san,pae
Forums > Plaisir d'écrireAller à la dernière page
<< Précédent |

San paé

| Suivant >>
Ecrire une réponseAjouter à vos forums favoris
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 09/07/2022 à 12:28 Demander à la modératrice de supprimer ce forum
Ayant fui le Laos le bougre avait roulé sa bosse...couru plusieurs pays d'europe pour échouer dans une fonderie qui probablement transférée "au loin moins cher" avait fermé ses portes...
son errance expliquait son Français insuffisant pour vraiment s'intégrer...et espérer retrouver du travail au pire moment de la mondialisation.

Complètement isolé dans un appartement proche du mien il avait sombré dans la désespérance alcoolique...Pourquoi avoir quitté le Laos ?
Avait il fait partie de quelques bourreaux communistes, avait il craint pour sa vie quel que soit le camp qu'il avait choisi ...ou était il contraint ?
Il était assez vague sur ce sujet...
Evidemment séduire une bonne Française avec les limites de communication, sa pauvreté et ses abus addictifs, la pêche était perdue d'avance...
Nous avions évoqué la possibilité de fréquentations féminines dans le milieu Laotien s'il en existait bien un dans notre métropole...
A ma grande surprise il existait bien une association du pays d'origine et ma foi assez nombreuse.
Ces gens sont tellement discrets, rarement agressifs, travailleurs ...je n'en revenais pas.
Evidemment je rebondis là dessus pour l'inciter à fréquenter des personnes partageant sa langue maternelle et sa culture: ce n'était pas gagné loin de là, mais...qui sait ? une résurrection qui l'aurait conduit à rester "clean" ?
Il secoua négativement la tête...
Il avait retenu de cette expérience que "les laotiennes en France ne pensaient qu'à l'argent"...Sans doute n'était ce point la raison principale de ses échecs, mais l'argument qui fonctionne avec les ressortissantes de tous les pays restait en partie recevable.
La solidarité apparemment suit sensiblement les mêmes règles partout dans le monde...
...a suivre...
alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 09/07/2022 à 17:28 supprimer cette contribution
en Asie il n'y a pas de mariage d'amour
pour avoir abondement circulé dans le coin (Laos inclus) il est clair que les épousailles
sont strictement une histoire d'argent,

la jeune asiatique a un raisonnement inverse a celle des pays industrialisés..
pour elles l'homme ideal c'est un type de 50 ans , bien installé avec des revenus, peu importe qu'il soit chauve ou bedonnant , c'est meme un signe de sa réussite.

"Epouser un jeune ? pour qu'il me fasse bosser? 4 gosses en 4 ans le salaire claqué a la fête avec ses copains?
lui faire la bouffe tous les jours et se faire baiser d'importance? ah pas de çà lisette..

le pépère lui a des domestiques , une petiote gâterie et voila les cadeaux qui arrivent
c'est pas vrai? ben réfléchissez mesdames, je sais c'est dur
Naeylle - 2943638 lui écrire blog Publié le 09/07/2022 à 19:04 supprimer cette contribution
C'est bien raisonné, n'empêche




alex - 2915478 lui écrire blog Publié le 10/07/2022 à 06:49 supprimer cette contribution
j’avais rencontré Naw pendant un périple en Birmanie du nord ,frontière de la chine , vers le lac inlé en pays karen.
Elle avait 16 ans. J’en avais 50.

Je ne dirais pas ici ce que j'étais allé y faire parce que ce n’est pas le propos , disons que j’allais établir certains contacts discrets avec certaines personnes…
voila
Un éboulement avait barré une route de montagne et j’ai du aller chercher refuge dans un village des hauts plateaux pour une semaine.
je fus accueilli comme un prince , avec une gentillesse appuyée par toute la population. j'ai appris plus tard que la nourriture qui m’avait été servie aurait pu alimenter la moitié du village.. il faut dire que sous ces latitudes il n’y a que le char à boeufs pour se déplacer, pas d'électricité
et le temps s’y déroule avec lenteur.
Ils avaient organisé une petite fête ou quelques danseurs exécutaient des danses traditionnelles en costumes ,dans ce qui m’apparaissait comme une cacophonie de cuivres et de tambourins .. toujours les thèmes chers aux bouddhistes le ramayana a la sauce des dieux et elfes locaux intégrés dans l'histoire..
Évidemment la communication n'était pas facile et c’est là que Naw est apparue comme mon interprète car elle avait appris l’anglais grâce à un oncle ayant travaillé dans une ambassade à Rangoon.
En fait d'interprète, elle surveillait mes préférences dans les mets qu’on me servait pour indiquer aux hôtes ce qu’ils pouvaient ôter de la natte sur laquelle ils disposaient les plats . elle était très curieuse de savoir quels étaient mes goûts , combien j’avais d’épouses , d’enfants , de frères de sœurs, ce que je faisais dans la vie , ce que je voulais voir dans le coin bref un interrogatoire en règle .. entrecoupés de petits rires ou de grands éclats , des convives après la traduction..
Il faut dire qu'à cette époque rares étaient les gens du coin qui avaient pu voir un “long -nez” , alors les mères amenaient leurs enfants pour qu’ils voient de quoi ça avait l’air.. j'étais l’attraction du village .
Un soir ce qui m’apparaissait comme être un notable me désigna naw et me fit un geste non équivoque avec ses doigts ce qui avait déclenché l’hilarité générale.
Il semblait qu’elle ait été à l'origine de cette “invitation” si j’en croyais son sourire amusé , devant mon air médusé. il faut dire que le sexe sous ces latitudes n’a pas la meme signification que chez nous , j’ai du rougir car le tintamarre s’est amplifié , ponctué de réflexions des un et des autres entrecoupés de fous rires..
J’ai demandé a Naw ce qui se passait , et hilare elle m’avoua que les femmes spéculaient sur la forme que mon sexe devait avoir , allant jusqu’au bifide , et les hommes devant le peu d’enthousiasme que j’avais montré , se posaient la question si un danseur aurait été plus approprié. tout ceci me fut rapporté avec une gentillesse et une candeur désarmante.
“il faut répondre" me dit-elle , sinon ils seront fâchés..
J'acquiesçai donc avec un grand sourire , qui fit rire encore tout le monde .. parce qu'apparemment maintenant je n'étais plus crédible.
Bref , quand la fête fut terminée tout le monde est parti.
J’avais compris que tout ceci n'était qu’une blague pour se moquer gentiment de moi. et naw est venu me rejoindre , toute dorée dans la lueur de la lampe à huile , avec une grande pudeur ..
Ce fut une nuit de noce délicieuse , oui j’appris le lendemain a ma grande stupeur que j'étais désormais “marié” a naw ,en pays karen.
Quand je l’ai interrogée là- dessus , elle m’a expliqué qu’ épouser un homme de son âge ne présentait aucun intérêt à terme pour les raisons que j’ai évoquées plus haut.
djenie à l'idée - 3130878 lui écrire blog Publié le 10/07/2022 à 09:15 supprimer cette contribution
bon, voilà un doux souvenir pour enguirlander tes derniers instants...
c'est toujours ça de pris...tu aurais pu mourir le lendemain va savoir...

alors revenons à san paé ...qui n'était ni jeune ni riche...
il errait dans les rues, tantôt en proposant ses services pour des petits boulots, tantôt perdu dans ses rêveries alcoolisées il "se la jouait" comme on dit aujourd'hui...
je le revois assis sur un banc comme sur une scène, il grattait une guitare qu'on avait dû lui donner.
Sauf qu'il ne savait pas le moins du monde en jouer....La surprise des personnes qui s'attendaient à un mini répertoire était délicieuse. J'ai ri sans méchanceté...Avec le recul il aurait placé un chapeau devant lui, il aurait récolté quelques pièces, sans aucun rapport toutefois avec son art....
Parfois, face à un arbre impavide il se rêvait bruce lee , et menaçant son tronc, il tournait autour en distribuant des coups de pieds, avec esquives, le tout avec une lenteur étonnante et un équilibre très précaire...

Un beau jour, mon destin m'appela sous d'autres cieux et j'envisageai donc de déménager.
L'idée de changer d'air pour une bonne journée en campagne et un bon repas au restaurant le "convainquit de me convaincre" de rejoindre l'équipe de mes amis pour proposer un bon coup de main...
Devant son regard suppliant je ne pouvais refuser...
Après l'effort et le matos empilé dans mon nouveau logement, il s'extasiait de la verdure, du calme des lieux, et m'assura qu'il aimerait travailler dans le coin...
Au restaurant il devint tellement lyrique qu'on aurait pu croire qu'il se moquait du menu ou du service.....mais pas du tout, et pourtant il n'avait pas bu une goutte de la journée...
Me croyant riche, il me proposa avec insistance de rester à mon nouveau domicile et de travailler à mon service...
Craignant qu'il ne s'installe "façon tanguy" Ma compagne vint à mon secours et lui expliqua avec gentillesse notre réalité, et surtout nos limites.
Sa joie et son fol espoir s'éteignirent. Jusqu'à son départ il demeura silencieux...Je sentis la tristesse mêlée de culpabilité tomber sur mes épaules, de lui avoir fait entrevoir une autre vie, d'avoir partagé sincèrement une belle journée, avec sans doute une dose de cruauté naïve et involontaire.
San paé est reparti vers la grande métropole, vers son destin, vers un ailleurs qui se terminera de commune façon avec la mienne...
Sauf que probablement il y aura moins de monde à ses obsèques...
Moi j'ai enfourché un nouveau bonheur, sans me douter de sa brièveté future...
Je repense parfois au san paé d'autrefois, j'ai du temps à présent pour songer à tout ce qui a jalonné mon existence.
Page 1

Forums > Plaisir d'écrire Ecrire une contribution Retour au début de la page


<< Précédent | San paé| Suivant >>

Accueil | Conditions générales | FAQ | Contact | Créé par CAPIT
 Accueil
 Mon Menu Perso
 Rencontre
 Messagerie
 Chat
 Espace membre
 Expressions

 Vos textes
 Concours

 Poésie
 Les Auteurs
 Le top 30

 Déclaration d'amour
 Les Auteurs
 Le top 30

 Albums photos
 le top 30

 Plaisir d'écrire
 Plaisir de lire

 Les chansons
 Les contes
 Les nouvelles
 Les journaux
 Les discours
 Les présentations
 Les chroniques

 Forum
 Santé
 Sexualité
 Mariage
 Astrologie
 Jeux
 Voyager
 Humour
 Editorial
2 connectés au chat
15 connectés au total
Consulter l'annonce
ajouter aux favoris San paé