cette contribution
alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 02/08/2022 à 10:24 supprimer cette contribution
le public veut quoi "Alfred de Musset? ou Guy des gares? *aucun des deux le public veut de l'extraordinaire , de la tension , de l'attention, des coups de théâtres , de vrais pédés , de fausse vierges , du héro brutal , du romantique trahi , de la vengeance , de la violence froide et *du cul et du suce pince

Voila
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 02/08/2022 à 21:29 supprimer cette contribution
c'est vrai que je n'ai pas le droit de décevoir les millions de mes fans qui guettent mes nouvelles oeuvres sur ce site...
J'avoue tout: une jeune femme du site, folle de moi, m'a adressé quelques feuillets...
espérant que je fasse son nègre.
Elle va être déçue, d'autant qu'elle t'admire presque autant que moi.
alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 03/08/2022 à 04:41 supprimer cette contribution
Citation:
espérant que je fasse son nègre.

je vois , un " negre spirituel? je n'ai pas pu résister..

oui bon il y a 2 types d'auteurs.. Ceux qui écrivent pour eux , pour polir leur ego a la peau de chamois, afin d'exercer une pratique chargée de leur apporter croient ils, admiration des foules et/ou autosatisfaction libérée par le sentiment de supériorité que çà leur apporte, via l'orgasme que provoque chez eux l'œil amusé de quelques groupies.

et ceux qui écrivent pour les autres, mettant de coté la branlette pour sortir de leur cervelle un texte , meme moyen mais qui est sur de recueillir le maximum de lecteurs afin de peaufiner la pratique masturbatoire a son paroxysme pour attirer l'attention des donzelles.
Toute pratique artistique est d'abord le resultat d'un narcissisme débridé..

en fait un artiste est un malade mental, généralement obsédé sexuel, qui a trouvé le moyen de ne pas aller en prison

Citation:
Elle va être déçue, d'autant qu'elle t'admire presque autant que moi.


ce "presque" en garantissant ton orgasme au dépends du mien , vient souligner l'exactitude de ma démonstration **



djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 03/08/2022 à 07:11 supprimer cette contribution
ouais...ben pour l'orgasme, c'est pas gagné...pour la maladie mentale c'est en bonne voie...
On prend vite le melon avec la gloire.
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 03/08/2022 à 08:09 supprimer cette contribution
ah il faut la foi chevillée au corps pour trouver la force de continuer ...Enfin elle fut contactée par un profil acceptable...
Bonne surprise, le gars n'avait pas triché sur son âge et cerise sur le gâteau il était plus beau que ne le laissait imaginer sa photo.
Il se raconta sans mièvreries: comme tout un chacun il avait eu son lot de petites misères et de grands chagrins.
Et...cerise sur la cerise sur le gâteau, il avait un bon boulot de fonctionnaire, de "moyen chef" fonctionnaire .
Le côté midinette qui sommeille en chaque femme s'éveilla, émergea de l'océan de tristesse de sa vie....
Elle fut plus prudente que lui en contant sa propre vie, car comme disent les anciens, Poisson ferré n'est encore attrapé.
¨Par chance elle avait gardé son joli visage que les aléas de l'existence n'avaient pas trop creusé, et une voie mélodieuse intacte de tabagie.
Leurs rencontres se succédèrent et...le rapprochement souhaité par les deux parties devint inévitable...
Le candidat retenu fut très doux et pas trop maladroit...une vraie découverte qui la laissa alanguie et heureuse.
Elle perdit toute prudence et l'invita à domicile pour parfaire tranquillement la connaissance de chacun...
Les enfants étaient sagement attablés et saluèrent le "monsieur".
Le dit monsieur imprima sur son visage une surprise évidente.
La discrétion dont avait fait preuve Brigitte au sujet de son parcours de vie, l'avait mal préparé à cette rencontre.
Il fut là sans être là, le visage absent, et la tendresse attendue en berne, presque en deuil. Très très mauvaise augure.
Ils ne se revirent pas...
Elle le rappela plusieurs fois en tentant de comprendre son revirement soudain.
Il éludait ses questions, noyant Brigitte de propos alambiqués, fuyants.
Tout tournait autour de "tu n'as pas joué franc jeu avec moi"
Elle se défendait pied à pied : "il fallait me poser des questions toi aussi"
Rien à faire ! le poisson avait cassé la ligne et retrouvé sa liberté...définitivement.
Brigitte sombra dans sa vraie première dépression, et s'enfonça pour longtemps dans un mal être dont aucun médicament ne venait à bout. Malgré tout ses frères et soeurs tentèrent de l'aider. Mal leur en prit: ils repartirent couverts d'insultes et de jalousie désespérée.
Un soir elle frappa à la porte de ses parents...
Elle vida son sac de rancoeurs, leur jeta à la figure tous leurs torts qu'eux mêmes n'imaginaient même pas.
Elle leur infligea une phrase ultime qui allait sceller sa solitude dans la pierre de sa vie jusqu'au marbre de sa tombe .
"cette famille, c'est de la m.rde, vous ne m'avez jamais aimée, je ne suis plus votre fille...je vous hais, je vous hais....

alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 03/08/2022 à 08:20 supprimer cette contribution
dire a cette "copine" que la famille n'est pas comptable de ce qui se passe apres la puberté
et qu'il sera possible que ses enfants lui fasse le meme reproche..

quand au fonctionnaire il a eu raison , la famille c'est la mais la recomposée c'est pire encore et on ne s'en aperçoit qu'a l'adolescence
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 03/08/2022 à 11:34 supprimer cette contribution
la souffrance humaine est un gouffre que nul ne pourra combler : chef Chaudard 7e compagnie (pensées)
alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 03/08/2022 à 11:48 supprimer cette contribution
Page 1

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | Familles, je vous hais| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
3 connectés au chat
10 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris Familles, je vous hais